Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

24 mai 2019

Diantre quelle pédante

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 8 h 07 min

Bernard Bouffon oh désolée Buffon nous dit : »La vulgarité est le symptôme d’une modernité qui s’égare… Son essor dû à une liberté dévoyée et à l’égalitarisme » Hou le mot est lâché !

« Votre seigneurie, le manant justicier est en vos geôles !

- Bien qu’il trépasse et amenez-moi sa compagne ! »

Sa beauté avait, elle aussi, forte notoriété !

Ce bon seigneur Paul Henri de la Fraîchenouille fit placer ce bandit de grands chemins en place de grève où il fut pendu ! Il put ainsi goûter à la liberté seigneuriale et à son in-égalitarisme de base ! Quant à la mise en soumission de la jeune dame, elle se fit sans vulgarité, franchement et d’un coup sec ! Point d’égarement dans la justice seigneuriale… Il paraît que cela a traversé les ans…

2 réponses à “Diantre quelle pédante”

  1. 010446g dit :

    Et justifia grandement la guillotine pour les salauds

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Ombrelle

  2. Caroline Bordczyk dit :

    Hi !

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus