Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

30 décembre 2016

A l’abordage !

Classé dans : — eructeuse @ 3 h 49 min

LE MARDI 26 FEVRIER 2008

 Voici le journal de bord, non tenu au jour le jour, et à gauche toute, d’une carencée mentale, lobotomisée d’une région du cerveau, si, si, il y en a un, j’affirme et comble de l’horreur, déclarée atteinte d’une spondylarthropathie atypique et kolégram doublée d’une fibromyalgie secondaire… très tendue artériellement, dont le cœur en arythmie tape ici quelques-unes de ses passions…

 AH QUE AH QUE PUIS-JE DIRE ?

 Eh bien, bonjour mes très chères concitoyennes, il s’agit de ne point dire les choses à moitié ! Et comme je le disais à mon fils aîné Guillaume :

« Tous les jours il faut boire sa tasse de caca ô, sauf que, pour nous, ce serait plutôt une piscine, mais il ne faut pas se plaindre, d’autres font face à la mer ! »

 Au fait, moi c’est VT, maman, mamie, V V, Véro, copine.

 A L’ABORDAGE

Petite fille je jouais avec mes copines aux résistantes de l’ortie : combien de temps tu tiens dans les orties ?? Qui inventa ce jeu, je ne saurais dire ???…

 J’suis tombée très tôt dans la politique comme dans les orties, j’aime être dans la résistance mais la politique ça fait mal. Je me soignais donc à doses homéopathiques constantes, luttes, grèves, meetings, manifs, toute la panoplie de la militante selon les circonstances, les motivations, les disponibilités et la digestion… des ruptures… La vie est un combat dixit Truc… Mais, mais me voilà clouée au sol tout d’un coup d’un seul, alors j’ai décidé de tenir ce journal pour faire sourire mes copines de mon collectif et, en quelque sorte, envoyer de part cette missive intimiste, des baisers d’amitié à toutes les copines de ma vie.

 Le  libraire de la librairie « Au fil des mots » qui me prit sous son aile juste avant sa retraite, m’écrivit :  » Madame j’ai lu votre livre, ce fut un plaisir. Pourquoi ? Parce que vous avez une plume .C’est certain c’est sûr et je ne parle pas de ce parti pris de la tremper dans le vitriol contestataire. Non, ça c’est aisé, d’autres s’y essaient… Je vous réponds en libraire qui aime les livres et la façon dont on les a conçus. J’ai donc apprécié votre style…Vos douleurs ? Incroyable, ne les noyez pas dans l’échappatoire  » tout militant », votre militantisme ? Admirable, ne l’asservissez pas à vos peines physiques. Et la femme ? Je suis convaincu qu’elle sait les émotions du monde et que ça pourrait encore faire un beau personnage de roman. Eh oui j’insiste .Allez bravo pour tout. Restez debout. Mais n’utilisez jamais le stylo comme une béquille. »

Puis je découvris dans Politis img369une recommandation de monsieur Langlois :  » les femmes sont sans doute aujourd’hui à la pointe avancée de la révolte. C’est normal, elle subissent tout en double, question de genre.  En tout cas, on ressent leur appétit à secouer le cocotier ! Par exemple, une certaine, c’est un pseudo Caroline Bordczyk (qui ne peut qu’avoir bout goût, puisqu’elle se jette -écrit-elle- tous les jeudis sur Politis !), qui nous livre une sorte de journal foutraque, sans queue ni tête, brut de décoffrage, cri de colère féministe qui déboule dans tous les sens- mais panaché d’un humour ravageur qui rend sa lecture assez jouissive, je vous recommande(13) ! Autre sacré numéro…

img093etc etc excès terrienne…

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus