Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 2 janvier 2021

2 janvier 2021

Dès 18 h pour certains grands

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 10 h 02 min
Image de prévisualisation YouTube

Pensée pour le créateur de notre cher Nounours, Marcel  Ledun qui lui aussi nous a quittés en 2020…

LE SENS NATUREL DES CHOSES

LE SENS NATUREL DES CHOSES

Le passeport sanitaire c’est le sens naturel des choses ! Mais bien sûr ! Ben voyons ! Du haut de sa magnifique pensée, le haut haut con missaire au plan planqué, a pondu le sens que tu dois prendre ! Quel pot de l’avoir celui-là ! Paraît qu’on est tous très con, alors je vais dire une grosse connerie, serait-il possible que nous soyons des rats de laboratoire et qu’on teste notre propension à la soumission ? Bayrourou va nous mettre sur les bonnes roues ! Comme dirait l’autre (Allien2) on est baisés ! Bayrourou ou baise roue nous !

img054

MOEURS MEURS

Classé dans : Faudrait quand même pô pousser Nini dans les orties — eructeuse @ 8 h 18 min

Réveillon clandestin : « Quand on est ensemble, c’est là que je me sens humain ! » ça me rappelle un coup de pression de James bande :  » Si je ne le fais pas, je ne me sens pas un homme ! »

ENTRE ENTRE L’AMI

Classé dans : Cela va mieux en le dsant — eructeuse @ 8 h 01 min

Entre le fredonnement matinal et la dégustation du café au lait, se glisse de la poésie, ça me  va bien ! Et vous ?

a baiser

Fredonnement matinal

Classé dans : Va chemine va trottine — eructeuse @ 7 h 35 min

Commencer la journée en musique

Image de prévisualisation YouTube

Gilbert bécaud

Paroles
Toi qui marches dans le vent
Seul dans la trop grande ville
Avec le cafard tranquille du passant
Toi qu’elle a laissé tomber
Pour courir vers d’autres lunes
Pour courir d’autres fortunes
L’important
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
Crois-moi
Toi qui cherches quelque argent
Pour te boucler la semaine
Dans la ville tu promènes ton ballant
Cascadeur, soleil couchant
Tu passes devant les banques
Si tu n’es que saltimbanque
L’important
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
Crois-moi
Toi, petit, que tes parents
Ont laissé seul sur la terre
Petit oiseau sans lumière, sans printemps
Dans ta veste de drap blanc
Il fait froid comme en Bohème
T’as le c?oeur comme en carême
Et pourtant
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
Crois-moi
Toi pour qui, donnant-donnant
J’ai chanté ces quelques lignes
Comme pour te faire un signe en passant
Dis à ton tour maintenant
Que la vie n’a d’importance
Que par une fleur qui danse
Sur le temps
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
L’important c’est la rose
Crois-moi
Image de prévisualisation YouTube

Guy Béart

Mon amant me délaisse O gai ! vive la rose ! Je ne sais pas pourquoi Vive la rose et le lilas ! Je ne sais pas pourquoi Vive la rose et le lilas Il va-t-en voir une autre, O gai ! vive la rose ! Qu’est plus riche que moi Vive la rose et le lilas ! Qu’est plus riche que moi Vive la rose et le lilas On dit qu’elle est plus belle, O gai vive la rose ! Je n’en disconviens pas ….. On dit qu’elle est malade o gai ! vive la rose ! Peut-être elle en mourra … Mais si elle meurt dimanche O gai ! vive la rose ! Lundi on l’enterrera … Mardi il r’viendra m’voir O gai ! vive la rose ! Mais je n’en voudrai pas Vive la rose et le lilas ! Mais je n’en voudrai pas Vive la rose et le lilas !

Image de prévisualisation YouTube

Georges Moustaky

 Un pas, une pierre, un chemin qui chemine Un reste de racine, c’est un peu solitaire C’est un éclat de verre, c’est la vie, le soleil C’est la mort, le sommeil, c’est un piège entr’ouvert Un arbre millénaire, un noeud dans le bois C’est un chien qui aboie, c’est un oiseau dans l’air C’est un tronc qui pourrit, c’est la neige qui fond Le mystère profond, la promesse de vie C’est le souffle du vent au sommet des collines C’est une vieille ruine, le vide, le néant C’est la pluie qui jacasse, c’est l’averse qui verse Des torrents d’allégresse, ce sont les eaux de Mars C’est le pied qui avance, à pas sûr, à pas lent C’est la main qui se tend, c’est la pierre qu’on lance C’est un trou dans la terre, un chemin qui chemine Un reste de racine, c’est un peu solitaire C’est un oiseau dans l’air, un oiseau qui se pose Le jardin qu’on arrose, une source d’eau claire Une écharde, un clou, c’est la fièvre qui monte C’est un compte à bon compte, c’est un peu rien du tout Un poisson, un geste, comme du vif argent C’est tout ce qu’on attend, c’est tout ce qui nous reste C’est du bois, c’est un jour le bout du quai Un alcool trafiqué, le chemin le plus court C’est le cri d’un hibou, un corps ensommeillé La voiture rouillée, c’est la boue, c’est la boue Un pas, un pont, un crapaud qui coasse C’est un chaland qui passe, c’est un bel horizon C’est la saison des pluies, c’est la fonte des glaces Ce sont les eaux de mars, la promesse de vie Une pierre, un bâton, c’est Joseph et c’est Jacques Un serpent qui attaque, une entaille au talon Un pas, une pierre, un chemin qui chemine Un reste de racine, c’est un peu solitaire C’est l’hiver qui s’efface, la fin d’une saison C’est la neige qui fond, ce sont les eaux de mars La promesse de vie, le mystère profond Ce sont les eaux de mars dans ton coeur tout au fond de l’eau Un pas, une pierre, un chemin qui chemine Un reste de racine, c’est un peu solitaire

Et déjà le 2

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 0 h 27 min

beautiful 1 01

beautiful 1 01

Beautiful planet earth FB

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus