Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

11 mai 2019

En piste en cavale en absence

Classé dans : Atypique pique — eructeuse @ 1 h 21 min

Combien de fois fûmes-nous un million à Paris pour défendre notre école, républicaine, laïque… En révolte en révolte, révoltés…? Où êtes-vous Enseignants ? En manif en manif, manifestants ? Les vacances se sont-elles mal passées ? Votre master est-il mal récompensé ? Vos élèves pas assez triés sur le volet de votre félicité ? Crayons rouges, stylos bernés ? Loin de la classe des Gilets Jaunes, voulant plutôt rejoindre la classe Affaires ?

Manifester : faut se mobiliser tout en gardant la côte auprès des parents (on est loin de la grève du bac), alors on clique sur le bouton rouge de son clavier et hop on a revendiqué ! « J’en-saigne et j’me tais » ? Sauf pour certains qui scandent « en-saigne et tais-toi ! » Ne pas être mauvaise langue : dur dur d’être enseignant en 2019 : l’école est « abandonnée » des politiciens depuis belle lurette, les réformes amenées ne sont là que pour faire de l’électoralisme… sur le dos si peu large de l’élève qui n’est plus au centre ni de l’école ni des revendications…

C’est un fait que quand Sarko a mis la barrière au master il savait ce qu’il faisait ! Il savait qu’il écornait cassait le Hussard Noir de la République… Surtout qu’il ne soit plus issu du peuple mais des élites, l’instit, enfin ce prof des écoles, qui est sous* le curé ! les profs ont massivement voté Macron au premier tour de la Présidentielle : 38%, contre 23,5% pour le reste de la population, loin devant Mélenchon (23%) et Hamon (15%). Ben c’est gagné ? C’est pas dit !

« cette École normale semblait un régiment inépuisable. Elle était comme un immense dépôt, gouvernemental, de jeunesse et de civisme. Le gouvernement de la République était chargé de nous fournir tant de sérieux […]. Ces instituteurs étaient sortis du peuple, fils d’ouvriers, mais surtout de paysans et de petits propriétaires […]. Ils restaient le même peuple… » Charles Péguy

*Sarkosy au Latran (20 décembre 2007) : »L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur », alors y mettre un boucher vu comment l’école est charcutée !

2 réponses à “En piste en cavale en absence”

  1. 010446g dit :

    Totalement d’accord

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Radotage (20 mars 2011)

  2. eructeuse dit :

    Merci !

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : FRACTURE ENERGENIQUE

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus