Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

10 septembre 2019

L’alliance des obscurantismes

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 6 h 54 min

Article dans Marianne.fr

Militant laïc, Naëm Bestandji dénonce les compromissions du Planning familial de Grenoble avec l’association Alliance citoyenne, qui promeut le burkini.

Le sexisme du voilement a conquis une bonne partie des quartiers populaires et tenté d’investir l’école. Les piscines municipales sont son nouveau terrain de conquête. Cette avancée est facilitée par le soutien d’une partie de la gauche. Depuis quelques années, le Planning familial renie son universalisme et affiche une tendresse particulière pour ce sexisme, participant ainsi à l’avancée politique de l’islamisme. Sa dernière manifestation date de juillet dernier. Le Planning familial de Grenoble s’est rapproché d’Alliance citoyenne, association à l’origine des opérations burkini de cet été, pour apporter officiellement son soutien au sexisme de la burqa de bain.

Choqués, des féministes de l’agglomération grenobloise organisèrent une conférence de presse quelques jours après le communiqué du PF38. Ces féministes universalistes de gauche, femmes et hommes, anciennes adhérentes du Planning pour certaines, souhaitaient manifester publiquement leur indignation. L’idée germa ce jour-là de mener une action d’adhésion collective au Planning familial. Laetitia Rabih, Adjointe PS à la ville d’Échirolles et coordinatrice du collectif « Résistance Universelle » à l’origine de cette action, l’explique ainsi : « L’idée est de rassembler des féministes universalistes, des laïques, des humanistes. (…) Nous pensons qu’aujourd’hui l’universalisme n’est plus suffisamment représenté au sein du Planning familial, une des valeurs premières de ce mouvement. Nous souhaitons les faire valoir à nouveau ».

Plusieurs dizaines de féministes se retrouvèrent le 4 septembre pour se rendre ensemble au Planning de Grenoble. Hakima Necib, membre du conseil national du PS, explique les raisons de sa présence : « Je mesure le danger que représente l’islamisme politique dont le burkini est l’instrument de contrôle du corps des femmes. Chaque petit pas de gagné par les islamistes est un danger. Le rôle du planning n’est pas de défendre le burkini en privilégiant ces injonctions religieuses. Sa mission est de lutter contre le sexisme, pas de le défendre ». Mohamed Makni, conseiller délégué PS à la ville d’Échirolles témoigne également : « Je suis là parce que des musulmans radicaux veulent changer les valeurs de la France. Je suis venu de Tunisie au début des années 1970. De culture musulmane, je suis conscient des risques que font courir les islamistes à la société, surtout pour la question de l’égalité des sexes et du vivre ensemble. J’ai été choqué que le Planning soutienne le burkini. Pour moi, le PF c’est l’émancipation de la femme, la maîtrise de son corps. Avec le burkini, on laisse les islamistes maîtriser les corps des femmes ». Les idéologues islamistes ne prescrivent pas le burkini. Mais ils prescrivent l’occultation des corps des femmes sous un voile. Le burkini en est l’adaptation aquatique.

Ces défenseurs du sexisme islamiste sous prétexte d’ »antiracisme » se donnent le droit d’être racistes pour ce qui concerne la couleur de peau et les origines ethniques de leurs opposants.

Au lieu de rendez-vous, à quelques dizaines de mètres des locaux du Planning, un autre groupe était présent. En voyant les journalistes nous interviewer, certains s’approchèrent pour écouter. Puis, une fois l’entretien terminé, une personne commença à m’interroger. Je pensais qu’elle souhaitait s’informer sur les raisons de notre présence. Pas du tout. Les questions fusaient sur le voile et le burkini, puis d’autres personnes me noyèrent sous d’autres questions, pendant que d’autres encore me prirent à partie. Ensuite, j’eus droit à « encore un blanc qui parle ». Juger quelqu’un sur sa couleur de peau, y projeter ses stéréotypes, pour décrédibiliser sa parole, cela s’appelle le racisme. Une autre personne confia à son voisin « j’ai vu sur son site, c’est un Tunisien ». Le voisin lui répondit « soi-disant Tunisien alors ». La couleur de ma peau s’effaça soudainement, ma francité aussi, pour me réduire à mes origines. De plus, selon elles, un « vrai Tunisien » serait forcément un intégriste musulman qui défendrait le voilement des femmes. On ne m’interpelait pas sur mes idées mais sur ce que je suis censé être en tant qu’être humain. Ces défenseurs du sexisme islamiste sous prétexte d’ »antiracisme », pour ce qui relève d’un choix idéologique, se donnent le droit d’être racistes pour ce qui concerne la couleur de peau et les origines ethniques de leurs opposants.

Ils n’étaient pas là par hasard. Ils me connaissaient. Ils nous attendaient de pied ferme pour nous intimider. Je sentais leur haine et leur hostilité transpirer dans leurs attitudes jusque dans leurs regards. Ils prirent des photos de chacun d’entre nous, sans doute pour nous ficher.

Abandon de l’universalisme

Puis, ils nous devancèrent pour se rendre eux aussi dans les locaux du Planning. Sur place, nous fûmes surpris de la présence de plusieurs dizaines de personnes. Tout devint plus clair. Informé de notre venue, le Planning avait organisé une contre campagne d’adhésions pour maintenir les universalistes en minorité. Les activistes qui nous avaient invectivés étaient là pour adhérer afin de soutenir la direction actuelle. Ce n’est plus une dérive. C’est une fuite en avant. « Arrivées sur place, dans les locaux du Planning, chaque table d’adhésion était occupée par d’autres personnes, nous empêchant par leur occupation de déposer nos adhésions. Par notre opiniâtreté, nous avons ‘obligé’ la Présidente du PF 38 à nous recevoir dans un bureau pour prendre nos adhésions », témoigne Véronique Sanchez-Voir, membre de la commission féministe du Parti Communiste.

Étaient présents également, à l’appel du Planning familial, des membres d’Alliance citoyenne dont l’islamiste Taous Hamouti. Le 9 janvier 2015, soit 2 jours après la tuerie, elle partagea sur sa page Facebook une citation : « N’oubliez jamais que c’est Charlie Hebdo qui a dégainé le premier… ». Plus récemment, elle porta le deuil de Mohamed Morsi, Frère musulman élu Président en Égypte et décédé en juin 2019. Fan des frères Ramadan, elle rêve de n’être soignée que par des femmes médecins et milite inlassablement pour la promotion de son sexisme « religieux ».
C’est comme si SOS Racisme accueillait dans ses locaux une militante de génération identitaire.

Dans le couloir, les discussions allaient bon train sous une tension palpable. Myriam, féministe universaliste, était présente pour adhérer au PF. Après avoir elle aussi été renvoyée à sa peau blanche, on lui clama qu’il faut abolir la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école. Selon eux, elle nie le « libre choix » des petites filles…

Féminisme et patriarcat

Depuis toujours, des femmes militent pour le maintien du patriarcat et le contrôle de leurs corps par des hommes. Myriam prit pour exemple l’excision. On lui répondit : « C’est pas à toi de remettre en cause une pratique qui ne te regarde pas puisque c’est pas ta culture ». Ce propos a été tenu par un individu, soutenu par d’autres personnes présentes, dans les locaux du Planning familial. Myriam me déclara : « Je m’insurge mais ils n’entendent pas. Je n’aurais pas le droit de m’immiscer dans la ‘culture des autres’ même si ça implique les pires barbaries ». Cela rappelle un épisode similaire sur Facebook où, en septembre 2018, le Planning familial 13 avait, par maladresse, relativisé l’excision pour les mêmes raisons : « On milite pour le libre choix de chacun-e, et que nous puissions chacune faire ce que nous voulons de notre corps sans projeter nos choix sur les autres ».

Myriam tenta de défendre son point de vue auprès de ses interlocuteurs : « En tant que citoyenne j’ai le droit de m’exprimer sur un sujet aussi grave. Nous vivons dans une République Une, indivisible, laïque et à vocation universaliste ». Réponse de ce, sans doute, nouvel adhérent : « Citoyen mon cul. La République c’est de la merde ! On lui chie dessus ! L’universalisme est un fascisme ! ».

Le Planning familial a pourtant été fondé sur des valeurs universalistes. L’occultation de son histoire et d’une partie de son ADN est le fait d’une frange de ses dirigeantes et militantes d’aujourd’hui, censées être les garantes d’un patrimoine national auquel nous tenons tous. À la moindre critique de leur complaisance envers le sexisme de l’intégrisme musulman, elles brandissent la carte du fascisme et du racisme pour tuer le débat. Las, des militantes ne renouvelèrent pas leurs adhésions. Les universalistes ont quitté le navire. Leur désir de ne pas faire de vague pour ne pas nuire au mouvement l’emporta sur le reste. Ce fut une erreur. Je l’ai aussi commise. Les intersectionnelles/racialistes ont eu le champ libre. Nous en payons tous le prix.

Ce même phénomène d’abandon s’est produit dans d’autres associations féministes, mais aussi dans des organes politiques et syndicaux. Les universalistes doivent reprendre la main face à ce différentialisme qui s’installe insidieusement. Nous devons regagner chaque pouce de terrain perdu ces quinze dernières années au Planning Familial et ailleurs. Nous espérons que la campagne menée à Grenoble favorisera une prise de conscience et entrainera d’autres actions similaires. Renouer avec l’idée que l’égalité des sexes doit passer avant toute autre considération rendra caduc le soutien au burkini et au sexisme du voilement en général.

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus