Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

13 mars 2021

OLFACTIVE

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 7 h 52 min

SE SENTIR FEMME

 

Zuzette, dans sa salle de bain, le canal sec, est toute contrariée :

«  Avec l’âge on perd l’odeur ? »

Depuis des années, Robert et elle échangent très peu, en plus, ils font chambre à part, et à part un « bonne nuit » le soir, après la télé… c’est l’évitement total.

Alors ce matin là quand elle pose une question à Robert, il est surpris, puis se moque d’elle quand elle lui raconte son interrogation de la veille : « Ah tu ne te sens plus femme ma poule ? Tu veux que je vérifie si tu es toujours sexuée? Ah ah ah chatte ou moule ? »

Sans attendre sa réponse et avec sa délicatesse légendaire, en un tour de main Zuzette se retrouve aussitôt fouillée !

Roger lui dit alors, la main sous le nez : « j’arrive pas à définir tes restes ma poulette ! A question qui pue, réponse qui pue ! »

Zuzette se souvient tout d’un coup, pourquoi elle avait opté pour une communication limitée avec contact inexistant !…

img134

10 mars 2021

Ah le beau jardin

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 10 h 36 min

Georges, Georges, crie dame Flaure qui n’entend plus le bruit de la cisaille… Elle file file voir où est passé son homme…

Affalé dans les troènes qui servent de séparation avec la propriété de la voisine, il renifle son doux parfum, le nez planté dans son chemisier, gonflé comme un beau jardin avec ses beaux melons… Il sort précipitamment de ce lieu béni avant de se faire estourbir et reprend son ouvrage tout enjoué…

Depuis ce jour Flaure a noté que son Georges ne recule jamais quand il s’agit de jardiner vers les troènes…

Un jour qu’il a lorgné que la belle plante a découverte sa devanture, il va œuvrer vers ce paradis quand un homme klaxonne devant la grille ! Il s’arrête et regarde sa femme qui l’appelle et lui dit : « Tiens c’est du grillage que tu vas l’installer devant les troènes comme cela tu n’iras plus voir si la voisine en a dans son soutien-gorge ! »

Grillé et grillagé le jardinier !

8 mars 2021

UN 8 MARS

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 7 h 41 min

Il était une fois un vieux miroir qui réveilla dame Bavoir, bien en retard pour se rendre à son lavoir !  Point de réveil du carillon, assurément son saint patron lui sonnerait les cloches ! Oui, c’est bien moche !

« Rien ne sert de te clandestiner dans ta cuisine, dit le miroir, il passera de toute façon, quoique tu fasses, quoique tu dises, où que tu te caches ! File ! J’entends la cravache sur les murs de notre cage !

- Il a tant de pouvoir ce loir ? Encore un omniprésent !… »

La dame s’habilla en toute hâte, passa son tablier, enfila son capuchon, la peur du bâton collée au fion… Elle partit le ventre vide, la révolte en bandoulière ! Elle mit son beau miroir dans sa sacoche… Chercher du travail ne lui faisait pas peur…

« Ah ! dit dame Buse, très désappointée le carillon n’a pas sonné ! Pas besoin de se demander à quoi Jules passe son temps ! »

Endormi dans les bras de sa nouvelle muse, elle lui vola dans les plumes, ce qui eut pour effet de faire partir l’intruse…

« Ah pour lever un coup t’es bien plus prompte que pour lever le coude ! » Elle le chassa prestement du nid qu’elle avait démoli…

En ce jour de la Saint Jean, un 8 mars, pas comme les autres, dame Bavoir avec dame Buse, montée sur son épaule, qui affirmait : « Y-en a marre d’être abusée !», fêtèrent leur départ vers d’autres rivages !

« Ça ne pourra pas être pire ! », leur dit le miroir tout sourire !…

- Merci l’ami ! », répondirent les deux volontaires, sourire aux lèvres !…

27 février 2021

Stylée

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 10 h 20 min

Stylée

 

Le nez collé sur la vitre de la cuisine, Madelaine balaie d’un regard ombragé les passants qu’elle trouve bien mal habillés :

« On dirait des zombis sortis froissés de leur trou à rat… », puis regarde sa fille monter les marches… Elle l’entend poser son parapluie dans le hall de l’entrée, mettre son imper sur le perroquet, se déchausser, en se disant :  « Elle va encore tout me saloper… »

« Bonjour maman ! Pourquoi tu ne sors pas un peu ? Tu pourrais profiter du beau temps, t’aérer un peu, il ne pleut pas ce matin !

- Jour !… Ils ont annoncé de la pluie.

- Tu pourrais papoter avec tes voisines ! Ton jardin est splendide… 

De quoi je m’occupe ! marmonne Madelaine…

- Dis-le si ça te dérange de venir me voir !

Céline hausse les épaules :

- Mais tu sais bien que non ! Pourquoi tu dis ça ?

Madelaine commence à critiquer le jardinier qui n’est pas passé hier !

- Mais il ne passe jamais le jeudi !

Puis elle s’en prend à Maurice le boucher qui n’a pas livré sa commande !

- T’en as pas marre de critiquer tout le monde ?

- QUOI MOI CRITIQUER ? N’IMPORTE QUOI ! Puis en baissant le ton : des constats, rien que des constats qui me portent préjudice ! Tu sais quoi, toi, de ce que je fais de mon temps ! Toi qui passe que tous les 36 du mois !

Céline soupire et range les courses, prépare le thé et fait des tartines avec le pain tout frais du matin, comme chaque jour…

Sentant qu’elle a dépassé les bornes, Madelaine, s’assoit et tente de s’excuser :

- Je suis une vieille ronchonnant qu’a autant de style qu’une vieille porte rouillée, je couine, je te casse les oreilles… et c’est pas dit que demain mon style sera meilleur !

Céline sait sa mère sincère à ce moment là, elle dépose un bisou sur son front !

- Oui et demain je serai là maman !

Madelaine lève les yeux sur sa fille, et lui dit dans son élan :

-  T’es quand même une bonne gamine ! »

Il n’est pas aisé pour tout le monde de dire « je t’aime » et il faut savoir l’entendre là où il est caché.

26 février 2021

PIRATE !

Est-ce que c’est parce que cette période est porteuse de stress, de mélancolie, que je suis plus encline à une forme de pensée vagabonde tintée d’un doigt de tristesse ? Où est-ce l’approche de mon anniversaire qui me renvoie à mes chers parents disparus ? Est- ce mon passage à 65 ans ? Un peu de tout cela…

Quoiqu’il en soit je prépare gaillardement cette fête avec délectation, le menu est déjà concocté et la toilette des invités choisie !

Non non la marinière exigée n’est point une pub pour Montebourg !

Maman m’aurait dit Pirate !

L’amour au cœur de la fête et sans arête !

img125

25 février 2021

Le gentleman des villes

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 10 h 42 min

Pas un jour sans qu’elle brait sa recette ! Son credo c’est faire des heureux ! Puis un jour, vient à manquer la divine farine. C’en est fini de délayer, malaxer, chantonner… Elle va frapper chez sa cousine, la voisine, qui pie jalouse, ne lui ouvre ! Toute déconfite, elle enfourche sa bicyclette et part au village trouver sa joie !

Chemin faisant, un dandy les yeux ronds comme des ballons, la retient en lui demandant :  « Ho là ma mie où allez-vous en si belle compagnie ?

La belle cuisinière freine brusquement et fait passer sa salade et ses deux citrouilles logées dans un beau panier en osier, d’arrière en avant !

Le regard rivé sur sa devanture, le dandy ajoute :

- Que vous avez de beaux melons !

- Je vais chercher de la farine et je suis un peu pressée. Des citrouilles pas des melons !

- Ah bien je connais un raccourci ! », sourit le malotru s’approchant si près de la dame qu’elle sent son haleine fétide. Elle pose sa bicyclette et ramasse sa salade ; il lui tend ses citrouilles en lui disant qu’il adore tout ce qui est rond ! Comprenant enfin l’allusion, elle reprend sa bicyclette, ne voulant point prêter flanc à cet outrecuidant ! Mais le gourmand pose sa main sur le guidon, la stoppant brutalement !

C’est alors qu’un jardinier qui a vu toute la scène de son verger, lui lance une belle pomme en lui disant : «  Tiens mange celle-là, elle est bien ronde ! »

- Ah bonjour Germain, dit la dame soulagée.

- Bonjour Fanette ! Moi aussi je dois aller au marché, je t’accompagne ?

- Oui ! Avec plaisir !

Le dandy part sans demander son reste, tâtant sa bosse bien ronde, en vomissant les femmes de la campagne ne comprenant rien au charme des gentlemans des villes…

29 janvier 2021

AU PAS CADENCE

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 11 h 25 min

Au pas cadencé


La canne d’Anne, n’aime pas les escaliers ni les cailloux ni les feuilles qui brillent au petit matin où courent encore les lutins…

 

La canne d’Anne n’aime pas le sable ni les marées, elle se cabre, se fige comme un coton tige dans l’arrière d’un visité testé…

 

Mais la canne câline Anne, collée serrée, fidèle à ses côtés… Sur son chemin de vie, elle allège dos et cœur de sa douce Anne qui adopte son pas, tranquillisée…

 

21 janvier 2021

LE FARD DE LA FARCE

Classé dans : Atypique pique,Mes écrits 2021 — eructeuse @ 3 h 28 min

Le fard de la farce

 

« C’est pas faute d’avoir prévenu… bla bla bla … », dit le petit qui veut monter dans la cour des grands… Il y va même de ses «J’accuse » !

Ah s’il suffisait d’écrire « J’accuse » pour être un tribun talentueux…

Dans le siècle des affaires, dans les hautes sphères de la finance, se perdent déontologie et éthique. Dans ce royaume, le seul talent c’est l’argent !

Ah pouvoir y accéder !

Ah pouvoir avoir du pouvoir, sucer le pouvoir, pouvoir se hisser sur le trône de l’ego : être connu !

Ah puissance de ses mots, jouissance de son moi, moi étalé sur la page de sa reconnaissance, de sa réflexion sans bagage sans instruction sans connaissance, juste le fard de la farce… Il faut dire que tout est fait pour casser l’École, l’esprit critique, la raison, la science…

Ah ramener sa pseudo science : il a dit le bon mot qui décapite ! Hourra hourra ! Vive celui-là, demain ce sera un autre…

Lâcher un pet bien juteux est plus fructueux que toutes les thèses poussiéreuses dormant dans les lieux de savoir… Ben quoi apprendre c’est fatigant…

« A moi la gloire ! », jute le péteux… 

Ah ! Se vautrer dans le pognon, se vouloir Piscou le filou !

Ah ! Vanter vanter en médiocratie, faire sa messe, danser sur le tempo de la bassesse…

Le trublion de pacotille en quête de pouvoir, veut s’asseoir à la table des nantis, et pourquoi pas, passer à la télé, lieu de la génuflexion où piaillent des « crocniquecœur » devant leur ment’or, leur cul farci d’une bêtise abyssale !

« Vous reprendrez bien un peu de farce avec votre dinde ? »

17 janvier 2021

Patrimoine vidé

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 9 h 14 min

Monsieur Lentement et madame Petite Vitesse se sont donnés rendez-vous sur le Boulevard de l’Amour. Collés serrés, les voilà à vouloir échanger leur patrimoine génétique… Tout en ébullition, ils passent par toutes les positions… Le temps file, ces deux tourtereaux l’ignorent parce que l’amour rend aveugle et même sourd puisqu’ils n’entendent pas le carillon de l’église sonner 18 h ! Épuisés, ils finissent les quatre fers en l’air quand vient à passer un gars de la maréchaussée qui leur file deux contraventions ! Une pour atteinte aux bonnes mœurs sur la voie publique et l’autre pour non respect de l’horaire sanitaire ! Eux qui ne faisaient plus qu’un se retrouve chacun avec deux contraventions !

 

Moralité : si l’amour remplit les cœurs il vide les bourses !

16 janvier 2021

Quand les jours filent

Classé dans : Mes écrits 2021 — eructeuse @ 8 h 42 min

Quand les jours filent

 

Qu’est-ce donc qui perturbe Angèle ? Impossible de savoir quel jour on est ! Faut dire que ça change tout le temps !

« Allô Marc, tu sais pas où j’ai mis mes repères ?…

Mais Marc le nez dans son café lui avoue que lui aussi sa vue baisse…

« Marre marre marre… dit-il, je vais appeler Daniella qui dit tout le temps là là là, elle saura ! »

Mais Danielle n’est pas là. C’est le jour où elle va au marché lui dit son mari !

« Ah oui… le jour du marché… pardi ! C’est le mardi !…Merci !… »

Tout heureux de ce retour de manivelle, Marc appelle son amie :  « On est mardi ! …

- Merci… »

Alors Angèle tout sourire, note sur le frigo :

« On est mardi »

« Pour demain je verrai ben ! Où j’ai rangé mon calendrier ? Bah je verrai ben, mais c’est certain c’est un aute jour ! »

vache1

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus