Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

21 janvier 2020

Laïcité 30

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 4 h 44 min

Relire La Boétie, et la servitude volontaire.

Et lire l’expérience de notre amie Imamette :

« J’ai pour ma part assisté à un séminaire :séminaire « Gauche et race », le 15 octobre 14h-18h, (que j’ai entièrement enregistré) à Sciences Po avec pour invités :

-Said Bouamama, sociologue et idéologue du Parti des Indigènes de la République, éditeur de « Nique la France », il avait publié avec le rappeur Saïdou un single du même nom : « Nique la France » donc.

- Houria Bentouhami, philosophe, spécialiste de philosophie politique et enseignante-chercheuse à l’université Toulouse-Jean-Jaurès, elle défend le particularisme culturel, considère toute critique du hijab comme raciste et coloniale, soutient les concepts d’« universalisme blanc », de « blanchité » et de « colonialité » et prononce le discours d’ouverture lors de l’intervention d’Houria Bouteldja à l’université de Toulouse en 2016 (merki wiki).

-Françoise Vergès, Prêtresse de l’intersectionnalité à ‘la française, guérisseuse de « la maladie blanche », Maîtresse de nous femmes arabes et maghrébines qu’elle enjoint à surtout ne pas nous émanciper, ne pas réclamer l’égalité Homme/Femme à la française pour ne pas nous auto-coloniser l’esprit.

( Il y avait aussi dans le public, Houria Bouteldja, auteur de « Nique la France », théoricienne du « une non-blanche qui porte plainte contre son violeur non-blanc trahit sa communauté », qui s’identifie à Mohamed Merah et co-fondatrice du Parti des Indigènes de la République. Et elle a beaucoup pris la parole, pas vraiment pour poser des questions. )

Ces trois stars de la pensée décoloniale, anti-racistes politiques n’ont pas été censurées, n’ont pas été menacées, n’ont pas été lynchées, n’ont pas subi la foudre des hordes républicaines à la sortie ni à l’entrée de Sciences Po.
Pourtant, à cette conférence, on m’a gentiment expliqué à maintes reprises ô combien j’étais une « native informant », « une collabeur », que j’étais l’incarnation de ce phénomène. Que j’étais cette personne « qui devrait s’identifier naturellement à certaines causes mais s’en détourne afin de séduire la classe dominante et bénéficier de passe-droits, de privilèges qu’elle n’aurait pas eu autrement ».

Avec la bénédiction des étudiants présents, de Patrick Simon, de Daniel Obono et d’autres présents ce jour là, il m’a été expliqué qu’être maghrébine était une façon d’être et de penser, que le fait d’aspirer à l’universalité et à l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, entre les blancs, les noirs, les arabes, les asiatiques, entre les croyants et les athées, les homosexuels et les hétérosexuels, que le fait de rêver des pays comme le Maroc en état de droit, débarrassé de son élite autoritaire et rétrograde… Que se revendiquer des Lumières quand on était arabe faisait de moi un parasite opportuniste et traître à mon essence qui n’est autre que mon taux de mélanine.
Personne, absolument personne dans la pièce n’a osé s’élever contre ce discours qui m’a été répété sans cesse ce jour là, à la prestigieuse école de l’élite qu’est sciences po.

Et ce soir j’apprends que chez leurs cousins de Sciences Po Lille, on ne voudrait pas de Geoffroy Lejeune car son journal a été condamné pour un article de presse qui provoquait à la haine contre les Roms. Et ?
Ce monsieur, dont je ne pense pas le plus grand bien au demeurant, n’a t’il pas le droit autant que tout autre citoyen à la liberté d’expression ?

Depuis quand est ce que l’université est un tribunal, depuis quand l’université est une tribune politique pour tel ou tel courant ? Comment peut on prétendre à être un lieu d’apprentissage quand on pratique la censure et que l’on interdit la confrontation des opinions ?

Les IEP sont ils devenus à l’instar de tant de facs des lieux d’endoctrinement ? Je ne pense pas prendre trop de risques en répondant que oui. Il suffit d’effectuer une recherche rapide pour se rendre compte du fait que l’IEP de Lille déroule le tapis rouge aux ténors du militantisme indigéniste, décolonial, frériste, complotiste, racialiste, intersectionnel… Bref à la lie de l’islamo-gauchisme et de l’extrême gauche :

À commencer par Amnesty International qui organise des évènements dans le monde où ses membres défilent en burqa pour soutenir les femmes dont « c’est le choix » de porter des burqas, qui représente les femmes musulmanes sous leur aspect le plus misogyne dans leurs campagnes, – i.e. en hijab.

Que dire de Schneidermann, le Bouhafs sénior, dont l’émission « arrêt sur image » est une tribune de propagande bête et méchante pour le charlatanisme postmoderne le plus abjecte et dont les journalistes confondent le fact-checking et la communication militante pour discréditer le travail de leur (tristement) confrères qui osent encore faire des enquêtes de terrain ?

Le CCIF, organe militant de terrain de l’islam politique qui s’acharne judiciairement sur les militants, les intellectuels et les politiques féministes et antiracistes universalistes afin de rétablir en France le délit de blasphème pour le compte de cette religion que je déteste plus que toutes les autres car elle condamne encore et toujours ceux qui la quittent à mort, l’islam.

Non franchement Sciences Po Lille, vous venez de laver votre honneur à vie en refusant la présence de Geoffroy Lejeune, vous venez de montrer à quel point les petits cerveaux de vos étudiants sont nourris à la fragilité et à la non-pensance. Quelle fournée de futures élites vous nous préparez là. Merci !

Je voudrais dire ô combien je suis solidaire de tous ces jeunes étudiants que je croise, ceux avec qui je suis devenue amie. Ces jeunes étudiants qui m’expliquent comment ils ont appris à s’aliéner dans ce genre d’institutions de l’enseignement supérieur afin d’avoir de bonnes notes, afin d’éviter les foudres des zombies enragés qu’ils ont pour camarades, des petits gourous bien-pensants de bas étage qu’ils ont pour professeurs. Vous avez toute mon admiration ! »

2 réponses à “Laïcité 30”

  1. 010446g dit :

    La dictature de la pensée est en route, hélas!
    Les lieux où on apprenait à réfléchir sont bien mal partis!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Radotage: La guerre

  2. Caroline Bordczyk dit :

    Effrayant !

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus