Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

9 janvier 2019

1 2 3 sautez !

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 7 h 13 min

Quelle est la différence entre prendre du recul et faire un retour en arrière ?

21 décembre 2018

Il est venu le temps du repos

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 9 h 12 min

lion1

Bonnes fêtes à tous et toutes !

16 décembre 2018

L’esprit frappeur

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 1 h 43 min

Depuis quand faire du pognon c’est l’esprit de Noël ?

14 décembre 2018

La Petite

Classé dans : Chut !,Mes écrits 2018 — eructeuse @ 12 h 46 min

La Petite

 

La Petite portait sa brouette dans sa tête, une jolie tête mal faite. Elle aurait bien voulu la redresser, avoir l’air normal, dans l’atmosphère du paraître qui se jouait chaque jour dans les cours… Mais elle ployait, penchée, sous le poids de lourdeurs cachées… Chaque jour que Dieu faisait elle jouait sa bossue pour recevoir moins de railleries qui ricochaient sur son cœur d’enfant quelque heure qu’il fut… Moqueries qui balançaient le venin de serpents en mal de bien faire leurs sales besognes… Il n’y a pas d’heure pour les prédateurs… Les monstres n’étaient pas tapis dans l’ombre, ils vaquaient à leurs occupations comme monsieur et madame tout le monde…

Chaque mot, geste, regard, cri, chargé de fiel cassait un peu plus son âme, brisée, émiettée, elle n’était plus que bris qui partaient en poussière dans l’invisibilité de sa vie… Toutes les successions d’abaissements, d’anéantissements, de jugements étaient des bris répétitifs, une accumulation de fracturations de son âme…

La dernière blessure venue s’ajouter aux autres explosa la minuscule carapace de la Petite, ouvrit les vannes des douleurs contenues, les nœuds se dénouèrent en cascades de larmes déployées…

Elle avait appelé au secours, elle avait dit… Mais personne n’écoutait, on écoute pas qui n’existe pas…

Sa tête penchait de plus en plus : la Petite était recroquevillée en elle, labyrinthe sans sortie possible. Elle courait, elle courait, elle les regardait, elle les voyait, ils étaient là, mais ils ne la voyaient pas, elle appelait, faisait des signes, tapait sur les vitres, ils ne la voyaient pas, ils n’entendaient pas, les mots les gestes n’avaient pas de son, monde fermé… Elle cessa d’appeler…

Ça grondait encore à l’intérieur, elle se heurtait aux murs, cherchait son chemin, se cognait, tombait, repartait, pour un autre chemin, toujours pas de portes, de longs couloirs sans couleur tout en effroi, elle s’assit, se posa pour des prises d’air, mais toujours des coups de poignard qui surgissaient ça et là, alors les plaies jamais cicatrisées coulaient !

Pousser pousser tous ces murs ! Elle a essayé de survivre mais le labyrinthe a rétréci comme son âme meurtrie…

Puis le noir, le noir absolu, déchirure : elle s’en est allée comme une feuille d’automne tombée au sol dans le vent glacial de l’indifférence.

Elle ne tomba pas dans l’oubli, la Petite, on n’oublie pas ce qui n’existe pas…

INFILTRATION

Classé dans : Chut !,Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 7 h 00 min

Allons qu’est-ce que vous allez imaginer ? Nous serions infiltrés, des agents secrets existeraient ? On a déjà tout ce qu’il faut bien de chez nous !

L’affaire Ben Barka ça vous parle ?

Le Monde : Cet événement, d’abord criminel, orchestré par des voyous barbouzards pour le compte des autorités marocaines, devint une affaire d’État quand il apparut que deux policiers français avaient participé au kidnapping du Marocain et que le coordinateur de l’opération était un informateur des services secrets français. Le pouvoir gaulliste de l’époque fut ébranlé par le soupçon pesant sur ses services de police et de renseignement d’avoir supervisé l’enlèvement.

Karachi- Kadhafi- Elf- le rainbow warrior ! Etc etc… Coulé sentez ! Pas l’ombre d’une odeur !

Bad Smell Smiley

Arrêtez de voir le mal partout !

09-06-29-sarkozy-balladur-chirac

Comment Fo fut infiltré ? Allons n’importe quoi !

La CIA : une ingérence bien gérée par Marc Riglet L’EXPRESS 01/02/2008

Frédéric Charpier dresse le bilan de soixante ans d’espionnage américain en France.

Longtemps, cette histoire aura senti le soufre. Que la CIA soit intervenue, avec constance, pendant plus d’un demi-siècle dans les affaires intérieures de la France, nul ne l’a jamais ignoré. Mais comme ceux, les communistes, qui auraient eu le plus d’intérêt à en dénoncer les entreprises redoutaient de se voir accuser en retour d’émarger à l’or de Moscou, l’intérêt bien compris des deux camps fut de tempérer les indignations. Aujourd’hui, ces prudences ne sont plus de mise. La centrale syndicale FO, par exemple, ne risque pas de trembler sur ses bases si elle reconnaît être née des entreprises d’Irving Brown, leader syndicaliste américain, et qu’elle dut aux dollars généreusement fournis de pouvoir prospérer face à la puissante CGT. Le Mouvement européen n’a pas à craindre non plus que l’on rappelle les conditions de sa naissance, au congrès de La Haye, en 1947, sous les auspices et aux frais de la même CIA. En ces temps de guerre froide, il n’y avait pas de front secondaire. Dans la bataille des idées, la CIA eut donc aussi sa part. Le lecteur de l’excellente mise au point de Frédéric Charpier sera peut-être surpris d’apprendre que des institutions universitaires, telle la prestigieuse VIe section de l’Ecole pratique des hautes études, devenue depuis l’Ecole des hautes études en sciences sociales, doivent leur développement à Clemens Heller, brillant administrateur de la Maison des sciences de l’homme et agent d’influence de la CIA. Les beaux jours de la CIA en France connurent cependant une éclipse lorsque de Gaulle entreprit de mettre le holà aux ingérences des hommes d’Allen Dulles. Mais le temps passant, le gaullisme se dissipant, et le terrorisme s’installant comme le combat commun d’un Occident assiégé, l’ «ami» américain semble être de retour. Il attend de ses alliés de l’OTAN qu’ils l’aident «à ficher, à ouvrir le courrier postal, à intercepter les communications téléphoniques…». «Pas moins de seize agences américaines tournent à plein régime, à Paris, aujourd’hui», assure Frédéric Charpier qui peut conclure: «L’histoire se répète.»

Ah mémoire mémoire quand tu flanches !

On a vraiment tout ce qu’il faut à la maison, comme agent décrassant sans secret  :

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a jugé jeudi qu’il serait « de bon ton » que les « gilets jaunes » ne manifestent pas samedi ! Avec l’autre, le Juppé parti vivre son exil au Canada qui nous fait un caca merdeux :  » Ceux qui appellent à poursuivre la mobilisation sont des dangers pour la démocratie … » C’est bonbon !

 DES MOTS CRASSES CHIENT

pasqua

28 novembre 2018

Oui je le dis ça m’attriste ces luttes parsemées fragmentées

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 10 h 24 min

Oui ça m’attriste de voir qu’on est toujours divisés oui ça m’attriste de voir qu’on n’est toujours pas capable de se mettre tous ensemble pour abattre l’injustice !

Un jour viendra peut-être où l’homme chassera l’idéologie de son parti pris et fera commun commune mais je ne serai plus là !

Fasse que nos petits enfants ne subissent pas plus d’injustice qu’on en subit en ce moment, je pense à cette folie cette course au fric qui ruine notre environnement. c’est il faut le répéter de l’extinction de l’être humain dont il est question et de tout ce qui est vivant ! Faut arrêter de mentir aux gens ! La planète a existé avant nous? elle continuera après nous !

Ah ce nous si difficile à dire à vivre qu’on l’occulte jusqu’à ne pas voir ce qui attend ce nous mais aussi ce vous de demain !

globe

17 novembre 2018

DESSINE MOI UN BON PEUPLE

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 9 h 07 min

Hou là là ! Gare gare Crayon ! 

La bobosphère et la fachosphère t’ont à l’œil !

Je ne te parle même pas de la gôchgôchsphère car si tu dis que t’es Charlie, elle te vilipende illico presto à la lueur de sa bougie !

12 octobre 2018

A point la cuisson… de luronne

Classé dans : Chut !,Suavement — eructeuse @ 6 h 56 min

Toujours dans cette verve de la programmation… 

Lundi je mitonne, mardi, je me bichonne, mercredi je cherche mon homme, jeudi je l’affectionne, vendredi je polissonne, samedi je bouillonne et dimanche, je, tu collationnes, les papilles tourbillonnent.

clin d'oeil

7 octobre 2018

C’est privé

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 8 h 14 min

Routes privées trains privés banques privées eau privée ciel pollué, merde tu veux rentrer chez toi, tu te dis que c’est là qu’est le vrai privé et :

a avant

3 octobre 2018

Rire c’est du plaisir

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 8 h 02 min

Faut-il en rire ? On se croyait en plein cours des gourous du développement personnel ! Le chat sauvage est un nuisible… Questionnement sur la réintroduction du loup, êtes-vous pour, êtes-vous contre ? Mais le loup, ça fait un bail qu’il est dans la bergerie !

12345...10
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus