Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

11 avril 2019

Julian Assange a été arrêté dans l’ambassade d’Equateur

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 17 h 58 min

assange

Image prise sur l’Hexatrône FB

6 avril 2019

Coordinations et tout le tintouin

Classé dans : Tristesse,VINDIOU ! — eructeuse @ 8 h 15 min

Pour avoir vécu de près et du dedans le fonctionnement d’un certain nombre de collectifs et en finale,  la coordination de Saint-Ouen en janvier 2007, ayant vu les manipulations des partis politiques de près, ayant lu la position de personnes disant qu’il faut quitter les partis politiques car ça ne marche plus c’est ainsi qu’ils se sont présentés sur des listes citoyennes : des ex pc ex npa ex dissident du npa ex front de gauche ex parti de gauche ex ex ex, (Caroline de Hass en avait parlé j’ai dû déjà le mettre ici) avec une nouvelle virginité, bref toute cette mouvante très politisée qui vient donc en renfort dire aux apolitiques plutôt suggérer la nouvelle bonne parole du changement révolutionnaire, c’est ainsi qu’on peut lire sur un tract des prises de positions limpides (?) :

 Petits extraits de tract : les étiquettes, automatismes et fétiches politiques ont été mis au rancard au profit de pratiques concrètes ! ou encore le terrorisme d’état… et encore : l’égalité, la bienveillance et la tolérance sont les principes intangibles auxquels, dans les faits, se tiennent les gilets jaunes ! Je repense à l’affirmation d’une dame dans une interview qui nous a indique que la FI (et je pense qu’il n’y a pas qu’elle) cherche à s’imposer à l’intérieur du mouvement des Gj ! C’est bien connu quand une idée qu’elle est bonne et n’arrive pas à émerger aussi vite qu’on voudrait comme par exemple la sixième république, alors on va faire la leçon à ceux qui se bougent en masse et qui deviennent un tremplin ! Ben quoi y a pas de gêne dans la transformation et la transportation des idées  ! Dis tu appelles ça démocratie ? Si c’est transparent c’est pas un problème ? Mais est-ce que c’est transparent ?

Ainsi j’apprends que des gens des assemblées sont partis à des coordinations, élus par qui ? Représentatifs de qui ? Mais ouf il est écrit : le mouvement se construit lui-même et au fur et à mesure, dans une grande confiance à l’égard de sa population et la plus grande défiance des méthodes obsolètes d’organisation !  A suivre !

3 avril 2019

Il l’a dit il l’a fait

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 7 h 31 min

Voilà GOOGLE+  a fermé ses portes, ce réseau est mort : c’était annoncé c’est fait soi disant à cause d’une faille… Beaucoup de membres sont partis vers d’autres sites comme Framasphère ou Dispora ou Mewe… emportant avec eux leurs contenus… Pour ma part après de longues années sur Google plus, j’avais déjà fermé mon compte… Il y a eu de merveilleux échanges, des amitiés se sont créées… Des Google liens restent en mon cœur…  Je pense à tous ceux qui avaient des collections magnifiques… Gros coup dur ! Bonnes routes à tous et toutes !

29 mars 2019

Agnès Varda nous a quittés

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 23 h 53 min

Agnès Varda : mort d’une « nature révoltée et radicale » Par Benoît Franquebalme Publié le 29/03/2019 (Marianne.fr)

Agnès Varda, la réalisatrice de « Cléo de 5 à 7″ et de « Sans toit, ni loi », est morte dans la nuit de jeudi à ce vendredi 29 mars, à l’âge de 90 ans.

Avec le temps, sa teinture bicolore avait fini par la faire ressembler à Toad, le petit champignon malicieux du jeu Super Mario. Comme lui, elle s’était bâtie l’image d’un personnage sympathique, énigmatique et drôle, de grand-mère qui faisait sourire les plus jeunes et « nostalgiser » les autres.

Ces derniers avaient un avantage sur leurs cadets : ils savaient que derrière la nonagénaire bienveillante se cachait une référence du cinéma français et mondial. Une pionnière de la Nouvelle Vague qui cumulait César, Oscar et Palme d’honneur, tout comme médiathèques et collèges à son nom.

Tout avait pourtant commencé dans le fracas des canons de la Seconde Guerre mondiale. La Bruxelloise les fuit en 1940 pour s’installer à Sète où elle s’épanouit et se lie d’amitié avec Jean Vilar, homme du cru. Quand il « invente » le Festival d’Avignon en 1947, Agnès est de l’aventure, Leica en main. Diplômée de l’Ecole des Beaux-arts de Paris, elle devient la photographe en titre du Théâtre national populaire (TNP) de Vilar. Déjà pointe chez elle le désir de toucher l’homme et la femme de la rue au-delà de tout snobisme : « Je ne veux pas montrer, mais donner l’envie de voir ».

Agnès Varda, la Nouvelle Vague avant l’heure

Pour ce faire, quel meilleur média que le cinéma ? Son premier long-métrage, La Pointe courte (1955) met en scène un couple de Parisiens (Philippe Noiret et Silvia Monfort). Par son économie de moyens et sa fraîcheur, il préfigure la Nouvelle Vague, quelques années avant Les 400 Coups (1959) ou A bout de souffle (1960). Avec un aplomb admirable, l’une des rares femmes cinéastes clame son souhait de briser la construction narrative, de laisser le spectateur responsable de son regard. Dès 1962, Cléo de 5 à 7 lui vaut d’être sélectionnée à Cannes et à la Mostra de Venise. En 1h30, Agnès y conte une tranche de la vie, celle d’une chanteuse qui attend les résultats d’un examen médical. Mais la jeune prodige a des envies d’ailleurs. La même année, elle s’envole pour Cuba où – sans être dupe de la doxa castriste – elle photographie les belles Cubaines, la coupe de la canne à sucre, les danses de rue… et les discours interminables du Líder Máximo.

Elle est déjà mariée à Jacques Demy, cadet de trois ans et double artistique. Le couple mène en parallèle une aventure cinématographique unique dans le cinéma français. Un an après sa mort, elle lui rendra hommage avec Jacquot de Nantes (1991), qui retrace l’enfance et la jeunesse de l’auteur des Demoiselles de Rochefort. Féministe convaincue à une époque où cela n’allait pas de soi – « Elles étaient vues comme des casse-pieds, des mal baisées, des hystériques », dira-t-elle -, elle grandit sans sembler souffrir du succès énorme de ce alter ego. Elle-même décroche le prix Louis-Delluc en 1965 pour Le bonheur.

« Dans les rapports sexués, l’humiliation est toujours du côté des femmes. Ça ne changera que si on fait bouger les opinions des hommes »

Vingt ans plus tard, avec Sans toit ni loi (1985), elle décroche, dans une veine plus sociale, son plus gros succès : un million d’entrées en France et le Lion d’or vénitien. Âgée d’à peine 18 ans, Sandrine Bonnaire sera à jamais reconnaissante à Varda de l’avoir « installée » dans le métier après l’ouragan Pialat. Ce rapport complice à la jeunesse se poursuivra en 2017 avec Visages Villages, avec le plasticien JR. Entretemps, Les Plages d’Agnès (César du meilleur documentaire en 2007) l’a définitivement installée dans ce statut, tendre et inattendu, de « mamie préférée du cinéma français ».

Oscar d’honneur 2017 en bandoulière, Agnès Varda parcourait pages des magazines et plateaux télé en s’en délectant. Rieuse mais pas dupe, consciente que cette popularité était aussi l’occasion de faire passer des messages moins tendres. Comme cette adresse aux hommes dans les pages du Monde il y a deux ans : « Dans ce jeu de la séduction, où sont les limites qui n’offensent pas les femmes ? Dans les rapports sexués, l’humiliation est toujours du côté des femmes. Ça ne changera que si on fait bouger les opinions des hommes. On peut crier mais il faut convaincre. Je suis d’une nature révoltée et radicale. »

Et pour ma part j’ajoute ce film à voir et à revoir !

a agnès varda

24 mars 2019

POURQUOI POURQUOI

Classé dans : Allergique hic !,Tristesse — eructeuse @ 8 h 04 min
Image de prévisualisation YouTube

militante pour la paix

militante 2

Entre  la vie d’une femme qui milite pour la paix et le fouquet’s où va la préférence de Macron et de Castaner ?

Qui n’a pas encore encore compris ?

militante 3

15 mars 2019

A MON HUMBLE AVIS

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 17 h 46 min

Il faudra du temps au peuple pour se réconcilier avec la police au vu de sa répression digne d’une dictature contre les gilets jaunes !triste

20 février 2019

AH LARMES

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 23 h 43 min

mouchoir1

7 janvier 2019

FAUT-IL ÊTRE SANS CŒUR POUR GOUVERNER ?

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 3 h 26 min

FAUT-IL ÊTRE SANS CŒUR POUR GOUVERNER ?

L’Histoire de l’Homme regorge de guerres et de misère… L’homme porte l’armure de ses choix : des actes barbares habillent sa mine, de quelles vertus se parent son âme ? Quant à celui qui regarde et laisse faire se drape-t-il dans un manteau d’indifférence ? De quelle nature est fait l’Homme ? A questions idiotes réponses idiotes ?… Et qu’on ne me dise pas que l’homme est un loup pour l’homme, cette phrase m’insupporte comme croire que la femme est meilleure que l’Homme : qui a laissé crever les mineurs en Grande Bretagne ?

Faut-il être sans foi pour gouverner ? De la foi ils en regorgent les gouvernants jusqu’à nous en donner la nausée ! Il y a quatre ans des hommes tuèrent d’autres hommes au nom de leur Dieu, un être imaginaire, imaginé, vénéré dans le sang d’innocents… Qu’on ne me parle pas de religion de paix… Ni qu’on me dise que faire crucifier son fils est un acte d’amour ! L’amour est nue, elle n’a ni armure ni chaîne, elle ne donne pas la vie en pâture… L’Homme est fait de faiblesse, d’aversion, de croyance… La vitesse le grise, le sport le dope, il se déguise mais dirige-t-il lui-même sa vie ? Ce qui me saute aux yeux c’est que c’est parce qu’il veut la diriger lui-même que d’autres Hommes lui font la guerre…

6 janvier 2019

Triste

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 21 h 24 min

Il y a des départs qui craquellent vos âmes !

deuil

Pensées à un ami parti

20 décembre 2018

Faits divers ???

Classé dans : Tristesse — eructeuse @ 19 h 49 min

Un gilet jaune s’est fait écrasé par un camion à Agen, monsieur Olivier Daurelle, porte-parole du mouvement des gilets jaunes à Villeneuve sur lot ! Condoléances à sa famille…

L’article que j’ai lu était rangé dans les faits divers ! Infinie tristesse ! Au bord de l’écœurement !

Ce pays est une taule pour les pauvres les sans rien les sans dents !

Bravo à ceux qui veulent les libérer !

a coeur en berne

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus