Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

18 novembre 2014

LES BEAUX MOTS

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 24 min

Quand je n’étais pas bien grande, j’avais une particularité qui ne m’a que rarement quittée,  je répondais du tac au tac avec, allons je ne nie pas, un doigt de talent qui clouait le bec à celui qui voulait me piquer,  corbeau femelle ou mâle faisant ! Ma mère appelait ma bouche à diatribe  » Lala » et me disait « toi et ta Lala » quand je me retrouvais au coin à l’école pour un questionnement pointu jugé malvenu ! Mais qu’est-ce que j’ai pu en dire aussi des conneries !

Je viens de lire un joli message de VIRETANTQUEVIRE  sur mon texte  » lundi mardi … » qui a de bien beaux mots, une belle écriture, sur son blog littéraire. C’est en lisant son « j’adhère » que cela m’a replongée dans une de mes sorties baveuses non glorieuse lors d’un meeting  politique où j’aurais mieux fait de la fermer à propos de mon adhésion au parti d’un ami ! Il m’est arrivée il faut l’admettre de trouver des zozos qui zinguent sexe et politique en même temps et je n’y entendais rien à cette musique sur le vif du moment… Passons…

Comme vous cher monsieur Viretantquevire j’aime les jeux de mots et merci d’adhérer à ma manière d’écrire sur un sujet délicat,  sur le moment je me suis dit « à quelle partie de ma souffrance » adhère-t-il ?  Oui toujours prendre le parti d’en rire cordialement !

17 novembre 2014

IMPRESSIONNISME

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 17 h 13 min

Ton Dubbeldam impressionniste de Talent 

artiste hollandais né en 57…

a td3

a ton DUBBELDAM

A TD

a td1

a td2

a td4

DU BONHEUR EN PARTAGE GRACE A ART PEOPLE GALLERY FB

www.artpeople.net

 

Lundi mardi mercredi Jedi vendredi samedi dimanche et même jeudi…

Classé dans : Atypique pique — eructeuse @ 12 h 28 min

Au bord du gouffre

La dame va devoir renouveler une ordonnance et décide de rendre bientôt visite à son docteur-et n’y tenant plus-et de le tenir au courant de l’avancement de ses douleurs capitalistes lesquelles sont partout dans son monde qui la rongent la plantent la ficellent lui feraient sauter le bouchon de son carafon, et congeler ce corps torturé embué électrifié enlacé de fils barbelés.

 Help help coupez ce son aussi qui l’envahit…la dame se dit au bord de l’échauffement caricatural, sept ans de maladie et pas un mois sans une VS normale, sept ans de chauffage indécent, un vrai réchauffement climatique nerveux !

 Souffrir n’est pas mourir mais naviguer dans les eaux de la douleur peut quelques fois amener à fantasmagorer plus que de raison pour étouffer sous le rire caricatural la pestueuse odieuse souffrance et quand elle triomphe un seul repli le lit.

Elle n’a pas encore un pied dans la tombe mais aux dernières nouvelles quand elle aura les deux, elle ne pense pas décoller vers Jésus qui refuse toujours de donner son point de chute ! Ce qui ne l’empêche pas d’espérer dans son futur proche ou lointain de faire de jolies rencontres. Non non elle ne fume pas ! Ben quoi elle a le droit de croire et d’espérer que lors de son voyage dans l’infini et au delà du néant, elle aurait plus la chance de rencontrer Jésus que Dark Vador dont elle refuse incontestablement de reconnaître comme son père !

 Ah c’est un Jedi ?

 Une Jedi, même une tigresse qui a donné naissance a un léopard !

 Elle rit !

 Pour l’heure il est temps de demander des patchs de morphine, la navigateuse craint que sa barque prenne l’eau, elle qui savait jusqu’ici contenir larmes et douleurs.

L’émission a fuité

Les messieurs de la télévision se sont forés les méninges et le derrière pour élaborer une soirée avant Noël qui a pour but de nous faire pleurer de rire à faim d’oublier la crise.

Qui veut gagner des bouillons de cube à la graisse de morue, pour assaisonner ses épluchures dans sa marmite de pauvres bougres cet hiver, qui s’en en avoir l’air ne va pas faire- la marmite- que des joyeux !

« Tout tout tout vous saurez tout -harangue très fort le gentil présentateur on sent la marée d’ici-  sur le zizi »

Hé oui on en est encore là, et tout le monde n’a pas le talent de monsieur le créateur de LILI. Mais non ce n’est pas le casseur de noix pardon de voix. Bon revenons à nos moutons.

Des milliers de téléspectateurs attendent des heures et des heures et des heures sous la pluie dans le vent. L’émission les filme l’aventure de réalité commence…Tous ne tiendront pas le coup, pour l’heure les animateurs sont pliés de rire de leur bouffonnerie face à cette chienlit déconfite et pensent dépasser la daube marinée marinella cuisinez là d’Hanouna c’est dire si c’est fort en rire.

J’aime le soir au fond de mon écran savourer le bouffon qui rit de ses excrémations !

Sur le plateau dix candidats décharnés d’habit et de peau devront s’affronter dans un grand nid où logeront des zizis de certains animaux à taille réelle, hi hi ha ha ho ho, en plastique mou, tant qu’on a du pétrole, pas besoin d’avoir d’idées !

Il y en aura des petits des gros des longs des riquiqui à tête d’ampoule avec des crocs, etc etc etc .

Les candidats devront plonger dans le grand panier où de l’huile d’olive aura été déversée -oui je sais quel gâchis- sortir le plus de zizis et les rentrer dans leur caisson transparent sur lequel est écrit un nom d’animal, à chaque fois que le participant aura vu juste sa cagnotte gonflera de cent cubes de bouillon, à chaque fois qu’il perdra, il devra boire une cuillère d’huile de foie de baleine pour se redonner force et courage !

C’est fou c’est fou comme on va rire hi hi !

L’émission a fuité !

Il va s’en dire que madame Brigitte Bardot la seule qui a eu les couilles d’aller sur la banquise s’opposer à ces barbares ces MASSACREURS de bébés phoques a annoncé la couleur de sa plainte, non pour atteinte à l’intelligence, dans ce pays il n’y en a plus de visible, mais pour la défense des baleines comme on l’a comprend !

Une fois tous ces beaux zizis répertoriés rangés- ce ne seront pas tous les même de semaine en semaine la planète en regorge profondément ! Une question devra départager les finalistes : quel est le sexe le plus puissant du règne animal !

Jules mange sa soupe jamais sans pain a été retenu pour participer à l’émission. Il est vieux sale et semble bien méchant avec ses deux chicot qui se battent dans une bouche sans dent. Il a le parfait habit de l’abruti, une chemise à carreaux amidonnée il y a des années, un pantalon avec une corde pour ceinture et une flopée d’animaux en tout genre qui pullulent dans sa petite maison en vraie pierre de carrière que ses enfants riches en dents de requin n’ont pas encore pu lui saisir.

Luc fait partie de la horde des dix premiers candidats.

Luc est maigre mais musclé.

Luc est rapide c’est un ancien baroudeur.

Le public est plié de rire tout marche pour le mieux !

Luc range les sexes qu’il devait trouver dans leur caisson transparent en un temps record.

Luc est un malin dans sa petite bicoque un trésor est caché dedans.

Luc est finaliste.

L’émission fait un carton en audience en applaudissement en rire en jeux de jolis mots de derrières les latrines.

Des jeux de lumières -non non pas de Diderot- et de la musique à l’eau de boudin si si ça existe explose les yeux et les oreilles ah le beau monde de la télévision .

Le premier finaliste donne sa réponse une sirène l’alerte qu’il a perdu ! Le public rit crie se gondole plus besoin d’aller voir Venise.

Luc prend le micro roulement de tambour.

Silence

puis Luc assène : le sexe le plus puissant du règne animal est le clitoris ! 9000 terminaisons nerveuses et le pénis masculin est loin de l’égaler avec ses 6000 !

Horreur c’est l’horreur on hurle on s’affole, où en est l’audimat, mate -t-il encore ? On crie au crime de lèse majesté, l’odieux participant est viré manu militari vers la sortie.

Luc est ravi !

Luc est arrivé à ses fins !

Il va s’en dire que les jours qui suivent sont d’un ravissement extrême pour lui, de grands magazines connue pour la défense de la fesse et du sabot à aiguilles des femmes, quelle belle cause, veulent le rencontrer !

Comment il a osé le clitoris !

Et tout ça sans rougir !

Les sans clitoris manifestent le pénis en avant !

les sans sous le traitent de pauvre con qui pue !

Ses enfants joue à l’héritière Bettencourt !

L’ église au nom du père et du fils le traite de FEMEN

Luc est ravi avec un mot il a mis au placard un torchon démission et fait son Siné son cinéma à la barbe et aux poils des intégristes de la religion patriarcale !

16 novembre 2014

ANIMAL SENSIBLE

Classé dans : Certains de mes écrits 2014,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 12 h 03 min

Jour de pluie glacée

 

« Salut vieux renard !

-Salut vieux bouc »

Ah ces deux là s’aiment comme larrons en foire.

Comme tous les matins, le doux dédé va chercher son pain chez Luc, ce vieux loup de mer reconverti boulanger, qui sent plus le bouc que le bon pain bien cuit car depuis que sa moitié s’est tirée, il ne fréquente plus sa salle de bain !

Dédé a mis ses bottes trouées il maudit ce temps de chien. Non seulement il pleut des cordes, mais en plus il fait un froid de canard. Son manteau le recouvre à peine, il en a la chair de poule.

-Comment va ta femme ? demande le boulanger

-Bergamote a un chat dans la gorge !

-L’a trop sucé ton bâton mon cochon !

-Pour sûr pour sûr mais j’ai trop abusé l’a voilà au lit et au bouillon !

-Ça va la changer !

-Pour sûr pour sûr !

Dédé l’avait ramassée une nuit d’hiver complètement glacée sans vêtement dans un caniveau de la vieille ville où elle survivait en faisait la manche et acceptait pour quelques pièces de soulager de vieux bourgeois qui ne passaient pas là par hasard. Bergamote n’ était pas en joie, son cœur cassé, sa peau tannée, son porte-monnaie vidée par un salopard qui la tabassa cette nuit là, avait une faim de loup. Elle accepta la charité du bon Dédé !

Pour rien au monde Dédé n’aurait maltraité et encore moins abusé sa Bergamote car dans son cœur de vieil homme, brûlait le feu de l’amour, mais il ne voulait point peiné son vieil ami en mal de sa dulcinée !

Sous couvert de froideurs, les hommes vivent aussi avec leurs douleurs, il serait cruel de les enfermer dans le stéréotype éternel du salaud, eux qui crient maman dans les tranchées, eux qui donnent leur sang pour mère patrie, eux qui triment pour deux sous trois cailloux pour nourrir leurs petiots, eux qui ont comme beaucoup de femmes l’empathie en leur âme !

INSPIRATION EXPULSION

Roudoudou chéri est plongé dans la lecture d’un nouvel Hebdo et squatte les cabinets puis fuse : Dis chérie toi qui suis la mode, si tu passais à la queue de cheval dit le petit malin à sa copine le nez dans le foin de ses bons coins !

Qu’est-ce que tu as trouvé comme nouvelle coiffure demande la dame pas surprise son ami l’aime avec les cheveux longs ! Il a laissé l’Hebdo parterre, file sur son PC… « Ferme la porte B… », comme à son habitude la chérie ramasse le journal et désodorise les lieux.

Ah je vois je vois a kkque les fesses de la K  K t’inspire, toi et beaucoup d’autres, tous derrière et elle devant dit-elle en riant !

Kimm Kardashian Pégase

je vois je vois que tu as quitté ton nichon magazine pour le nouvel Obs, je comprends ton enthousiasme, prends un abonnement au centre séquestre c’est juste à côté, tu pourras fantasmer les yeux grands ouverts mais pense que sous la queue de cheval quelques expulsions sont à craindre, vue ce que tu canardes comme parfum dans les WC tu ne seras pas dépaysé !

Vilaine chieuse lui répond-il !

Comment pessimiste ?

Classé dans : ça c'est ben vrai ! — eructeuse @ 8 h 40 min

Il n’y a pas d’or pour les braves que des cimetières ! 

MIROIR AUX ALOUETTES ?

Miroir mon beau miroir qui croire

 

Comme chaque matin la belle Hélène file boire son image de face de profil de derrière très altière, grimace s’agace, sourit, tout est encore en parfait état, glousse quelques sons se noie sous ses charmes, puis refait surface et va conforter sa vision sur la balance, pas un cil de poids, la victoire est totale, encore un jour de gloire.

Il ne faut pas croire que c’est aisé et inné d’être belle, c’est un travail de longue haleine, la belle Hélène y met bien de la peine sue sang eau et graisse pour modeler son image son égo son con en ce corps déployé.

Sa mère lui a appris qu’il faut travailler prendre de la peine qu’un trésor se cache en son sein. Hélène ne travaille pas pour être danseuse ni escrimeuse encore moins footballeuse, Hélène cultive le seul art qui met la femme sur un piédestal qui fera d’elle un jour une reine, sous les battements des cils d’encouragements de sa maman, car être séductrice est tout un art, être la plus belle l’apothéose.

L’art d’être ce que de tout temps on attend de la femme, qu’elle soit dans le sens du rang qui est le sien, qu’elle assume ce pour quoi elle est sur terre à savoir inspirer le désir du seigneur pour que ce seigneur son seigneur le maître de ses lieux jouisse en sa forteresse assiégée et qu’elle s’en sente honorée.

Hélène est très fière de ses fesses fermes rondes joufflues gonflées à la force de sa volonté d’être la plus belle sur le marché de la demande oui en ce moment c’est ce qui prime !

Un jour son prince viendra, riche, la convoitera, la couvrira déloges et de cadeaux à la hauteur de sa beauté elle résistera pour qu’il ait très envie de la posséder, fera monter les enchères de son désir et alors il lui offrira la clef d’un foyer avec des dîners aux chandelles !

L’art d’être celle qui accédera au rang de reine demande un grand travail de diplomatie, il faut savoir ingérer la politique de la demande du seigneur et quelle que soit sa classe sociale. Le patriarcat s’est intégré dans toutes les strates de la société.

La culture du seigneur est universelle la presse les médias les éducations réactionnaires l’enseignent à longueur de temps, la grande victoire du patriarcat c’est qu’il n’a plus besoin que le bouffon tape sa copine sa femme pour qu’elle endosse sa panoplie de Barbie sa panoplie de con à disposition on lui affirme à longueur d’antenne qu’être un cul c’est sa libération et qu’être un bon gros cul bandant et l’assumer, être bonne c’est être moderne voire féministe !

Sur sa croupe dodue le bon seigneur fait sa fesse-tape, tire sur sa queue de cheval « allez ma belle jument bouge ton cul, t’es bonne t’es bonne », la soumise doit frémir agir glapir c’est dans l’ordre des choses car dans le manuel sexuel de la culture du rut du seigneur il n’est pas écrit que le plaisir féminin fait partie du jeu…son plaisir m’enfin c’est de faire plaisir point barre et tiroir caisse !

Le prince il est bien venu il t’a vaincu et tu pleures ?

« L’amour une partie de plaisir ? Allons ma chérie dit la mère à sa fille endolorie, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre ! »

A ces mots la belle enfant éclate en sanglots il y a longtemps que son beau dominateur la prend à sec !

La belle femme n’est peut-être pas trompée par son miroir aujourd’hui belle et demain elle ne veut pas prendre le risque de se laisser faner aux yeux de son seigneur, elle ne veut point être vilipendée sorcière vieille peau, classée dans la boîte des non baisables comme ce qu’elle entend à longueur de temps dans la bouche des hommes qui l’entourent, entourloupant, alors il lui restera le scalpel !

Le coup en voit-il vraiment la chandelle ?

La révolution sexuelle a eu lieu tu veux rire ?

Seigneur quelle histoire !

Pas de révolution sexuelle sans révolution culturelle on est mal on est mal et moi femelle j’suis pas prête d’arrêter avec ma révolution textuelle…qu’on trouvera dans mon livre : «  BRAME AU DESSUS D’UN NID DE COCOTTES ».

15 novembre 2014

PUB PUB PUBLICATIONS A VENIR

Classé dans : Mes livres — eructeuse @ 12 h 32 min

Victoryne Moqkeuz mon anagramme

Caroline Bordczyk mon pseudo

 

Bonjour ami-es lecteurs ami-es camarades ami-es de travail ami-es de luttes ami-es assidus de mes blogs…

Je suis une écrivaine autoéditéé qui, si j’écris, c’est aussi pour être lue et merci je le suis. L’un dit que ma plume est trempée dans le vitriol, l’autre ajoute que j’écris avec des phrases percutantes, d’autres disent que je fais du De La Bruyère, du Kafka voire que je suis la Desproges féminine, que j’ai un style, une plume, que je suis un sacré numéro à l’humour jouissif et encore dans diverses presses que je cite : « Elle couche sur le papier ses bons mots fait d’une langue verte vive et riche », « Livre qui réveille les pensées et les consciences » , à propos de « Irrévéren…chieuse ! C’est grave docteur? »…Bon, ça fait plaisir mais je dirais pour ma part que j’essaie d’être moi-même c’est déjà pas mal !

Si je me suis mise à l’écriture et à la publication c’est que tombée, (pas de haut je me tasse), en maladie, j’ai eu du temps pour occuper mes nuits blanches. L’écriture n’est pas ma béquille, je suis fondamentalement un animal politique, mon écriture est politique sociale engagée où les émotions demeurent fort heureusement, elle est une barque pour atteindre le rivage du cœur de l’Homme et si elle fait du bien parce que jouissive alors jouissons bien !

Si je me permets de vous haranguer ce matin, c’est que je vous propose deux ouvrages qui vont sortir l’un, fait de textes et de nouvelles où se livre forcément la politique de mes visions personnelles : « ALLO LA BOUGRESSE QUELLES NOUVELLES ?» et l’autre qui me tient à cœur, sur le patriarcat : « BRAME AU DESSUS D’UN NID DE COCOTTES » -car je suis outrageusement et odieusement féministe.

Pour cela vous pouvez me contacter à anelabougresse@orange.fr

les premières et quatrièmes de couverture des deux livres seront jointes en documents.

 Je vous liste ce que j’ai déjà publié :

Irrévéren…chieuse ! C’est grave docteur, c’est un journal de bord, sorti en novembre 2008

« Crime de lèse majesté et vous trouvez ça drôle ? » une fiction politique sortie en juillet 2009 où je suis la seule à annoncer la naissance de la fille de Nikoléhus De Hyaka Bosset  mais aussi, aïe aïe aïe sa réélection, le sire qui brille par sa prétention et qui nous colle à la peau, la preuve il revient pour tenter de nous en remettre une couche de sa bave putride qui marine sans complexe…

BOUQUET DE FEMMES un polar sorti en septembre 2009 que je rééditerai plus tard, enfin recorrigé.

J’écris en permanence, non non je ne suis pas collée à mon PC bien que je tienne aussi des blogs, dont deux pendant les cinq ans de Nicobert qui a mis la France à l’envers, plus de mille articles 129 000 visites. Depuis que je blogue j’ai dû avoir plus de 200 000 visites. 11 000 ce mois ci sur mes trois nouveaux blogs*, je poursuis tranquillement mon petit bonhomme de chemin. J’ai des nouvelles à finir, un roman aussi, et en ce moment j’écris un livre « Le commerce des mots », fiction sur fond de dérèglement climatique, c’est toujours sombre…mais l’espoir pousse dans les luttes et se nourrit d’elles…et grandit dans l’amour de la justice !

Merci d’avoir pris le temps de me lire.

eructeuse.unblog.fr blog politique

carolinebordczyk.unblog.fr blog littéraire

vilaineahleine.unblog.fr blog général

Le cygne

clin d'oeil

je fais un texte MD 22 MD 22 ET pan 56 visites ce matin au moment de cet écrit avouez que c’est fort de café que j’ai déjà bu, je suis née un 22 en 56,  c’est un signe lol,  il y en a qui croit aux signes d’autres aux chiffres au destin aux horoscopes, je vous avoue que j’aime les nombres… mais un signe de quoi ?

a cygne

Ni cygne ni paon, pan je canarde mes mots je suis plutôt la vilaine petite canarde ! Oui oui je sais c’est mauvais non non je ne sors pas je suis chez moi, non non je ne suis pas désolée de ne point faire partie de l’élite écriturienne, je m’en bats l’aile et même la cuisse, pour en revenir à mes numéros ho hoh, 2 h o, tiens je devrais jouer au loto !

1392049_739055592787801_1512737082_n

Bises and love !

a bonjour 3

1...277278279280281...315
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus