Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

15 mai 2014

L’infamie de Vichy

Classé dans : Art, vie et avis,Treize à table he vindiou sur l'herbe ! — eructeuse @ 9 h 28 min

Un peu d’histoire 

a interdit

Le début de la deuxième guerre mondiale va stopper l’essor du rugby à XIII. Avec l’armistice du 22 juin 1940 et la création de l’Etat français le 11 juillet de la même année, les orientations données au sport français vont changer. Le sport professionnel est perçu comme opposé aux valeurs que les dirigeants politiques veulent promouvoir. Si l’on joue encore au rugby à XIII le 6 août, Jean Ybarnegary, ministre de la famille et de la Jeunesse, déclare le 22 : « Le sort du rugby à XIII est clair, il a vécu, rayé purement et simplement du sport français… »

Au mois d’octobre, un comité d’étude du professionnalisme et d ‘amateurisme mis en place par le Commissariat général à l’Education générale et aux Sports, dirigé par Jean Borotra, rend publiques ses conclusions. « Les sports professionnels sont tous supprimés. Un délai de trois ans est accordé au football, à la boxe et à la pelote basque. Pour les autres, tennis, lutte, rugby àXIII, c’est à effet immédiat, ou plutôt le temps que le commissariat général puisse aviser les fédérations intéressées » (extraits du journal l’Auto du 4 octobre 1940).

Des associations et des comités régionaux du rugby à XIII gardaient tout de même l’espoir de voir se perpétuer une activité amateur qui constituait un secteur important du rugby à XIII. Mais l’unité du rugby français avait déjà été aménagée. On lit, en effet, dans le journal l’Auto daté du 14 octobre 1940 : « Le rugby à XIII a réintégré la FFR. Le retour à la fédération mère devra être terminé le 15 novembre, et l’on étudiera l’opportunité de pratiquer le rugby à XIII dans le cadre scolaire. » Dans le même numéro de ce journal un communiqué du Commissariat général de l’Education physique et des Sports précise : « le 15 septembre, le commissaire général a recu le Dr Ginesty, président de la FFR. Après cette entrevue il a eu un entretien téléphonique avec M. Laborde, puis il a chargé le Dr Voivenel de lui présenter un rapport sur la situation d’ensemble du rugby français. Le 10 octobre, le commissaire général a reçu à Vichy M. Laborde. Après ces consultations successives et examen du rapport du Dr Ginesty, le commissaire général a décidé, dans l’intérêt du sport français, de rétablir l’unité du rugby. Pour des raisons évidentes, l’unité ne peut se faire qu’au sein de la FFR en même temps que sera réorganisée celle-ci. Il a donc été demandé à M. Laborde de spontanément dans le FFR le Ligue qu’il préside. Au nom de la ligue, et dans un esprit d’entier dévouement mis à la cause du sport, M. Laborde a donné son acceptation…

SUITE SUR LE BLOG RUGBYAXIII

Très bel article à lire sur le blog RUGBYAXIII

http://rugbyxiii.blogspot.com/2009/03/linfamie-de-vichy.html.

MINEURS

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 9 h 09 min

Risques majeurs quand la sécurité est négligée 

toujours la course au profit des possédants …

Pensées respectueuses et solidaires pour les familles des victimes 

et pour les 110 mineurs encore dans la mine en Turquie

 

a mineur

 

12 mai 2014

Époustouflantes

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 10 h 22 min

les Ross Sister Does 1944

Image de prévisualisation YouTube

CHAPEAU !

Se mettre au vert

Classé dans : ça c'est ben vrai ! — eructeuse @ 8 h 33 min

a vert se mettre

1174529_425289864258735_2023020875_n

1237166_423352157785839_783376655_n

a la maison de mes rêves

20887_165778426913725_1565942947_nmon fils le tiot dernier quand il était cadet 2

a bonjour 3

 

9 mai 2014

LA POMME D’ADAM

JUIN 2013

 

Maudit soit il !

 

Il aimait à caresser la croupe de ses bi-sexuantes – ah chacune, chacun son appellation labellisée disait-il – et ne voulait point savoir où se posaient ces beaux séants.

Bon an mâle an, le dard en avant, la langue gargantuesquement avenante, il peaufinait son savoir de la croupe, avec ses voutes sculpturales, sa soute des moins banales : la fleur des vents, bénie sous ses yeux, adulée sous ses papilles, hum les bons gros melons !

Il butinait de ci de là quand soudain, il fut pris d’un vertige, il toussa s’étouffa, c’était le poil de trop dans sa gorge pourtant profonde. Maudit soit-il !

Il mourut comme il vécut, la pomme d’Adam en mouvement !

Moralité : un poil ça va, deux poils ça va, trois poils bonjour les dégâts …pour butiner collé serré, pensez à dépoiler  minette et minou !

8 mai 2014

Si vrai

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 8 h 23 min

a chaplin

Rien n’a changé la bouffonnerie éternelle …

31 01 2010

A DEFAUT DE BEURRE DANS LES EPINARDS …

 

Ainsi il y a une élection dans deux mois !

 

Que va faire l’électeur de plus de 55 ans, potentiellement umpiste, potentiellement dans les 8,5% de porteurs de cartes umpistes ?

 

En piste se dit la la bible médiatique…

 

Tiens si je faisais un peu d’information sur la réalité du travail de notre fin stratège élyséen se dit dame TF1 …

 

Car le fond du problème et j’en suis blême tout autant que la garde électorale du monarque, c’est que va faire donc l’électeur de plus de 55 ans avait de passer l’arme à gauche !! ahhh à gauche niet !!!

 

Va-t-il mettre un bulletin pour le front national ou pour la majorité ?

 

Il faut vite rassurer les troupes de base et la messe fut donnée.

Qu’est ce qui pourrait rassurer le bon téléspectateur après toutes les peurs que lui a ingurgité l’entonnoir umpiste placé par une chaîne avisée ?

 

Eh bien ne vous inquiétez plus chers amis de plus de 55 ans et chers amis de moins de 55 ans : futurs chômeurs sans droits, seniors délaissés dans le couloir de la mort de vos 600 euros de retraite, femmes à temps partiels, étudiants crèvent la dalle, l’éminence aux huit cerveaux, chasse, c’est promis, la raison économique de la montée du chômage, la raison de tous vos maux :

 

le vilain vilain clandestin !

 

Ps : et puis pas d’inquiétude sous le soleil de FRANCE à partir du moment où les patrons sont bien rémunérés l’embauche va forcément suivre !

LA LIBERTÉ C’EST LE BONHEUR !

Classé dans : Mais qu'est-ce qu'elle bafouille encore cette baveuse ! — eructeuse @ 6 h 53 min

TEXTE ECRIT EN OCTOBRE 2010

Quelle place pour la femme, l’égalité, quand ?

Quelques rappels :

droit de vote (1944), gestion des biens, ouverture d’un compte en banque et exercice d’une profession sans l’autorisation du mari (1965), choix de la contraception (1967), autorité parentale égale (1970), accès à l’IVG (1974) libéralisation du divorce et mixité à l’école (1975).

 

la mixité totale, et elle sera tardive : 1957 dans l’enseignement primaire, 1963 dans les collèges, 1975 à tous les niveaux de l’enseignement primaire et secondaire (Loi Haby). Les écoles d’enseignement supérieur deviennent également mixtes à cette époque (Polytechnique en 1972, HEC, 1973, l’Ecole Normale Supérieure en 1981-86).


L’Assemblée nationale a adopté, dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 janvier 2000, le projet de loi gouvernemental sur la parité, visant à accorder un égal accès des hommes et des femmes aux fonctions politiques.

 

L’égalité n’est elle pas inscrite dans la constitution ?

 

L’égalité professionnelle : le chômage touche plus les femmes que les hommes , à travail égal salaire inégale.

L’égalité politique : les femmes représentent 52% de la population et sont sous représentées à l’assemblée nationale et au sein du gouvernement la parité n’est pas respectée.

L’égalité domestique : les hommes ne participent pas ou peu aux tâches domestiques et l’éducation des enfants reposent essentiellent sur les femmes qui font la triple journée : boulot, maison, enfants !

L’égalité sexuelle : la femme est une marchandise sexuelle que l’homme achète pour son plaisir, prostitution, pornographie et les préceptes de toutes les éducations religieuses placent la femme au rang de soumise dans un rôle de reproductrice et servante sexuelle.

L’éducation des non dits ne donne pas la même liberté sexuelle selon le genre, l’homme qui a des expériences est un conquérant, la femme une pute ! Dans certaines sociétés, l’homme peut avoir plusieurs épouses, la femme un seul mari, la femme violée est coupable, elle peut être tuée, la femme excisée n’a pas le droit à sa sexualité…L’enfermement sexuel de la femme n’a pour but que de servir la sexualité masculine et perpétuer sa descendance. Dans la la reproduction, la part génétique de la femme est niée, il est souvent dit grosso modo que l’homme met la graine, la femme n’étant que le terreau !

L’égalité identitaire :

La femme n’a identité que celle de son père ou de son mari quand elle porte le nom de sa mère c’est le nom de son grand-père, la femme est dépossédée de sa filiation, elle n’a pas de patronyme. C’est le numéro deux de la sécurité sociale. La petite fille grandit dans la négation de sa personne : le masculin l’emporte sur le féminin. Le féminin a été inexistant et est encore refusé comme les mots auteure, écrivaine, professeure, docteure, être directeur n’a pas la même connotation que directrice et dire que la société se féminise, c’est dire qu’elle va mal ! Quand on veut injurier un homme on le traite de con, mot désignant le sexe de la femme, c’est tout dire, ou encore de salope à forte connotation sexuelle, plus insultante que salaud. L’idée véhiculée par la bible selon laquelle la femme est le suppôt de Satan reste la base sur laquelle prospère la société patriarcale. L’enfermement de la femme dans son genre inférieure se perpétue sans possible contestation puisque c’est la parole d’un Dieu.

 

Légalité passe par l’éducation laïque,

l’égalité ne se gagne que sur l’autel des luttes.

Sommes nous libres, nous les femmes que ce soit avec ou sans burqa ?

 

Faire un débat sur la burqa sans parler du fond de nos libérations est une fumisterie patriarcale, je ne crois pas aux dires de monsieur Copé ni à ceux de monsieur Fillon :  « l’égalité des chances et la protection des jeunes filles , ce combat , c’est mon combat » car quand il a touché aux retraites il a mis en place avec sa décote, la pire des discriminations, les femmes ont là aussi la double peine, une carrière moins longue pour élever les enfants, la décote va assassiner leur retraite déjà inégale par un travail payé inégalement !

 

Fauteurs de troubles : fondamentalement la burqa, vous n’en avez rien à faire, ce sera une loi pour faire plaisir à l’électorat lepéniste qui doit encore voter pour vous, pour vous maintenir politiquement si vous en aviez à faire des femmes vous feriez respecter déjà les lois existantes, c’est encore une insulte faite aux femmes.

 

Quant à dire que la burqa une insulte à la République, elle est d’abord et avant tout une négation de la femme, j’ai mal pour toutes les petites filles de la terre qui se terrent pour sauver leur vie, qui aimeraient bien aller à l’école et retirer ces oripeaux, si la burqa est une insulte à la république, faisons lui une réponse républicaine : des débats citoyens dans les mairies, des débats citoyens sur la place que doit avoir la femme dans notre républicaine, laïque égalitaire, chiche !

 

Faisons ce que la république c’est faire : de l’éducation !

 

La république se doit de combattre tous les despotismes tous les totalitarismes , toutes les injustices , la burqa pas plus que l’intégrisme salarial et économique que subissent les femmes !

 

Les hommes aiment à philosopher sur la liberté mais quelle place nous laissent-ils dans ce monde ? Quelle est notre liberté de citoyenne quand tous nos droits sont bafoués ?

 

 Un politique a dit que l’objectif de la politique ce n’est pas le bonheur mais la liberté, alors nous pouvons dire, nous les femmes que nous n’avons ni droit au bonheur ni droit à la liberté, car la liberté c’est le bonheur !

Domestiquer la bête

Classé dans : Certains de mes écrits 2014 — eructeuse @ 6 h 25 min

29 01 2010

Mélancolique Amour

 

Nos petites querelles semblent si dérisoires face à la perte de nos frères de l’autre bout de la terre…

A quoi sert de repousser les limites de la vie si elle ne permet pas de respecter cette vie partout et à chaque instant…

Chaque perte d’être cher, chaque perte de l’autre, aussi inconnu soit-il nous renvoie à notre propre existence, à notre mort.

On pleure sur Haïti de peur que cela nous arrive et on laisse mourir les enfants du monde entier… petites fourmis serviles au service du capitalisme, petites fourmis qui ouvrent les yeux sur un monde hostile puis un battement de cils plus moins, rendent leur dernier soupir.

POURQUOI, POURQUOI ?

Quand l’horloge du temps indique l’heure de notre départ, que notre tour arrive, on mesure le poids de notre vie , la longueur du chemin parcouru, on fait le bilan de sa vie… pour tous ceux qui n’ont pas pu vivre à cause de l’égoïsme de l’Homme, que pouvons nous dire et faire face à cette béance humanitaire. Nous ne sommes pas tous égaux devant la vie. La mort vient toujours trop tôt, plus pour certains que d’autres… La vie c’est aussi la mort, mais dans ce monde les pauvres paient plus cher le tribut de la vie.

L’Homme a beau se réfugier dans la religion, il n’y a pas d’échappatoire, notre destin est scellé, tracé dès notre naissance et le temps passe très vite, le but final est bien la disparition de notre égo !Alors puisque nous ne sommes que poussière dans l’univers autant faire en sorte de servir à quelque chose et de savoir faire face sans trop de lâcheté à notre devoir d’humain : la solidarité !

Les irresponsables qui engrossent leur coffre fort en cette période de crise et de dévastation ne craignent point de jugement dernier. Ils jouissent en toute impunité du pillage des peuples depuis la nuit des temps, ils jouissent des privilèges qu’ils se sont octroyés au nom du droit divin, au nom d’une supériorité biologique, au nom de la propriété, au nom du premier arrivé, au nom du droit d’aînesse, au nom du plus fort ! Tout n’est que rapport de force, brutalité, meurtres, abandons, viols, guerres. L’obscurantisme de leurs pensées ne sert qu’à obscurcir les nôtres pour faire le sale boulot ! L’Homme mérite mieux que son statut historique de chien servile ! Je n’ose imaginer des « Haïti » à l’échelle planétaire quand déjà les plus puissants se moquent de l’état de la planète. L’Homme n’est qu’à l’aube de son humanité, il reste le prédateur de sa genèse et le fric est le nerf de sa guerre ! Face le ciel qu’il évolue avant que la planète soit en miettes.

La perte de l’homme où qu’elle soit est intrinsèquement intolérable… Quoique je fasse ou que je pense, le prédateur est sur la planète, il est en nous… Alors il faut domestiquer la bête, lourde tâche qui demande plus que des leçons de quelques bibles que ce soit…Je n’ai plus aucune ambition, je croyais que chez moi en France, on serait capable de refonder une nouvelle maison, une nouvelle gauche, un humanisme tolérant multicolore et républicain mais il n’en est rien et cela me désespère pour aussi le reste de la terre… Brecht a dit : « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »; J’ai perdu mes illusions, j’essaie de garder l’estime… Quand on a tout perdu, il reste toujours l’amour même s’il est mélancolique .

7 mai 2014

Vous êtes morose ?

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 10 h 01 min

Vite un petit coup de ja de ja de jazz de javanaise..

.Image de prévisualisation YouTube

Nougaro c’est bon c’est beau …

1...258259260261262...280
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus