Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

25 octobre 2020

VIANTOSAURETTE

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 9 h 08 min

Viantosaurette

 

Vilipendée par son amant qui la traite d’incompétente, la dame qui se dit experte en lustrage, tempête :

« Ah queue sois-je fustigée, fessée, moi, quoi ? J’ai un moi qui tambourine constant dans la verve de sa glorification ? Parfait : je je suis un nombril je suis un trou de balle et excuse moi du peu Benoît, si je préfère l’odeur de mon pet que celui du tien ! Caca le je, caca le j’m'aime, caca l’individualisme comme un temps le collectivisme ! Comment ? Il faudrait ne point s’aimer, Benoît ! Comment ? Il faudrait que ton toi passe avant mon moi ? Aimer c’est faire passer l’autre avant soi ?… En mode crucifixion peut-être ? Oui oui j’avais compris qu’à genoux, il faut que je chois ! »

Viantosaurette en mode aigreurs intestines, car en manque de son plat préféré, comme de bonnes conséquentes saucisses de Toulouse, a refusé de mettre son nez dans des parties enfumées, par un nuage de gaz déchargé aux harengs saur ! On a les odeurs qu’on peut et ses préfé-rances avec !

Moralité : Benoît si tu veux une gâterie de 5 à 7 évite le hareng saur à midi ! Si t’as l’oignon qui pue, essaie l’ail !

 

 

22 octobre 2020

LE POINT DE GRAVITE POILE

Classé dans : Ecrichienne,Et vous trouvez ça drôle ? Complètement ! — eructeuse @ 8 h 53 min

« J’aime planer dit la belle,  empalée sur ton point de gravité, mon tarzan planté d’une commodité poilée !  » Jusqu’au jour où elle se retrouva avec des morpions !  Cette pilosité luxuriante habitée, fit que Jane devint végétarienne et ne suça plus que des pommes d’amour…

pomme d'amour

1 octobre 2020

Le souffle des vents

En dehors des clous, – même piquée – des parenthèses et des thèses, des bornes, – même bornée -, des moules – trop dure à cuire-, je me prélasse sur mon matelas à chatte molle en vous disant que rien ne sert de péter plus haut que son terminus, on finira, mordicus, roi reine renégat et sa sœur gâtée, en gaz à effet de terre… Bouffonne ben quoi tant qu’il y a de l’humour même très bas sans porte-jarretelle, c’est qu’on est en vie même au ras du gazon de la Nini ! Poil au zizi !

 

27 septembre 2020

INCORRIGIBLE

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 8 h 37 min

Toujours sensible à vos beautés vous regarder me fait vous convoiter et  m’inspire quelques péchés…

Ce n’est pas parce que je ne consomme plus que l’appétit à disparu !

Où s’est donc posé mon regard ?

Devant la devanture d’une pâtisserie ou celle d’un beau gaillard ?

Allez savoir !

clin d'oeil émicone

26 septembre 2020

La bonne cuisson

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 10 h 32 min

Être pris entre deux feux, ça cuit cuit !

ça cuit2

 

 

 

28 mai 2020

Le poids du temps

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 11 h 20 min

Avec l’âge on prend du poids ou des amants ? L’un n’empêche pas l’autre !

rire sourire

10 mai 2020

L’AUBERGE DES SANS COUVERT

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 12 h 47 min

L’Auberge des sans couvert

 

Il était coutume de dire que, depuis son veuvage, la Gribouille n’avait plus de nouilles dans ses bocaux à l’Auberge des Cent Couverts et que folie habitait flan et croupion de sa maison où disparût le jeune Albion, son domestique, qui astiquait si bien sols et plafonds…

Gribouille avait sale réputation, car avait le bec aussi dodue que la fesse avec ses chansons grivoises qu’elle entonnait dans sa cuisine chaude en épices !… Dame chanteuse était convoitée par un bûcheron à grande barbe rousse qui savait retrousser manches comme gueuses qu’il voisinait de temps en temps… Il avait mauvais œil sur l’autre bourrique qui tournoyait aussi autour de sa promise…

Trois gaillards épris de la même chanteuse firent changer le répertoire de la grivoise… Des bruits couraient sur ses exclamations qui firent venir L’Homme tout de noir vêtu avec son crucifix en l’air, clé d’une délivrance promise… Depuis l’auberge est pleine… On finit par oublier ce lieu… qui devint l’auberge des sans couvert mais fort bien couverte ma foi !

5 mai 2020

Con ! Fi ! Nez aussi !

Classé dans : ça décoiffe !,Ecrichienne — eructeuse @ 10 h 22 min

Grossir c’est bien du soucis ! Va faire osciller ton mouha ah ah ah, quand ton bidou tout plein de mou ne t’offre plus la prise de ton roucouloudoudou !

Ton imagination stérile a grand besoin d’images fertiles mais ta patronne en mode ménagère à casser ta collection de vidéos « Les cougougnettes en folie », galère !…

Quant à compter sur le doigté ô ô de la gardienne de ta libido ô ô va falloir repasser ! Ton nez a rencontré son fer, celui-là jamais confiné !

Vindou ça décoiffe mais ça ne décalotte pô !

smylai

29 avril 2020

Oui je sais mais c’est plus fort que moi

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 8 h 11 min

Toi, à la voix charnelle qui ne pénètrera pas ma voie dans ma nuit confinée, puisse venir le jour de nos folles joutes ajustées…

polar-bear-196318_640

Image MAGE-WS Pixabay

21 avril 2020

Non d’un cil de mégère

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 9 h 08 min

Il faut se rendre à l’évidence, mon four à paroles est en mode rétrécissement ! Adieu taureau, étalon… S’étouffer avec une biscotte, quelle honte, ferme la porte à bien des prétentions ! Non d’un cil de mégère coincé dans l’œil d’un cyclope !

smylai

12345
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus