Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

15 octobre 2016

RELIGIONPHOBIE

OU RELIGION FAUSSE BITE ?

Comment c’est mauvais ! Ben quoi Marie c’est fait fourrer par voie céleste,  alors ne me dites pas qu’il avait un zizi le seigneur de ses lieux !

D’ailleurs jamais de zizi dans ces religions pourtant pro-macho la nana est née d’une côte, sans compter, conter que Jésus est comme Dieu sans vie sexuelle !

Une bonne côte de veau et hop la civilisation est née !

Mais fort heureusement Pierre est arrivé avec ses saintes écritures :  » Tout tout tout vous saurez tout sur le zizi… »

17 juillet 2013

ALLO DOCTEUR,

Classé dans : Allergique hic !,certains de mes écrits 2013 — eructeuse @ 11 h 21 min

 

Depuis quelques temps, j’éternue tout le temps, dans la rue, au cinéma, au travail, bref j’ai un rhume qui ne passe pas.

-Je vais vous envoyer faire quelques tests, je pense plus à une allergie…

Quatre mois plus tard, la malade revint, les yeux rouges, le nez complètement pelé…avec les résultats des tests, rien n’indiquait d’allergie…

La dame sortit de chez son médecin sans traitement puisque rien n’indiquait de maladie…Son mari ne supportant plus ses nuits sans sommeil, décida de prendre les grands moyens et partit avec sa dame à Lourdes…

On a les espoirs qu’on peut, son mari étant de confession catholique…

La pauvre femme après avoir vu la grotte de près et bu le breuvage miraculeux tomba dans le coma…

Le mystère s’épaissit et l’état général de la dame se gâta…

Mystère et boule de cristal, l’époux décida de faire appel à un marabout qui vint chez lui, la dame étant revenue dans sa maison et qui demandait une somme conséquente…

S’ensuivit un guérisseur, un magnétiseur, une masseuse aux bains de boue miraculeuse ( terre ramenée directement de Jérusalem) rien n’y fit, la dame poursuivait sa descente dans une absence plus qu’inquiétante…

-Allo docteur, ma femme est au plus mal, pouvez vous passer?

-Allo je suis son remplaçant, j’arrive…

L’époux contrarié n’eut point le temps de s’opposer au remplaçant de son médecin de famille, et attendit le nouvel arrivant bien décidé à avoir un médicament !

- En plus c’est une femme se dit-il mécontent, un brin misogyne, enfin le montant autorisé par sa religion ancestrale, en voyant ce docteur sortir d’une  voiture des plus banales, psss…

Elle lui demanda de lui raconter ce qui était arrivé à sa femme, puis partit examiner la malade et décida  de l’hospitaliser sur le champs, le mari accepta si c’était à la clinique sainte Cécile. 

Le médecin lui conseilla une maison de repos qu’elle connaissait bien et après quelques échanges francs et toniques, l’époux se rangea à l’avis du médecin.

- Mais elle ne fait que ça se reposer c’est moi qui fait tout…

- Allons monsieur Cédillont, vous en profiterez pour vous reposer…Ce n’est l’histoire que de quelques semaines…

Depuis six mois qu’il faisait tout dans la maison, il trouvait qu’elle se moquait…

Ainsi donc madame Cédillont partit dans un lieu calme sain loin de tous bruits de toute télé dans un cadre magnifique qui la fit sortir instantanément de son coma, où seul le craquement du glacier la faisait rêver…sorte de monastère mais sans le poids lourd de la religion où elle put trouver un chemin vers ce qui la dévorait de l’intérieur…Son corps reprenait vie, il faut dire que le chef cuistot un beau brun aux épaules larges, lui remontait le moral …rien qu’en le regardant…lui et son fondant, c’est certain, il avait du talent !

Madame Cédillont revint chez elle, transformée, comme son intérieur qui ressemblait à une étable sauf que dans le lit, ce n’était point le petit Jésus qui y dormait avec sa voisine…Le mari surpris du retour de sa femme poussa sa bonne amie parterre en lui disant de se taire…

-J’t fais un café ma chérie ?

-Que ce passe-t-il ici?  Tu n’as plus de produit d’entretien? Tu fais grève du rangement?

-Non non, si si j’allais m’y mettre.

- Tu dors nu maintenant?

-Alors ta maladie ?

Madame Cédillont ne répondit pas tout de suite et rentra dans la chambre et fut saisie par l’odeur de festivités extra conjugales qui s’y dégageait.

- Je suis venue chercher mes affaires, je te quitte désolée, dit-elle en shootant dans la petite culotte de sa voisine qu’elle connaissait bien pour l’avoir eu sous son nez sur le fil à linge de son jardin qu’on apercevait de sa chambre à coucher.

- C’est grave ? Tu repars à l’hôpital ?

- Oui c’est grave, oui je repars.

- Qu’est-ce que tu as ?

-Je souffre d’agoraphosbite, doublée de religionphobie c’est dire si c’est grave, adieu !

Et elle claqua la porte sans prendre un habit.

Moralité : la bite ne fait pas le moine et la voiture, le médecin !

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus