Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

27 septembre 2019

Oui, il y a un monde parallèle

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 7 h 53 min

La France pleure ses riches… qui l’ont gouvernée… et puis il y a un autre monde qui ne fait pas pleurer les riches (En plus il n’y a plus d’abbé Pierre pour gicler en pleine face des riches, leur vérité)… Un monde parallèle…… Le monde pauvre, dans lequel meurt monsieur tout le monde, qui lui a côtoyé de prés l’amiante, le plomb,  les hauts fourneaux, les poussières de charbon, de plâtre et de ciment, les cadences infernales, les pollutions, la médecine à deux vitesses… Le monde des pauvres qui a le mérite, braves gens, de pleurer avec les riches… la perte du président des riches ! Il paraît le président d’une nation ! C’est beau comme le paradis !

14 juillet 2019

RIDEAU

Depuis un certain temps, elle n’était plus comme avant. Elle  sentait en elle les crocs du piège à loup, la pince du piège à rat… Elle sentait son corps se recroqueviller, s’étoiler, se replier, se refermer sur son cœur et son âme… Coquille vidée… Dans un ultime tressaillement, elle ne put qu’expirer son dernier souffle… qui partit rejoindre toutes les âmes brisées dans le ciel des amours perdues.

img258

11 juillet 2019

CI-GIT LE JARDIN D’EDEN

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 23 h 39 min

pollution2

Image Fantastic World  FB

MARCHE A L’OMBRE

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 23 h 35 min

sans arbre

FANTASTIC WORLD FB

CA NE ROULE PAS POUR ELLE

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 23 h 32 min

mer5

Pris sur Fantastic World FB

28 juin 2019

Ca crame pour moi ça crame pour toi

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 11 h 16 min

L’enfumage politique se porte à merveille, il aurait tort de ne pas propager puisque les gens votent pour ses émissaires lors d’élections aux jeux de dupes ! Quand viendra poindre l’enfumage climatique qui pourra dire : Ah ben je n’étais pas au courant ?

planet-polluted-bbb

Image offerte par un ami disparu à qui je rends hommage à travers ce texte : Heel Krix !

19 juin 2019

C’est l’enfer

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 6 h 09 min

Lu : faudra-t-il manger bientôt 50 fruits et légumes par jour ? Manger manger vous n’avez que ce mot là à la bouche ? Dans le monde un enfant meurt de faim toutes les six secondes… Juste se nourrir…

20 mai 2019

CENGRILLON

Classé dans : Mes écrits 2019,Tristesse — eructeuse @ 20 h 13 min

C’est l’histoire d’une petite qu’on retrouva gisant au fond d’un ravin… Elle était si petite que son oubli dura bien longtemps… Cette petite chose recroquevillée au fond du ravin avait été surnommée cengrillon… C’est qu’elle en avait mangé la petite, des grillons, plein de terre dans sa misère !

On donna ce surnom à cette petite pousse qui vaquait, mal propre, ici et là, toujours en quête de pain… Les yeux sur les vitres des maisons cossues où de grands banquets semblaient remplir la vie des gens… Elle regardait émerveillée toute cette abondance affichée… Ce qui lui valait maints coups de balais !

Cengrillon avait été une belle petite toute enjouée qui n’avait pas peur de gratter la crasse des autres sous ses pieds… Un soir, mal lunée, sa patronne la vira sans perte ni fracas sauf qu’elle reçut la porte dans le nez et rien dans son porte-monnaie !

Elle alla chercher du travail dans les champs dans les près les vergés où roucoulaient parfois des amoureux… Oh elle ne les jalousait pas, leur bonheur lui mettait des étincelles dans le cœur ! Elle souriait toute à sa besogne : cueillir de quoi se nourrir…

Au fil du temps, passant de patronne marâtre en patronne marâtre, la belle petite Cengrillon courbait l’échine tant et tant qu’elle ne voyait plus la couleur du ciel, et quand il pleurait, ses larmes lui indiquait qu’elle allait devoir trouver un refuge moins humide que sa cabane au bois vermoulu…

Fatalement dans un monde peu reluisant pour celle qui fait briller les dorures des Paressants, elle n’eut plus qu’un petit sous pour finir sa semaine car les prix avaient grimpé, mais pas sa rémunération qui suivait le cours du bon vouloir du patron… Patron qui fit dire par son épouse qu’elle ne serait plus payée ni à la tâche ni à la semaine, mais au mois !

Tenir le mois, le mois ! Le mot faillit l’étrangler ! Tenir ce soir déjà !

« Tu n’as plus que tes larmes pour remplir ton porte-monnaie ! », se moquait la lingère. « Fallait économiser ou avoir la bouche plus petite ! » Mais son ventre avait grande faim même dans son corps tout petit ! La petite orpheline la regarda de ses grands yeux tristes sans comprendre d’où venait tant de méchanceté ?

Tenir en faisant cuire le poulet tenir en assaisonnant la salade tenir en mettant le couvert tenir en tranchant le pain ! Ni tenant plus elle vola les restes du poulet qu’elle engloutit dans la remise…

« Scélérate ! entendit-elle dans son dos ! Ah en voilà une goulue une voleuse tu vas voir ce qui t’attend! », dit le père Jeannot, jardinier de son état qui la surprit ! Sous la menace d’une dénonciation, il la saisit et enfonça son outil profond profond dans l’innocence de la petite ! Courbée, courbée, étouffée… Mise au fond d’un sac à charbon, jetée…

Personne ne s’inquiéta de sa disparition jusqu’au jour où l’on retrouva son cadavre, ses bottillons et des haillons… qui permirent de l’identifier… Autour de son cou, un médaillon, où il était écrit « Marie » ! Beaucoup se signèrent en l’apprenant ! Ainsi, elle avait un prénom…

10 mai 2019

Faire son deuil

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 8 h 14 min

Aujourd’hui les lunettes de soleil font office de deuil…

A une époque, les mères cachaient leurs larmes derrière une voilette en dentelle noire, les pères se drapaient dans le silence de leur condition stoïque d’homme ne montrant point d’émotion… 

Qu’en était-il de l’habit du cœur de l’enfant touché par le drame de la perte d’un frère d’une sœur…

La perte d’un être cher touche tous les membres d’une famille, petits comme grands…

Des dégâts irréversibles emplissent-ils les âmes des petits ? La béance des souffrances se comble-t-elle ? Tout entier dans sa douleur, l’adulte arrive-t-il à prendre en compte celle des petits ? Qui n’a vécu ces drames ne sait ! Personne n’habite dans le cœur de l’autre et on est toujours seul face à sa douleur… La pudeur habille les cœurs d’écoutant dans ce terrible drame de la perte d’un enfant, emplie de la compassion et du respect de la douleur de l’autre, petit ou grand… cet autre, ce petit qui devra faire aussi son deuil…

Les heures sombres au fond des cœurs peuvent être des années… Alléger son fardeau,  un chemin personnel… à regarder avec les yeux de la compassion…

8 mai 2019

JAUNE JAUNE JAUNE 11 MAI

Classé dans : Art, vie et avis,Tristesse — eructeuse @ 23 h 24 min
Image de prévisualisation YouTube

Avec la voix de l’abbé Pierre…

Brest Buzz

 Soutien inconditionnel aux Gilets Jaunes

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus