Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 octobre 2018

14 octobre 2018

Pas ma zone !

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 8 h 29 min

Amazon va-t-il dévorer l’édition ?

Par Alexandra Saviana et Nedjma Vanegmond 

 On savait que le géant d’Internet voulait croquer tout cru les libraires. Mais l’ogre numérique a une nouvelle proie : les éditeurs traditionnels. La sélection d’un livre autoédité sur la liste du prix Renaudot a mis le feu aux poudres…

Il est sorti. L’écrivain Marco Koskas a été écarté de la deuxième sélection du prix Renaudot. Le président du jury, Patrick Besson, qui avait plaidé pour qu’il figure dans la première sélection, nous l’a appris avec ce SMS : « On a été touchés par le gros chagrin des libraires. » La course aux prix de Bande de Français, lancée sur fond de polémique, s’achève donc, même si la publicité qui lui a été faite est énorme et qu’il continuera sans doute de se vendre. Mais l’onde de choc provoquée le 4 septembre par l’annonce de la sélection de son livre autoédité sur Amazon, aux côtés de 16 autres issus de l’édition traditionnelle, continuera d’alimenter les débats. Et de nourrir les inquiétudes. Le géant du Web veut croire qu’un écrivain pourrait, tout seul avec sa machine, concentrer une bonne dizaine de métiers du livre ! Alors dévorera-t-il les métiers traditionnels de l’édition, et reléguera-t-il des professionnels de chair et de sang au rang d’aimables vestiges ?

Les jurés du Renaudot sont des farceurs. On se souvient du coup de théâtre suscité par l’attribution du prix littéraire à Daniel Pennac en 2007 pour Chagrin d’école, alors que l’écrivain ne figurait même pas sur la liste ! Il coiffait ainsi au poteau Christophe Donner, qui a mis un certain temps à digérer… Et voilà que, cette année, sous l’insistance de Patrick Besson et Frédéric Beigbeder, ils ont retenu un roman publié sous bannière « Galligrassud »… introuvable en librairie, puisque autopublié chez le géant du Web ! Koskas n’est pas un nouveau venu dans l’édition. Il a publié 15 livres chez neuf éditeurs différents, mais son dernier roman n’a pas trouvé trouvé preneur. Il s’est donc tourné vers Amazon…

Dans Marianne.net, je n’ai pas tout lu car l’article n’est pas visible en entier… Ce que je retiens c’est que le pognon règne en maître ! à suivre je vais me procurer Marianne !

Tout n’est qu’engagement

Classé dans : Atypique pique,Mes écrits 2018 — eructeuse @ 7 h 20 min

ou pas ? Écrire les dernières pages de mon ouvrage : L’Éternelle, commencé en janvier 2017, n’est pas la fin de mon travail ; j’ai déjà listé ce que je veux vérifier, donc mes notes me montrent que j’ai encore du travail…  Je chemine doucement, j’aime ce moment où je pose les marches de l’ascension de mes finitions… Je suis la berceuse de mes mots, doucement doucement…

Rien ne presse, mon engagement vis à vis de moi-même est total et sans obstacle puisque j’ai le temps, point d’urgence d’une intendance souvent pesante ; il est évident que je ne parle que pour moi… L’engagement ne concerne que soi et je ne suis mandatée que par moi-même pour l’affirmation de mes propos d’où l’expression : ça n’engage que moi… L’Autre ne me doit rien, que le respect de ma liberté !

Qu’est devenue ma liberté dans un monde où les autres me font comprendre qu’ils s’engagent pour moi et donc que ma conscience peut dormir tranquille ?

Qu’est-ce que s’engager pour les autres ? Ont-ils  demandé quelque chose ? Sont-ils venus sonner à notre porte, nous ont-ils donné leur conscience : tiens occupe-t-en ! En quoi serions-nous porteur des solutions à leurs maux ? Qui nous habilite d’une telle mission ?

Faites ci, faites ça, mangez ça, faites du sport, habillez vous comme ça, écoutez ça, vivez ça et surtout achetez ça, les conseils sont devenus des ordres, où est la bienveillance ? Et que je cite ma religion, ma croyance, mon dogme, la ligne de mon parti politique… Ils s’engagent pour nous ! Ils le disent même dans leurs pubs; et j’ai bien rigolé quand j’ai lu qu’ils mettaient des supers héros pour prouver qu’ils sont les meilleurs pour nous !… Ah pour s’engager à nous bluffer, c’est clair ! 

Siècle de l’abandon de soi, de sa conscience, dans les eaux généreuses* de la société qui sourcent tout pour notre bonheur ! Tu n’as plus à t’engager sauf aux causes que l’on te soumet à coups de matraquage publicitaire ! Laisse toi guider, laisse toi porter, laisse ton sens critique dormir, on pense pour toi, on lit pour toi, on te conseille, même si tu ne demandes rien à personne, l’autre prend ta place, guide tes pas, il s’engage pour toi, dors gentil citoyen, t’inquiète mon bichon, on va te la laver ta conscience !

C’est l’heure du leurre et si tu t’insurges, ciel, si tu te révoltes, outrage ! Tu oses monter le ton de ton avis, tu es un bien mauvais reconnaissant devant tout ce qu’on fait pour toi, car oui c’est le siècle du triomphe du politicien et de tout dogmatiste dont le programme est fait par lui pour lui et les siens, et tu dois te reconnaître en lui, car toi tu es une brebis égarée qui ne sait rien… Ça c’est une sacrée pollution, le formatage idéologique de nos consciences ! Car il y a une énorme différence entre informer et formater !

Pour moi, tout est engagement car tout est politique, et si tout est engagement, tout est résistance pour rester soi-même ! Être en conformité avec soi-même demande un énorme travail de soi en soi, pour rester le plus juste possible, dans un monde où la valeur dominante est le fric où écraser son prochain pour en bénéficier, fait partie du deal !

Sur ce, je retourne à mon roman et si ce que j’écris vous offusque, c’est votre liberté !

*où ça de la pollution, mauvaise langue !

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus