Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 28 février 2020

28 février 2020

VIVENT LES FEMMES

Classé dans : Atypique pique — eructeuse @ 9 h 48 min

Quelle intolérante cette bonne femme !

 

Ce n’est pas parce qu’on est femme qu’on est féministe

 

Ce n’est pas parce qu’on est homme qu’on est masculiniste

 

Ce n’est pas parce qu’on est noir qu’on est révolutionnaire

 

Ce n’est pas parce qu’on est blanc qu’on est colonialiste

 

Ce n’est pas parce qu’on est curé qu’on est vierge

 

Ce n’est pas parce qu’on est vierge qu’on est sain

 

Ce n’est pas parce qu’on a le trou de balle givré qu’on est glacé

 

Ce n’est pas parce qu’on a la fesse royale qu’on est l’pote à Hollande

 

Mais aux dernières nouvelles quand tu as un steak collé aux balloches sans que jamais ton fond ne connaisse le débordement des règles que dame nature a collé dans le trousseau des femelles, t’es un mec !

Après avec un peu de blé si tu n’es pas né femme tu peux devenir son clone genrée à la sauce patriarcacale ! C’est clair que tu peux t’autoriser l’appellation femme et en plus ne pas vouloir qu’on parle de l’avortement qui est pour toi encore discriminatoire dans les assemblées féministes où tu vas délivrer sa verve et te libérer de ta pomme d’Adam !

Vivent les femmes disaient Reiser !

Le pet direct

Classé dans : ça décoiffe ! — eructeuse @ 8 h 23 min

Le pet direct

 

Et l’Âne pourquoi toujours tu fais la morale aux âmes ? Tu n’as pas peur de perdre la tienne à fouiller dans les tracasseries privées ?

 

Et alors en quoi ça te dérange l’Oie, dandineuse de pacotille ! Ah ah comme tes avis, un coup à droite un coup à gauche !

 

Ô l’Âne ! Si j’oscille de mes hanches généreuses, je ne postillonne pas ma morale, comme ta bouche en postérieur, d’un pet direct !

Rien ne sert de courir

Classé dans : ça décoiffe ! — eructeuse @ 8 h 00 min

Elle ne court plus la maladie d’amour. Après trois petits tours du pâté de maison de sa campagne, elle stationne, mitonne et  avachie dans le fauteuil du salon, compte les jours fériés de sa nouvelle année…

Elle ne court plus la maladie d’amour. Après trois petits tours, trois petits fours de pâte maison, s’est endormie, repue, dans les bras de Morte-fée, les rêves congelés !

Plus forte que l’anis

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 7 h 47 min

Le matin, il visite ses caves. Le soir son boudoir ! Et entre les deux il vaque au plumard. Dans un grognement il lui dit :

« Tu es la femme assommoir ! »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus