Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

  • Accueil
  • > Recherche : balance porc

11 janvier 2018

A la curée !

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 7 h 55 min

Il fallait bien que le retour du bâton arrive, à force de maltraitance la parole jaillit et il fallait bien s’attendre à des réactions d’où le mot réactionnaire, pour défendre les dominants, les queutards, qui sont on le sait de tout milieu social ! Quant à parler de féminisme on s’égare encore ! Je n’avais encore rien écrit de peur (lol) d’être grossière,colère on a déjà dit, suite à la publication de mon ouvrage (très très cru) contre le patriarcat que j’étais une féministe enragée, il faut croire que maintenant que j’en suis une parmi des milliers d’enragées re lol ! Je me marre grave quand certaines bourges viennent défendre la dite liberté sexuelle !

Ci-joint un article de Libération intéressant avec quelques unes de mes annotations !

Les femmes qui ont paraphé la tribune sont aussi bien des féministes individualistes que des néoconservatrices avérées.

  • Tribune sur la liberté sexuelle : cent signataires aux signaux contradictoires

Elles ont signé une tribune collective mais chacune se vit comme unique. Soit par son talent d’actrice (Catherine Deneuve), de chanteuse (Ingrid Caven, égérie de Fassbinder) ou d’écrivaine (Catherine Millet). Ces femmes, les plus célèbres et respectées de la tribune «Des femmes libèrent une autre parole», ont fait de la liberté l’axe de leur vie, et de la sexualité tout sauf un tabou, voire une profession (Brigitte Lahaie). Le fric libère la femme c’est le créneau des féministes libéralistes ! PTDR ! Des femmes dont les carrières sont autant d’affirmations féministes singulières, à défaut d’en faire une cause commune. Même si elle avait signé le Manifeste des 343 en 1971, Catherine Deneuve expliquait en novembre au magazine Technikart : «C’est vrai que je n’ai pas été une figure du féminisme, comme par exemple Delphine Seyrig l’a été. […] J’ai eu du mal à adhérer au groupe, quel qu’il soit.» être féministe c’est tous les jours, dans les actes de la vie courante, partout… Mais c’est bien bien de temps en temps d’élever sa voix pour des causes justes ! Défendre des harceleurs quel malheur de voir ça !

A lire aussi Liberté sexuelle : une tribune qui importune

Connue pour la Vie sexuelle de Catherine M., Catherine Millet analysait le mouvement Balance ton porc sur France Inter : «Si toutes les jolies filles fuient maintenant les hommes de peur d’être harcelées, peut-être que celles qui sont moins jolies peuvent en profiter pour trouver leur place auprès de ces hommes.» Sans doute fallait-il entendre tout l’humour d’une intellectuelle à l’esprit acéré… Ah ah  l’humour d’un intellectuelle  ! Dans le contexte de l’affaire Weinstein, cela passa au mieux pour de la maladresse, au pire pour le déphasage d’une femme toute à son histoire, coupée de son époque.

J’ai lu le livre de Catherine Millet car un ami me demanda mon avis sur sa soi disante liberté sexuelle et la réponse est dans mon livre contre le patriarcat  » BRAME AU DESSUS D’UN NID DE COCOTTES » publié en 2014, dans le chapitre 2: les intellectuelles plus libérées que les manuelles ? Avec le titre : Béance sexubérance dans la partie trois de l’ouvrage Femmes d’avenir…

J’avais été particulièrement choquée par sa position sur le viol c’est pour cela que je n’avais pas voulu lire son livre ! Le lire fut particulièrement intéressant et me conforta dans ce que je pensais : être un con à disposition être la pute royale c’est ce qu’attendent les queutards des femmes et si prêter à leurs seuls désirs c’est être une femme libre !! « Rien ne m’encourage plus que de m’entendre dire que je suis la meilleure des suceuses »…

Quand on a été la pute royale des porcs c’est sûr qu’on ne va pas cracher dans la soupe : « Je n’exagère pas si je dis que jusqu’à 35 ans environ, je n’ai pas envisagé que mon propre plaisir puisse être la finalité d’un rapport sexuel, je ne l’avais pas compris… Autant dire dire que j’ai fait passer au second plan mon propre plaisir…Pendant une grande partie j’ai baisé dans l’indétermination complète du plaisir »

Et être un con à disposition va de paire avec l’acceptation du  sic déplaisir :  » j’endure de la même façon tous les aléas du coït, les excentricités des uns et des autres comme les petites misères physiques, cela relève du pouvoir de programmer son corps indépendamment des relations physiques… on se fiche pas mal du déplaisir… Comment expliquer autrement que pendant des années les mêmes hommes m’ont causé les mêmes désagréments, sans que je me plaigne ni que je cherche à les éviter ? «  Tout est dit alors pas étonnant que Catherine Millet signe une tribune pour défendre le droit d’importuner sic !

Inestimable

Nombre des signataires de la tribune viennent du monde de la culture (l’éditrice Joëlle Losfeld, l’écrivaine Cécile Guilbert, l’artiste Gloria Friedmann), cette société dans la société où elles ont pu cultiver et affirmer leur personnalité pleine et entière. Elles ont appris à dire non, ne sont pas des subalternes. C’est cette liberté, inestimable, celle d’être l’égale des hommes, qui les pousse à rejeter ce féminisme qui ferait des femmes des éternelles victimes, de pauvres choses fragiles, à la merci de la puissance sexuelle masculine. Elles refusent de faire des hommes des ennemis systématiques du genre féminin, quitte à mal les défendre.

Des femmes, plus jeunes, d’une autre génération (la psychanalyste Sarah Chiche, les essayistes Abnousse Shalmani et Peggy Sastre) partagent ce féminisme individualiste et «non puritain». «J’ai ressenti comme une énorme bouffée d’oxygène en entendant Catherine Millet s’exprimer sur les excès de Balance ton porc», affirme Peggy Sastre. La même déclarait en novembre au Figaro, interviewée par la journaliste néo-réac Eugénie Bastié : «La notion de « culture du viol » n’est absolument pas démontrée.»

Antiféminisme

Interroger la doxa féministe est nécessaire, mais l’exercice peut vite tourner à de l’antiféminisme, un créneau médiatique où des places sont à prendre. Et c’est là que la liste des signataires de la tribune perd de sa cohérence, incluant des représentantes de l’antiféminisme et du néoconservatisme. La psychanalyste Hélène Vecchialini s’est fait connaître dans les années 2000 en défendant les hommes victimes de la surpuissance féminine («sans de vrais hommes, point de vraies femmes»). Johnny fait moi mal !La polémiste Elisabeth Lévy est encore plus connue pour dénoncer le «politiquement correct» du féminisme – dans son magazine Causeur, elle avait publié en 2013 le manifeste «Touche pas à ma pute», contre la loi pénalisant les clients des prostituées. Voir aussi ce que j’ai écrit sur ce manifeste c’est dans le blog marquer 348 ou manifeste, j’ai réagi aussi tôt donc en novembre 2013 !

On trouve également Sophie de Menthon, chantre de l’entreprise néolibérale et heureuse. Après l’affaire DSK, elle avait déclaré aux Grandes Gueules sur RMC à propos de Nafissatou Diallo : «Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte ? […] Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux.» Mercredi, elle récidivait sur CNews, à propos de la tribune. «Si mon mari ne m’avait pas un peu harcelée, peut-être que je ne l’aurais pas épousé…» PTDR c’est fort de féminisme ! On nage en pleine confusion.

Cécile Daumas

15 novembre 2017

Quand t’as pas compris que non c’est non !

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 7 h 04 min

Prise de tête par Delucq

Delucq9

Balance ton porc ma chérie !

13 ans !

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr !,Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 6 h 36 min

T’as treize ans tu n’as pas toutes tes dents, t’as pas férocement tes règles, t’as treize t’es encore une enfant, tu ne lis pas forcément Elle, ni t’identifies aux chanteuses à succès de la planète fric, et combien même, t’as treize ans,  il faudra encore du temps pour que tu aies le droit de voter et la loi va te jeter en pâture dans les bras des adultes ?

D’un côté on a balance ton porc et de l’autre on a j’te balance, porc, des enfants !

Qui rit qui rit ?

080430040021176052010221

23 octobre 2017

Procédés fallacieux falsificateurs nuançons nuançons

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 9 h 49 min

Encore un article fort intéressant par Raphaêl Enthoven philosophe

Le Parti Unanime règne en maître sur Twitter et il tue le débat

Le PU est un parti transcourant puissant composé des éléments les plus dogmatiques. Son ennemi n’est pas le racisme, ni l’antiracisme, ni les bourgeois ni les prolétaires, mais la nuance.

Juste un passage :

Ce n’est pas l’idéologie qui réunit les encartés du PU. C’est la méthode: le Parti Unanime est le parti qui demande aux gens de penser comme ils ont l’air d’être.

Pour en faire partie, il suffit de dire à celui dont l’opinion contredit la vôtre qu’il pense comme il est. Ou de discréditer la parole qui déplaît, en lui faisant le procès de son origine. Partant du principe qu’on décide avant de délibérer, le PU interdit tout raisonnement en l’indexant sur une appartenance.

Ainsi fonctionne la propagande à l’ère des réseaux sociaux: elle brandit des faits qu’elle découpe et met en scène pour leur donner la forme qui convient aux followers qui n’ont plus qu’à jouer le rôle de régie publicitaire, en retweetant et popularisant la bombe sale d’une information bidon.

Si vous êtes climato-alarmiste, le PU vous accusera d’être un écolo rêveur et indifférent aux contraintes modernes de la production, mais si vous êtes climatosceptique, le PU vous soupçonnera de travailler pour les lobbys pétroliers.

Si vous pointez le dévoiement de l’antiracisme en « non-mixité » et le paradoxe d’une lutte contre les discriminations qui passe elle-même par l’exclusion des blancs, on vous reprochera d’être un mâle blanc et de parler à ce titre. Mais si vous n’êtes pas un mâle blanc et que vous persistez à voir dans la non-mixité un renouvellement du racisme qu’elle prétend combattre, le PU verra en vous « l’idiot utile » de vos propres adversaires.

Si (comme c’était mon cas) tout en vous indignant que les Inrockuptibles fassent leur Une avec Bertrand Cantat, tout en déplorant qu’une association « féministe » comme Lallab refuse la pénalisation du harcèlement de rue, tout en prenant conseil auprès de femmes victimes de viol et de harcèlement avant de rédiger une chronique sur le sujet, et tout en vous félicitant qu’avec #balancetonporc la parole se libère enfin et la peur change de camp, vous osez attirer, néanmoins, l’attention sur les problèmes inévitables que pose un appel à la délation (« balance »), le PU mettra tout en œuvre (et fouillera dans vos archives) pour démontrer qu’en réalité vous êtes misogyne et raciste, et que c’est le maintien du patriarcat blanc qui dicte vos interrogations. Telle est la façon que le PU a trouvée de laver le cerveau pour faire prévaloir ses propres convictions.

L’ennemi du PU n’est pas le racisme, ni l’antiracisme, ni les bourgeois ni les prolétaires, mais la nuance.

C’est la nuance qu’il faut abattre, ou le goût de regarder les deux vérités et de donner sa chance à un argumentaire qui n’est pas le sien.

Mais le mieux c’est de lire l’article en entier !

19 octobre 2017

Excellent article de Thomas Messias sur Slate.fr

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 12 h 57 min

NATIONAL géo

Tu dis quoi mec ?

« En général, quand tu vas dans la chambre d’un mec c’est pour qu’il te touche »

https://www.slate.fr/story/152651/semaine-grosses-tetes-malaise

Thomas Messias — 19.10.2017 – 7 h 00, mis à jour le 19.10.2017 à 10 h 52

L’affaire Weinstein et le hashtag #balancetonporc ont inspiré Laurent Ruquier et sa bande, à l’antenne tous les après-midi sur RTL.

J’écoute jamais ces porcs mais l’article est fort intéressant et dit tout ! Bravo monsieur Messias !

 

17 octobre 2017

Balance ton porc

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 6 h 09 min

Bien ça fait un bail que je balance sur les porlitiques sur le patriarcat le capitalisme… J’ai raconté ici le harcèlement… on m’a même dit : « Mais où t’as vécu ? » Mais en France mon ami ! Faut que ça sorte ! J’ai mis  50 ans pour dire à ma mère ce qui s’était passé chez le cardiologue à mes dix ans… Je ne sais pas ce qui se balance sur les réseaux sociaux je me suis retirée de Twitter, une sorte d’écœurement à la mauvaise foi ambiante… 

Je me souviens qu’il n’y avait pas beaucoup de monde pour défendre mademoiselle Banon contre DSK et que les viols de Cologne ont été minimisés par des féministes…

Je crois aux combats de longues durées du « on ne lâche rien !  » Je souhaite de tout cœur que cela donne du mouvement du concret des lois…

Quand on sait le mal de chien qu’il y a à quitter le porc qui roue de coups sa femme…

Quand on voit combien la communication ne passe pas pour dire en face à son mec : « Ben je veux ( lol pour le je veux) que tu partages les tâches avec moi… » On sait que les luttes pour l’émancipation prennent du temps pour gagner quelques miettes de liberté ! Mais ce qu’il y a de sûr c’est qu’il n’y a pas de victoires sans combats ni de petits combats !

Faut se prendre par la main ! Balance ton porc et jette ton mec si t’en as ras la casserole, vomir sur lui par derrière avec les copines ça change pas le bonhomme ! Ah oui l’affrontement pose bien des problèmes… Allô les suffragettes…

Je me souviens quand j’ai dit à mon futur premier mari, nous étions étudiants, moi en fac d’histoire, lui en fac de droit et tous les deux au PC qu’il fallait qu’il participe aux tâches ménagères… Il a ri en disant : « Ben si on m’avait dit qu’un jour que je laverai une cuisine… »

Mots d’ordre lol de ma part : l’autogestion commence chez soi… et je suis toujours pour l’autogestion !

Allez le porc à la sauce vinaigrette !

4 avril 2014

France a mal au coeur

Classé dans : Certains de mes écrits 2014,Genre mauvais genre — eructeuse @ 16 h 28 min

Quel malheur mes cerveaux courent ailleurs Depardieu, DSK, des chanteurs charmants charmeurs, ah je me meurs, des sportifs et autres fers de lance  du balancement, et même des cerveaux plus porcs que veaux, quel grand tourment mais ils suivent la philosophie d’un grand président : « Tu aimes la France où tu la quittes »…Même des entrepreneurs me quittent, c’est dire si je suis vilaine, alors mes bons gournementeurs pour retenir le travail en mes vallées vallons et autres majestueuses beautés, proposent d’esclavagiser le salarié, -en réduisant son salaire en peau de chagrin- qui lui n’a pas les moyens de courir dans les prés du voisin…

France est toute barbouillée…

Louis XIV (lire  Louis XIV et vingt millions de français de Pierre Goubert, historien) a tellement appauvrit la France que deux siècles plus tard, pan, sur le nez, La Révolution est née…en voilà une histoire à cogiter…

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus