Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Le sexisme se porte entre deux boules, le patriarcat : je suis ton père !

29 avril 2018

Noublie pas ton marteau !

Image de prévisualisation YouTube

29 janvier 2018

Nouvelle insulte : tu es sans doute une charlie ?

Lu sur FB : Une nana donne son avis sur un texte et une photo sensés s’adresser aux nanas de balance ton porc, la photo c’est un mec sans bras et le texte dit que c’est le mec idéal pour les nanas de balance ton porc et donc, c’est montré comme de l’humour;  la nana dit juste que le texte est choquant et qu’elle quitte le lieu et voilà ce qui lui est balancé : « tu es sans doute une charlie, adepte de la liberté d’expression mais pas pour les autres… », les autres commentaires sont pas mal non plus !

« Tu es sans doute une Charlie »!

Souriez,  en plus vous êtes brevetée conne !

a cokbulan coskun2

Pas d’espoir pour l’humanité ?

 

22 novembre 2016

Qui a voté contre l’avortement en 75 ? Rappel !

Simone VEIL, réussit à faire entendre ses idées concernant l’avortement. C’est ainsi qu’après des débats houleux, injurieux, de nombreuses mésententes entre les députés, le 26 novembre 1974 le projet de loi sur l’avortement est présenté à l’Assemblée Nationale. Il a fallu une nuit entière  pour arriver à son élaboration, une nuit tendue comme le précise Simone Veil. 

  484 députés ont voté : 284 ont voté pour et 189 ont voté contre.

 

  Votes des députés :

 

VOTE 75

 

(source : chiffre d’après Le Parisien, journal paru le 30 novembre 1974)

Le projet de la loi sur l’IVG est adopté  le 17 janvier 1975.  De nombreux hommes politiques de droite connus ont voté contre cette loi ; par exemple les trois anciens premiers ministres du général De Gaulle et monsieur Georges Pompidou .

Source : L’ Avortement, le vote de la loi, e-monsite.com

HISTORIQUE JUPPE FEMINISTE

Il appelle Fillon à « clarifier sa position » sur l’avortement

a fémini

21 octobre 2016

Des milliers de femmes manifestent en Amérique latine

https://sanscompromisfeministeprogressiste.wordpress.com/2016/10/21/en-argentine-et-dans-toute-lamerique-latine-des-dizaines-de-milliers-de-femmes-manifestent-contre-les-feminicides/

Passage de l’article :

Argentine, Bolivie, Mexique, Guatemala, Chili, Uruguay ou encore Espagne, les femmes se mobilisent contre les violences machistes  

Suite au meurtre d’une adolescente, Lucia Pérez, 16 ans, 226e femme tuée en 2016qui avait auparavant été droguée et violée et au nombre croissant de féminicides, le collectif #NiUnaMenosse*, suivi d’une cinquantaine d’associations, syndicats et autres organisations, a initié une grève symbolique suivie d’une manifestation pour exiger la fin des violences machistes. 

« Pas une de plus » – des dizaines de milliers d’argentines suivies par toute l’Amérique latine et au-delà, ont manifesté mercredi pour dénoncer la violence machiste qui tue 1 femme toutes les 36 heures, des crimes restant généralement impunis, alors que le féminicide, meurtre d’une femme motivé par le fait qu’elle est une femme, a été inscrit dans le code pénal argentin en 2012 comme circonstance aggravante d’un homicide. 

« Le terme utilisé par les associations et le gouvernement argentin n’est pas « meurtre » ou« homicide ». C’est « féminicide », mot aux résonances volontairement politiques. L’ONG Casa Del Encuentro, qui vient en aide aux femmes, le définit comme « une des formes les plus extrêmes de violences faites aux femmes, c’est l’assassinat d’une femme par un homme qui la considère comme sa propriété » »

Plus tôt dans la journée, les argentines ont arrêté de travailler pendant 1 heure à 13h00.

Quatre autres femmes ont été tuées par leur mari ou ex-compagnon au cours de ces dix derniers jours. 235 femmes ont été victimes de féminicide en 2015 et 18% d’entre elles avaient moins de 20 ans. Dans plus de la moitié des cas, le meurtrier était le conjoint ou ex-compagnon.

#NiUnaMenos sororité avec les argentines mobilisées contre le féminicide et les violences sexistes !

10 octobre 2016

Patriarcat toujours là !

Je clique un nom d’acteur  sur Wikipédia, on ne dit pas s’il est marié et encore moins le nom de son épouse ! Je clique un nom de chanteuse et on me la remet avec son nom d’épouse ! Bon t’as compris oui non ! tant pis !

5 septembre 2016

Le dessin de Wolinski est-il misogyne ? Sexiste ?

J’ai écrit ce texte le 5 octobre 2013 suite à cette question que posait Rue 89, texte qui est sur mon blog politique(éructeuse) et qui a sa place ici. Il va s’en dire que l’assassinat de nos dessinateurs demeure une plaie ouverte… Amour inconditionnel, éternellement dans mon cœur !

dessin_wolinski_0

Bon WOLINSKI qui m’a dédicacé un de ses livres à la fête de l’huma, il y a fort longtemps, oui je suis une dévoreuse, en autre bonne chose de BD…m’a écrit, après m’avoir regardée, « j’aime véronique », cet homme ( et je lui rends bien: oui je t’aime aussi mon lapin ) ne peut donc point être contre les femmes lol  -et s’il n’est pas connu pour son féminisme- il l’est pour son doigté de talent. Wolinski comme ces potes … et Reiser,  sont pour moi un tantinet phallocrates, le bon phallocratisme de base,  classique quoi, allo quoi c’est clair…

Les BD en sont fourrées et je pèse ce mot mdr ! oui !! complètement ! Ben oui c’est lourd !!!

Je fus une lectrice assidue de fluide glacial, de métal hurlant, pilote, etc.

Ah les bonnes lectures, une vraie toquée, soit soit loin du féminisme, mais bon je n’ai pas souvenance que Proust ou Montherlant brillent par leur engagement féminisme et ils sont au panthéon de notre culture… (je suis même allée rendre visite aux auteurs que j’adore, d’AXEL Munshine et Muski,  » Le vagabond des limbes » , Ribéra et Godard, car je faisais un travail sur leur BD, c’est vous dire si j’aime nos dessinateurs … merveilleux souvenirs, super BD !!)

ça  rûte au loup sur RUE 89 ?

Que se passe-t-il ?

Oui rûte car rue 89 aime les bons métrages sous la ceinture, ça fait partie de sa tasse de thé médiatique, la bonne audience franchouillarde de bon aloi, et oui la bite pense à rue 89 et à quoi pense-elle ?

A nous demander si ce dessin de notre cher dessinateur de talent est sexiste  !

L’est-il?

Voyons donc ce que moi bête sale et méchante féministe sans concession pense de ce dessin ?  

Bon on a un grand-père oui, peut-être un vieux bo, avec de vieux restes de rêves de bandaison, qui touche en public, chose assez rare de nos jours,  les fesses  de deux gaillardes, va qu’il doit même rêver à galocher ce petit vieux…

On s’en branle de savoir si les cochonnes sont consentantes foutre dieu c’est un dessin mortecouille, faut pas nous prendre pour des moules, cette scène imaginaire même pas possible en vrai car plotter les fesses en public est passible d’arrestation pour racolage, NON… 

C’est clair que dans le pays de Voltaire la bite c’est crucial, et ce dessin que nous dit-il ?

Hé bien que la retraite c’est bon pour la bite et pour fort de sa bite, le vieux sera même capable de faire le bonheur de deux grognasses qui montrent en public qu’elles aiment être de bonnes salopes au service de ce bon mâle qui se penche sur leurs fesses ! Merci chéri !

Heureuses les filles ?

Comment on se plaint ?

Comment vous n’êtes point flattées qu’on aime encore votre cul ( loin de l’âge de la retraite sentant, bonne mère) pour ce qu’il est ?

Un lieu de bandaison ?

Allez allez toutes de suite des préjugés féministes, ah la la !

Comment vous n’aimez pas être assimiler à des putes qui turbinent avec le consentement de se prendre des torgnoles dans la tronche ?

Un mirage l’esclavage de la prostitution ?

Ce dessin n’est que l’expression d’un phallocratisme ambiant très très prégnant, rien de nouveau sous le ciel de France qui ne brille pas pour son travail contre le patriarcat… comme le PCF et le Front de Gauche qui mettent des femmes en tête de liste en sachant pertinemment qu’elles ne peuvent pas être élues, oui c’est beau aussi la parité à gauche…

Allo quoi, papa j’suis une bite quoi, j’peux être dans ton spectacle ?

Texte écrit le 31 octobre 2013 suite au retournement des burnes du tiot Bedos :

Nicolas Bedos reconnaît lui aussi que la comparaison avec les 343 salopes est«indécente» et «un peu inconséquente».

Il «regrette»de s’être associé à l’initiative, mais pour lui, «vouloir abolir la prostitution c’est aussi con que de vouloir abolir la pluie».

Ah le beau bourrin, ah le grand penseur ! Les hommes auraient un pouvoir sur la pluie ? Ah le beau bênet, car comparer pluie et prostitution est malhonnête, car oui on peut et doit abolir la prostitution, au moins  dans nos lois et ça on le peut !

Ah l’étalon nous en remet une couche ! Han, han, hi han !

Ah la bonne profession de foi pardon de bite !

Allo papa j’peux être cité comme bite et salaud dans tes spectacles,

oh dit papa parce que je le veau bien !!

La culture du rut des 343 salauds

Texte écrit le 30 octobre 2013 suite à la parution de la gerbe des 343 salauds défendant, ah les têtes de nœud, la prostitution :

« Nous considérons que chacun a le droit de vendre librement ses charmes – et même d’aimer ça. Et nous refusons que des députés édictent des normes sur nos désirs et nos plaisirs. » .

« Touches pas à ma pute » se croit le propriétaire des lieux ! Façon de dire je dispose du corps de l’autre comme je veux ! 

Z’ont tout compris des droits humains ceux-là, coincés dans leur culture du rut !

Patria oh patriarkk, t’as beaux jours devant toi !

Ainsi donc acheter quelqu’un est un plaisir, acheter vendre, client, proxénète, esclavagiste, même combat !

Ah charme moi le phallus ma cocotte et t’auras quelques billets ! tout est dit !!

Je présume que ces pères de famille proposent  les universités du trottoir à leur charmante fille dans leur cursus scolaire pour les préparer à  sucer des bites, on ne sait jamais,…savoir se vendre en toutes circonstances, vive  le libéralisme mon enfant !!!

Grande nouvelle la bite pense et quand elle pense elle gicle un manifeste

J’ai ressorti les textes que j’ai fait suite à l’affaire des 343 salauds sur la prostitution et qui sont  sur mon blog politique pour les mettre ici aussi.

-Ah ben ah ben mon salaud ! Non mais tu te rends compte, ah les cons, veulent nous donner une amende quand on va aux putes maintenant et ces salopes de féniministes, ces poufiasses de  bonnes femmes coincées du cul qui veulent l’abomachin…

- L’abolition. 

- Oui l’abolition, non mais où on va, si on peut pas vider ses bourses comme on veut ! Merde je fais ce que je veux de mon pognon et de mes couilles !

Mais quel monde mais quel monde !

Dédé est très contrarié, quand il est bourré il a du mal à tirer sa crampe tout seul et comme chacun sait, quand un mâle ne vide pas ses bourses quand il bande, il n’est pas un homme quoi !! t’entends un homme, un coup de sang, le voià tout puissant ! Dédé aime se comporter en homme…

-Ah ces salauds de socialistes qui veulent nous empêcher de jouir !!!

Mais quel monde mais quel monde…

Si Dédé n’a plus la liberté de tirer sa crampe dans un con à disposition, un garage à bite comme il dit, sans se prendre une amende…où va le monde?

Mais quel monde mais quel monde…mais ouf dans ce monde, de grands penseurs sont sur la même longueur de bite que Dédé et pondent un manifeste qui clâme la légitimité d’acheter un con comme un camembert quand l’envie les tenaille, m’enfin quoi, ils ont des appétits à satisfaire, point de frustration dans mon pantalon, quoi je suis un étalon… et puis tout se fait dans la con sentence du fric, ah le cri du viol de la liberté…

DRAME DE LA MASCULINITE 

LA VIRILITE EN DANGER

NAUFRAGE DES BITES EN FOLIE

OYEZ OYEZ MON PLAISIR MA JOUISSANCE EN DANGER

LIBERTE EGALITE GICLEE et dans ta gueule salope si je veux !

Un manifeste est né de 343 maquereaux oh pardon queutards se nommant  salauds en irrespect pour les femmes du manifeste des 348 salopes qui ont écrit avoir avorté, avortement qui valu la peine de mort à des femmes, oui se sont bien des salauds,

donc des salauds crient au crime de lèse bite 

leur  royaume c’est leur bite 

ô république tu oserais sanctionner  le plaisir…

La jouissance masculine est un droit de droit divin, Eve fut mise à disposition crée pour le plaisir d’ Adam, c’est dire, si c’est vrai, qui ne tolère aucune barrière !

Ah où est-il ce doux temps où bobonne était obligée d’accomplir son devoir conjugal et quand elle voulait pas deux baffes dans sa gueule et elle écartait les cuisses ! Ah doux temps où boniches, enfants serraient les fesses quand passaient  maîtres et saigneurs…

Putain touches pas à mon con à disposition !

Bedos père a traité Morano de conne et de salope, il peut être fier de son fils, 

il est intelligent comme une bite !

12345
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus