Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

28 novembre 2014

Qui est parti dans la rue avec son balai de ménagère

Classé dans : ça c'est ben vrai ! — eructeuse @ 11 h 54 min

sans son petit papier en osier mais avec son manteau de militante, manteau mis à l’envers avec un masque tant qu’à faire de derrière sa face,  son tract collé en haut son balai !

ô vilaine bougresse qui préfère s’amuser se grimer cette folle que de s’aligner dans un salon de thé pour faire la promo de sa pauvre prose de pauvre  écrivaine autoéditée ! 

Qu’importe le flacon pourvu que j’ai l’ivresse !

A suivre…

RELAYONS PARTAGEONS FAISONS LÉGION ABOLITION DES PRIVILEGES

Classé dans : Certains de mes écrits 2014 — eructeuse @ 9 h 04 min

Abolition des privilèges

Allons enfants de la patrie je lance ma pétition 

Pour l’abolition des privilèges il faut parfaire l’évolution

Pas une seconde une minute une heure sans voir les privilèges des élites qui nous gouvernent  ces alliés des capitalistes s’étaler du nord au midi d’est en ouest s’étaler dans la presse quelle sensation 

Allons enfants de la patrie lançons notre révolution

Ne demandons pas faisons le passons à l’acte de l’abolition des privilèges de cette république oligarchique de cette grande fumisterie qu’on nous prétend démocratique j’écris ton nom ABOLITION

Allons enfants de la patrie l’heure n’est plus à la génuflexion

Allons enfants de la patrie il est l’heure de l’abolition 

Allons enfants de la patrie sortons de l’ombre des quartiers des sous sols où nous sommes relégués sortons des basses fosses de la vie où nous sommes confinés nous ne sommes point minoritaire sans nous point de patrie point de nation

Il est l’heure que les seigneurs ne soient plus les maîtres et que nous ne soyons plus les valets les pions de leur manipulation

AUX LUTTES CITOYENS 

ABOLISSONS LES PRIVILÈGES

PRENONS LE RUE ET NE LA RENDONS PLUS 

poing_leve-3e760

Abolir les privilèges ? Mais tu n’y songes pas ?

Abolir les privilèges ? Mais tu n’y songes pas ?

Le cul dans le purin la tête dans la benne à ordures, Ben s’il ne croit plus à l’ascenseur social, croit toujours à un retournement de la conjoncture économique, surtout si c’est le voisin qui bouge son fion !

La tête dans sa boîte de maquillage Marguerite croit encore qu’elle peut devenir une rose si si si c’est écrit dans sa presse à l’eau de boudin, si c’est écrit c’est que c’est vrai, c’est son combat, ben quoi le propre de l’homme c’est chacun sa merde, le propre de la femme c’est de plaire au propre comme au figuré à son homme !

Le cerveau dans le missel du savoir Pierre Paul Jacques et Charles de la Jarretière étudient comme des bêtes non point qu’ils doutent de leurs aptitudes à être dans la classe Affaires de papa mais la compétition ça booste leur appétit économique !

Le buste dans le silicone, Marianne est pétrifiée, c’est comme ça que les porclitiques aiment la république !

La main dans la culotte de la république le légisbaveur sait qu’il a encore de beaux jours devant lui car en face fondamentalement ça bêle mais ça ne veut pas le changement !

Dominique veut être calife à la place du calife rêve d’être à la place de son sous chef, son sous-chef rêve d’être calife à la place du calife et d’être à la place de son chef, le chef enfin le directeur rêve d’être calife à la place du calife et veut être à la place de son ministre, le premier rêve d’être calife à la place du calife et rêve d’être à la place de son premier ministre, le premier ministre veut être calife à la place du calife et rêve d’être président de la république !

Le sans dent sans rien sans utopie vit la réalité faut bouffer tous les jours et les oisillons piaillent dans le nid sans paille, lui son rêve c’est de pouvoir bosser pour nourrir sa famille mais dans le pays des droits de l’homme pour que l’élite vive ses rêves il faut qu’elle perpétue l’exploitation de l’homme par l’homme et le chômage et la misère pour les miséreux sont compris dans son rêve !

Abolir les privilèges mais pourquoi faire ?

ABOLITION DES PRIVILEGES

Classé dans : Mais qu'est-ce qu'elle bafouille encore cette baveuse ! — eructeuse @ 8 h 01 min

Allons enfants de la patrie je lance ma pétition 

Pour l’abolition des privilèges il faut parfaire l’évolution

Pas une seconde une minute une heure sans voir les privilèges des élites qui nous gouvernent  ces alliés des capitalistes s’étaler du nord au midi d’est en ouest s’étaler dans la presse quelle sensation 

Allons enfants de la patrie lançons notre révolution

Ne demandons pas faisons le passons à l’acte de l’abolition des privilèges de cette république oligarchique de cette grande fumisterie qu’on nous prétend démocratique j’écris ton nom ABOLITION

Allons enfants de la patrie l’heure n’est plus à la génuflexion

Allons enfants de la patrie il est l’heure de l’abolition 

Allons enfants de la patrie sortons de l’ombre des quartiers des sous sols où nous sommes relégués sortons des basses fosses de la vie où nous sommes confinés nous ne sommes point minoritaire sans nous point de patrie point de nation

Il est l’heure que les seigneurs ne soient plus les maîtres et que nous ne soyons plus les valets les pions de leur manipulation

AUX LUTTES CITOYENS 

ABOLISSONS LES PRIVILÈGES

PRENONS LE RUE ET NE LA RENDONS PLUS 

27 novembre 2014

La nuit fut courte

Classé dans : Mes livres — eructeuse @ 19 h 06 min

et la journée bien remplie. Non non je n’ai point folâtré  ni joué à cache cache avec mes douleurs mais j’ai mis un coup de collier pour que mes livres partent aujourd’hui à l’imprimerie, voilà c’est chose faite ! ce livre sur le patriarcat me tenait vraiment à cœur… maintenant un autre travail commence, en attendant les bons à tirer, mettre en place mon plan de campagne de pub… là, la coupe est pleine, bonne soirée à tous ! 

vache_142

Texte du 4 septembre 2013

Classé dans : Atypique pique,certains de mes écrits 2013 — eructeuse @ 0 h 29 min

EST-CE ENCORE MOI DANS CE MIROIR

Il faut humour garder

On a toujours besoin d’un bon moi chez soi.

Est ce encore moi dans ce miroir ?

Quand j’ai appris qu’il me faudrait des prothèses aux genoux, j’étais abattue, je ne me voyais pas en mamie bloquée, puis j’ai travaillé sur moi et j’ai fini par me dire que je serai une mamie bionique…

Quand on m’a dit que j’avais des os qui poussaient partout, j’ai décidé de lui faire à cette maladie- si orpheline qu’elle n’avait pas de nom- un pied de nez en me moquant d’elle et j’ai dit que j’étais la wolverine féminine…on s’amuse de soi comme on peut…et je commande un nouveau squelette à chaque Noël.

Quand j’ai compris que la gestuelle sensuelle était devenue ardue et qu’il fallait ranger mes prétentions d’alpiniste sexuelle, je me suis dit ciel, reste garée au rez de chaussée…

Quand j’ai compris qu’il n’y avait pas de traitement pour moi, après moult charivari et déconvenues médicamenteuses, ah les tueuses, j’ai décidé de domestiquer ma souffrance, en me disant je tiendrai je tiendrai les yeux tournés vers les photos de ma descendance qui trônent sur mes tables de chevet…On ne vit bien qu’entourée des siens…

Quand mon inflammation constante me broie l’âme et le dos et vient maintenant me défigurer la moitié du visage me faisant deux profils fantaisistes dont l’un est bouffi et rouge coquelicot. Je me suis dit ben c’était le symbole sur notre affiche pour les présidentielles avec José Bové, je suis fan fan, fanée, il faut savoir humour savourer …

Quand l’énergie me manque pour faire le minimum vitale dans mon appartement et faire face à mes engagements de parent car mon roudoudou a dix sept ans, je puise ma force dans l’amour de mes parents partis mais présents en mon cœur, de mes enfants, de mon petit fils…  on ne vit bien que dans l’amour des siens.

Je vous aime.

Au creux de mon moi l’amour gouverne encore ma foi et mes rêves

il habille ma peine, et même s’il  y a des jours plus lourds à porter que d’autres, il rit de mes plaies et je me dis aussi qu’il faut un bon petit soi au creux de son moi…

25 novembre 2014

Les couleurs de sa semaine

Classé dans : Certains de mes écrits 2014,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 13 h 47 min

Les couleurs de sa semaine

Dimanche, bruine et brouillard verdissent son cœur, elle vomit son labeur, deux heures pour mâcher sa feuille de salade et son bout de viande qui est à la viande ce que le fer est aux épinards, lance son dentier dans le saladier. Le sapin de Noël clignote majestueusement au milieu du restaurant du lieu de son enfermement, elle quitte la salle encore le ventre chantant et peine à voir à travers ses lunettes de cafard.

Lundi elle ressent jaune pense bleu dit vert, elle est verte de rage et point ne ménage. Mardi ce nouveau jour lui hérisse la peau lui plombe le mental et lui salit ses lunettes elle n’aime décidément pas l’eau, met sa tenue de matelote, se plante dans le hall, sous le porche frissonne, gare aux coups de parapluie. Réintégrée, à l’atelier peinture est amenée, s’est amusée à peindre les vitres en vert, puis est partie en courant, sur le chemin de sa détresse, elle aime jouer avec le vent ! « Vent frais vent du matin, vent qui souffle aux sommets des grands pins » chantait l’animatrice.

Mercredi serait bien restée couchée mais quelques contrats la retenaient sur la route de la médisance qui piaffait dans les longs couloirs du grand isoloir, mal voyante mais pas sourde, elle aimait en faire bondance.

Lundi mardi mercredi silence radio silence téléphonique silence silence. Jeudi toilettage et massage, elle est la folie en folie chantonne-t-elle sous les vapeurs d’un jacuzzi à son voisin de souche, plus furieux que fou : « Elle a pissé dans mon aquarium ! ». Elle est fière d’elle, les poissons rouges ont viré verts c’est d’enfer rit-elle.

Vendredi jour de sortie, refuse la jupe la robe s’est réfugiée dans le placard à balais fait sa sorcière finit attachée au bûcher de son lit. « C’est pas à quatre fois vingt ans que vous me ferez faire le singe dans vos fêtes à la noix de c… ». Elle a encore réussi à éviter cette sortie où des petits garçons et des petites filles viennent chanter pourtant joliment joyeux Noël aux vieux de l’hospice. Elle serre contre son cœur la photographie de son unique petit fils partit à la guerre depuis trois ans pour sauver elle ne sait quelles affaires, elle sait qu’il appellera, elle ne doit pas quitter sa chambre et quand le téléphone sonnera qu’elle entendra sa voix son cœur rayonnera il sera vivant son tout petit, sa seule main libre prend le combiné, le soleil est entré, c’est bien lui, et la bonne nouvelle tonne « Mamie je viens te chercher samedi ! ». Elle a son père Noël et il a l’âge de son petit d’amour, il lui avait promis que, jamais ô grand jamais, elle ne finirait sa vie en maison solitaire !

Quand survient la mort de ses parents tués dans un accident de la circulation, il était en Afghanistan. Fils unique injoignable, la mairie se chargea des funérailles et plaça la vieille dame qui jamais ne se résoudra à le croire disparu. Elle devint la dérangée de l’hospice, celle qui avait attrapé un grain de folie à la mort de ses enfants.

Sous son manteau couleur bonheur, mamie a revêtu sa plus belle tenue pour accueillir sa fleur de vie en ce beau samedi !

24 novembre 2014

En attendant que le jour se lève

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 7 h 08 min

Un peu de rire pour commencer la journée

http://www.dailymotion.com/video/x82ri6

Réouverture du magasin

Classé dans : Mes livres — eructeuse @ 6 h 51 min

Soldes d’hiver

img394

mes écrits  2008 et 2009

img395

LA BORDCZYK  défoncent ces prix

le lot à prix politique 10 euros plein la marmite,  ça gaze ?

anelabougresse@orange.fr

a âne1

 

EPANDAGE

Classé dans : Pétroleuse de pacotille la fille ! — eructeuse @ 6 h 43 min

Épandage culturel :

Valérie Trierweiler s’épanche et s’étale hors frontières des fois que les bonniches anglaises soient plus réceptives à son malheur, je pleure !

Épandage politique :

l’eau mouille

le feu brûle

La Le Pen bave :  « Venez à moi les petits partis patriotiques de messieurs Dupont Aignan et Chevènement et pourquoi pas, le fin du fin monsieur De Villiers», c’est vaillant !

Vaille que vaille, on est soul avant d’avoir bu hic hic !

Épandage sociétal :

la découverte du siècle la violence contre-productive pour punir un enfant, c’est fort de claques !

Épandage économique :

l’argent russe n’a pas d’odeur Poutine n’ont plus, l’argent n’a pas de patrie, Marine emprunte chez son nouveau pote !Des sous pour Marine et pour ses monopoles !

Épandage européen :

La Suède est le seul pays à avoir reconnu la Palestine au train où va la colonisation la Palestine est en voie de disparition mais la France se penche sur sa reconnaissance le 2 décembre il est temps !

Épandage sportif :

253 buts de Messie le bonheur est sur le pré bééééé pourquoi voulez-vous que Christ revienne ?

Épandage climatique :

RAS RAS RAS

fume sec le calumet de la paix climatique 

a réchauff clim

Et à part ça, madame la marquise, tout va très bien tout va très bien… Pour le reste du monde madame a dit chacun sa m…!

1...415416417418419...455
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus