Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 18 novembre 2018

18 novembre 2018

ALLÔ MACRON

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 15 h 42 min

Petit rappel d’Histoire :

Pourquoi les paysans ont-ils brûlé les châteaux la nuit du 4 août ?

Dans la nuit du 4 août 1789 disparaît l’ancienne France fondée sur le privilège et les vieilles structures de la féodalité. La séance du 4 août 1789 de l’Assemblée nationale est la conséquence de la Grande Peur, qui jette les paysans contre les châteaux. Le soulèvement des campagnes rappelle aux députés le problème paysan. Les révoltes agraires ne touchent pas seulement les intérêts de la noblesse, mais également ceux de la bourgeoisie, qui avait acquis de nombreux biens fonciers. Faut-il défendre la propriété par la force ou faire des concessions ?

Nobles libéraux et bourgeois penchent finalement pour la dernière solution. Le 4 août au soir, le vicomte de Noailles, un seigneur ruiné, réclame l’abolition des privilèges fiscaux, la suppression des corvées et de la mainmorte. Il est appuyé par le duc d’Aiguillon. L’Assemblée, d’abord réticente, se laisse entraîner par un véritable délire qui a frappé tous les contemporains. « On pleurait, on s’embrassait. Quelle nation ! Quelle gloire ! Quel honneur d’être français ! », note un témoin.

Disparaissent d’un coup, dans l’élan qui emporte l’Assemblée, les corvées, les justices seigneuriales, les dîmes, la vénalité des offices, les privilèges fiscaux des provinces, des villes et des individus. C’est reconnaître l’égalité de tous devant l’impôt et devant l’emploi et achever l’unité de la nation. « Nous avons fait en dix heures, écrit un député, ce qui devait durer des mois. » En réalité les décrets des 5 et 11 août n’abolissent que les servitudes personnelles, les corvées et le droit de chasse, tandis que les droits réels pesant sur la terre ne sont déclarés que rachetables à un taux onéreux. L’abolition de la vénalité des offices s’accompagne d’une indemnisation qui permet aux anciens titulaires de réinvestir l’argent dans l’achat de biens nationaux.

Quant aux corporations, l’article 10 du décret du 11 août se borne à leur interdire de nommer des représentants particuliers pour défendre leurs intérêts devant la municipalité. Elles ne disparaîtront qu’avec la loi d’Allarde, le 2 mars 1791.

La nuit du 4 août doit être ramenée, en dépit de son retentissement, à de plus modestes proportions, car elle a eu surtout pour but de calmer les jacqueries qui menaçaient les intérêts de la bourgeoisie autant que ceux des nobles. Elle n’en a pas moins consacré l’abolition du régime féodal et des privilèges.

Jean Tulard  professeur à l’Université de Pais-IV-Sorbonne

Faire parler mes personnages

Classé dans : Mes livres — eructeuse @ 9 h 43 min

J’ai entendu monsieur Naulleau dire à une écrivaine que son livre était mal  écrit (je résume en gros) et que tous ces dialogues étaient écrit de la même manière… Cela m’avait frappée !

Quand je suis passée à Radio 4, en avril 2015; et oui cela m’est arrivée, l’intervieweur me demande si j’étais  » Olga » la doctoresse dans mon polar ! je lui dis que non, d’abord, il y a de moi un peu dans tous les personnages mais si je devais choisir ce ne serait pas elle et je ne pouvais dire qui, pour ne pas dévoiler l’intrigue…

Quand j’ai écrit  » LE COMMERCE DES MOTS « , un des personnages principaux : Céline est embauchée pour sa plume, elle veut devenir écrivaine… Quand elle discute dans le camion qui l’emmène vers la ferme de sa grand-mère, elle donne son avis sur ce qu’elle pense de ce que devrait-être un écrivain. Ce que je lui fais dire n’est pas forcément ce que je pense, je tiens compte de ce que je veux montre du personnage, son vécu, son âge, ses actions présentes…

Tous les personnages dans  » LE ROMAN DE SA VIE « une infusion de T » sont fictifs et imaginés, mais le livre porte forcément et fortement l’emprunte d’un vécu… Comme diraient certains de mes lecteurs, on sent que le message prime ! oui… Que vous trouverez à la Maison de la presse à Pujols et au Khedive près du Glacier à Villeneuve sur Lot et par correspondance à anelabougresse@orange.fr ou ici !

IMG_20180702_095130IMG_20180629_132319IMG_20180629_132354(1)

Chaque roman est unique, celui qui va sortir en décembre est encore différent… Il prend ses racines dans le passé où les guerres et autres bouleversements, drames, marquent les êtres, il prend fin, la veille de l’an 1981… Mes personnages ne parlent ni à ma place ni pour moi… mais bien évidemment il y a de moi puisque je suis la narratrice et je sais ce que je veux montrer… Un livre fort sur les choses de la vie… Il est certain que mon enveloppe de féministe y est plus que discrète car je ne suis pas là pour faire une quelconque  propagande; juste narrer des histoires avec humanisme, qui arrivent sur les chemins de la vie…

 

J’ai le cerveau contrarié

Classé dans : Atypique pique — eructeuse @ 8 h 23 min

20181118_081206_resized

Douce douce nuit

Classé dans : Qui rit qui rit ? — eructeuse @ 6 h 12 min

car il faut bien se le dire :  » Le macronisme comme le diesel est très mauvais pour la santé  » n’est-ce pas monsieur le taxateur de vie ! Ce cher Darmanin va continuer à taxer les carburants ! Un petit coup de carmagnole dans sa face de rigolo ?

Qui rit qui rit ?

vache1

Que coule doucement ce dimanche

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 6 h 00 min

volker

VOLKER HERBST

La nuit a-t-elle été bonne ?

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 5 h 55 min

Viktor

VIKTOR IVANOVYCH NIZOVTSEV

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus