Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

21 janvier 2021

LE FARD DE LA FARCE

Classé dans : Atypique pique,Mes écrits 2021 — eructeuse @ 3 h 28 min

Le fard de la farce

 

« C’est pas faute d’avoir prévenu… bla bla bla … », dit le petit qui veut monter dans la cour des grands… Il y va même de ses «J’accuse » !

Ah s’il suffisait d’écrire « J’accuse » pour être un tribun talentueux…

Dans le siècle des affaires, dans les hautes sphères de la finance, se perdent déontologie et éthique. Dans ce royaume, le seul talent c’est l’argent !

Ah pouvoir y accéder !

Ah pouvoir avoir du pouvoir, sucer le pouvoir, pouvoir se hisser sur le trône de l’ego : être connu !

Ah puissance de ses mots, jouissance de son moi, moi étalé sur la page de sa reconnaissance, de sa réflexion sans bagage sans instruction sans connaissance, juste le fard de la farce… Il faut dire que tout est fait pour casser l’École, l’esprit critique, la raison, la science…

Ah ramener sa pseudo science : il a dit le bon mot qui décapite ! Hourra hourra ! Vive celui-là, demain ce sera un autre…

Lâcher un pet bien juteux est plus fructueux que toutes les thèses poussiéreuses dormant dans les lieux de savoir… Ben quoi apprendre c’est fatigant…

« A moi la gloire ! », jute le péteux… 

Ah ! Se vautrer dans le pognon, se vouloir Piscou le filou !

Ah ! Vanter vanter en médiocratie, faire sa messe, danser sur le tempo de la bassesse…

Le trublion de pacotille en quête de pouvoir, veut s’asseoir à la table des nantis, et pourquoi pas, passer à la télé, lieu de la génuflexion où piaillent des « crocniquecœur » devant leur ment’or, leur cul farci d’une bêtise abyssale !

« Vous reprendrez bien un peu de farce avec votre dinde ? »

17 janvier 2021

Patrimoine vidé

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 9 h 14 min

Monsieur Lentement et madame Petite Vitesse se sont donnés rendez-vous sur le Boulevard de l’Amour. Collés serrés, les voilà à vouloir échanger leur patrimoine génétique… Tout en ébullition, ils passent par toutes les positions… Le temps file, ces deux tourtereaux l’ignorent parce que l’amour rend aveugle et même sourd puisqu’ils n’entendent pas le carillon de l’église sonner 18 h ! Épuisés, ils finissent les quatre fers en l’air quand vient à passer un gars de la maréchaussée qui leur file deux contraventions ! Une pour atteinte aux bonnes mœurs sur la voie publique et l’autre pour non respect de l’horaire sanitaire ! Eux qui ne faisaient plus qu’un se retrouve chacun avec deux contraventions !

 

Moralité : si l’amour remplit les cœurs il vide les bourses !

16 janvier 2021

Quand les jours filent

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 8 h 42 min

Quand les jours filent

 

Qu’est-ce donc qui perturbe Angèle ? Impossible de savoir quel jour on est ! Faut dire que ça change tout le temps !

« Allô Marc, tu sais pas où j’ai mis mes repères ?…

Mais Marc le nez dans son café lui avoue que lui aussi sa vue baisse…

« Marre marre marre… dit-il, je vais appeler Daniella qui dit tout le temps là là là, elle saura ! »

Mais Danielle n’est pas là. C’est le jour où elle va au marché lui dit son mari !

« Ah oui… le jour du marché… pardi ! C’est le mardi !…Merci !… »

Tout heureux de ce retour de manivelle, Marc appelle son amie :  « On est mardi ! …

- Merci… »

Alors Angèle tout sourire, note sur le frigo :

« On est mardi »

« Pour demain je verrai ben ! Où j’ai rangé mon calendrier ? Bah je verrai ben, mais c’est certain c’est un aute jour ! »

vache1

12 janvier 2021

SCIENCE ET VIE

img068img068

img071

img071

LA STATUE DE VERRE

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 2 h 40 min

LA STATUE DE VERRE

Adeline le nez collé sur le carreau de sa chambre voit tomber un petit oiseau de son nid… Elle met son ardeur à sauver ce petit être et sort de chez elle en courant. Le vent glacial colle sa robe contre son émoi. Tout gelé, elle prend l’oiseau qu’elle met contre son cœur bien chaud quand, foudroyé par sa beauté, Ernest passant par là, la stoppe dans son élan, pour la prier d’être son amante… L’oiseau réchauffé, lui tient ce verbiage : « Veux-tu nous voir mourir de froid à nous retenir ainsi sous ce vent glacial ? » Ernest foudroyé, ne réagit toujours pas… La tempête se lève, enveloppant la douce demoiselle d’un vent gelant, c’est alors que l’oiseau déployant ses ailes, emporte la belle dans la chaleur de son nid… Depuis ce jour, tous les hivers, un homme vient poser un bouquet d’ancolie sous la statue de verre, élevée sur ce lieu maudit, où il perdit l’amour de sa vie…

9 janvier 2021

Où loge la justice

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 7 h 48 min

Où loge la justice

 

Battue, fouettée, excisée, lapidée, affamée, isolée, violée, torturée, vendue, esclavagée, méprisée, infantilisée, prostituée, cadenassée dans une pseudo glorification au service et vice de son mentor, mariée de force, tuée, tous ces actes ne sont là que pour te rappeler femme, que tu es une erreur de la nature, un mâle raté, un zéro pointé, une servante, une soumise qui n’a aucun droit que des devoirs et surtout pas de faire naître salope du désir chez ton maître, c’est lui qui le prend quand il veut ou il veut… qui a droit de vie ou de mort sur ta personne dont il s’est approprié ton utérus jusqu’à gommer ta participation à la création des enfants que tu portes… Le seigneur fait de son esclave ce qu’il veut ! La religion des hommes fait naître la femme une condamnée à la soumission à vie…

Pourquoi tant de haine ?

Cette haine tenace s’affiche dans de nombreux pays, quand on voit que dans des pays dit avancés des femmes sont moins payés que des hommes pour le même travail ne me parlez pas d’égalité…

Chaque jour des femmes meurent parce que femme, et le féminisme est dévoyé, il sert le pouvoir en place, monter les femmes contre les hommes, diviser pour mieux régner ça fonctionne toujours ; Aragon a écrit que la femme est l’avenir de l’homme, c’est pas gagné ! Le capitalisme récupère tout à sa sauce… Va-t-il finir par se mordre la queue ? A-t-il atteint sa dégénérescence comme Rome explosant dans ses excès, dans sa décadence ? Où loge l’espoir ? Pas un jour sans qu’une guerre en chasse une autre… Toutes les sociétés sont contaminées par l’obscurantisme bien implanté qui court les rues comme un virus ! Celui-là aussi pour l’éradiquer il y a du boulot ! Qui remontera ses manches parce que sans les actes les mots ne sont rien ! Bonne année de luttes !

angel boligan

partage1

maître et valet

TERRE

1234686_572200046175007_34270097_n

a cabu excellent !

a barbarie

a mots et maux

564042_734844859875541_1177519261_n

8 janvier 2021

A poils tout le monde à poils

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 5 h 10 min

A poils tout le monde à poils

La petite chose vulve vulnérable se couche presque avec les poules… C’est que son amant courre après la lune cherchant le remède qui lui rendra poitrail enivrant… Sous la lune, il chante douce mélodie aux Vertes Luisantes priant de lui rendre jeunesse et poils conséquents. C’est que sa mie ne le trouve plus attrayant avec son torse sans duvet chatoyant ! Plus un poil à l’horizon, il fallait bien crier à l’aide… Les petites fées de la poilure hélas sont en grève, elles sont allées manifester car on leur a coupé l’herbe sous le pied…

C’est alors qu’il croise une vieille fée, la baguette pleine de bonnes intentions qui veut bien l’aider moyennant une douce chanson… Depuis cette nuit, Chéri et chérie, rient sous les draps, la petite chose vulve vulnérable joue avec son yéti !

« Non, non pas de bigoudis », dit le bel amant à la barbe fleurie, plié de rire sous les chatouillis de sa mie…

3 janvier 2021

CE MOMENT PRECIEUX

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 11 h 33 min

Ce moment précieux

 

Loin du soleil, loin du vent, loin des bonnes senteurs de paille, des herbes humides, loin du bruit des cascades, des sentiers rocailleux, du chant des oiseaux, loin des mers, elle voguait sur d’autres lieux… Toute sa vie glissée sous son tablier, passant de sa table à cuisiner à celle à étaler ses fantaisies, modelant le tout à sa propre sauce, gourmande de sons de farces de tourments de joies de sentiments écarlates, d’éclats de rire… C’est qu’elle en touillait des phrases et des phrases, elle en tapissait des kilomètres de papiers… et dans ces moments là, les murs s’envolaient, le plafond devenait ciel avec son bleu, ses nuages, sa pluie, son vent, des plaines vertes ondulantes s’offraient à ses yeux, elle était dans un autre monde pour des heures durant ! Dans les recettes qu’elle créait, inventait, elle agrémentait le tout de souvenirs entrelardés de chairs suaves et torrides désirs… Son monde tiré d’un pot imaginaire mariné dans un réalisme passé dans lequel elle nageait heureuse… autrice, actrice, conductrice gourmande de tous les appendices, les artifices, dont elle enrobait ses œuvres, puis pour paraphraser leur fin, disait : c’est cuit !

AMOUREUSES

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 7 h 28 min

Amoureuses

 

« Ah les passions, les collections… dit Hélène versant le thé dans ses nouvelles et somptueuses tasses…

Noël est passé, bien des cadeaux furent livrés.

Dans le salon deux amies boivent le thé.

- J’adooore la porcelaine ! affirme en gloussant Hélène, même si je ne suis pas de Limoges.

- J’aime le nougat même s’il ne fait pas froid ! marmonne la bouche peine, Célimène son amie du côté de Montélimar.

Puis arrive en courant un bel enfant le visage repeint au chocolat semble-t-il ! Elles rient. Hélène dit à l’enfant :

« Ô toi ! Pas besoin de te demander quelle est ta passion ! »

L’enfant voyant qu’il n’est pas grondé dit tout sourire : 

« C’est pas du chocolat ! 

Puis se tournant vers sa maman lui dit : 

- C’est ton mascara ! 

- Malappris ! tonna la mère déconfite, file te laver ! »

M’enfin, on a les passions qu’on veut ! Quand on n’a pas reçu de peinture à Noël on prend ce qu’on peut !

2 janvier 2021

LE SENS NATUREL DES CHOSES

LE SENS NATUREL DES CHOSES

Le passeport sanitaire c’est le sens naturel des choses ! Mais bien sûr ! Ben voyons ! Du haut de sa magnifique pensée, le haut haut con missaire au plan planqué, a pondu le sens que tu dois prendre ! Quel pot de l’avoir celui-là ! Paraît qu’on est tous très con, alors je vais dire une grosse connerie, serait-il possible que nous soyons des rats de laboratoire et qu’on teste notre propension à la soumission ? Bayrourou va nous mettre sur les bonnes roues ! Comme dirait l’autre (Allien2) on est baisés ! Bayrourou ou baise roue nous !

img054

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus