Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

3 août 2016

LE COMMERCE DE MES MOTS

Classé dans : Chut !,mes écrits 2016 — eructeuse @ 6 h 09 min

PARLER DE SOI POUR SOI parler de soi à travers ce que l’on croit pouvoir apporter aux autres les autres comme prétexte à son existence; ah être, être soi est un combat.

Parler de soi de sa douleur de son amour de son expérience en les rendant universalistes boudiou c’est péché c’est caca c’est vilain depuis que le tout psy a mis son nez dans nos culottes pour dire que le je est un poison ! Il est bien le frère du religieux qui avait déjà montré du doigt ce sale porc d’Adam et sa pétasse sa salope de bonne femme qui devra enfanter jusqu’à sa mort, la vraie vie, dans la douleur pour sortir de ses péchés et avoir le droit à la repentance dans le monde d’Adam ! Pan dans tes dents sale monopoliste individualiste.

Je ne cherche pas de réponses dans les livres je ne cherche pas de modèles je sais à mon âge que ce que je sais est le fruit de mon expérience de la vie de ce que les êtres m’en ont appris, je sais que je suis fluctuante, je sais qu’il n’y a pas de remèdes à la bêtise à l’autoritarisme à la servitude que dans l’amour de soi le respect de l’autre et l’amour de la justice.

Je sais qu’il n’y a pas d’échappatoire à la mort.

J’ai passé l’âge de croire que mes pensées mes actes mes engagements vont changer le monde j’y ai participé j’y participe dans mes choix de vie, mais c’est un tout un ensemble sans vous rien de possible. Le monde changera sans moi.

Je sais que je suis une petite pierre et lorsqu’il faudra dire au revoir à la vie j’espère être à la hauteur… Je m’y prépare. On vit ensemble et c’est cet ensemble cet édifice qui se construit avec tous, quand on laisse quelqu’un derrière on ne construit rien ! Ça je le sais car être une femme dans ce monde patriarcal c’est être laissé derrière et c’est une lutte acharnée pour se hisser aux miettes de liberté et de justice que les hommes laissent aux femmes et moi j’ai un appétit féroce de liberté alors les miettes je n’en ai jamais voulu, alors ma vie, moi femme seule qui ai élevé seule mes enfants, a été un combat et n’en déplaise à certaines oui je suis fière de mes combats de femme ; même si je ne suis pas fière de certains de mes errements de vie ! Je porte mes souffrances je me compose me modèle en cherchant des ressources en moi et si je me rapproche de toi, autre individualité je sais que nous sommes des solitudes rapprochées aimer l’autre c’est lui vouloir le droit à la même liberté de vivre et de respirer que la mienne. Ce que je sais c’est que sans l’autre on ne construit pas un ensemble.

Parler de soi fait partie de l’acte d’écrire. J’écris donc des livres je pianote sur le clavier les mots de mes réflexions de mes errances de mes mouvances de mes tracasseries les mots de ma vie et aussi des récits de mon imagination, de mes rires et de mes délires car tout est source de création ! Quand j’ai été interviewée sur radio 4 pour mon polar «  BOUQUET DE FEMMES », l’animateur me demande si je suis la femme médecin, un des personnages central de mon livre, je lui ai répondu qu’à en choisir un, je ne serais pas celui-là, mais qu’il y a forcément un peu de moi dans chacun de ces personnages, car écrire c’est se livrer; mais que je ne peux pas dévoiler lequel il faut garder le mystère car cela dévoilerait quelque chose de l’histoire avant de la lire ! Écrire c’est déjà se dévoiler. Au fait les personnages centraux sont des femmes ! Dans mon dernier livre :   »LE COMMERCE DES MOTS  » c’est aussi un livre avec de beaux personnages féminins, et je tiens à dire à l’avance que les réflexions de Céline sur l’engagement de l’écrivant je l’ai voulu passionné cela ne veut pas dire que cela reflète tout ce que je pense à ce sujet ! Oui écrire c’est faire passer aussi son message forcément, prendre de la distance aussi, car un personnage reste un personnage; écrire n’est pas un acte gratuit. Va chemine va trottine va écrit… la vie… c’est ta vie, ce n’est que mon avis.

Quel cheminement habite ma vie ? Il est forcément multiple ! Je ne suis plus celle d’hier et je suis encore un peu celle de maintenant. Y-a-t-il un bon chemin un destin ? Qu’est-ce qu’être dans le bon chemin qui dit quel est le bon chemin ? Pourquoi des gens se posent en gourous pour dire aux autres quel est le bon chemin ? Des milliers d’ouvrages ouvrent leurs pages pour dire quoi penser manger rêver vivre et même comment déféquer tout est fait pour que le consommateur bouffe le penseur, siècle d’une nouvelle servitude ! L’immense ouverture d’internet livre forcément de tout, le lecteur n’est qu’un consommateur guidé vers son porte-monnaie pour acheter le vrai produit qui rassasiera ses rêves ! Rêves à crédit !

L’esprit critique ? Pas un jour sans lire des propos sur internet où les uns fustigent les autres en disant ce qu’ils ont dans la tête, on retrouve cela même chez des théoriciens qui se targuent d’être philosophe comme l’un qui fait parler Finkielkraut pour le démolir ou encore un dessinateur qui fait parler daesch en disant qu’il appelle à voter FN ! Nous sommes là avec nos pensées nos droitures notre « c’est moi qui détient la vérité », petit soldat de notre kommandantur, notre petit pain quotidien mine de rien…. et comble de l’entendement ces quelques jouisseurs en spasmes narcissiques nous affirment qu’une idée peut changer le monde, surtout si c’est la leur et toi moi dufion la joie si tu ne penses pas comme ça c’est que tu n’es qu’un con !

Le mépris du peuple est total de la part des élites de droite comme de gauche…Tous ensemble mais le peuple se méprise aussi lui-même ; les « avec quelques dents » méprisent les « sans dents » et les « sans dents » méprisent les « sans papiers » et les « sans papiers » méprisent l’occident et les blancs se méprisent entre eux et tous les colorés de la terre se méprisent également etc et le monde se méprise d’un bout à l’autre de la planète c’est la chaîne humaine, bel ensemble ! (enfin oui je grossis un peu la chose, je sais pas tout le temps mais un certain temps) et l’homme se méprise et s’inflige des coups de fouet et au passage aussi à sa femme car tout est de la faute de cette salope ! Ne pas oublier que des femmes des veuves furent brûlées vives à la mort de leur époux en Inde là où dernièrement une jeune fille violée fut re-violée et tuée par son violeur c’est beau la paix des religions ! Si nous sommes de la chair à canon nous sommes aussi de la chair tout court. Chair sang eau fureur bonheur malheur erreur fait de contradictions de frictions de sublimations d’érections de foi de fusions de concentrations d’athéisme nous sommes donc un ensemble corps et esprit ! Vindiou ciel même là il y a eu combat avec des théoriciens qui ont fait passer le corps pour un moins que rien face à l’esprit et ne parlons pas de l’âme seule habilitée à convoyer près de Dieu, ah putréfaction ce corps détesté à travers sa décomposition !

Pourquoi se détourner de soi en prenant l’autre pour prétexte à écrire de soi ? Parce que le formatage de l’individu est partout. Le sophisme triomphe. « Connais-toi toi même » disait Platon, tout est là ! Pour faire un ensemble il faut se connaître…

Écrire c’est une profession de soi, qui n’engage que soi ma foi, écrire c’est une belle liberté, prendre du plaisir et se publier c’est prendre le risque de ne pas être aimé ce qui ne veut pas dire qu’on n’est point aimable, il faut faire la part des chose entre son œuvre et soi. C’est un vrai travail sur soi !

Qu’il fait bon être chez soi foi d’animal logé et que le droit au logement au passage ce n’est pas un droit anodin, Joseph chercha un abri pour son petit loupiot à naître ! Diogène dans son tonneau cherchait un homme, de partout les hommes se sont fait des toits des philosophies des passions des fois des raisons… Ecrire est un toit pour soi et une porte pour les autres et c’est mon simple avis… Une ouverture par laquelle chacun y puise ce qu’il veut une fois dans ses mains de lecteur… De là à fusiller l’écrivant s’il ne nous plaît pas, il y a une marge… il faut garder raison dans sa maison !

Bon allez bonne journée de luttes et d’amour pour soi en soi et forcément pour les autres !

 

2 août 2016

Un peu de bleu dans les yeux

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 6 h 43 min

et beaucoup d’amour pour ce jour ! Que la Force soit avec vous !

La Force a mis son manteau d’amour, couleur de paix et arrose les jardins de la terre, arrose aussi ceux des humains; coule coule belle eau dit la Force… Mais l’homme retient l’eau saccage les jardins troue les montagnes vide les plages de leur sable… Quel est donc ce virus qui grignote le cerveau humain se demande la Force ? La bêtise madame la Force simplement la bêtise de la convoitise !

J’ai une tendre pensée pour mon arrière arrière grand-mère et ma mère jardinières ordinaires et pour mon père jardinier lors de ses jours de congés; j’étais collée au sol toujours partante pour les aider…

Un de mes derniers rêves serait de trouver un tiot jardin pour m’y mettre moi la dormeuse dans une sorte de yourte ou une roulotte qui continuerait d’écrive mes bavouiettes en faisant des confitures et des conserves de ces beaux légumes dont je m’occuperais avec amour ! Bises et love les gens !!!

13925253_1194203500629744_7964109746305568969_n

29 juillet 2016

Il y a des matins

Classé dans : Allergique hic !,Chut ! — eructeuse @ 8 h 23 min

où je n’ai rien à dire à transpirer de delà mes fossés rien à gémir rien à vomir le cri ne sort pas le cri ne pousse pas le cri est inutile et puis il y en a tant qui parlent pour  dire la vie la vraie sortie de radio ragot radio bobo la radio qui formate du sol au plafond comme Ménie Grégoire à une autre époque  :  » Je sais tout j’ai tout vu j’ai la fièvre infuse »  mais qui traînent leurs lots d’âneries de sophisme de conneries je suis sidérée par le lot de conneries que déverse la télédéchetterie… pour combler un vide chez des décérébrés ? Pauvres écervelés que nous sommes en somme ! Il y avait une émission qui avait disparue qui est revenue et qui s’appelle « c’est mon choix » ; ça vaut son pesant de cacahuètes ! Ah toutes ces émissions où les présentateurs se prennent pour Dieu avec leur philosophie bas de gamme… Mais oui je regarde des fois ma foi car je veux savoir ce qui se trame sur nos cerveaux humains ! Je pense que ces émissions où l’où fait croire que le spectateur a son mot à dire est le symbole du mépris total de l’être humain ! Je te suce pour mieux te formater ! Ah oui la télé est une poubelle comme les journaux télévisés vissés au cul des pouvoirs ! On vit une époque formidable ! Mais je ne m’étale pas plus vous méritez mieux chers lecteurs et lectrices assidues que ma nausée matinale ! Alors pour ne pas rester sur une note pessimiste j’ai trouvé cette belle image sur la page google de Reda Indiana que je partage avec plaisir !

64a6f98359b989f4af4b48d258070155

5 juillet 2016

Quand tu paies ta redevance

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 6 h 39 min

tu sais pour quoi tu te régales !

a bonheur 3

LA FORME

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 6 h 16 min

DU FORMATAGE

en plus y a pô d’âge pour ça !

 

 

90x90TE

 

2904_Sarkozy_Chine_inside

2904_Borloo_Chine_inside

a tafta ah !

a cabu excellent !

524609_695072030521332_894046549_nA embauche1234686_572200046175007_34270097_n

Le poète a dit la vérité il sera exécuté

a mots et maux

24 juin 2016

Heureux qui comme Cazeneuve

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 6 h 15 min

stoppa les longs voyages !

Faire manifester en camp retranché voyez comme l’état sait se faire respecter !

Dur métier que celui de ministre des transports ! 

Bah bientôt la retraite !

Pas besoin de marcher longtemps 2017 arrive !

 

a boomerang

 

12 juin 2016

Il est temps

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 4 h 08 min

de faire dormir mes oreilles ! Doux rêves à tous et toutes !

a ane ki dort

11 juin 2016

Le marchand de sable est repassé

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 13 h 59 min

a dormeuse

10 juin 2016

Mes mots dorment

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 15 h 06 min

a amour22

C’est l’heure du silence

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 14 h 44 min

612qwzby

1...34567...9
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus