Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

1 août 2019

Pères malgré eux titre l’OBS

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 6 h 28 min

Apparemment toujours d’actualité

Réponse :

Pamphlet écrit en juillet 2007

LETTRE À UN IMBÉCILE HEUREUX

  »Mais qu’est-ce qui se passe ? » s’inquiète Idiotaime devant le spectacle d’Âne vociférant, rageant, un article de Libé à la main (du 4-07-07) .

« Quoi, quoi, quoi, patriarcat ? Allons dis-moi ce qui t’assassine … »

C’EST DE TA FAUTE !

DE TA TRÈS GRANDE FAUTE !

« Tu ne sais pas la grande nouvelle de ce siècle ?! tempête Âne. Vlà que des spermatozoïdes batifolent tous seuls, donnent la vie et leur propriétaire n’était même pas au courant ! Pauvre homme ! »

Il est devenu géniteur malgré lui !

Je suis émerveillée (sic) devant tant d’innocence ! Boudiou ! Il bande, il jouit, mais il ne sait pas qu’il peut être père à chaque fois qu’il décharge ses balloches, ah ! C’est ballot ! Faut l’aider, l’éduquer ! Tous les enfants savent, eux, que la petite graine du papa sert à faire des bébés.

Eh du con ! dictionnaire Robert page 803

préservatif: enveloppe protectrice employée par l’homme contre les maladies … et comme moyen anticonceptionnel, contraceptif masculin

Contraceptif: voilà ce petit bout de caoutchouc (tu peux choisir la taille, la couleur, le parfum), tu le glisses (ou la dame) sur ton gland gonflé de plaisir et hop tes petites bêbêtes resteront dans le latex au moment crucial ! Tu vois ça préserve!! L’info passe ? Ah non ça glisse !

APRÈS CRIS ET GÉMISSEMENTS :

LA PLAINTE

Comment ?! explose Âne (Pas de plaisir) en continuant la lecture de l’article de libé !

QUOI !

IL A PORTÉ PLAINTE !

IL RÉCLAME JUSTICE !

Il croyait que la dame prenait la pilule. Où est le rapport si je puis me permettre ?

Depuis quand le fait d’assumer sa contraception féminine permet-il à l’homme d’occulter la sienne et le dédouane de s’occuper du suivi de ses petites graines librement éjaculées ?

Il vit à l’aube de l’humanité ou il est idiot chronique cet homme ?

Il s’aventure un soir, jouit et il porte plainte pour faute contre la femme.

POUR FAUTE !!

Je rêve !

Oh Cruella d’enfer, te voilà mal récompensée de lui avoir donné du plaisir !

Il parle de faire un enfant dans le dos, voyons, il sait bien que c’est pêché là ! ( sourire ) Il est perdu ce pauvre homme !

Oh femelle mâle veillante, oh lubrique donzelle en mâle de grossesse !

Cachez ce sein, plumeuse de spermatos, SALOPE !

Cette plainte est un non sens biologique, une dérive patriarcale, une insulte faite aux femmes ! Comment a-t-elle même pu être recevable !

Je serais pliée en deux si cette histoire n’était qu’un cauchemar, mais là ça dépasse l’entendement. Ne me dîtes pas que certains hommes ne participent toujours pas à la contraception?

Depuis la création du feu, auraient-ils stoppé leur évolution ?

Âne fustige son Libé à la main :

AH ! LES CHIENNES !

Non Monsieur Zemmour, les femmes ne font pas d’enfant dans le dos des hommes, (libé du 4-07-07) ils ne sont ni infantiles ni mineurs, ce n’est pas : « Jouis sans contrainte ! » pour les hommes et « Sois belle et tais-toi! » pour les femmes. Oui, Monsieur Zemmour, notre ventre nous appartient, il est indissociable de notre volonté !

Oui, nous décidons de vouloir « être mère ou pas »

Oui nous avons le choix ! En matière de contraception, chaque individu doit assumer sa propre fécondité !

L’OBSCUR OBJET DE DÉSIR !

La femme continue de porter le sceau de l’infamie toujours fautive, toujours punie, DE QUOI ? Crénondediou !

La guerre contre les femmes n’a jamais cessé: battues, lapidées, violées, excisées, voilées, brûlées, assassinées parce que fille et esclaves sexuelles des soldats.

De partout la femme est en danger: le patriarcat demeure, il rôde jusque dans nos institutions, au parlement, même dans la bouche des politiques, si peu friands de parité et vous ne voudriez pas que je crie au loup devant cette sexiste, misogyne, insultante plainte.

Oui, monsieur Langlois, (Politis du 5-07-07) nous sommes en terrain glissant, toutes ces attaques patriarcales sont « bonnes» à dénoncer !

Âne la Bougresse

Fille, Mère, Soeur,

Pucelle, Mégère, Amie,Belliqueuse,Putain,Amante,

Harpie, Sorcière…

Femme

et outrageusement Incorrecte politiquement, na !

9 juillet 2019

FRACTURATION ENERGETIQUE SUITE DE LA SUITE

Classé dans : Va chemine va trottine — eructeuse @ 6 h 15 min

Ma lettre fait quatre pages, plus deux avec les relevés de températures sur deux jours. J’ai listé mes destinataires, il y aura plus de trente lettres à envoyer. J’ai pesé mon courrier et fait mon budget timbre, j’ai même téléphoné hier à l’Assemblée Nationale… En panne d’encre, je vais en chercher ce matin… A suivre…

8 juin 2019

Ô MAGE

Classé dans : Atypique pique,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 03 min

Je me suis, en fait non j’ai eu le genou cassé (le gôche !) juste après l’élection de Sarkosy, (le lundi) et comme on dit, ça a modifié le cours de mon histoire… vu les transformations qu’elle a subi… Comme disait quelqu’un que j’aime, de tout mal il en sort un bien et réciproquement… La valseuse de mots put poser sa gouaille – pour reprendre un ami – et planter son acidité écriturienne sur le papier ! Olé et au vinaigre !

J’avoue que je suis assez fière de mes pamphlets, et pas que moi puisque ma chère maman l’était aussi… et Copine qui me présentait comme son écrivaine préférée, olé et au thé ! Je  revois maman pliée en deux à la lecture que je faisais oralement de mes diatribes dont un passage dans ma « Lettre à un imbécile heureux » (sous il est devenu géniteur malgré lui) très très féministe ! Ma maman me disait toujours tu ne devrais pas dire que tu es féministe dans mes rapports avec autrui, alors je lui répondais, je préfère annoncer la couleur dès le début… Ainsi donc cette lettre est en tête de vos passages chers et chères visiteuses sur mon blog : mes romans Caroline Bordczyk et lui donne un joli passage total à 20000 visites en ce mois de juin depuis sa création il y a presque deux ans… Je vous en remercie…

Mon pseudo d’auteure porte en lui une partie du nom de ma maman et une partie du nom de mon papa : honorer ceux qu’on aime… Pas besoin de fête pour ressentir et envoyer mon amour à ceux que j’aime, mais il serait mensonger de dire que je ne n’aime la fête des mamans car tout simplement j’aime mes enfants… et la souhaiter à maman fut un immense bonheur !

L’amour est un arbre magique, aux multiples ramifications et dire son amour peut être un acte de foi, il est pour moi un ensoleillement perpétuel dans ce monde sombre où la brute domine encore…

Bises et love chers et chères lectrices de passage sur mes mots !

coeur1

4 octobre 2017

La lutte des classes toujours aux programmes

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 9 h 38 min

Pour chasser l’obscurantisme il faut lutter ! On entre en combat contre cet autre qui emprisonne… La vie est un combat… Les combats de la classe ouvrière tout au long du XIXème siècle et de la première moitié du Xxème siècle, ont amené une  amélioration des conditions de vie des gens conditions dites sociales : création de caisse de retraite, limitation du nombre d’heures de travail, le SMIC, les congés payés… d’autres luttes ont été menées pour le droit de vote pour les femmes et bien avant immense victoire sociétale la loi de séparation de l’église et de l’état, luttes acharnées des vrais laïcards dès 1905 !!! je conseille sur le thème des luttes de regarder le fil : »Les Suffragettes »…

Sans combat pas d’avancées pour nos droits à l’avortement et à la contraception et le grand combat qui dure et dure à travail égal salaire égal !

Ces combats, ces conflits sont le signe de la vitalité de toute société. Une société sans conflits serait une société en état de mort sociale.

L’attirance et l’opposition à l’autre que moi je nomme ainsi,  a été formulé par Kant en ces termes : « l’insociable insociabilité » humaine qui est pour lui le moteur de tout progrès !

Sans luttes sans conflits, on en serait encore au stade des cavernes !

Lire mon pamphlet : « Lettre à un imbécile heureux » dans page !

D’autres attaques contre nos droits sont en cours et contre notre laïcité ! Je salue fraternellement ceux et celles qui s’attèlent à défendre nos droits et notre république laïque !

Merci à tous et toutes et bonnes luttes de classes les camarades !

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu » BRECHT

13 juin 2017

La Loi de son Admiration

Classé dans : Mes écrits 2017 — eructeuse @ 7 h 30 min

La Loi de son Admiration

 

« Josy je vous admire beaucoup me mirer en vous me remplit de beaucoup !

Beaucoup de joie de larmes d’émotions de frissons vous êtes l’incarnation de tout ce que j’aurais voulu être… vos lèvres si pulpeuses vos seins si généreux vos chansons si pulsionnelles ah vous êtes ma féminité incarnée… Je me noie dans l’érotisme de vos rimes… »

Esméralda fouille dans le bureau du garage pour trouver un timbre-poste quand son amie Gwendoline frappe à la porte, elle lui ouvre et entend : « Alors ma chérie ça y est tu lui as écrit ?

-Oui j’en tremble encore.

-Je peux lire ?

-Oui va y donne-moi ton avis !

-Oh c’est beau c’est beau tu ne mets pas ton adresse ?

-Non j’ai peur qu’elle ne me réponde pas.

-Je comprends ! »

 Les deux tourterelles ajustent leurs cheveux remettent poudre et mascara et filent à l’anglaise mais une voix terrible retentit : c’est Fredo le mécano qui couine que sa Bugatti – des années où la jeune enfant n’était même pas née- a encore été mise à plat alors qu’il est interdit de la toucher encore moins de la conduire ! Les voyants d’huile et d’essence hurlent leur appétence ! Fredo fait sa Castafiore une clé à molette sous le nez d’Esméralda désappointée !

« Doucement ma petite tu vas où comme ça ?

-Juste poster un pli !

-Fais voir ça ! ah encore celle-là, il arrache l’enveloppe, puis hurle qu’il en a marre de ses lettres à cette bonne femme ! La seule personne que tu as le droit d’admirer c’est moi, j’t'en foutrais de l’érotisme », ajoute-t-il en faisant bouger les pectoraux de son torse nu et poilu ! Et il cogne cogne la belle enfant ! La pauvre jeunette est couverte de bleus et son amie n’est guère mieux ! Le rustre rit :  « Ben quoi tu lui ressembles encore à ta pouffiasse comme un jour de tempête ! T’es plus Josy juste un sosie à la mode Fredo ! » Esméralda repliée sous les coups gémit, le mécano la relève et ajoute : « T’es belle avec ton maquillage qui dégouline va te laver et me faire à bouffer. » Un coup sourd retentit Fredo s’écroule le nez dans le seau d’huile vidangée.

« Vite vite on file » Juste le temps de prendre papiers et gants et les deux belles s’envolent vers un ciel plus clément. Quelques kilomètre plus loin sur une aire de repos d’une route accueillante :

« Encore heureux qu’il ait réparé ta moto mais qu’est ce que tu lui trouvais à ton poilu ?

-Un air d’Elvis Presley… Dis donc j’admire ta force ! T’es musclée ma chérie !

-Pour l’admiration on va en rester là et puis ma cocotte faut que tu arrêtes la chanson !

-T’as raison et elle entonne «mon légionnaire». Version Esméralda !

« Ah tu connais Piaf ?J’admire ton humour.

-On file écouter Josy ?

-Tu perds pas le nord ma chérie ! » Et elles rirent enfin de bon cœur !

13 janvier 2017

LE PORTEUR DE BONHEUR

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Mes écrits 2017 — eructeuse @ 7 h 10 min

LE PORTEUR DE BONHEUR

Doucement doucement doucement se lève le soleil, ô ma jouvencelle ! Où es-tu ? Coincée sous quelle couette ou déjà partie faire de nouvelles pirouettes sur les chemins de ta vie où il faut la gagner pour avancer ? Ô ma pimprenelle, ensoleillée ou enneigée, mille pensées volent vers toi, la tempête de la nuit me glace encore le sang, avec de tes nouvelles la vie serait plus belle… Ah mon amoureuse partie pour plusieurs mois, mon cœur explose de toi, ah enfin le facteur…

« Bonjour, Marcel, tu as une lettre d’Amérique, avec de superbes timbres, c’est qu’il pèse l’amour !

- Merci monsieur René toujours le mot pour rire, pour peu je vous embrasserais ! ».

René est toujours heureux de donner de bonnes nouvelles et voir cet adolescent les yeux pétillants lui donne bien du contentement.

Il fut une époque où le facteur portait dans sa sacoche la littérature des amoureux et des amis…

Temps d’échanges écrits à la plume où le papier était roi, coloré décoré voire même parfumé. De jeunes gens laissaient des petits mots pour le facteur…

«  L’amitié n’attend pas… ».

C’était un beau métier que d’être celui qui est attendu comme livreur de bonheur ! Le facteur est encore bien souvent pour les vieilles personnes l’ami du matin ! Celui qui rend bien des services.

national géographie1

Image Anu Batista

20 mai 2015

PAMPHLÉTAIRE ! TERRE TERRE FIÈRE ÉTAIT MA MÈRE ET PLIÉE DE RIRE AUSSI IL FAUT LE DIRE

Classé dans : Idiotaime et La Bougresse,PATRIARCACA TIRONS LA CHASSE ! — eructeuse @ 9 h 59 min

Pamphlet écrit en juillet 2007

 

LETTRE À UN IMBÉCILE HEUREUX

 

 « Mais qu’est-ce qui se passe ? » s’inquiète Idiotaime devant le spectacle d’Âne vociférant, rageant, un article de Libé à la main (du 4-07-07) .

« Quoi, quoi, quoi, patriarcat ? Allons dis-moi ce qui t’assassine … »

 

C’EST DE TA FAUTE !

DE TA TRÈS GRANDE FAUTE !

 

« Tu ne sais pas la grande nouvelle de ce siècle ?! tempête Âne. Vlà que des spermatozoïdes batifolent tous seuls, donnent la vie et leur propriétaire n’était même pas au courant ! Pauvre homme ! »

 

Il est devenu géniteur malgré lui !

 

Je suis émerveillée (sic) devant tant d’innocence ! Boudiou ! Il bande, il jouit, mais il ne sait pas qu’il peut être père à chaque fois qu’il décharge ses balloches, ah ! C’est ballot ! Faut l’aider, l’éduquer ! Tous les enfants savent, eux, que la petite graine du papa sert à faire des bébés.

 

Eh du con ! dictionnaire Robert page 803

préservatif: enveloppe protectrice employée par l’homme contre les maladies … et comme moyen anticonceptionnel, contraceptif masculin

 

Contraceptif: voilà ce petit bout de caoutchouc (tu peux choisir la taille, la couleur, le parfum), tu le glisses (ou la dame) sur ton gland gonflé de plaisir et hop tes petites bêbêtes resteront dans le latex au moment crucial ! Tu vois ça préserve!! L’info passe ? Ah non ça glisse !

 

APRÈS CRIS ET GÉMISSEMENTS :

LA PLAINTE

 

Comment ?! explose Âne (Pas de plaisir) en continuant la lecture de l’article de libé;

 

QUOI !

IL A PORTÉ PLAINTE !

IL RÉCLAME JUSTICE !

 

Il croyait que la dame prenait la pilule. Où est le rapport si je puis me permettre ?

 

Depuis quand le fait d’assumer sa contraception féminine permet-il à l’homme d’occulter la sienne et le dédouane de s’occuper du suivi de ses petites graines librement éjaculées ?

 

 

Il vit à l’aube de l’humanité ou il est idiot chronique cet homme ?

Il s’aventure un soir, jouit et il porte plainte pour faute contre la femme.

 

POUR FAUTE !!

Je rêve !

 

Oh Cruella d’enfer, te voilà mal récompensée de lui avoir donné du plaisir !

Il parle de faire un enfant dans le dos, voyons, il sait bien que c’est pêché là ! ( sourire ) Il est perdu ce pauvre homme !

 

Oh femelle mâle veillante, oh lubrique donzelle en mâle de grossesse !

Cachez ce sein, plumeuse de spermatos, SALOPE !

 

Cette plainte est un non sens biologique, une dérive patriarcale, une insulte faite aux femmes ! Comment a-t-elle même pu être recevable !

 

Je serais pliée en deux si cette histoire n’était qu’un cauchemar, mais là ça dépasse l’entendement. Ne me dîtes pas que certains hommes ne participent toujours pas à la contraception?

 

Depuis la création du feu, auraient-ils stoppé leur évolution ???

 

Âne fustige son Libé à la main :

 

 

AH ! LES CHIENNES !

 

Non Monsieur Zemmour, les femmes ne font pas d’enfant dans le dos des hommes, (libé du 4-07-07) ils ne sont ni infantiles ni mineurs, ce n’est pas : « Jouis sans contrainte ! » pour les hommes et « Sois belle et tais-toi! » pour les femmes. Oui, Monsieur Zemmour, notre ventre nous appartient, il est indissociable de notre volonté !

Oui, nous décidons de vouloir « être mère ou pas »

Oui nous avons le choix ! En matière de contraception, chaque individu doit assumer sa propre fécondité !

 

 

L’OBSCUR OBJET DE DÉSIR !

 

La femme continue de porter le sceau de l’infamie toujours fautive, toujours punie, DE QUOI ? Crénondediou !

 

La guerre contre les femmes n’a jamais cessé: battues, lapidées, violées, excisées, voilées, brûlées, assassinées parce que fille et esclaves sexuelles des soldats.

 

De partout la femme est en danger: le patriarcat demeure, il rôde jusque dans nos institutions, au parlement, même dans la bouche des politiques, si peu friands de parité et vous ne voudriez pas que je crie au loup devant cette sexiste, misogyne, insultante plainte.

Oui, monsieur Langlois, (Politis du 5-07-07) nous sommes en terrain glissant, toutes ces attaques patriarcales sont « bonnes» à dénoncer !

 

Âne la Bougresselivre5

 

Fille, Mère, Soeur,

Pucelle, Mégère, Amie,Belliqueuse,Putain,Amante,

Harpie, Sorcière…

Femme

et outrageusement Incorrecte politiquement, na !

12 décembre 2014

ALLO LA BOUGRESSE

Classé dans : Idiotaime et La Bougresse,Mes livres — eructeuse @ 8 h 36 min

oui bonjour, oui la mère Bougresse livre avant Noël foi d’animal !

Dans mes bacs sous huit jours de la lecture comme s’il en pleuvait ?

Ben quelques soixante dix textes, à votre disposition si telle est votre envie,

un petit passage de présentation en début de livre :

 

Qui est donc Caroline Bordczyk ?

Elle a bien voulu nous répondre :

Au royaume des hommes, je suis écrivain, un Cahors alors !

Au soleil de mon égo, je suis écrichieuse assure assurément même Irrévéren…chieuse… C’est grave docteur ?

Au lavoir de ma grand-mère et toutes les femmes de ma famille, je suis écrilaveuse de linge sale, je suis le torchon qui s’use parce que j’en use…

Au fronton de ma libération, je suis écripieuse, sans relâche je passe ma vie comme une religieuse à la défense de la cause des femmes, vous savez les chieuses…

Au palais des mirages, je suis écririeuse car, ha ha ha, je ris de me voir si folle en votre miroir…

Dans ma campagne marnaise, entourée de champs de blé, de coteaux aux jolies grappes d’un raisin ensoleillé, enfant, j’ai joué sous le lavoir des femmes d’antan, nos belles femmes travailleuses sans illusion, j’ai gambadé avec mes ami-es aux sons de nos imaginations, j’ai couru parcouru nos belles forêts domaniales, gazelle tournoyante toujours par monts et vallons, frissonnant avec le vent, amoureuse des couleurs de chaque automne, je me suis nourrie de mes mères la terre et de Michèle ma fière maman, heureuse d’être fille, leur sang coule en mon cœur, je suis écriveine !

Maintenant la dame est en Aquitaine, c’est aussi beau ici que là-bas, en veux-tu, en voilà des nouvelles !

 …

Encore un écrit sur la route de mon militantisme, plume aux poings… souvenir de nos combats de tous les jours…

 Pamphlet écrit en mai 2007 qu’on peut aussi trouver dans la rubrique courrier des lecteurs du journal POLITIS, comme celui cité ci avant, de cette époque, vous noterez comme il a bon goût ! merci monsieur Langlois :

« A l’eau ! Pourquoi tu tousses ? »

« Pas assez de poutre aux yeux ? Voilà le temps qui 6 mai » s’apostrophe Âne, une ménagère de plus de cinquante ans du fond de son Aquitaine.

« Déluge ? Dis-tu ?» s’interroge Idiotaime, l’ami au cœur fidèle !

Danger

La tornade Nicolette s’est abattue sur la France avec pluie de félons.

« Ahr !!!! Pourvu que cela ne dure pas plus de 40 jours » s’inquiète le tendre Idiotaime.

Désenchanté

Après des averses de larmes et de mises en scène, le roi Râ ne peut supporter cette ubuesque fanfaronnade et sous son arche s’est caché, afin de ne point faire d’ombre au triomphal dandy, ficelé dans son costume Prada comme un bourrin dans un écrin !

Neuilly, Passy : La pradattitude.

Perturbation

L’eau coule sur les ponts; pour une rupture c’est une rupture !

Consternation/Dévastation

Arrive Fillon, le glaceur des retraites. Avec lui le peuple fut bien traité. Après l’avoir eu dans le fion, il se pourrait qu’il l’ait dans l’os : Adieu hôpital, sécu, service public…

La Perrettattitude

Ciel nuageux

S’ensuit Juppé le morose, du réchauffé ! C’est la planète qui va être contente. Surtout avec le défilé de certains verts, aux pas cadencés, droits dans leurs bottes : Le nucléaire, les O.G.M, les pesticides… A la trappe ces bagatelles élyséennes. Pauvre, pauvre, petite planète bleue.

Pluies diluviennes

La presse s’embourbe, plus mouillée tu meurs ! De concerts, nos informateurs roucoulent depuis un certain temps :« tous pour un, un pour lui ! ». Que du bonheur !

Et si par malheur, un bruit s’éveille tel que, dame Cécilia n’aurait point voté ce 6 mai là (grand bien lui fasse), la garde rapprochée vole au secours de sa belle (des fois que la ménagère de plus de 50 ans copierait) pour arrêter l’offense du dimanche…

Ahr ! c’est bien connu,si tu ne vas pas à Lagardère !

Truquée, tronquée, muselée, ce n’est plus de l’info, c’est du papier mâché ! grrrr ! C’est qu’ils mordraient les cabots du nabot !

« Arh ! Râ !! r ! ha ! » s’étouffe Idiotaime tel un naufragé fatigué.

Un règne chasse l’autre

Debout cher Idiotaime, prends ma main. Nous n’avons rien à attendre d’une poignée de privilégiés, haineux, crapuleux et de leurs sbires piaffant, rampant tels des courtisans d’anciens régimes en quête de quelques pouvoirs au sortir de l’isoloir. Pitoyable spectacle d’une sophiste gouvernance !

Il pleut toujours où c’est mouillé :

« Et en plus cela dure depuis plus de 20 jours » ajoute mon Idiotaime, contrarié par ce ciel très chargé…

La France est mon pays, ma terre, mon histoire: démocratique, laïque, républicaine et révolutionnaire. Nous n’allons pas laisser ce déluge libéral, vider la France de sa substantifique humanité.

42 jours, aux urnes citoyen(ne)s

Damnés que nous sommes ! Aux urnes et fasse le ciel que Paris ne s’éveille pas dans une oligarchie absolutiste !

 «  A l’eau, pourquoi tu tousses ? »

Qui est donc cette vilaine cachée sous son manteau de souillon qui a si mauvaise haleine, je vous laisse la découvrir un peu plus dans cette merveilleuse diatribe du cru du jus d’eau de boudin…

Pamphlet écrit en juillet 2007

LETTRE À UN IMBÉCILE HEUREUX

« Mais qu’est-ce qui se passe ? » s’inquiète Idiotaime devant le spectacle d’Âne vociférant, rageant, un article de Libé à la main (du 4-07-07) .

« Quoi, quoi, quoi, patriarcat ? Allons dis-moi ce qui t’assassine ?»

C’EST DE TA FAUTE !

DE TA TRÈS GRANDE FAUTE !

« Tu ne sais pas la grande nouvelle de ce siècle ?! tempête Âne. Vlà que des spermatozoïdes batifolent tous seuls, donnent la vie et leur propriétaire n’était même pas au courant ! Pauvre homme ! »

Il est devenu géniteur malgré lui !

Je suis émerveillée (sic) devant tant d’innocence ! Boudiou ! Il bande, il jouit, mais il ne sait pas qu’il peut être père à chaque fois qu’il décharge ses balloches, ah ! C’est ballot ! Faut l’aider, l’éduquer ! Tous les enfants savent, eux, que la petite graine du papa sert à faire des bébés.

Eh du con ! Dictionnaire Robert page 803

Préservatif : enveloppe protectrice employée par l’homme contre les maladies…et comme moyen anticonceptionnel, contraceptif masculin

Contraceptif : voilà ce petit bout de caoutchouc (tu peux choisir la taille, la couleur, le parfum), tu le glisses ou la dame sur ton gland gonflé de plaisir et hop tes petites bébêtes resteront dans le latex au moment crucial ! Tu vois ça préserve ! L’info passe ? Ah non ça glisse !

APRÈS CRIS ET GÉMISSEMENTS :

LA PLAINTE

Comment ?! explose Âne (Pas de plaisir) en continuant la lecture de l’article de libé.

QUOI !

IL A PORTÉ PLAINTE !

IL RÉCLAME JUSTICE !

Il croyait que la dame prenait la pilule. Où est le rapport si je puis me permettre ?

Depuis quand le fait d’assumer sa contraception féminine permet-il à l’homme d’occulter la sienne et le dédouane de s’occuper du suivi de ses petites graines librement éjaculées ?

Il vit à l’aube de l’humanité ou il est idiot chronique cet homme ?

Il s’aventure un soir, jouit et il porte plainte pour faute contre la femme.

POUR FAUTE !

Je rêve !

Oh Cruella d’enfer, te voilà mal récompensée de lui avoir donné du plaisir !

Il parle de faire un enfant dans le dos, voyons, il sait bien que c’est pêché là ! (sourire) . Il est perdu ce pauvre homme !

Oh femelle mâle veillante, oh lubrique donzelle en mâle de grossesse !

Cachez ce sein, plumeuse de spermatos, SALOPE !

Cette plainte est un non sens biologique, une dérive patriarcale, une insulte faite aux femmes ! Comment a-t-elle même pu être recevable !

Je serais pliée en deux si cette histoire n’était qu’un cauchemar, mais là ça dépasse l’entendement. Ne me dîtes pas que certains hommes ne participent toujours pas à la contraception ?

Depuis la création du feu, auraient-ils stoppé leur évolution ?

Âne fustige son Libé à la main :

AH ! LES CHIENNES !

Non Monsieur Zemmour, les femmes ne font pas d’enfant dans le dos des hommes, (libé du 4-07-07) ils ne sont ni infantiles ni mineurs, ce n’est pas : « Jouis sans contrainte ! » pour les hommes et « Sois belle et tais-toi ! » pour les femmes. Oui, Monsieur Zemmour, notre ventre nous appartient, il est indissociable de notre volonté !

Oui, nous décidons de vouloir « être mère ou pas »

Oui nous avons le choix ! En matière de contraception, chaque individu doit assumer sa propre fécondité !

L’OBSCUR OBJET DE DÉSIR !

La femme continue de porter le sceau de l’infamie toujours fautive, toujours punie, DE QUOI ? Crénondediou !

La guerre contre les femmes n’a jamais cessé: battues, lapidées, violées, excisées, voilées, brûlées, assassinées parce que fille et esclaves sexuelles des soldats.

De partout la femme est en danger: le patriarcat demeure, il rôde jusque dans nos institutions, au parlement, même dans la bouche des politiques, si peu friands de parité et vous ne voudriez pas que je crie au loup devant cette sexiste, misogyne, insultante plainte.

Oui, monsieur Langlois, (Politis du 5-07-07) nous sommes en terrain glissant, toutes ces attaques patriarcales sont «bonnes» à dénoncer !

Âne la Bougresse

Fille, Mère, Soeur,

Pucelle, Mégère, Amie, Belliqueuse, Putain, Amante,

Harpie, Sorcière…

Femme

et outrageusement incorrecte politiquement, na !

 Je suis née un 22 mars c’est dire si j’ai la sève révolutionnaire !

livre 1 et 4 c allo

 Et toujours dans la présentation :

PÉTARANTE AU REVEIL

 Je prétends

je m’étends 

je tends et sous-tends 

que je suis une prétentieuse, précieuse, licieuse,

lissement chieuse

une pédante prétendante chiante et molestante !

Pan !

Le réveil est sévère ?

Non, lucide !

Ben oui se présenter c’est la moindre des choses mais ce n’est pas le met principal …

à plus …

27 juillet 2014

Le problème est l’obéissance civile Howard Zinn

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 8 h 08 min
http://www.dailymotion.com/video/x17oc35

Matt Damon, un ami de longue date d’Howard Zinn et de sa famille, a lu des extraits d’un discours d’Howard Zinn qu’il a donné en 1970 dans le cadre d’un débat sur la désobéissance civile.

Le problème est l’obéissance civile

Howard Zinn (1970)

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~Résistance 71 blog Résistance solidaire au Nouvel Ordre Mondial

Je pars de la supposition que le monde est sens dessus-dessous, que les choses vont mal, que les personnes qui ne devraient pas être en prison le sont et celles qui le devraient ne le sont pas, que les personnes qui ne devraient pas être au pouvoir le sont et ceux qui devraient avoir plus de pouvoir n’en ont pas, que la richesse non seulement dans ce pays mais dans le monde est distribuée d’une manière qu’une petite réforme n’est pas suffisante, mais qu’une refonte totale du système d’allocation de la richesse est nécessaire. Je pars de la supposition que nous n’avons pas trop de choses à dire à ce sujet car il nous suffit de penser un instant à l’état du monde d’aujourd’hui pour que nous nous rendions compte que tout est à l’envers. Daniel Berrigan, un prêtre catholique, un poète qui s’oppose à la guerre, est en prison tandis que J. Edgard Hoover est libre comme l’air voyez-vous. David Dellinger, qui a combattu la guerre depuis qu’il est haut comme çà et utilisé toute son énergie et sa passion contre elle, est en grand danger d’aller en prison, tandis que les perpétrateurs du massacre de My Lai ne comparaissent devant aucune cours de justice. Ils sont à Washington, remplissant diverses fonctions importantes et subordonnées, qui ont à faire avec la perpétration de massacres, qui les surprennent quand ils surviennent. A l’université d’état de Kent, quatre étudiants ont été tués par la garde nationale et des étudiants ont été inculpés. Dans chaque ville de cette nation, des participants lors de manifestations, qu’ils aient manifesté ou pas, sont attaqués et matraqués par la police, puis sont arrêtés et détenus pour avoir attaqué un policier.

J’ai étudié attentivement tout ce qu’il se passe chaque jour dans les palais de justice de Boston, Massachussetts. Vous seriez abasourdis, ou peut-être pas, si vous avez vécu, peut-être avez-vous été frappés par le cycle quotidien d’injustice qui coule au sein de cette chose merveilleuse qu’on appelle la procédure légale. Bon, ceci est mon postulat.

Tout ce que vous avez à faire est de lire les lettres de Seledad de George Jackson, qui fut condamné à une lourde peine de prison, dont dix effectuées, pour un bracage de 70 dollars dans une station essence et il y a ce sénateur américain qui a gardé 185 000 dollars par an, ou quelque chose d’avoisinant, de l’allocation sur le manque d’essence. D’un côté c’est un vol, de l’autre une législation. Quelque chose ne va pas, quelque chose ne va pas du tout quand nous envoyons 10 000 bombes remplies de gaz neurotoxiques à travers le pays et qu’on les immerge dans la piscine d’un autre pour ne pas déranger la nôtre. Alors vous perdez le sens de la perspective après un moment. Si vous ne pensez pas, si vous ne faites que regarder la télévision et lisez de la littérature académique, alors vous commencez à penser que les choses ne vont pas si mal, ou que simplement de petites choses sont à côté de la plaque. Mais vous devez vous détacher un peu, puis revenir contempler ce monde et là, vous êtes horrifiés. C’est pourquoi nous devons partir de cette supposition que les choses sont sens dessus-dessous.

Et notre sujet est sens dessus-dessous: La désobéissance civile. Dès que vous prononcez le mot désobéissance civile comme sujet d’étude, vous dites que notre problème est la désobéissance civile. Ce n’est pas notre problème… Notre problème est l’obéissance civile. Notre problème est le nombre de gens qui ont écoutés les diktats des leaders de leurs gouvernements et qui sont allés en guerre de part le monde et des millions de gens ont été tués à cause de cette obéissance. Notre problème est cette scène dans “A l’Ouest rien de nouveau” où les élèves marchent comme un seul homme vers leur devoir de faire la guerre. Notre problème est que les gens sont obéissants, partout dans le monde, face à la pauvreté, face à la famine, la stupidité, la guerre et la cruauté. Notre problème est que les gens obéissent et que les prisons sont pleines de petits délinquants, tandis que les grands truands gèrent le pays. C’est notre problème. Nous reconnaissons ce fait pour l’Allemagne nazie. Nous savons que le problème là-bas fut l’obéissance, que le peuple a obéit à Hitler. Les gens ont obéit et cela est mal. Ils auraient dû défier et résister le système et si seulement nous avions été là, nous leur aurions montré. Même dans la Russie de Staline nous pouvons comprendre que les gens sont obéissants, tous ces moutons.

Mais l’Amérique est différente. C’est ce qu’on nous a inculqué depuis toujours. Depuis le temps où nous étions haut comme trois pommes et je l’entends toujours résonner dans la déclaration de Mr Frankel, marquez une, deux, trois, quatre, cinq choses sympas à propos de l’Amérique que nous ne voulons pas trop déranger. Mais si nous avons appris quoi que ce soit ces dix dernières années, c’est que ces quelques jolies choses à propos de l’Amérique ne furent jamais jolies. Nous avons été expansionnistes, agressifs, et mal intentionnés envers les gens de ce pays et ce de manière très injuste. Nous n’avons jamais eu quelque justice que ce soit dans les cours de justice pour les pauvres, pour les noirs, pour les radicaux. Comment pouvons-nous affirmer que l’Amérique est tellement spéciale ? Elle n’est pas spéciale. Vraiment pas.

Et bien, ceci est notre sujet, notre problème: l’obéissance civile. La loi est très importante. Nous parlons ici d’obéissance à la loi, cette merveilleuse invention des temps modernes, que nous attribuons à la civilisation occidentale et dont nous parlons avec fierté. La règle de la loi, oh, comme c’est merveilleux, tous ces cours sur la civilisation occidentale, partout. Vous rappelez-vous ces tristes temps où les gens étaient exploités par le féodalisme ? Tout était si terrible au Moyen-Age, mais maintenant, nous avons la civilisation occidentale, la règle de la loi. La règle de la loi a maximisé et régularisé l’injustice qui existait avant elle, voilà ce que la règle de la loi, le système légal a fait. Commençons à regarder ce système de manière réaliste et non pas avec cette suffisance métaphysique avec laquelle nous l’avons toujours observé auparavant.

Quand dans toutes les nations du monde, la règle de la loi est la chérie des leaders et la peste du peuple, alors nous devons commencer à reconnaitre ceci. Nous devons transcender ces frontières nationales dans notre pensée. Nixon et Brejnev ont plus en commun entre eux que nous avec Nixon. J. Edgar Hoover a plus en commun avec le chef de la police secrète soviétique qu’avec nous. C’est la motivation internationale à suivre la loi et l’ordre qui lie les leaders de toutes les nations dans un lien de camaraderie si solide. C’est pour cela que nous sommes toujours surpris, quand lorsqu’ils se retrouvent, ils sourient, se serrent les mains, fument des cigares, ils s’aiment entre eux et ce indépendemment de ce qu’ils disent. C’est comme les partie républicain et démocrate, qui clâment à qui veut les entendre qu’ils feront une grande différence si l’un ou l’autre gagne et pourtant, c’est toujours la même chose. Au bout du compte… C’est eux contre nous.

Yossarian avait raison, vous vous rappelez, dans Catch 22 ? Il a été accusé d’avoir donné aide et réconfort à l’ennemi, ce dont personne ne devrait jamais être accusé et Yossarian dit alors à son ami Clevinger: “L’ennemi est quiconque en veut à notre peau de quelque côté que cela vienne”. Mais cela n’eut pas d’effet, alors il ajouta: “Maintenant tu te rappelles bien de çà ou un jour tu seras tué.” Et vous vous rappelez, quelque temps plus tard, Clevinger mourut. Nous devons nous rappeler en toute circonstance que nos ennemis ne sont pas divisés le long de lignes nationales, que les ennemis ne sont pas des gens qui parlent une langue différente et qui vivent dans des territoires différents. Les ennemis sont ceux qui veulent nous tuer. On nous demande: “et si tout le monde désobéissait à la loi ?” Mais une meilleure question serait: “et si tout le monde obéissait à la loi ?” La réponse à cette question est plus facile à trouver parce que nous avons énormément d’évidences empiriques sur ce qu’il se passe quand tout le monde obéit à la loi ou si la plupart des gens lui obéissent. Ce qu’il se passe est ce qu’il s’est passé, ce qu’il se passe maintenant. Pourquoi les gens révèrent-ils la loi ? et nous le faisons tous, même moi je dois lutter, car cela a été intégré dans mes os très jeune, lorsque j’étais boy scout. Une des raisons pour laquelle nous révérons la loi est à cause de son ambivalence. Dans le monde moderne nous devons gérer des mots, des phrases qui ont plusieurs sens, comme par exemple “sécurité nationale”. Ah oui, nous devons faire ceci pour la “sécurité nationale”. Ok, qu’est-ce que cela veut dire ? La sécurité nationale de qui ? Où ? Quand ? Pourquoi ? On ne prend pas la peine de répondre à ces questions… même pas de les poser.

La loi cache bien des choses. La loi est la “Bill of Rights”, la déclaration des droits, c’est ce à quoi nous pensons lorsque nous développons notre révérence à la loi. La loi est quelque chose qui nous protège, la loi est notre droit, la loi est la constitution. Le jour de la déclaration des droits, concours de dissertation sur le sujet par la Légion Américaine, c’est la loi. C’est bien.

Mais il y a un autre aspect de la loi qui n’est pas mis sur un piedestal, la législation qui continue jour après jour, mois après mois, année après année, depuis le début de la république et qui aloue les ressources de ce pays de telle façon que cela laisse quelques personnes très riches et bien d’autres très pauvres et d’autres courant comme des poulets sans tête pour s’octroyer le peu qui reste. C’est la loi. Si vous allez en fac de droit, vous verrez tout cela. Vous pouvez quantifier tout cela en comptant simplement le nombre de gros bouquins de droit que les gens trimballent avec eux et voir sur combien d’entre eux pouvez-vous y lire “droit constitutionnel” et combien aussi mentionnent: “propriété”, “contrats”, “délits”, “droit commercial”. Voilà ce que la loi représente en grande majorité. La loi est l’allocation de pénurie d’essence, bien que nous n’ayons pas de jour de pénurie d’essence, nous n’écrivons pas de dissertations au sujet de la loi sur l’allocation sur la pénurie d’essence. Il y a donc une partie de la loi qui est mise en exergue, voilà la loi, la constitution et il y a les autres parties de la loi, celles qui font leur boulot en sourdine et personne n’en dit rien.

Cela a commencé il y a bien longtemps. Quand la Bill of Rights fut passée en première instance, vous vous rappelez, dans le premier gouvernement de Washington ? Super truc ! La Bill of Rights est passée ! Roulements de tambours. Dans le même temps le programme économique d’Alexander Hamilton fut également passé. Propre sur lui, calme, l’argent aux riches, je simplifie un peu, mais pas tant que çà. Le programme économique de Hamilton a tout déclenché. Vous pouvez tracer une ligne directe entre son programme économique et la loi sur l’allocation sur la pénurie d’essence, jusquà l’effacement des impôts pour les entreprises. De A à Z, c’est l’histoire. Publicité pour la Bill of Rights, catimini pour la législation économique.

Vous savez que faire respecter les différentes parties de la loi est aussi important que la publicité faite autour des différentes parties de la loi. La Bill of Rights est-elle respectée ? Pas vraiment. Vous allez découvrir que la liberté d’expression et de parole dans la loi constitutionnelle est un concept très ambigu et opaque. Personne ne sait vraiment quand est-il ok pour vous de vous lever pour parler et quand çà ne l’est pas. Analysez simplement toutes les décisions de la cour suprême des Etats-Unis. Vous parlez de la prédictabilité d’un système alors qu’on ne peut pas prévoir ce qu’il va vous arriver si vous vous mettez à un coin de rue et commencez à parler. Essayez de trouver les différences entre le cas de Terminiello et celui de Feiner et essayez de prédire ce qu’il va se passer. Au fait, il y a une part de la loi qui elle n’est pas vague du tout et celle-ci implique le fait de distribuer des tracts dans la rue. La cour suprême a été très claire là-dessus. Décision après décision, on nous accorde le droit indéniable de distribuer des tracts dans la rue. Essayez. Allez juste dans la rue et distribuez des tracts. Lorsqu’un policier survient et vous dit: “circulez !” vous lui dites: “Ah ah ! Connaissez-vous la jurisprudence de Marsh contre l’état d’Alabama en 1946 ?” Ceci est la réalité de la Bill of Rights. Ceci est la réalité de la constitution, cette portion de la loi qui nous est dépeinte comme superbe et merveilleuse. De plus, sept ans après le passage de la Bill of Rights, qui stipule clairement que “le congrès n’a pas le droit de restreindre la liberté d’expression et de parole”, le congrès passa une loi restreignant la liberté d’expression et de parole: Vous souvenez-vous ? le Sedition Act de 1798.

Ainsi la constitution, la Bill of Rights ne furent pas respectées. Le programme d’Alexander Hamilton le fut, parce que lorsque les fermiers du whisky se rebellèrent vous vous souvenez en 1794 en Pennsylvanie ? Hamilton lui-même monta sur son cheval pour aller réprimer la révolte afin de s’assurer que la loi de l’impôt sur le revenu soit appliquée. Vous pouvez tracer cette histoire jusqu’à aujourd’hui, quelles lois sont appliquées et lesquelles ne le sont pas. Vous devez donc être prudents quand vous dites: “Je suis pour la loi, je révère et obéis à la loi” De quelle partie de la loi parlez-vous ? Je ne suis pas contre la loi. Je pense en outre, que nous devrions commencer à faire une distinction importante au sujet de quelles lois font quoi et à quelles catégories de gens.

Il y a d’autres problèmes avec la loi. C’erst bizarre, nous pensons que la loi amène l’ordre. La loi ne l’amène pas. Comment savons-nous que la loi n’amène pas l’ordre ? Regardez autour de vous. Nous vivons sous le coup de la loi. Avez-vous noté quel ordre avons-nous ? Les gens disent que nous devons nous méfier de la désobéissance civile car elle mène à l’anarchie. Regardez bien le monde actuel, qui est le résultat de la règle de la loi. Ceci est au plus près de ce que les gens appelle “l’anarchie” dans la confusion des esprits populaires, que nous qualifierions ici de chaos, de banditisme international. Le seul ordre qui vaille vraiment quelque chose ne vient pas au travers du respect, du renforcement de la loi, il vient de l’établissement d’une société qui est juste et dans laquelle des relations harmonieuses sont établies et dans laquelle vous avez un minimum de régulations pour créer une forme décente d’arrangements parmi les gens. Mais l’ordre fondé sur la loi et sur la force de la loi est l’ordre de l’état totalitaire, et cela mène inévitablement soit à l’injustice totale ou éventuellement à la rebellion, en d’autres termes, à un très grand désordre.

Nous grandissons tous avec cette notion que la loi est sacrée. Ils ont demandé à la mère de Daniel Berrigan ce qu’elle pensait de son fils qui enfreignait la loi. Il a brûlé des archives et documents de la conscription militaire, un des actes les plus violents de ce siècle sans nul doute, en protestation contre la guerre, il a été condamné à être emprisonné comme tout criminel se doit de l’être. Ils ont demandé à sa mère, qui a plus de 80 ans, ce qu’elle pensait de son fils hors-la-loi. Elle a regardé le journaliste droit dans les yeux et lui a dit: “Ce n’est pas la loi de Dieu”. Nous avons une tendance à oublier cela. Il n’y a rien de sacré à propos de la loi. Pensez à qui fait les lois. La loi n’est pas faite par Dieu, elle est faite par Strom Thurmond. Si vous avez une notion de sainteté, de beauté, de révérence à propos de la loi, regardez bien les législateurs de cette nation, ceux et celles qui font les lois. Allez vous assoir dans une session législative de votre état, allez assister à une session du congrès, car ces gens sont ceux qui font les lois que nous sommes supposés révérer.

Tout ceci est fait de manière à nous tromper. C’est cela le problème. Dans le temps, les choses étaient confuses, vous ne saviez pas; maintenant vous savez. C’est écrit dans les livres.  Maintenant nous avons une procédure légale, Les mêmes choses se passent qu’auparavant, sauf que nous sommes passés par les bonnes procédures. A Boston, un policier est rentré dans un hôpital et a fait feu cinq fois sur un noir qui l’avait fouetté au bras avec une serviette éponge et le tua. Une procédure judiciare fut engagée, Le juge décida que le policier avait eu raison, parce que s’il ne l’avait pas fait, il aurait perdu le respect de ses collègues. Ceci est ce qui s’appelle une procédure légale, à savoir le type n’a pas échappé au système. On est passé par la procédure en bonne et dûe forme et tout fut règlé. Le decorum, la caractéristique de la loi nous abusent.

La nation fut fondée sur le non respect de la loi, puis vint la constitution et la notion de stabilité que Madison et Hamilton aimaient beaucoup. Ensuite, nous trouvons une période cruciale dans notre histoire où le cadre légal ne suffisait plus et afin d’abolir l’esclavage, nous avions besoin de nous écarter du cadre légal, comme nous avions dû le faire du temps de la révolution ou de la guerre civile. L’union a du sortir du cadre légal afin d’établir certains droits dans les années 1930 et en ce moment, qui est peut-être encore plus critique que la révolution ou la guerre civile, les choses sont si horribles, que nous devons sortir du cadre légal juste pour dire quelque chose, pour prendre position, pour résister, pour commencer à établir le modèle d’institutions et de relations qu’une société décente devrait avoir. Non, pas juste casser et démolir les choses, et en construire d’autres. Mais même si vous essayez de construire des choses qui ne sont pas supposées être construite, vous essayez de construire un parc populaire, ce n’est pas détruire quelque chose, vous construisez quelque chose, mais c’est illégal, la milice vient et vous vire. Voilà la forme que prendra de plus en plus la désobéissance civile: les gens vont construire une nouvelle société au milieu de la vieille obsolète.

Qu’en est-il du vote et des élections ? On nous dit que nous n’avons pas trop besoin de la désobéissance civile parce que nous pouvons nous en remettre au système électoral. Et pourtant, nous devrions avoir appris depuis tout ce temps, mais peut-être ne l’avons nous pas, parce que nous avons grandi avec cette notion que l’isoloir est un endroit sacré, presque comme un confessional. Vous entrez dans l’isoloir, vous en sortez, ils prennent une photo et vous mettez le papelard dans l’urne avec un visage béat. Vous avez voté, c’est la démocratie. Mais si vous lisiez ce que les politologues disent, mais qui le peut vraiment je vous l’accorde ? au sujet de la procédure électorale, vous verriez que ce processus de vote est une supercherie. Les états totalitaires adorent le vote. Vous amenez les gens aux urnes et vous obtenez leur consentement, leur approbation. Je sais qu’il y a une différence, ils ont un seul parti, nous en avons deux. Vous voyez… Nous avons un parti de plus qu’eux…

J’assume que ce que nous essayons de faire, est de vraiment retourner aux principes, aux buts et à l’esprit de la déclaration d’indépendance. Cet esprit est celui de la résistance à une autorité illégitime et à des forces qui privent les gens de leur vie, de leur liberté, de leur droit de poursuivre le bonheur et donc, sous ces conditions, ils clâment le droit d’altérer ou d’abolir leur forme courante de gouvernement, en insistant sur ce terme d’abolir. Mais pour rétablir les principes de la déclaration d’indépendance, nos allons devoir sortir du cadre légal, d’arrêter d’obéir à des lois qui demandent de tuer ou qui aloue la richesse de la façon dont cela a été fait, ou de mettre des gens en prison pour de petit délits et laisser les grands criminels libres. Mon espoir est que cet esprit de résistance reprenne corps non seulement dans ce pays, mais aussi dans bien d’autres car ils en ont besoin. Les peuples de tous les pays ont besoin de la désobéissance à l’état, qui n’est pas une entité métaphysique mais une entité de force brute et de richesse et nous avons besoin d’une forme de déclaration d’inter-dépendance entre les peuples de tous les pays du monde, peuples qui aspirent tous à la même chose.

Source:http://www.thirdworldtraveler.com/Zinn/CivilObedience_ZR.html

=  =  =

17 juillet 2013

Je suis féministe pourquoi pas vous ?

Pamphlet écrit en juillet 2007

LETTRE À UN IMBÉCILE HEUREUX

 « Mais qu’est-ce qui se passe ? » s’inquiète Idiotaime devant le spectacle d’Âne vociférant, rageant, un article de Libé à la main (du 4-07-07) .

« Quoi, quoi, quoi, patriarcat ? Allons dis-moi ce qui t’assassine … »

C’EST DE TA FAUTE !

DE TA TRÈS GRANDE FAUTE !

« Tu ne sais pas la grande nouvelle de ce siècle ?! tempête Âne. Vlà que des spermatozoïdes batifolent tous seuls, donnent la vie et leur propriétaire n’était même pas au courant ! Pauvre homme ! »

Il est devenu géniteur malgré lui !

Je suis émerveillée (sic) devant tant d’innocence ! Boudiou ! Il bande, il jouit, mais il ne sait pas qu’il peut être père à chaque fois qu’il décharge ses balloches, ah ! C’est ballot ! Faut l’aider, l’éduquer ! Tous les enfants savent, eux, que la petite graine du papa sert à faire des bébés.

Eh du con ! dictionnaire Robert page 803

préservatif: enveloppe protectrice employée par l’homme contre les maladies … et comme moyen anticonceptionnel, contraceptif masculin

Contraceptif: voilà ce petit bout de caoutchouc (tu peux choisir la taille, la couleur, le parfum), tu le glisses (ou la dame) sur ton gland gonflé de plaisir et hop tes petites bêbêtes resteront dans le latex au moment crucial ! Tu vois ça préserve!! L’info passe ? Ah non ça glisse !

APRÈS CRIS ET GÉMISSEMENTS :

LA PLAINTE

Comment ?! explose Âne (Pas de plaisir) en continuant la lecture de l’article de libé;

QUOI !

IL A PORTÉ PLAINTE !

IL RÉCLAME JUSTICE !

Il croyait que la dame prenait la pilule. Où est le rapport si je puis me permettre ?

Depuis quand le fait d’assumer sa contraception féminine permet-il à l’homme d’occulter la sienne et le dédouane de s’occuper du suivi de ses petites graines librement éjaculées ?

Il vit à l’aube de l’humanité ou il est idiot chronique cet homme ?

Il s’aventure un soir, jouit et il porte plainte pour faute contre la femme.

POUR FAUTE !!

Je rêve !

Oh Cruella d’enfer, te voilà mal récompensée de lui avoir donné du plaisir !

Il parle de faire un enfant dans le dos, voyons, il sait bien que c’est pêché là ! ( sourire ) Il est perdu ce pauvre homme !

Oh femelle mâle veillante, oh lubrique donzelle en mâle de grossesse !

Cachez ce sein, plumeuse de spermatos, SALOPE !

Cette plainte est un non sens biologique, une dérive patriarcale, une insulte faite aux femmes ! Comment a-t-elle même pu être recevable !

Je serais pliée en deux si cette histoire n’était qu’un cauchemar, mais là ça dépasse l’entendement. Ne me dîtes pas que certains hommes ne participent toujours pas à la contraception?

Depuis la création du feu, auraient-ils stoppé leur évolution ???

Âne fustige son Libé à la main :

AH ! LES CHIENNES !

Non Monsieur Zemmour, les femmes ne font pas d’enfant dans le dos des hommes, (libé du 4-07-07) ils ne sont ni infantiles ni mineurs, ce n’est pas : « Jouis sans contrainte ! » pour les hommes et « Sois belle et tais-toi! » pour les femmes. Oui, Monsieur Zemmour, notre ventre nous appartient, il est indissociable de notre volonté !

Oui, nous décidons de vouloir « être mère ou pas »

Oui nous avons le choix ! En matière de contraception, chaque individu doit assumer sa propre fécondité !

L’OBSCUR OBJET DE DÉSIR !

La femme continue de porter le sceau de l’infamie toujours fautive, toujours punie, DE QUOI ? Crénondediou !

La guerre contre les femmes n’a jamais cessé: battues, lapidées, violées, excisées, voilées, brûlées, assassinées parce que fille et esclaves sexuelles des soldats.

De partout la femme est en danger: le patriarcat demeure, il rôde jusque dans nos institutions, au parlement, même dans la bouche des politiques, si peu friands de parité et vous ne voudriez pas que je crie au loup devant cette sexiste, misogyne, insultante plainte.

Oui, monsieur Langlois, (Politis du 5-07-07) nous sommes en terrain glissant, toutes ces attaques patriarcales sont « bonnes» à dénoncer !

Âne la Bougresse

Fille, Mère, Soeur,

Pucelle, Mégère, Amie,Belliqueuse,Putain,Amante,

Harpie, Sorcière…

Femme

et outrageusement Incorrecte politiquement, na !

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus