Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

6 octobre 2013

CONTRE ? CONTRE !

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Suavement — eructeuse @ 9 h 02 min

CONTRE ? CONTRE ! dans certains de mes écrits 2013 612qwzby-150x150             CONTRE TOI

 

 

 Le chemin de tes mains dessine mes reins

 

contre toi mon frémissement pétille.

 

Le pavillon de tes envies colorie mes entrains

 

contre toi mon désir vacille.

 

La musique de ta peau enivre mes refrains

 

contre toi le vent de mes désirs vocalise.

 

Contre toi la victoire de l’amour chante de plaisir

 

contre contre

 

tout contre toi la guerrière peut s’endormir. 

 

3 octobre 2013

Comment ça va le monde ?

Classé dans : certains de mes écrits 2013 — eructeuse @ 8 h 53 min

Comment ça va le monde ? dans certains de mes écrits 2013 globe-150x150

L’ insoutenable légèreté du «  monde » financier ?

ô bel apollon des panthéons boursiers merci

ô bel Ulysse bandant l’air de ta langue médiatisée au discours pré-programmée telle l’épée vengeresse venue pour nous sauver merci

ô bel apôtre du partage entre seigneurs de la même caste merci

merci et de nous faire vivre ta joyeuse quête de l’austérité sur le chemin de la crise que tu as créé pour nous faire accepter ton cannibalisme financier :

mort des services publics

mort de la retraite à 60 ans

mort de l’école publique

privatisations privatisations privatisations

expulsion des locataires pauvres

suppression des allocations

flexibilité totale du travail

privations privations privations

diabolisation diabolisation diabolisation

étranglement des peuples des pays endettés

mort de la souveraineté des nations

que ce soit ici ou ailleurs la misère est sur nos têtes c’était le projet de l’Europe libérale avec le traité de Lisbonne rien de nouveau c’était prévu !

Tout est en placemonde-malade dans certains de mes écrits 2013

merci de mettre en place le servage de nos enfants, on est content d’être dans le siècle de la pensée monétaire qui a pour philosophie de dire que, plus il y a de riches, moins il y a de pauvres !

C’est bon c’est bon comme philo, on en rirait aux larmes si on n’avait les yeux déjà noyés de ces insoutenables dégâts permanents sur les petitouts de la terre…

Un enfant meurt de faim toutes les six secondes

Texte éructé le 01 03 2013

2 octobre 2013

POUPÉE DE CIRE

Princesse : personne immature qui attend leurre d’exister.POUPÉE DE CIRE dans certains de mes écrits 2013 la-belle-2-150x150

Prince charmant : homme beau et con à la fois, possédant, images-bourses hypocrisie dans Féministe vindiou pour sûr !dont l’épée sort du fourreau pour la plus belle…la-belle-150x150 leurre dans Genre mauvais genre

C’est pourquoi les femelles sont élevées dans la séduction et le narcissisme dont les paillettes perlimpin-pines ont trempé dans un bain de mièvrerie du style « Je serai la plus belle pour aller danser »…où « un jour mon prince viendra »…

Mets ta crème ma poule sur tes jolies cuisses, s’agit d’être comestible en dehors du fait que tu dois rentrer dans le godillot de ta prison…4eda175703c4aecd9fc0c0314e4b96f6-150x150 princesse

Les filles des princesses ? d’où vient cette antinomie ?

Dans notre société qui a brûlé les châteaux, symbole des privilèges, quel est donc ce besoin perpétuel de faire des filles des poupées de cire ?

Chaque clip vidéo branlé par les pulsions masculines a-poil-300x168 putedéferle ses images où la femme est une femelle en rut, à sa place de pute, accessoire masturbatoire, et après les médias viennent s’interroger sur le comment finissent les petites filles qui ont joué chez Disney, mais en bonne petite pute du système patriarcal en ligne directe et droite de leur formatage…

Ah la belle hypocrisie !

Chaque clip vidéo où des chanteuses se branlent pute-150x150selon ce que la sexualité masculine formate pour faire  d’elles de bonnes petites putes, est la preuve que le patriarcat se porte bien et que la presse du chaud-baise (et autres belles pensances bourgeoises) joue l’offensée, c’est d’un comique qui ne trompe que les lobotomisés…Et puis le pognon c’est une gamelle qui n’a pas d’odeur c’est bien connu…

Souriez vous êtes formatés :90x90te1

liberté égalité fraternité, non mais vous rêvez là !

9177117

1 octobre 2013

Pour faire de l’audience parlons culte

Classé dans : certains de mes écrits 2013 — eructeuse @ 9 h 57 min

 

Les voies de la passion.

 

Charles-Edmonde de la Rochefoucoh avait le bas de la fosse, sceptique, et bien que fort amoureuse de sa moitié, elle répugnait à laisser le saint Graal de son époux- comme il aimait à le nommer lors de ses épopées héroïques-atteindre ses voies interdites…de peur de connaître les foudres de l’enfer… Ici bas, c’était déjà fait.

Grande pécheresse depuis l’anus flexion du saint père de la paroisse qui lui ordonna sa bénédiction sans qu’elle puisse piper mot- les foutres elle les avait bien senties- elle s’était promise de ne plus prêter flan à la confusion en disant qu’elle donnerait tout à Dieu, son seigneur et maître, lors de ses confessions du samedi soir, ce que ne tomba point dans l’oreille d’un sourd …

Charles-Edmonde ne savait plus à qui confier l’amertume qui la gagnait et dépérissait de plus en plus, en venant même à sanctifier elle-même le lit conjugal d’eau bénite le vendredi soir, moment des retrouvailles conjugales obligatoires. Son mari sortait des sentiers permis par la divine loi et se laissait envahir d’une passion pour les sens interdits…

Connaissant la foi de son épouse Guy Étienne Fabien de la Rochefoucoh, ne voulait point la conduire en enfer et lui expliqua que son amour était total, véridique, pur et fidèle et qu’il lui donnerait sa semence comme le veut son dieu dans le saint habitacle de la maternité…

Le fait qu’il parla de fidélité sonna comme un glas dans la tête de l’épouse aimante. Charles-Edmonde se sentie acculée mais l’amour guida son choix et se laissa aller aux envies de son mari. Il la chevaucha, heureux de ce voyage, en lui disant de sentir son divin crucifix et ajouta qu’il n’était pas le diable mais le maître de ses lieux parachevant son audace par « la passion guide nos pas  ma chérie » …

Charles-Edmonde prit l’habitude de prendre deux coussins pour aller se confesser, dans la paroisse d’à coté, un pour ses genoux un pour son séant déviant.

30 septembre 2013

Fontaine d’amour

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 16 h 09 min

 

Dans l’étreinte de nos baisers coulent nos mots, en gorges déployées, l’élixir de notre amour glisse jusqu’en nos cœurs…

26 septembre 2013

LE FIL DE LA VIE…

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 9 h 37 min

LE FIL DE LA VIE... dans Hi ronde d'ailes 537030_567955699901628_962770147_n-300x192

Le docteur l’avait prévenu…

Ainsi donc sa vie ne tenait plus qu’à un fil…dernière bataille, son corps avait  déjà tant donné, tant combattu…

Sa vie si bien remplie qu’il avait appris à compter dans la fosse à charbon…

 DEUX TONNES TOM AUJOURD’HUI BRAVO ! Hurlait le comparse admiratif de cet enfant qui n’avait de chétif que la bourse… et sa poche droite vidée de sa miche de pain vite avalée…

Vie vite passée…7 ans d’une vie d’enfant…

Un fil de vie ça fait combien en tonne de charbon ?

 Faire travailler les enfants comme les femmes permet au patron de les sous payer, cela s’appelle l’exploitation de l’homme par l’homme. Les enfants et les femmes d’abord !

En attendant, Tom exploitait sa veine et se dit que la sienne serait de trouver une autre voie pour ne pas crever comme les siens les poumons ratatiner sous les yeux complaisant du médecin des mines…

C’est qu’il le fit, quitter sa veine et courir à droite à gauche chercher un autre boulot où le soleil aurait toujours rendez-vous avec lui se promit-il et il travailla trente huit ans dehors dans le froid dans le chaud sans gémir sans frémir pour nourrir sa famille jusqu’à l’obligation de finir par rentrer chez lui à cause d’une sale affaire au fond de la gorge…Il se battit gagna ce combat…Mais tapie dans l’ombre, surgit la sœur de la faucheuse…qui lui vola l’espace pour manger après que l’autre lui eut saccagé la voie pour respirer…

Le fil de la vie

Sa générosité n’avait d’égale que sa simplicité, il savait conter les mille merveilles de ses voyages, de la vie, un roman oral où l’amour universel et sa philosophie du devoir, de la responsabilité, de notre place dans l’univers lui donnait le statut de savant même si certains se moquaient de lui… la moquerie l’arme stupide des ignorants … Lui continua sa route simplement fort de ses convictions…

Le fil de ta vie…

Avant de partir, je lui ai tenu la main, dans la tendresse d’un amour où le respect et la fierté s’allient à l’humilité de l’échange…

 Tu parlais de la vie éternelle en parlant de nous, tes enfants, je t’ai compris,

je suis le fil de ta vie, papa,

merci .

64522_4661008915842_673215937_n-297x300 dans Hi ronde d'ailes

22 septembre 2013

MAIS OU ET DONC OR NI CAR

Classé dans : PATRIARCACA TIRONS LA CHASSE ! — eructeuse @ 8 h 53 min

Z’AVEZ  PAS VU MON FÉMININ ?

Ô Ô LA LA LA LA LA…

 

Là 

 

Une femme un homme

au milieu

 

Le plaisir, attends attends je te le donne  ! le train ne sifflera pas trois fois…

L’engagement, tu parles pour ne rien dire même si tu parles trop !

L’orgasme, enfin tu décides d’accéder à ta bijouterie personnelle !

L’ovule, lieu de vie usurpé jusque dans son appellation.

L’enfant, tu le donnes tel est ton destin, accessoirement tu le ponds car tu es une bonne gpa à disposition, il est breveté par le nom du père.

L’important c’est la rose, les épines c’est pour t’apprendre qui est celui qui est important !

Le mariage, noble institution de la reproduction en lignée.

Le divorce, noble institution pour se marier à l’infini…avant le divorce c’était la hache…A la vie à la mort mon amour !

L’argent, agent de ton enfermement que tu préfères luxueux.

Femme mon journal, mes pantoufles, ma pipe

 MAIS OU ET DONC OR NI CAR dans PATRIARCACA TIRONS LA CHASSE ! pub-sexiste-150x150

Majoritairement c’est la femme qui fait les courses, les tâches ménagères et la vidange du train le samedi soir… Non non rien de changé pour la majorité…c’est statistiquement démontré…

 pub-sexiste2-150x150 dans PATRIARCACA TIRONS LA CHASSE !

Ta libération est une utopique complainte que tu couine à longueur de temps à ta copine du moment et que tu remets toujours au lendemain car ton chéri te dit avec entrain que tu es la plus belle…ou bien plus belle que ta copine…

Pine mot féminin qui maintient le lien …

Jalousie, affabulation, larme, émotion, engueulade, médisance, rumeur, folie, histoire, croyance, crise, alimentées par la presse féminine à l’eau de rose, le théâtre de la tragédie comique : naître que dans le paraître, n’être que dans la soumission… La laisse de ton conditionnement…

15 septembre 2013

On ne dit plus préparer sa retraite mais construire son cercueil.

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 13 h 18 min

On ne dit plus préparer sa retraite mais construire son cercueil. dans certains de mes écrits 2013 manifestations_retraites-23-09-2010_agen-02-150x150

FICTION

On ne dit plus préparer sa retraite mais construire son cercueil.

Gabrielle mit la clef sous la porte, s’en était fini de son petit bistrot «  Aux copains d’abord » . Comme bien des femmes, Gabrielle avait élevé ses enfants, donnant le coup de main à son amour de toujours, et quand son Dédé la quitta, elle reprit le bar familial…

Aller pointer à 55 ans ne lui plaisait pas du tout, elle savait ce qu’elle entendait tous les jours en servant à ses clients, un bon petit rouge bien coulant qu’elle faisait venir de chez un ami d’enfance, du côté de Bordeaux. Et puis il ne s’agissait pas que d’elle, ils étaient trois maintenant sans emploi.

Le temps passa, sa maison se vida, son visage se ferma, comme ses portes, sa ténacité engrangea des graines de colère qu’elle retenait entre humour et larmes, sa gorge enfla, son poing souvent cognait la table, froissant des lettres d’huissier, des factures entassées…

Puis un jour elle décida d’écrire une nouvelle lettre de motivation qu’elle envoya comme il se doit à son conseiller personnalisé :

 

Madame Gabrielle …à monsieur le conseiller ….

Vous trouverez ci-joint….

… 

 

Sondage/test de personnalité

 

Quel est votre plat préféré ?

La satiété.

 

Quel est votre fruit préféré ?

La terre.

 

Quelle est votre couleur préférée ? 

La paix.                  

Quel est votre actrice préférée ? 

Sainte Thérèse de Lisieux.

Quelle est votre héroïne préférée ? 

La république.

Quel est votre film d’humour préféré ? 

Le journal télévisé.

Avez-vous besoin de mouchoirs au cinéma ? 

De lunettes surtout !

Quelle est votre note de Français au baccalauréat ? 

1789.

Quelle est votre religion ? 

Je « croix » en moi.

Le mariage pour vous c’est : 1)sacré 2)inutile 3)une preuve d’amour 4) de patience? 

L’amour se vit, laissons les preuves au détective…

Etes-vous : 1) un homme a) un homme patient 2) une femme a) une femme ménopausée b) une femme posée ? 

Une femme multiple.

Quel est votre intérêt pour les syndicats ? 

Mon intérêt se lit sur ma fiche de paie à chaque grève.

Accepteriez-vous n’importe quel poste de travail, n’importe où, avec n’importe quels horaires ?

Le féodalisme, non merci !

Merci d’avoir rempli nos tests, nous vous donnerons les résultats sous quelques mois…

_______________________________________________

Quelques jours plus tard, une lettre rouge fut déposée dans la boîte aux lettres de Gabrielle.

Rentrant de sa promenade journalière en quête de petits boulots de survie, Gabrielle ouvrit sa boîte aux nouvelles, prit son courrier, monta les escaliers, ouvrit sa porte d’entrée de son petit studio et posa ses lettres sur le chiffonnier, se dirigea vers la cuisine, prit la cafetière et se servit un café encore tiède, alla chercher la lettre rouge et s’assit sur une ces belles chaises cannées qui lui restaient encore.

Elle avala quelques gorgées de son bon café de Cuba, puis déchira doucement l’enveloppe rouge et lit :

Vendredi 13…,2017

« C’est avec plaisir que nous vous annonçons que votre lettre a retenu toute notre attention et nous vous engageons à venir à un entretien, mercredi 18 … à 14 heures pour la place de d’hôtesse l’accueil du « pôle sans emplois » comme vous écrivez sur votre enveloppe, de notre chère petite ville de 20 000 habitants…Bon courage et surtout gardez votre humour, il en faut pour ce poste…1000 candidatures pour lui. Répondre dès réception de la lettre sous peine d’annulation, courez courez, il faut rire à temps, on vous attend ! ».

Veuillez agréer… 

« Ah le con !»

13 septembre 2013

FILLE DE REVOLUTION

 

On est parti de loin mais on est jamais arrivé

 

FILLE

Fille de ferme : servante qui s’occupait des porcs, il y en a même qui s’occupait d’elle, alors qu’elle ne demandait rien… et autres occupations festoyeuses des champs, on dit aujourd’hui belle des champs…

   Ah l’amour est dans le pré…

Quand tu naissais sans fortune et que tu étais prolétaire, tu étais une fille de rien, on disait aussi une pas grand chose, aujourd’hui on dit une assistée ou une sans diplôme…

Fille sans diplôme :celle qui loue son cul pour payer son studio et financer ses études…Hélas il y a peu de chance qu’elle trouve l’éthique éducative nécessaire pour étudier dans la bite d’un pervers…souvent elle arrête ses études et continue de se prostituer…

         On n’arrête pas le progrès…

Fille de petite vertu :

Fille de rien se disait aussi pour la traînée, à savoir la gueuse qui vendait un peu de chair pour bouffer de temps en temps ou pour nourrir un lardon qu’un bourgeois lui avait fait dans le dos, avant que la patronne la jette à la rue- tu aimeras ton prochain comme toi même que s’il se comporte bien- car c’était bien connu, la bonne à tout faire ou fille de rien n’avait rien à voir avec ces dames patronnesses qui avaient de grandes vertus, dont l’âme appartenait à dieu et le reste à leur bourgeois de mari, moyennent un entretien à vie, chacune son deal…

            La bourse ou la vie…

Fille de rien mais bonne à tout faire comme une fille de salle, les corvées c’est pour toi car tu le vaux bien…Si les jeunes garçons ne veulent plus faire des métiers de chiens : serveur, maçon, aide boulanger, 3X8 à l’usine, la main-d’œuvre à bon marché, chez la grande exploitation patronale, payée avec des queues de cerise…on oublie que les filles seront toujours cantonnées dans la merde, c’est elle, la fille sans diplôme, qui torchera les lardons à la maison, à la crèche à l’hôpital, à la maison de retraite, qui s’occupera des vieux à domicile, qui fera le ménage, le repassage, les courses des vieux, pour deux sous trois cailloux, pas un mec à l’horizon même 2014…le rose morose…

  Allo quoi t’es une fille quoi, le service à domicile c’est pour toi quoi…

Fille de rien finira femme de service femme de ménage et femme de monsieur …car tu te dois d’être sa reproductrice, son petit GPA perso… Ah la bonne reproductrice…

 On dit un époux, une épouse, un mari, sa femme ben quoi, t’es une femme quoi, point barre…

  Fille de joie :  cousine de la fille de rien, donne de la joie sans en avoir…entre contre-partie, elle reçoit quelques émulations, faut motiver la salariée..

Fille publique : politicienne aguerrie…

Fille facile : expression sexiste encore véhiculée autant par l’homme que par la femme. L’un la baise, faut bien tirer sa crampe et la jette du haut de ses bourses vides, en la méprisant, salope… L’autre la méprise et la traite en ennemi mais en fait, jalouse son anticonformiste…

    Oui en 2014 prendre du plaisir pour une fille est toujours un scandale, maudite fille !

 Fille d’honneur : vierge au service de son père, de sa patrie, celle qui a donné des enfants à la France, celle qui a donné ses enfants sur le champ d’honneur, et qui, pour service rendu à la patrie, n’a toujours pas reçu son entrée au panthéon et sa place de soldate inconnue…tu la sens ta place, pauvre fille !

    Ah l’égalité…

On ne pouffe pas, oui la vulve pèse moins lourd que la bite et quand je vois qu’avec des cellules souches ils parlent de placenta on comprend bien ce qu’ils recherchent, évincer la femme de la reproduction comme ils l’ont évincer de son rôle dans la fécondation, la faisant passer pour un simple terreau pour la graine de l’étalon…c’est le papa qui met la petite graine…le patriarcat se porte toujours bien !

« Comment moi le moi le mâle le moi suprême, à l’étendard sanglant déflorant, surpuissant à l’image de Dieu, je dois m’accoupler avec cette chienne qui peut avoir autant d’orgasmes qu’elle veut la salope, pour pouvoir avoir mes enfants, quelle infortune !

 A moi couteaux ciseaux ceintures de chasteté castration physique et intellectuelle, inculture, analphabétisation, traditions, à moi presse féminine, littérature, clips machistes pornographiques, pressez moi tout ça dans la case asservissement … que ne dépasse que les trous de ma masturbation et pas question de renier religion et domination… »

Totems en folie…

Et ce sera nos petits fils et arrières petits fils qui payeront le retour du bâton inévitable que ces barbares auront provoqués avec leurs barbelés leurs burqas leurs bordels leurs négations prostitutions ablations coups viols meurtres leurs esclavages sexuels…

Car la marche des filles vers leur libération est inévitable, inéluctable, 

la dette sera lourde…du poids de son obscurantisme…

Fille de révolution

Oui les filles de la révolution ne seront pas à l’eau de rose !

8 septembre 2013

TORRENT DE VIE

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 10 h 47 min

 Même si la souffrance en mon corps, m’amenuise, fracturant ma vie de marches interdites.

 Même si mes écrits sont des béquilles inutiles,

j’hurlerai jusqu’à plus de cri…

 Même si la solitude de ma souffrance  couvre ma résistance, de nuages et d’orages d’épines.  

  Même  si cette  chienlit me moque sans ménagement,  

j’éructerai mes mots  jusqu’à plus de vie.

Ô ma vie où  un torrent  se jette en cascade bouillonnante, traverse  mon âme, visite ma conscience, imprègne chaque cellule de mon corps de mon sang de ma chaire, de cet amour de vous qui me permet de repousser la frontière de ces maux installés sans invitation ni modération…

Oui j’éructerai avec engagement aussi fièrement que je peux, que mon combat n’a pas quitté ces lieux,  na ! 

 

1...438439440441442...444
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus