Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

11 juillet 2018

Quand la lecture est bonne

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 6 h 54 min

J’ai commencé la lecture du livre : Le triomphe de la bêtise d’ Armand Farrachi aux éditions Actes Sud !

Je me régale !

C’est évidemment un livre  à déguster !

Je ne saurais le recommander à tous et toutes vu que c’est le triomphe de la bêtise !

rire sourire

Mais osons !

Au plaisir de lire :

IMG_20180711_062543IMG_20180711_062659

 

 

 

10 juillet 2018

Apprendre de la vie

Classé dans : Mes livres — eructeuse @ 6 h 23 min

Est-ce que les expériences s’appauvrissent ? Est-ce que la vie n’offre plus de quoi apprendre, savoir tirer  des leçons de son vécu…

Savoir le mot est lâché…

Gare gare les gourous sont là prêts à bondir sur nous pour nous dire quoi penser, oh pas en mode ils nous sautent brutalement dessus mais dans une inondation d’informations quotidiennes relayées en boucle c’est pour cela que je les appelle les médiachiasses ! C’est une violence insidieuse !

Ah jouir de faire du fric en noyant notre esprit critique… Réfléchir par nous-même surtout pas…

Prendre du recul, comprendre analyser, assimiler des connaissances et non régurgiter les fadaises que véhiculent de pseudos philosophies qui rejettent la science comme nos gouvernementeurs rejettent la laïcité, jouant avec le feu, ouvrant la porte au fascisme des identitaires et au fascisme des extrémistes religieux…

Les mots sont lâchés, ils n’ont pas perdu leur sens, ce sont les êtres qui ont perdu le sens de la vie…  Comme je l’ai écrit dans mon roman : « Le commerce des mots », mon roman d’anticipation, à lire assurément… anelabougresse@orange.fr pour le commander, pour d’autres informations sur ce roman, aller sur mon autre blog : mes romans Caroline Bordczyk en lien à droite sur la page de ce blog…

IMG_20170314_025918

9 juillet 2018

EDUCATION POPULAIRE

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 8 h 04 min

Le bobosapien veut éduquer les masses sur lesquelles il ne se penche que dans son intérêt mais quel est-il donc ?

Il rêve du grand soir mais seul il ne peut rien faire alors il va éduquer les masses qu’il méprise en les traitant de con à longueur de temps mais pas dans un face à face assurément !

Le bobosapien ne regarde pas aux prix, roule en vélo à 2000 euros, s’envole loin de toute pollution dans des îles paradisiaques en crachant sur le gars qui est devant sa télé à mater le foot !

Le bobosapien se pense de race supérieur, lui il sait toi tu ne sais rien !

Mais voilà le sale boulot pour remuer le monde c’est toujours le pauvre gars qui le fait, alors cracher dans la soupe du pauvre ne va pas le rendre plus beau !

Roule galette

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 31 min

Il roulait en décapotable* mais ne dépassait pas les limitations de vitesse, il roulait par monts et vallons, dans bien des régions et n’oubliait pas de nous joindre des cartes postales… Il a refusé de travailler dans les îles où le nucléaire s’envoyait en l’air… Il roulait en décapotable c’était mon père et comme j’étais fière d’être sa fille !

* impossible de mettre l’image encore un problème sur le site ! C’était évidemment une deudeuche !

Si on savait…

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 6 h 36 min

Il est né dans le froid, a grandi dans le chaud des promesses, il n’est pas né l’été et pourtant dans le nid douillet, il n’a pas duré… Quelle que soit la saison quand l’amour s’envole, le ciel est toujours gris…

Le pépin

Classé dans : Mais qu'est-ce qu'elle bafouille encore cette baveuse ! — eructeuse @ 6 h 29 min

Que de génies dans l’art, l’art porte son humanisme en lui, pourtant que de génies misogynes !

8 juillet 2018

Les vacances

Classé dans : Mais qu'est-ce qu'elle bafouille encore cette baveuse ! — eructeuse @ 8 h 05 min

Plus d’un français sur deux ne part pas en vacances ! C’est un fait ! Il y en aura toujours pour cracher sur les gens, les petites gens le nez dans leur poste de télé qui vont s’entasser sur des plages bondées, comme  je viens de le lire sur un commentaire sous un dessin humoristique !

J’ai envie de dire que le droit aux vacances est une sacré avancée sociale !

Mes parents ne sont jamais partis en vacances et je suis allée à la mer pour la première fois avec eux un après-midi car ils allaient voir des amis en Normandie, je garde de ce moment un souvenir exquis ! Mes parents nous emmenaient nous baigner en bord de Marne… ou à la piscine… Ma mère ne conduisait pas… pas de permis, recalée trop de fois, elle a fini par abandonner…

Mon père faisait des puits d’eau à travers toute la France, au début ma mère le suivait dans ses déplacements, et puis après ils ont décidé qu’elle ne le suivrait plus pour notre scolarité… Quand les chantiers duraient longtemps, on allait avec lui seulement pendant les vacances… La « deudeuche » était pleine à craquer… Nous logions dans des coins isolés… C’est ainsi qu’il nous a fait visiter le Château d’Henri IV à Pau, j’ai appris à nager seule dans les gaves du Pau… et monter sur le pont de Tancarville, autre temps, autre région… Je garde pour les monuments, les pierres, l’architecture, un amour inconditionnel… et pour la Normandie !

Mes premières vacances à la mer je me les suis payées avec mon salaire d’animatrice, direction la Bretagne… Nous avons planté notre tente dans un camping où était une de mes cousines ! Petite, je suis allée en colonie je crois que c’était à Andernos, des kilomètres de marche pour patauger un peu dans l’eau… Mes premières vraies vacances de grande, c’était après mon bac, je suis partie seule avec mon sac à dos à Paris prendre mon train direction les Cévennes, rejoindre mes amies d’enfance ! Maman n’était pas chaude pour que je parte seule ! Le vélo lui aussi en partance mais de mon village !


Vivent les vacances !

Sur le chemin des vacances toutes les routes ne sont pas égalitaires…

Va dire à un enfant qui ne part pas en vacances que les vacances c’est de la merde ! Vachement pédagogique !

Bonnes vacances à tous et toutes…

AU CROCHET DU LIBERALISME MACRON DEPIAUTE LA FRANCE

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse !,Non classé — eructeuse @ 7 h 02 min

Macron en accord avec une directive européenne, souhaite que la constitution ne soit plus garante de la sécurité sociale.

Allô il y a quelqu’un au bout du fil ?

MARCHE MARCHE PRIVATISATION !

MARCHE MARCHE FRANCE ET CRÈVE !

 

7 juillet 2018

Le rêve de trop !

Classé dans : Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 7 h 58 min

Le mot « vacances » fait sourire Jean-Charles dont le supérieur lui a demandé de les repousser, l’entreprise est prioritaire…

JC râle, râle mais travaille car il veut monter et être dans les premiers de cordée !

Il se moque de Bernard le nouveau qui vient d’arriver et qui file regarder le foot ! Ah ce feignant ce bon à rien ! Pas d’ambition pas de plan de carrière déjà un début d’embonpoint, en plus son frère est cheminot et fait suer toute la France parce qu’il ne veut pas perdre ses privilèges ! 

Il sort sa salade bio du frigo, qu’il achète chez le traiteur d’à côté, chère mais il faut ce qu’il faut ! Il ouvre le placard où siège son lit et admire son bureau qu’il a su aménager pour être performant ! Ah ces inconscients de grévistes ont coupé le courant, il tâtonne ouvre un tiroir et prend une lampe qu’il utilisait au temps de ses belles virées dans les Alpes; puisque il est  là pour un bon moment,  il sort un poster qu’il place sur son bureau… comme il aimait grimper… Il s’autorise quelques exercices sur son tapis de gymnastique qui lui aussi a intégré son espace ! « Je construis mon avenir moi ! »

Quel silence, et ce silence l’envahit, il baille et retourne à son bureau, les Alpes l’appellent, il s’endort, il grimpe dans des rêves de victoire… Quand le DRH, arrive, JC est encore dans ses rêves, loin loin… Il est réveillé en fanfare et réalise qu’il n’a pas finalisé son dossier !

« Alors monsieur Jean-Charles Vollet on prend des libertés avec ses engagements ? »

JC encore dans les nuages sort de sa nuit tout endolori, rit puis répond : « Je ne travaille pas de nuit ! »

- Certes mais quand on annonce que le dossier sera livré à 9 h à son supérieur, on respecte les délais ! Vous n’êtes pas sans savoir que la flexibilité de l’entreprise amène à ne garder que les gagnants… JC reste sans voix devant tant de déconsidération, lui qui ne comptait pas ses heures…

Dans le hall du pôle emploi, un poster géant habille le mur face aux sièges où attendent les postulants à un travail ! JC regarde partout, des hommes des femmes courbées d’un certain âge, d’autres plus jeunes semblent sans vie…

Il ne sait pas s’il doit rire ou pleurer sur sa feuille de licenciement il est noté comme motif : « Faute grave » !

FAUTE !

A fauté, il réalise que le chômage ce n’est pas que pour les autres, il pense qu’il n’y restera pas longtemps, il est surdiplômé ! Ce qu’il ne sait pas encore c’est qu’une pelletée de jeunes loups arrive sur le marché et qu’on ne risque pas d’attendre quelque chose de lui car il ne fait pas bon être nommé au fer rouge de feignant !

6 juillet 2018

Ma liberté

Classé dans : ça décoiffe !,Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 8 h 04 min

Encore une plainte ! Jeff se lève en entendant sa promise geindre dans la cuisine…. C’est un fait, elle n’est pas heureuse !

Rendre sa dulcinée heureuse est un dur métier, pas de livre pour connaître les règles à suivre ! Elle a voulu Cuisinella, elle l’a et il a fallu la basculer sur la table à manger comme dans la publicité ! Elle a voulu partir à Medon, même avec le dos rond, j’étais de la partie ! Elle a voulu s’inscrire aux cours de Rock, j’ai tout appris de ses acrobaties…

Jeff se lève va faire son pipi de la nuit, il entend:  « N’oublie pas de baisser le couvercle ! Sur un ton qui ne lui laisse aucun doute !

- Comme si j’allais oublier ma mie chérie ! Dire les mots tendres ça compte dans une vie ! Il ne voit pas Sylvaine hausser les épaules qui lui répond :

– Rase-toi de près ! Ta barbe pique c’est une vraie saloperie ! Le mot est lâché, il sent que ça va être sa fête, alors il retourne dans la chambre prend un grand carton, ses cartouches de cigarettes bien cachées et commence le fruit de sa détermination, quand un vent de furie fait voler la porte en éclats !

– Qu’est-ce que tu mijotes minable dans ton coin et elle lui file une rouste en le maudissant d’avoir oublié de programmer son café, elle qui part bosser à six heures du matin, il ose :

- Mais Minou c’est toi qui ne veux pas que je travaille qui veux que je reste au foyer, il reçoit un aller et retour dans sa figure aux yeux pochés.

– Justement bon à rien !  T’es même pas capable de penser à mon café ! »

La tempête passe sur ses reins, Sylvaine s’est défoulée ! Les nerfs vidés, elle le laisse en plan sur le parquet  de leur chambre à coucher ! Jeff pense que l’amour, ce n’est pas prendre des coups, il prend son courage à deux mains et ses papiers d’identité, passe par dessus le petit balcon de la chambre, prend l’escalier de secours, monte sur le toit et s’assoit souffle, il a deux cotes cassées… Puis continue son périple sur les toits de Paris « Oh  ma belle ville ». Il décide d’attendre un peu, son café du matin lui manque mais il était toujours accompagné d’une torgnole, pas de croissant pour le « bon à rien » !

Il cherche le numéro de Martin, un vieil ami installé il y a quelques années en banlieue ! « Pas de métro j’irai en taxi »… Il avait pris ses économies cachées dans la boîte en carton !

« Alors mon pote,  t’as quitté ta prison, lui dit Martin en lui ouvrant la porte !

- Bienvenue chez toi ! Ils tombèrent dans les bras l’un de l’autre… » Jeff laissa enfin couler ses larmes…

L’ami bienfaisant le soigna et lui dit : – Repose-toi autant que tu veux ! Mon patron cherche un ouvrier qualifié dans ton domaine, ça te dis ?  » Il mit un certain temps à répondre, cela faisait si longtemps qu’on ne lui avait pas demandé son avis ! Il dit « OUI » ! Alors Martin lui répondit en rigolant : – Waouh le oui franc et massif mais c’est pas une demande en mariage ! » Jeff éclata de rire les poumons remplis de sa liberté retrouvée !

La liberté est une et indivisible, ses attaques sont à dénoncer partout, la liberté n’a ni sexe ni religion ni idéologie et n’appartient à aucun camp ! Et ce n’est pas parce que ce monde est dominé par le capitalisme et son frère le patriarcat qu’il ne faut pas dire les choses réputées tabou bouh !

en 2012 et 2013, 149 000 hommes ont été victimes de violences dans leur couple.

Sur la même période, les femmes étaient cependant bien plus nombreuses à se déclarer victimes de violences de la part de leur conjoint ou de leur ex-conjoint avec 398 000 cas recensés.

12345...281
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus