Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 octobre 2018

6 octobre 2018

PLACEMENT

En cette merveilleuse société où tout se vend où tout s’achète : « Comment tu gardes cette veste que tu ne mets plus mais sors de ta ringardise, ma chérie ! Vends-là sur internet avec machin.machin ! »  Tout n’est pas bon à dire !…

J’ai pas vraiment ri, quand j’ai vu des mecs, oui forcément des mecs, eux, ont le bon mot, la bonne direction, la bonne parole tranchante, ils ont la politique hic en eux… s’étriper et sortir de leur cercle un odieux personnage qui n’avait pas écrit le bon mot !

Ah la tolérance rance !

Dites-moi pourquoi les femmes ne font pas de politique ?

L’heure est grave car voyez-vous comme chez les nazis il y a les bons mots les bonnes personnes les bonnes attitudes… et les camps pour les autres… Si tu oses t’élever loin de cette doctrine à longue vision : celle de ton futur enfermement, pan, t’es viré, vilipendé, ben comme des mafieux ! Quoi faut défendre son beefsteak ! Ah merde sa tranche de pain zut ! Loin loin de la confrontation des idées !

Ah ah ah la confrontation des idées ! Tu ringardises ma vieille ! On n’est plus dans le registre de la lutte de classes mais dans le registre de celui qui aura le pet le plus puant…

Mais où  veux-je en venir avec tout ce déballage ?

Pourquoi les femmes ne font pas de politique ?

Je parle du vrai positionnement, pas se mettre sur une liste juste pour qu’il y ait des femmes et rendre service à son parti, (on peut s’y mettre, ouf pas de risque d’être élue !) pas d’aller faire des courbettes sous les ordres de son mentor de droite comme de gauche et vindiou ! Qui gardera les enfants ? Faut dire que se faire trucider comme Olympe de gouges, Rosa Luxembourg, emprisonnée comme Louise Michèle, ça calme les prétentions à sortir de l’ombre !

Ah les femmes ! Les femmes celles qui tiennent le cordon de la bourse et déboursent avec leurs salaires inégaux, leur triple journée, leurs marmots à charge H  24 ! Ben quoi le repos du guerrier n’est pas encore un mythe ! Ah les femmes ces potentielles révolutionnaires qu’il ne faut surtout pas réveiller de leur beau rêve inculqué dès le berceau : un jour mon prince viendra ! Les femmes cibles du marketing où on va leur livrer tout ce qu’il faut pour surtout jamais faire de politique et tout faire pour qu’elles restent dans leur domaine : lessiver les chemises du beau merveilleux glorieux époux qui luttent chaque jour pour son confort et l’honorer à la saint valentin !

Mais comment ?

Ah le capitalisme sait : il va confectionner des livres où le frisson, l’évasion, l’émotion, la détente apporteront le lot de consolation à une vie qui a le droit à l’émotion le frisson l’évasion la détente le soir quand le chéri ronfle après une fellation libératrice… Livres avec tous les poncifs, stéréotypes, nécessaires au maintien du « On n’y peut rien… Et plonger dans ces pages, heureuse, enfin libérée de la contingence, pour voguer sur les chemins de l’amour : le seul chemin de sa destinée !

Quoi quoi si on lui avait laissé de la place, croyez-vous que la femme aurait choisi  un statut de courtisane ?

Ah qu’il est dur de comprendre que la part de la recherche du  rêve ne vient pas d’un genre, comme si la femme n’était qu’un amas d’émotions sans quête d’idéal et de justice ? 

La chape de plomb sur le devenir des femmes est un choix politique, ce sont elles les plus exploitées de la planète ! Le retour du bâton sera douloureux ?

« Il faut bien reconnaître que souvent, les femmes ont du mal à accepter la négation pure. Le fait qu’il y ait de plus en plus de lectrices crée une pression sournoise en faveur de la positivité. J’ai souvent eu ce genre de réaction de femmes, plutôt désolées : « vous trouvez vraiment que la vie est si moche que ça ? ». J’étais obligé de répondre : « Oui, j’aime pas la vie« . Le reproche : « ça se termine mal, il n’y a pas de lueur d’espoir« , vient surtout des femmes. Jusqu’à présent je résiste, mais je finirai pas dire comme tout le monde : « vous avez raison, la vie est formidable, mettons que je n’ai rien dit« . Houllebecq sur Mediapart hou la la ça houle !

Nous ne sommes pas que des ventres qui crient !

Nous ne sommes pas que des ventres affamés !

Nous sommes porteuses de vie !

Coût…

Classé dans : Ecrichienne,Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 9 h 14 min

Il y a les coups du sort, il y a les coups du destin, il y a les cous qu’on tord, que la bonne société des élites penseuses collées serrées dans les touches de leur clavier, appellent crimes passionnels !

Ah la bonne la belle société !

Cette corrida là c’est comme l’autre, le sang coule la victime est lynchée et ça continue et ça continue…

clown

Image de la page FB Art Symposium Rahi Rezvani

AUDIENCE

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 8 h 55 min

Quand Johnny chantait les coups c’était un sucés garanti !

Quand bonbonne entonne son cri sous les coups, c’est le silence radio, le silence législatif et aucun député ne sort une affiche où c’est écrit sortons le patriarcat de la vie des femmes, quant à écrire bon débarras dans un autre siècle ! ! Qui rit qui rit ?

colère

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus