Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

17 février 2020

Vous prendrez bien votre bain quotidien

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 8 h 01 min

Les tenants du pouvoir ouvrent le robinet et versent leur caca quotidien !

La messe est dite tous les matins !

Gobe gobe gentil électeur avant de partir au boulot et nage bien dans le courant de la divine parole !

Gobe gobe gentil consommateur avant de gambader derrière ton panier et nage bien dans le courant de la divine pensée !

Quant aux « sans rien », tous s’en branlent de leur vie…

Pas un jour sans que je pense que le propre de l’Homme c’est chacun sa merde !

Avec quelques nuances de… !

riche

 

23 janvier 2020

Libé n’est pas Mila

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 8 h 00 min

libé

8 janvier 2020

Dire écrire

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 8 h 03 min

Le HUFFPOST écrit : Philippe ne convainc pas la CFDT malgré l’organisation d’une conférence rance sur le financement ! La CFDT vaincue, con vaincue, qui l’aura dans l’cul ?

30 décembre 2019

Tri sélectif

planète 001

Dans un haussement d’épaules Dieu dit qu’il ne remettrait pas le couvert !

29 décembre 2019

Bientôt dans ma marmite

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 8 h 43 min

mona chollet

17 septembre 2019

Qu’est-ce qu’elle dit

Classé dans : Féministe vindiou pour sûr !,Genre mauvais genre — eructeuse @ 7 h 03 min

Il n’y a pas de première dame en France et si l’Élysée a publié la « Charte de transparence » de Brigitte Macron qui précise son rôle, elle n’a droit à aucun budget « propre » et oui les sous de la république donc nos sous ne sont que pour le peuple et ceux élus pour le peuple ! Hors malgré que ce statut de première dame n’existe pas : toute la presse parle de première dame, encore un exemple de bourrage de crâne, car c’est bien connu plus on répète une expression, un terme, plus cela semble vrai et juste ! L’épouse, la maîtresse, la concubine, bref celle qui partage la couche de l’élu n’a pas à bénéficier de quoique ce soit de la République ! Cette notion de première dame est archaïque est bien patriarcale !

Le président de la république est élu et donc n’a rien d’un statut de droit divin mais il est à noter que cette volonté de mettre une épouse dans un rôle qui n’a rien de républicain reflète bien du conservatisme patriarcal du rôle de la femme qui partage son lit ! Une extension de pouvoir sortie de quelle constitution ? Imaginons l’époux d’une présidente de la république ou l’époux d’un président gay ? Il est fort à parier que la presse conservatrice et à confesse ne viendront pas vanter ce qu’il porte et la marque de son slip !

La vassalité – car la vassalité s’applique aux femmes dans toute société patriarcale – enfermée dans ce terme de première dame sera remplacé par quoi ? Il est clair que l’homophobie et le machisme galoperaient à vive allure et pas que pour l’époux mais aussi pour la présidente !  Souvenez-vous du :  » Qui gardera les enfants ».  Pour le moment tous se réjouissent avec l’expression « la première dame », des bonniches aux conservateurs même combat ! C’est bien connu les femmes gouvernent par la chambre à côté, jusqu’à dire sous ses jupes, c’est fort de libération ! Il n’y a pas à dire le conservatisme se porte bien dans notre pays !

 

9 août 2019

Fâcherie

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 22 h 32 min

Je suis folle ! Folle d’envies, de désirs, folle de vivre avec appétit, folle de voguer en des mondes infinis où la beauté côtoie le silence… Ah le silence, si absent en cette heure où la plus parfaite  des commères fait la leçon au plus parfait des seigneurs et tient en vindicte assumée des propos qui frisent l’indécence  ! Je suis sidérée !

- Mais de qui parles-tu dame Sidérée ?

- Mais de cette pimbêche de Lune qui avait rendez-vous avec le Soleil et s’est fait monter dessus par des conquérants venus de cette folle dingue de Terre  ! Fichtre ! Pourtant toujours la première à crier au crime de goujaterie ! Le pauvre en est tout contrarié !

- Ah si je comprends bien, dis-moi, ce n’est point toi qui lui ferais un tel tour de cochon ?

- Que nenni que nenni ! Ce n’est point mon genre !

Le bel apostrophant sourit et ajoute :

- Mais il ne t’a pas invitée ?

- Certes ce n’est point faute de l’avoir assidument flatté !

- Trêve de flagornerie, viens donc visiter la queue de ma comète royale ! J’y ai planté le drapeau de l’amour !

Outrée par ce langage fleuri de la promiscuité, dame Sidérée lui répond :

- Mais vous me prenez pour qui ?

Et file à la vitesse de la lumière semer plus loin, les larmes de sa jalousie outrecuidante !

20190809_221531-1-1_resized

12 juillet 2019

Mitochondrie

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 1 h 26 min

Lu dans Futura planète :

Dans un communiqué, Sérgio Nascimento Stampar, principal auteur de cette recherche parue dans la revue Scientific Reports, a comparé les génomes mitochondriaux de l’homme et du cérianthe rayé

Le génome mitochondrial humain désigne le génome mitochondrial, soit le matériel génétique des mitochondries, propre à l’espèce humaine.

En génétique des populations et en théorie de l’évolution, ce génome est particulièrement étudié, car il permet de remonter des lignées féminines puisqu’il n’est transmis que par la mère sic ( Wikipédia)

La mitochondrie est le lieu de la respiration cellulaire. Celle-ci est un ensemble de réactions qui permettent de convertir le glucose en molécule énergétique, l’ATP. Ce processus comprend plusieurs étapes, dont le « cycle de Krebs », un ensemble de réactions métaboliques qui a lieu dans la matrice de la mitochondrie. L’enzyme qui produit l’ATP se trouve dans la membrane interne de la mitochondrie. Pour ces raisons, la mitochondrie est souvent qualifiée d’usine énergétique de la cellule.( Futura santé)

Les protéines mitochondriales sont codées par l’ADN nucléaire et par le petit ADN mitochondrial: chez l’homme, 16.569 paires de bases contre trois milliards pour l’ADN nucléaire. Je rappelle, également que l’ADN mitochondrial est transmis selon les lois de l’hérédité maternelle.(Alain Amar-Costerec chercheur biologiste)

Les motochondries proviennent de la mère, pas du père : au moment de la fécondation, seules les mitochondries provenant de l’ovocyte de la mère sont conservées et transmises à la descendance. Celles du père, contenues dans les spermatozoïdes, sont détruites peu de temps après la rencontre des gamètes…( Sciences et Avenir)

Donc de l’homme sic sauf que seule la femme est porteuse de mitochondrie… Dites moi tout là, c’est encore pour faire neutre ce masculin ?

6 juillet 2019

Vous reprendrez bien un doigt de domination

Quelle est la différence entre l’acte, le mot, aimer et baiser ? Quel est leur lien ? Dans le collectif mondial non imaginaire  j’t'baise c’est : je te nique, je t’écrase, ton pays avec et si je peux violer ta chienne de femme, je ne me gêne pas ! C’est ce qu’on appelle la domination ! D’ailleurs le dominateur dit : je vais te baiser ! Tout dans le fion rien dans la raison sinon que cette primitute attitude : n’être toujours  pas entré dans une quelconque civilisation, les grelots toujours à fleur de peau… Le « baise-moi » porte en lui sa soumission à la domination et le « fais-moi l’amour » est aussi du même registre que le « embrasse-moi », bien illustré dans les films (faut bien nourrir la domination pour qu’elle continue de se propager), ce fut longtemps et même encore aujourd’hui mal vu qu’une femme embrasse d’elle même un homme : holà la passive à ta place ! L’expression à bouche que veux-tu je l’ai entendu et d’une femme, car les femmes participent à la transmission du patriarcat…

Je t’aime, c’est le doux souffle versé dans l’oreille de l’amant, qui fait battre à mort le palpitant ! Il ne porte pas en lui sa sincérité et peut être dit pour arriver à ses fins, la faim justifiant le moyen ! C’est le « j’te baise » mais en version romantique et ça marche, même ça court ! Le problème avec la domination c’est qu’elle est inscrite sur la tablette de nombreux croyants qui pansent qu’écraser quelqu’un est un signe de supériorité !… et ça fait un bail que ça dure…

On a souvent dit  qu’aimer confine au divin, que faire l’amour est l’élan inévitable, indispensable, vitale de deux êtres qui se rassasient enfin l’un en l’autre corps et âme confondus jusqu’à la prochaine séance… Ah aimer à perdre la raison mais quand on te considère comme un être sans raison qu’en est-il pour toi femme ?

Hé bien l’amour est une telle liberté qu’on ne veut (le on étant le système la chape de plomb du conservatisme qui gouverne les êtres) surtout pas qu’il existe et encore moins pour la femme sur qui repose sur ses frêles épaules toute la société domestique, l’élevage de la progéniture de monsieur et le travail mal rémunéré, source de grand profit olé et au vinaigre ! Tout est organisé pour que l’être humain ne puisse avoir accès à sa propre divinité car une fois que tu as accès à la liberté, il repousse les chaines de sa vie !  C’est dialectique tic !

Pour que le système tienne on va nourrir le sentimentalisme exacerbé qu’on a créé pour que madame ne puisse ôter ses chaînes avec toute une littérature à confesse et eau de boudin qui devra la combler un tantinet, mais aussi tout faire pour que la femme reste dans son statut de bonniche, car la femme est le sous prolétariat ! Elle est et demeure celle qui n’a pas les mêmes droits que l’homme, sous payée sous représentée, sous la table pour la fellation… Le capitalisme est le grand dominateur, sa raison : le profit; et je rejoins Bourdieu mais j’y étais déjà dans cette pensée, avant de l’avoir lu, qui nous dit (je raccourcis) que sans la mort du capitalisme, pas de libération pour les femmes et ça va prendre beaucoup beaucoup de temps !

Vous reprendrez bien un doigt de domination ?

fourchette

16 juin 2019

FAITES DES PAIRES

Classé dans : Genre mauvais genre — eructeuse @ 6 h 28 min

pere3

12345...10
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus