Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

1 janvier 2019

EXCLUSION NON

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Mes écrits 2019 — eructeuse @ 4 h 55 min

EXCLUSION NON

Prendre le parti des exclus, se battre avec pour les oubliés, les sans-rien, les moins que rien, fut un choix de vie car on a toujours le choix… L’inertie n’a jamais été ma tasse de thé… Mais même engoncé dans une carapace de douleur, le choix existe encore celui de soutenir ! Je ne peux commencer cette année sans que mes pensées aillent vers ceux qui ont froid qui ont faim ceux qui se battent contre la maladie ceux qui sont seuls… Je n’aime pas les fêtes hypocrites, les fêtes de l’illusion, les fêtes où la consommation n’est que le triste symbole de ce qu’est devenu Noël : un gadget qui sera vite avalé digéré voire vomi et évacué…

Un mouvement s’est élevé en France, celui des Gilets Jaunes… un cri de souffrance sorti de partout soufflé par des gens : ces invisibles ces oubliés – ces vilipendés dès lors qu’ils avaient le mauvais vote – ce peuple souterrain parce qu’il travaille n’a pas le droit de dire qu’il a faim ; oui ces gens ont osé, eux, ces damnés levés dès l’aube pour deux sous trois cailloux, ces damnés faisant le sale boulot, les trois-huit (comment ne pas penser à ma mère qui partait sur sa mobylette avec des tas de pull parce que son patron ne chauffaient qu’au minimum son usine, licenciée parce que handicapée chez un autre patron qui alla s’installer dans une autre ville après un incendie, on sait pourquoi… ), oui ils ont osé, eux, les damnées, affrontés ces puissants toujours la bave méprisante aux bords de leurs lèvres, ces puissants qui leurs jettent des miettes et leur envoient leurs chiens de garde : les matraques et les médias !

Ces damnés qui sortent le drapeau national comme d’autres des médailles parce qu’ils n’ont pas honte d’aimer leur pays et de réclamer sa légitime souveraineté !

Respect total et soutien total à ce mouvement historique où le sang répandu, routes rouges, tâche vos mains de privilégiés ! Honte à vous les démocrates les républicains toute droite et gauche confondues de laisser faire cette vilenie !

Il n’y a de monde meilleur que par les luttes ! Bonne année de luttes les gens, il y a urgence, la maison brûle ! Quand on se bat pour l’un l’autre gagne aussi ! Se souvenir que les acquis des luttes vont à tous ! Barrons la route à l’exclusion et repoussons le système responsable du dérèglement climatique ! Bonne année 2019… Pour des demains qui chantent et sèchent les larmes…

sunset-3325080__340

Image Pixabay

31 décembre 2018

Douce soirée

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 20 h 07 min

Avec ou sans fête ; nous ne vivons pas tous de la même manière et beaucoup sont dans la solitude… pensée à tous les démunis ! On se retrouve demain dans une nouvelle année ! Bises fraternelles…

Android Jones

Image Androïd Jones Google

Merci pour vos partages

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 13 min

Amis et amies de FB et de GOOGLE ! La bise fraternelle !

feu d'artifice

Image marcelthiriet.blogspot.com

29 décembre 2018

Douce nuit

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 20 h 54 min

Noël8

Image page Mala redan Google

Bon samedi de luttes

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 12 h 03 min

RIC

25 décembre 2018

Liberté Egalité Fraternité

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Mes écrits 2018 — eructeuse @ 7 h 37 min

La douleur nous change-t-elle ? En bien ? En mal ? Sommes-nous fait d’un seul bloc ? Est ? Ouest ? Qui peut prétendre être, avoir été, même hiver automne et autre saison, sans apaisement sans nuage grillage larme amertume, avec de la colère des griefs des cris à fendre l’âme… Qui peut prétendre n’avoir jamais connu la haine ? La douleur rend-t-elle aveugle ? Sourd ? Brouille-t-elle le regard ? Le son ? A-t-on toujours le choix du chemin que l’on prend ? Peut-on sortir de sa case de victime ? Du cadre de : « C’est pas de ma faute mais celle de l’autre ? » Cet autre, l’autre le fautif ? Après avoir entonné des décennies et des décennies, dans la maison de Dieu : « C’est de ma faute c’est de ma faute, de ma très grande faute… », le doigt rythmant son dire montrant le fautif ?…

La tête courbée, le genou plié…

Assez assez sortir prendre d’assaut sa vie…

Mais sortir du cadre de toute soumission, et de toute isolation, et de protection pour survivre, n’est-ce pas ouvrir la porte vers une libération dangereuse, dangereuse pour qui ?

Gare gare ! Les intégristes de tout poil surveillent veillent à ce que le façonnage de nos conditionnements ne s’écaillent, que notre liberté ne s’éveille…

Qui juge qui donne le diplôme de bon ? Qui s’autorise le droit de juger nos émois nos peurs nos angoisses au nom de quelle transgression ? Qui donne l’agrément de notre droit de vivre sans l’effraction de notre « moi », de nos émois ?

La plupart du temps, le commun des mortels passe son chemin, il ne demande rien et s’il en vient à revendiquer auprès de certains, c’est que ces certains ont prit dans leurs mains le suffrage universel avec le siège de député de maire de sénateur de président de la république pour le représenter mais aucunement le droit de le détourner de le violer de s’attribuer des droits qu’ils n’ont pas…

Bien assis dans l’or de la République, ils grossissent leurs prétentions de seigneurs à vivre dans l’opulence de leurs mérites ! Mérites ?

Trahir le peuple n’est point inscrit dans la constitution… Et là, le commun des mortels se prend le droit de dire stop et trahir le peuple : c’est aussi trahir son pays… Ce que les puissants font en toute impunité !

Les puissants jugent écrasent formatent violent, lois droits sans une once de pitié, les yeux dans les yeux, aucun miroir ne leur fait peur : ils sont de droit divin, d’une espèce supérieure et croassent chaque jour dédain refrain pour faire plier la populace, cette crasse osant se poser sur l’échiquier de la vie pour une autre place que celle du pion ! Holà manant pan ! Holà manifestant pan ! Holà résistant pan ! Que de bagnes mis en place pour toi populace depuis la nuit des temps… Fi de la révolte ! Jusqu’à faire la chasse à l’enfant et les envoyer dans des camps rangeant âme et conscience dans le tiroir à billet, car leur seul combustible c’est le capital !

On est toujours seul avec soi-même et quelque soit la douleur on est seul à la vivre… Personne ne peut la vivre à notre place…

La douleur engendre-t-elle du meilleur ? Je n’ai pas de réponse, chacun même sa vie comme il l’entend dans le respect de la liberté de son prochain, le respect de la souffrance de l’autre… !

La liberté est le ciment de notre société et il s’avère que nos droits se sont restreints comme peau de chagrin… Se prendre en main quand on interdit à l’homme de penser à sa pomme, de penser par lui-même n’est pas un chemin facile, mais on ne se perd pas à chercher son chemin, notre conscience nous appartient…

Se comprendre, est le chemin de la fraternité…

Il faut voir depuis trois semaines comment les puissants de France et leurs valets médiatiques brisent un mouvement dangereux pour leurs privilèges ! Égalité ? La vie, la détresse, la souffrance du commun des mortels, ils ne l’entendent pas enrubannés dans l’ armure de leurs armoiries : la bonne pensance, la bonne souveraineté !

En ce jour de Noël, la fraternité sortira-t-elle du berceau du Christ ? Même la crèche, ils s’en servent pour leur idéologie…

Je mets une phrase ici qui est dans l’introduction de mon dixième roman : « Il n’y a de paix que dans l’universalisme du combat pour la liberté. »

Que la paix soit avec nous…

23 décembre 2018

SOURIRE

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 03 min

De bonne heure, est-ce la bonne heure, j’ai jeté un œil sur mes dossiers où sont rangés mes écrits quand l’autre à moitié endormi m’a dit plein de sommeil :  « Du boulot t’attend certes, mais on peut encore se lover un peu dans cette nuit à finir »…

cat-984097__340

22 décembre 2018

A deux mains

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Suavement — eructeuse @ 23 h 28 min

je t’offrirai des fleurs, à deux mains je t’offrirai mon cœur, demain encore… enrubanné dans ce baiser de nuit pour un voyage au paradis… La lueur de nos ardeurs annonce une douce nuit ! Ainsi soit-elle !

flower-gerbel-3720383__340

21 décembre 2018

DOUCE NUIT

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 23 h 28 min

coucher de

17 décembre 2018

MISS QUOI ?

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 6 h 17 min

Miss taxée

Miss révoltée

Miss sacrifiée

Miss oubliée

Miss désinformée

Miss censurée

Miss  flashballisée

Miss défigurée

Miss fierté

Miss France

fleurs1

Photo Pixabay

 

 

123456...36
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus