Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

24 mars 2021

Le mépris de classe

Classé dans : La croasseuse crasseuse — eructeuse @ 19 h 21 min

Les bobos ont été choqués par ce qu’a dit Corinne Masiero (qui elle, est issue des couches populaires son grand-père était mineur de fond comme le mien ! ) tant sur la vulgarité que sur l’orthographe ! Cela m’a bien fait sourire qu’ils n’aient pas essayé de voir plus loin que leur nez poudré ! La vulgarité n’a jamais été une marque de noblesse et si la noblesse la pratiquait c’était dans un jeu de pouvoir… La vulgarité ou plutôt la grossièreté, peut être aussi un pied de nez politique à la bourgeoisie… Elle peut être subversive ! La vulgarité contre trop d’injustice comme des masques hideux moquant le bourgeois ou le curé lors de carnavals défouloirs… qui permettaient d’éviter les mouvements de révoltes…

Quand je suis rentrée en fac je faisais partie des 1% des gosses d’ouvrier en présence ! Les gosses de pauvres ne remplissent pas les bancs des grandes écoles ! L’éducation, le savoir, a été longtemps l’apanage des couches sociales aisées ! C’est un fait ! Ce ne sont pas les gosses de bourges qui partent en apprentissage à 14 ans et ce n’était pas les gosses de bourges qui descendaient dans la mine à 14 ans ! Il faut voir tout ce qui a été dit sur les gilets jaunes, la déferlante du mépris de classe a été ignoble ! Incultes, bêtes et fachos… Tout en nuances de la bien-pensance !

classe sociale

Une réponse à “Le mépris de classe”

  1. marie-candide dit :

    Elle m’a fait rire, moi, la Corinne.

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus