Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

9 juin 2018

C’est le printemps

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 04 min

« Prends garde à ton mat  moussaillon » crie la capitaine dans son costume de pirate !

« Matelot puisqu’il fait bon vent », chante l’assaillante dans le confort de sa prise roulant des hanches telle la mer déchainée !

« Chérie tu m’épuises !

- Silence collé serré moussaillon ! Puis elle éclate de rire ! Je t’aime mon mignon »…

6 juin 2018

Il pleut il mouille

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 03 min

Si on dit elle mouille je parie que des sourires vont pointer…

a jan jansen grenouilles

Ah les mots…

Il pleut son amour en larmes chaudes et joyeuses sur son corps conquis de tendresse, alors elle mouille son cœur d’une suave sensualité… ensemencé d’une allégresse enchanteresse… Il pleut il mouille c’est la fête de l’amour !

10 mai 2018

Là haut sur la montagne

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 04 min

l’était l’as de mes sens qui m’appelle : une ascension chérie ? En appel et en rappel mon amour !

30 avril 2018

LE MONT FLEURI

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 7 h 59 min

Ô mon aimé

Dans l’enlacement de tes mots sous le poids de tes sons je soupire mon abandon. Sous ma voûte, tu t’enroules, sur ma croupe tu m’envoûtes, mille frissons sillonnent mon mont fleuri. L’accord de nos cordes illuminent nos désirs. D’escalade en escalade, l’embrassement de nos envies, tonne son point d’ivresse… Des pâturages bénis offrent leur air de repos, le bonheur fredonné… Que le ciel est beau du haut de nos cordées…

mont

Pixabay

9 octobre 2017

La courtoisie est une approche sensuelle

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Suavement — eructeuse @ 18 h 42 min

J’ai eu de belles rencontre tant platoniques que bucoliques et aussi des grandes passions foudroyantes, il va s’en dire que je pourrais moi aussi narrer la chose, le plus beau à mon sens serait de le faire comme l’amour avec fou rire, humour, avec communication, communion, en une plume voluptueuse longeant le papier, doux baisers frôlant la peau…

Ainsi donc, j’aime l’amour, j’aime le faire, le fer de nos corps à corps qui se plient et se déplient en une fusion érotique des plus chics, j’aime votre corps messieurs, charpenté, velouté, acidulé, enveloppé, le spectacle de vos atouts, embrase mon émoi.

Si les messieurs décident, là tout de suite, de se cacher à mes yeux cela serait bien malheureux ! Je n’ai pas honte de dire, messieurs que votre image m’est précieuse, de vos épaules à vos fesses, de votre torse à vos bacchantes que de jolis atours, ah fantasmer votre pourtour… Aimer vous regarder marcher en Apollon ou en Proudhon, que ce soit en costume cravate ou en débardeur marin, est un plaisir, que dire de vos muscles en mouvement ? Il est bon de susurrer qu’on vous désire, et si gourmand est mon plaisir, mon respect de vous est sans appel, il ne me viendrait jamais à l’idée de vous agresser en grossièreté ni dans la rue ni sur internet, tant la courtoisie est une approche sensuelle… Le désir, le plaisir, est universellement commun à nos deux genres, pourquoi gâcher la fête ?

Quand je dis deux, je ne veux pas être exclusive, d’autant plus qu’on a eu à gouter sous les cinq ans du règne Ancien de Nicobert , notre bon roi qui mis la France à l’envers, entre fourberie et autres amusements, à l’inquisition textuelle de quatre-vingt umpistes (août 2011) choqués qu’on parle d’orientation sexuelle selon le genre dans les manuels scolaires, pensez donc le danger, et de l’influence de la société, là c’était trop !

Comment nos petits loups pourraient avoir connaissance de diverses théories sur l’origine de la construction de leurs zigounettes et autres charivaris, aaaah que nenni ! Vite, sortons ces textes que nos jeunes pousses ne sauraient voir… déclarèrent ces bêlants penseurs de la droite, droite dans ses stéréotypes sexuels.

Miroir mon beau miroir, vois tu du beau monde en mon miroir, oui la sainte pensée… comment faire de l’homme un citoyen libre s’il est enfermé dans un carcan sexuel ?

Texte du 2 01 2013

Une petite liqueur au miel mon cœur

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 7 h 09 min

LE MIEL D’AMOUR

Butine butine belle abeille 

nourrie toi de moi

caresse  de tes ailes

la rosée de mon été 

la fièvre de mon hiver

 je suis fleur de ton bonheur

 calice en ta bouche douce douce

mon roi mon magicien serein

boit l’amour de la vie  jaillissante

sous tes caresses gourmandes

ravissons nous de ces merveilles

2012

A BC

8 octobre 2017

FRUITS DE LA PASSION

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 5 h 39 min

Mon amant vagabonde et prend le chemin de mes jambes, remonte le long de mes cuisses gourmandes et tourbillonne en pressions pétillantes sur mes rondeurs rayonnantes. Palpitantes, émouvantes, ses mains arpentent la cambrure de mes reins, à la recherche du frissonnement suave qui me rendra folle de lui, puis dépose dans cette vallée, de tendres baisers. Un vent de douceur se lève et balaie d’un regard mes yeux mi-clos. Une vague de chaleur envahie mes joues rougies, mon vagabond d’amour, chemine dès lors sur les vallons de mes seins avec la délicatesse d’un musicien qui aime à porter mes soupirs sur sa feuille de route, composition magique…Ses lèvres effleurent mon cou et marquent son territoire d’un baiser goulu, chavirant mon cœur, enivrant mon corps, alors satisfait de son voyage, mon amant divin, vient boire, en ma bouche offerte, le fruit de nos passions…

ROSES

Texte caressé le 7 novembre 2013

CONTRE TOI

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Suavement — eructeuse @ 5 h 30 min

CONTRE TOI

 

Le chemin de tes mains dessine mes reins

 contre toi mon frémissement pétille.

imagesCADLAMHI

Le pavillon de tes envies colorie mes entrains

 contre toi mon désir vacille.

 a lilas

La musique de ta peau enivre mes refrains

 contre toi le vent de mes désirs vocalise.

ROSES 

Contre toi la victoire de l’amour chante son plaisir

 contre contre tout contre toi la guerrière peux s’endormir.

14088659_999969363454144_7885510765001042595_n

Le 8 octobre 2013

23 septembre 2017

LE REPOS DE LA GUERRIERE

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 07 min

Sil fallait dire tout le bien que je pense de lui, je dirais qu’il est bon ! Il est bon pour mes maux pour mes rêves pour le repos de mon dos ! Qu’il est moelleux et que j’adore me coller à lui ! Ah cette nuit quand je suis entrée en lui nichée sous ses plumes j’étais au paradis  ! Qui est cet élu ? Mais mon lit bien sûr !

1 janvier 2017

La saison du gui

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 10 h 56 min

La saison du gui

Chez dame Michèle le feu, dans son âtre, brûle, mais plus de bûches dans son foyer, la voilà bien embêtée !

C’est qu’elle a la gymnastique déficiente depuis qu’elle a voulu poser en haut du plafonnier le saint gui des réjouis !

Vindiou c’est pas dieu possible d’être aussi givrée, pense la dame, dans une région, sans neige ni givre au nouvel an !

Ah la la, dos et raies aussi cramoisis !

C’est la dame Michèle avec son genou tordu, qui crie par dessus sa gamelle : « Je pourrai peut-être plus courir le Guy Oeille doux ?»

Mais fort heureusement, le Guy tout doux, revient de la ville, s’arrête devant la maison de la dite éclopée, l’appelle, l’interpelle sous son balcon et lui chante : « Ma mie ne pleure pas, je te livre des béquilles et la mienne soit en sûr, est toute en dentelle ! Sois sereine ! ».

Chez la dame Michèle, l’oreille n’est pas en veille, elle ouvre sa fenêtre et crie à son galant de monter et d’éviter le trou qu’elle a fait dans le plancher !

Le Guy Oeille en bon menuisier lui dit : « Tranquillise-toi ma mie, j’ai mes outils ! » puis vaillant, il monte rejoindre sa belle, en mal de ses coups cossus !

Chut !

Ce texte fictif m’est venu à l’esprit suite à la lecture d’un superbe poème parmi ses centaines, de 007, non lol, de 010446g : « La maison secrète », son blog « Le Radeau du radotage » !

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus