Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 septembre 2019

13 septembre 2019

NOIR C’EST NOIR

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 11 h 08 min

Réveil sans précédent du trou noir de notre galaxie

sagitarius

Photographie de Sagittarius A* (au centre) et de deux échos lumineux provenant d’explosions plus anciennes.

Le trou noir supermassif situé au centre de notre galaxie engloutit poussières et gaz interstellaires dans des quantités encore jamais observées. « Nous n’avions rien vu de tel au cours des 24 années que nous avons passées à l’observer », a déclaré Andrea Ghez, professeur à l’Université de Californie de Los Angeles, coauteur de l’étude publiée dans Astrophysical Journal Letters.

Les chercheurs ont analysé plus de 13 000 observations réalisées au cours de 133 nuits depuis 2003. Ainsi, le 13 mai, la zone lumineuse située autour du « point de non-retour » du trou noir (zone à partir de laquelle la matière en rotation autour du trou noir est engloutie et ne diffuse plus de lumière) était deux fois plus brillante que celle qui l’a suivie. Phénomène qui s’est répété deux autres fois dans l’année.

Les nouvelles découvertes sont basées sur des observations du trou noir – appelé Sagittarius A* ou Sgr A* – pendant quatre nuits en avril et en mai à l’observatoire de Keck. La luminosité autour du trou noir varie toujours un peu, mais les scientifiques ont été surpris par les variations extrêmes de luminosité au cours de cette période, y compris leurs observations du 13 mai. « La première image que j’ai vue cette nuit-là, le trou noir était si brillant que je l’avais initialement confondue avec l’étoile S0-2, car je n’avais jamais vu Sagittarius A* aussi brillant », a déclaré Tuan Do, chercheur à UCLA, auteur principal de l’étude. « Mais il est rapidement devenu évident que la source devait être le trou noir, ce qui était vraiment excitant. »

Les chercheurs s’interrogent : est-ce un phénomène exceptionnel, mais singulier, ou le signe précurseur d’une augmentation d’activité dans cette zone ?

Hypothèses lumineuses

Une hypothèse pour expliquer cette augmentation d’activité est qu’en s’approchant du trou noir pendant l’été 2018, l’étoile S0-2 a pu lancer une grande quantité de gaz qui a atteint Sagittarius A* quelques mois plus tard. Une autre possibilité concerne un objet bizarre appelé G2, qui est probablement une paire d’étoiles binaires, qui s’est approchée le plus près du trou noir en 2014. Pour Andrea Ghez, « il est possible que le trou noir ait pu enlever la couche externe de G2, ce qui pourrait aider à expliquer cette augmentation de la luminosité juste à l’extérieur du trou noir ».

Le trou noir se trouve à environ 26 000 années-lumière et ne présente aucun danger pour notre planète. Selon les auteurs, il faudrait que le rayonnement soit 10 milliards de fois plus brillant que ce que les astronomes ont détecté pour affecter la vie sur Terre.

En savoir plus : UCLA, 11 septembre 2019

Ben oui fallait s’appeler Richard !

Classé dans : Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 10 h 38 min

riches

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus