Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

1 avril 2020

Tendresse

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 54 min

Comment ne pas penser à vous, vous, autres semblables… Pensons aux autres par notre confinement, pour que  nous puissions à nouveau goûter aux printemps… Il y aura des anniversaires, il y aura des messes… Ma maman demain aurait eu 88 ans… Tendresse cher vous ! Force, honneur et respect !

animal-1851489__340

Il est l’heure aussi

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 34 min

de vous dire merci ! Merci pour vos 31000 visites en ce mois de mars 2020… Merci de vos passages ici ! Prenez soin de vous !

rose 5

En temps et en heure

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 18 min

Il y a beaucoup de merci à dire à cette heure où le confinage nous permet de nous protéger tous quand d’autres sont au front ; oui merci à tous et toutes pour vos combats de tous les jours, soignants et non soignants, la France affiche de belles solidarités, et le monde aussi, qui se sont faites d’instincts, de solidarités, d’amour… Cela réchauffe nos cœurs en ce temps où beaucoup partent touchés par ce virus ! Merci à nos chercheurs aussi… Merci merci à tous et toutes ! Pensées aux familles endeuillées…

 COEUR (2)

AVRIL 2020

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 0 h 50 min

Avril 2020 surtout ne pas se déconfiner  d’un cil !

Bises et bises à ceux qui luttent pour nous tous !

bisous

23 mars 2020

AVEUX…

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 9 h 00 min

La quête de tendresse n’est ni un aveu de faiblesse, ni une capitulation… Je repense à mon père quelques jours avant son grand départ, à l’hôpital, nos mains serrées… Instant sans mot… j’avoue ma peine, l’aveu de peine n’est pas une ode à la victimisation, l’aveu de peine est en moi…je repense à toutes ces mamies mortes seules lors de la grande canicule, je pense à toutes ces personnes qui sont parties seules, partiront encore seules, dans ces moments de grande solitude obligatoire, chaque geste d’humanité envers notre prochain est un acte de tendresse, on a tous besoin de tendresse… Aimons-nous les uns les autres, soutenons-vous les uns les autres…

22 mars 2020

22 mars

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 4 h 08 min

En ce jour de confinement j’ai chopé 64 ans, collée serrée au printemps… Je pense à mes parents, à ma famille, à mes enfants… aux amis, aux amies aux longs cours, aux « Maryse » de ma vie…

En ce jour de confinement j’ai chopé 64 ans… Dans le silence de la nuit, des souvenirs affluent, des chemins, des promenades, l’air de ma campagne… Les ponts que j’empruntais lors de mes pérégrinations sportives… Je n’ai jamais cessé de t’aimer, paysage de mon enfance, tu es inscrit aussi dans mes romans pour l’éternité… Je n’ai jamais cessé de t’aimer paysage de mon enfance, je t’ai conté l’amour collé serré à ma plume… Je n’ai jamais cessé de penser à tes jolis coloriages, enivrée de tes lilas, ensoleillée de tes blés…

En ce jour de confinement j’ai chopé 64 ans, comment ne pas penser à toi maman… Je suis venue nue, je me suis battue pour être ce que je suis devenue une universaliste convaincue… Je suis venue nue, habillée de l’histoire de vos passés, vous les êtres qui avez peuplé terres parcouru mers et mon cœur d’enfant apprenant…

En ce jour de confinement j’ai chopé 64 ans, et si la vie n’est pas un long fleuve tranquille, elle brille de ces feux magiques que dame nature a confié au grand livre encore mystérieux, infini, et c’est tant mieux de la création aux milliards de galaxies… Merci !

coeur1

17 mars 2020

ALLEZ LES BICHOUNETS ET LES BICHOUNETTES

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 54 min

On reste chez soi ! Hein ! Courage et témérité ! Plein de bisous de loin ! Immense merci aux soignants, aux chercheurs…

bisous

11 mars 2020

ECRITURE EMANCIPATRICE

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 30 min

Peut-on faire transpirer autre chose que ce que l’on est dans cette passion à poser des mots sur le papier ? Si la vie est un combat, l’écriture peut l’être aussi ça va de soi, sa source vient autant du cœur que de la raison… Ouvrir la porte de son imaginaire, d’une part de soi  aux autres est-il un acte narcissique, émancipateur, un don de soi ? Produire du soi en émoi, en béquilles, en sourdine…  Mots voyageurs, sortis de notre nature-mère pour atteindre des rivages où un hypothétique lecteur pourra s’approprier son essence, fabuleux cheminement…

http://mesromanscarolinebordczyk.fr/category/retour-avis-des-lecteurs/

9 mars 2020

BONBON

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 7 h 54 min

Quand je regarde le ciel bleu, je vois bleu.

Quand je regarde le ciel gris, je vois gris.

Quand je regarde le ciel rouge, je vois rouge.

Quand je regarde le ciel dans tes yeux, je vois rose mon cochonou d’amour !

7 mars 2020

LE SOL DE SON ECOLE

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Mes écrits 2020 — eructeuse @ 6 h 27 min

Le sol de son École

Petite plante insignifiante sortie du sol couvert des plaies des guerres, ses racines se sustentaient dans un capital de richesses qui allait en s’amenuisant au fur et à mesure du temps ! Il a fallu grandir en repoussant les écueils de ceux qui savaient le ciel plus que la terre, écarter les ronces des apriorismes, des définitions toutes faites de sa condition, chercher l’air et trouver de l’amer dans les vagues d’une terre conquise par les génuflexions sans réflexions…

Des êtres déchargeaient les cultures du sol de son École, l’accueil aride, même les routes repoussaient la diversité si contraignante à former des rangs d’oignons à l’identique…

Petite plante insignifiante, gloire de personne, gloire d’elle-même, elle a semé ses joies ses peines dans son sol qu’elle aimait comme on aime sa maison… Ses fruits ont poussé, la voilà à l’heure de son ancienneté, vieillie, mais pas anéantie du poids des soucis d’une vie arrosée à la va comme je te pousse… Debout dans son allée… pliée mais pas congédiée…

Dans le grand jardin de la vie, a poussé une plante où l’amour a joué des tours, sous les orages et les cieux bleus, elle a gardé au fond de sa sève, puisé dans son sol, sans immobilisme, de quoi maintenir un breuvage et une nourriture essentielle à sa survie : l’Universalisme !

12345...41
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus