Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

5 février 2022

La déclaration de l’artdame

Classé dans : Més écrits 2022,Suavement — eructeuse @ 6 h 06 min

La déclaration de l’artdame

 

Du succès dans tes roulades

Du succès dans tes ruades

Fidèle dans tes voyages j’étais

 

Mon amour en tête

Devant derrière sur les côtés

Tu enivrais mon à l’envers mon vieux

 

Les quatre fers en l’air

Entre tes mains ta bouche

Ton étendard expert le rêve en mieux

 

J’étais toujours au ciel

Entre ton cœur tes routes et tes détours

Des étoiles dans mes rires mes cieux

 

Toujours heureuse en l’air

Dans tous les sens du terme

Des pleurs que ceux de mon bonheur mon vieux

 

Nos cœurs faisaient boum boum

Dans nos frénétiques amours

Des convulsions cosmiques dans les yeux mon vieux

 

J’étais bien ton artiste ta flamme olympique

Sous tes éruptions volcaniques

Mes tempêtes apaisées mon dynamique

 

Entrepreneuse, joueuse, voluptueuse j’étais

De nos amours encrées dans ma peau

Reste un arc-en-ciel de tendresse mon vieux

17 janvier 2022

Titi veut pas dormir

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 15 h 43 min

Endorpine ou plutôt même réveilpine : l’hormone du bonheur boostée par la pratique de  l’escalade de la généreuse dame nature !

Là-haut sur ces montagnes était vaillant l’esprit et pas que…

16 septembre 2021

TRIOMPHALEMENT

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 27 min

Tu as posé un drap sur mon monument, poétique amant 

Ton vent s’engouffre sous cette voile, frénétique assaillant

Je palpite je rugis mon chéri, ton art m’habite, ton arc m’habille,triomphalement, mon poétique savant.

9 juin 2021

Une lichette de liqueur de violette

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 9 h 13 min

Qu’est-ce qui fait qu’une truie qui doute de tout, puisse devenir tout d’un coup d’un seul, une truie qui doute de rien ?

La lecture d’un mot d’amour en suçant les merveilleuses violettes de Toulouse ?

bonbons violette

Hum j’en raffole !

Devinez quoi ?

25 mai 2021

A table

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 6 h 59 min

 Son ogre d’époux la voulait – son escalope de coquine-  dans sa tenue d’Eve pour pimenter ses plats ! Elle pensait en souriant : « Sa faim justifie le moyen ! »

23 mai 2021

Charmants nuages

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 7 h 35 min

Un soupçon de volupté caressait ses seins

Un soupçon de désirs atteignait la chute de ses reins

Un soupçon de béatitude envahissait ses yeux coquins

Dans un soupçon de tendresse l’amant tendu s’offrit serein

 

30 avril 2021

GRATOUILLER OU GRATTOUILLER

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 8 h 58 min

Il n’était point l’heure du questionnement quand Igor mit son nez dans ses douceurs… « Mets autant de T que tu veux mon amour! », répondit la dame frissonnante… Il avait la barbe si douce…

coeur9

9 janvier 2021

Suavement

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 12 h 30 min

Un beau matin, un marin partit sur le chemin de ses désirs, en attente, elle était là triomphante, sa belle… Il se noya dans son développement personnel et trouva refuge contre ses bouées gonflées de tendres subtilités. Puis il glissa doucement vers sa plage flamboyante où ses senteurs l’enivrèrent comme le chant des sirènes…  La sienne, parcourue des frissons de la tempête prodiguée par son charmant capitaine, tanguait tanguait en lui murmurant : vive la marine !

3 avril 2020

Et des cerises sur le gâteau?

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 12 h 23 min

Ne pouvant rendre visite à sa douce, en ces jours de confinement, le bel amant, privé de son pot de confiture, a textoté à sa reine sucrée, de quoi alimenter ses friandises divines… Du haut de mon doigt…

smilay d'ac

30 mars 2020

Le ramoneur et la bonne mie

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 10 h 34 min

Le ramoneur et la bonne mie

Au fond de sa cahute avec son chat et sa cuisine qui sent plus le hareng saure qu’air-wick à la vanille, vieille peau tannée par des années travaillées sous le soleil la neige et la pluie, Raymond, le dos scié par un boulot de galérien « ah ah et la gale du sans rien, tu sens l’odeur et le prurit de l’injustice ? » râle que ses 600 euros de retraite ne lui feront pas faire de la couenne…

Dans la bicoque sans coq qui chantait hier encore mais que Raymond as mangé vu qu’on lui a volé ses poules, il a rapatrié sa grosse kikine couinant plus fort qu’un veau qu’il a sauvé in extremis de ces odieux voleurs en sortant le vieux fusil du grand-père Marcel ! C’est qu’il faut qu’elle fasse sa couenne elle !

La mère Michelle, l’œil avisé derrière son rideau a tremblé pour son ami d’apéro et en bonne voisine est venue le soutenir avec une grosse bonne miche, du saucisson et un pinard maison !

De conciliabules en rires en cascades, elle lui dit : « Tiens ! Tu devais venir ramoner ma cheminée ! »

Raymond encore l’esprit gaillard et vif, sent de l’insistance dans le reproche !

- Allons ma bonne mie ouvre moi le chemin…

C’est ainsi que les jupons de Michelle voltigent dans l’air permettant ainsi à Raymond devenu ramoneur, d’accéder tête la première, dans l’âtre du bonheur… Et qui couine plus fort que Kikine ?

12345
 

ملنكوليا Mélancolie |
Lit et rature |
Contesgothique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bellalife
| Adelaidesa34
| Esperancelife

TESTING