Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

18 juillet 2015

POUCE !

Classé dans : certains de mes écrits 2015 — eructeuse @ 8 h 54 min

Mimipouce est née en riant stridente comme un diamant, avec cinq frères et sœurs, les parents sont aux anges. Elle quitte la première le solarium de la salle des naissances et regarde par la fenêtre, l’hiver est installé.

Une douce voix envoie des messages de bienvenue et propose un échantillon de destinations.

Cinq portes s’offrent à elle, elle clique sur la deuxième et appuie sur le bouton Habitant femelle : « Trop maigre trop grande trop banal bancale.. seins petits front trop grand pieds de géant… hystérique compulsive bipolaire… fade insipide sans manière… un flot d’images passe illustrant les propos de ce que peuvent entendre bon nombre de femmes au travail et autres lieux de la planète en cette période austère… » .

Mimipouce sort du compartiment touristique et demande à son papa : « c’est où ce lieu ? ».

- C’est la terre, ma Richounette, ils ont oublié de la retirer du catalogue des planètes à visiter. Ils n’ont pas renouvelé leurs informations touristiques dans cette salle des naissances depuis bien longtemps ! Il clique sur le bouton datation et voit 2015 ! Oui tu vois c’était il y a deux cents ans ! Il n’y faisait pas bon vivre pour un bon nombre d’habitants, les femmes étaient mal traitées, l’esclavage économique condamnait ces habitants à l’extinction, mais la terre est naturellement magnifique, hélas on ne peut plus la visiter, le risque est trop grand de rencontrer un terrien plus prompt à te trucider qu’à t’accueillir à bras ouvert, surtout si tu sors de ta capsule sans prévenir avec tes jolies pouces qu’il prendra pour des armes !…

- Bon la leçon de choses est finie dit la maman allez on part en virée sur Végasse ! Tiens je croyais la terre inhabitée… Allez on file au soleil…

Texte au goût d’inachevé, oui car, où il y a de la vie il y a de l’espoir ! 

17 juillet 2015

LES DIX STRATÉGIES DE LA MANIPULATION

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 18 h 55 min

Captivant !

breizh-info.com

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.
3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.
4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? «Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celle d’une personne de 12 ans». Extrait de «Armes silencieuses pour guerres tranquilles»
6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…
7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
 
8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…
9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sa Et sans action, pas de révolution!…
10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.
* L’attribution de ce texte à Noam Chomsky est controversée. Jean Bricmont, professeur de physique théorique à l’université catholique de Louvain, écrit ainsi dans le site Le Grand Soir qu’ayant eu des doutes sur l’authenticité d’un texte qui lui apparaissait comme « une simplification et une déformation » de la pensée de Chomsky et n’ayant pas trouvé son équivalent en anglais, il lui a posé la question afin d’en avoir le cœur net. Réponse de l’intéressé : « Je n’ai aucune idée d’où cela vient. Je n’ai pas fait cette compilation moi-même, je ne l’ai pas écrite ni mise sur le web. Je suppose que celui qui l’a fait pourrait prétendre que ce sont des interprétations de ce que j’ai écrit ici ou là mais certainement pas sous cette forme ni en tant que liste. » . Un démenti qui porte plus sur la forme que sur le fond des idées exprimées dans ce texte. Selon d’autres sources – invérifiables – le véritable auteur des « Dix Stratégies de Manipulation » serait un certain Sylvain Timsit.(Mise à jour 12/02/15).

EN AVANT TOUTE ?

Il fut un temps où l’on vantait ce slogan :  » le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous «  

Ah partager ah quelle horreur !

Maintenant c’est le progrès ne vaut que si tu le mérites et plus fort que tout : on a la vie qu’on mérite ! et n’oublions pas la doctrine de ceux qui pensent que le progrès est dangereux d’où l’expression de dé-croissance -ah progrès ennemi- bon ça, c’est autre chose, ça tombe comme un cheveux sur la soupe, là m’enfin… Tout ça pour dire qu’on vit une époque merveilleuse où le règne du chacun pour soi doit combler d’aise les capitalistes qui  regardent le commun des mortels tirer la couverture à lui, le chacun dans son coin, et comble de l’époque de la réussite individualiste : admirer son nombril se pensant l’essence même de l’essentiel du monde et donc prout, se venter par monts et vallons, on n’a plus peur de sa médiocrité*, ni de sa vulve pardon vulgarité, et de objectif mi-avoué donc mi-pardonné : faire du fric  ! *Voir le paragraphe 6,7, et 8 dans l’article suivant ce texte sur les dix stratégies de la manipulation de Timsit.

J’arrose le monde de mes mots d’amour qui réchauffent vos cœurs meurtris… ah ah oh (vite copyright le préservatif qui préserve de tout) ah jouissance de ma verve je suis je suis le nombril du monde votre nombril mes chers frères et sœurs nous avons  les belles et mêmes valeurs …vous autres moi-m’aime (Non non ce n’est pas pour une élection politique)

Ah jouissance jouissance quête de la jouissance de la notoriété

Ah le nombril de la plus belle femme du monde 

du plus grand sportif

de celui du patron le mieux payé

ah et les fesses les plus bandantes 

oh le plus grand acteur

hu le meilleur présentateur

hum la meilleure suceuse ô pardon présentatrice

ha le plus grand écrivain 

hi le meilleur film

oh le meilleur chanteur 

et patati et patata et moi et moi et bla bla et bla bla bla…

Wouhin je veux en être !

Ah du haut de ma pyramide mes yeux vous subliment (copyright)

Ah  Notoriété à moi à moi pour mon moi comblé gonflé sanctifié déifié (an non n’allez pas penser à ce que je n’ai pas écrit ) plus jouissante que la reconnaissance du ventre : la reconnaissance des dominants, han han ma jouissance ah je jouis je jouis : dominance !

Comment comment accéder à ce monde qui m’est offert sur l’autel de ma destinée ?

Alors à force de cirer mes pompes vanter mes mérites ma foi mes rêves mon amour ma pureté  je penses y arriver moi la belle la bonne personne- les autres s’ils crèvent c’est qu’ils le valent bien comme la vilaine graisse- dans tout ce que je sous entends et qu’on entend très bien dans mes épanchements proclamés du haut de mes dictées !  

Ah accéder à Ma notoriété ! A moi parce que je la vaux bien ! 

Ben quoi ben oui comme dans la pub : je suis exceptionnelle méritante jamais diffamante jamais en contraction et en plus je sais que j’ai raison c’est écrit c’est certain destinée je suis destinée au succès !

Vite vite le train de la réussite passe vite vite chérie le destin ne vaut que si tu le chopes au passage !

et elle (la bonne et belle personne) monte part vers son destin mais mais que se passe-t-il ? : « Nous avons le regret de vous annoncer que tout d’un coup d’un seul comme sous le coup d’un hasard hasardeux, le destin est en grève ! »

Putain même seule (ben le chacun pour soi) on est mal accompagné mais quel monde !

Moralité : il ne faut pas compter sur la SE NE FE CE pour arriver à l’heure à la Gloire, la destinée -morte de rire- veut être payée !

Moralité suprême : tout fout le camp !

Destinée reviens ma destinée !

Pas partie j’ai bien ri !

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 9 h 16 min
Image de prévisualisation YouTube

Le parti d’en rire ces chers Francis Blanche et Pierre Dac

si ça c’est pas du bon du bon du bonheur …même les revoir des années après c’est toujours du plaisir intense !

J’ai des doutes

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 9 h 08 min
Image de prévisualisation YouTube

Quel grand monsieur,  monsieur Devos !

Ce cher cher Francis Blanche !

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 8 h 49 min

a francis blanche

 

15 juillet 2015

NATION

Classé dans : certains de mes écrits 2015 — eructeuse @ 8 h 58 min

Vous circulez là madame nation avec votre petit bulletin merdeux même pas biodégradable !

Suivant !

BLA BLA BLA BLA BLA

Compris !

Oui !

Silence !

Oui madame Macron Désolée madame Patron oh oh pardon madame Merkel  oui oui je suis d’accord les français aussi sont trop payés !

ça va schlaguer sec si vous continuer à mettre du beurre dans des épinards on a dit régime pissenlits et beurre de saucisses cuites de Francfort  ! 

Un humoriste plus ange que démon  passe et souffle  : France forte …

Silence là haut !

Après la graisse cramée hi hi (ah l’humour de la souris) toi et ton beau beau défilé de ta belle belle nation sortie de ton 14 juillet 1789, pouh hi , hi hi ta souveraineté sous les pissenlits hi hi, qui sera le prochain pays à plier ?

Génuflexion !

Au revoir madame Macron he pardon …

Dans la nation tout est bon surtout le pion ! Na !

vaseline250

Un peu de gras pour finir le septennat ?

shadok08

Na !

Pion !

14 juillet 2015

Verte et rouge !

Classé dans : certains de mes écrits 2015 — eructeuse @ 9 h 58 min

Tu as une pomme

oui j’ai une pomme

elle est belle

oui elle est belle

elle est verte

oui elle est verte

elle est naturelle

oui elle est naturelle

La tienne est rouge

oui elle est rouge

elle est belle

oui elle est belle

elle est naturelle

oui elle est naturelle

On partage ?

Bien sûr comme d’hab !

Un homme qui a observé la scène crie : « Arrêtez malheureux rien ne dit qu’elles sont bonnes ? Méfiance est mère de sûreté ! Regardez les miennes elles sont bien plus belles et elles sont à petits prix !  ».

Ta pomme est bonne

oui elle est bonne

la mienne aussi est bonne

viens on va goûter !

Les deux enfants mangent leur pomme

hum elles sont délicieuses

puis partent jouer dans les vergers

La confiance grandit avec l’enfance et ses deux là ramassent depuis qu’ils sont petits les pommes avec leurs parents qui ne sont pas en concurrence !

Un ver dans la pomme ne leur fait pas peur et leur parents leur on apprend à avoir du jugement alors ce n’est pas un passant qui va leur dire quoi penser sur la qualité de leur fruit !

L’homme passant la pomme d’Adam coincée entre les dents vomit cette jeunesse avertie !

14 14 14

Classé dans : certains de mes écrits 2015 — eructeuse @ 8 h 42 min

 «  14 14 14 »

 

- T’as fini de mettre les couverts ? Pas à l’envers tête de pioche ! Arrête de compter tu me fatigues le cervelet, souffle Mariette dans les oreilles de son galopin.

Cours chercher le rosée dame Ginette l’aime au début du repas !

Tonton Camille vient il aura l’honneur de couper la grosse miche de pain, on va pas lui ôter les calembours de la bouche ! Cet amoureux de la sainte nourriture !

Irène Irène ! Si elle vient ? Tu penses bien qu’elle vient, pour rien au monde elle ne manquerait le jour de faire sa reine !

Ah oui le René je le mets où, le René avec son gros nez et sa bedaine qui fait faire de la balançoire aux petits asticots de la mère Chardonnet qui porte son huitième marmots ! Veuve mais pas stérile ! Ben tiens près de la porte de la cuisine, il annoncera les plats rien qu’au fumet !

« Ils arrivent ils arrivent ! »

Le galopin à la tête de pioche compte trois calèches « Y a du monde du bon monde ». Oui dame Béatrice qui s’est amourachée d’un vieux comte normand si vieux si comte qu’elle est devenue riche et veuve dès le soir de ses noces, est là, même l’abée du Pré est là, le fils de Sophie, la soeur de Mariette, tout frais sorti de sa prêtrise ; ça va être une belle fête !

Un bruit gronde un boulet de canon occis le bon abée décapité !

Tous courent de tous les côtés. Mariette reprend les commandes de ses festivités après avoir pris soin de faire mettre par ses gens, l’abée dans sa petite chapelle personnelle.

« C’est pas Dieu possible qui peut jouer au militaire en ce jour de festivités ? Va aux nouvelles petit Jean, je fais vite rentrer les invités ! ».

Le joli monde rentre dans la belle propriété bourgeoise et piaille qu’il fait soif fait faim fait chaud.

Mariette connait son monde, une belle table de rafraîchissement trône en place du jardin avec de divins amuse-gueules qui font saliver les invités et presque oublier l’incident fâcheux fâcheux du pauvre abée chauffé en sa première sortie en bonne compagnie…

Petit Jean revient, tout le monde l’écoute : « Des manants sans pain on voulut voler la Brioche de notre bonne reine qui leur a envoyé les canons, du coup, pas content beaucoup sont partis à la bastille… ».

- Suffit Les Romances* à table et Mariette ajoute : « Oh ciel nous serons treize à table vous n’êtes pas superstitieux mes doux amis ! Que l’abée parti chez Dieu nous protège ! Paix à son âme et que la fête commence ! Je vous rassure ici pas de brioche ! ».

* Les Romances : revue de la presse souverainiste où le potin est roi du genre : le peuple est anti-cléricale !  Que du vieux quoi !

13 juillet 2015

3001 l’odyssée savonnée !

Classé dans : certains de mes écrits 2015 — eructeuse @ 9 h 24 min

3001 l’odyssée savonnée !

 

Sale con !

 

T’as pas de livres dans ta maison ?

 

Quel con !

 

C’est quoi ces gribouillis aux murs ?

 

Ah des peintures oui oui j’essaie de décrypter !

 

Quel con !

 

L’est où ta salle de bains que je me décrasse les mains ?

 

Merde t’as l’eau courante dans ton squatte mais pas d’eau chaude ?

 

Quel con articule !

 

Le noble voyageur se pense arrivé dans le futur apocalyptique qu’il a choisi sur le tableau de bord de sa machine à voyager dans le temps, pris d’un doute il demande à son interlocuteur qui grogne plus qu’il ne lui répond : « tu vis seul dans ta grotte là, tu dois t’ennuyer un max ?! Où t’as rangé le savon nom d’un chien !»

Un MAX* arrive et dévore l’ennuyé !

 

Grr grr grr grr grr, traduction : «  Ne vient te plaindre pas Max que tu digères mal à chaque fois tu n’attends pas qu’il se rince les mains ! Le savon à l’huile de chat tu le digères pas et  tu le sais très bien ! ».

 080430040021176052010221

Moralité ne pas oublier sa savonnette dans sa trousse de toilette entre la brosse à dent et le PQ !

* Moloss Affreux

1...441442443444445...511
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus