Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

4 octobre 2018

Qui rit qui rit ?

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 7 h 57 min

Des experts fustigent les essais cliniques pseudoscientifiques des thérapies alternatives

Le 21 août 2014

Des experts ont publié un article dans le journal Trends in Molecular Medicine qui appelle à cesser de faire des études cliniques pour des « traitements très improbables » comme l’homéopathie et le reiki. Durant ces vingt dernières années, ces traitements complémentaires et alternatifs ont été adoptés par certains milieux universitaires médicaux malgré des coupes budgétaires et malgré le fait que cela reste de la science douteuse.

 

Les auteurs de l’article, David Gorski de l’Université de Wayne et Steven Novella de l’Université de Yale, affirment que dans ces affaires, le monde médical ne fait que tester si la magie fonctionne. Gorski et Novella sont tous les deux rédacteurs du blog Science-Based Medicine dont l’objectif est d’explorer les relations complexes entre la science et la médecine.

« Nous espérons que cet article sera le premier d’une longue série visant à échanger dans la littérature scientifique sur les dangers et les pièges de faire des essais cliniques sur des modalités de traitements qui ont déjà été réfutés par la science » explique Gorski. « Les deux meilleurs exemples de cet article, l’homéopathie et le reiki, sont presque aussi improbables scientifiquement que ce qu’on peut imaginer. L’homéopathie implique de diluer des substances jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien et même au-delà, alors que l’essence même du reiki est une sorte de guérison par la prière qui a substitué le mysticisme Oriental aux croyances chrétiennes, comme on peut le noter avec le remplacement du mot « dieu » par celui de « source universelle » que les maîtres reiki affirment être capables de canaliser en « énergie » pour soigner leurs patients.

« Étudier des traitements très improbables est une stratégie perdante » ajoute Novella. « Ces études sont très peu susceptibles de démontrer des bénéfices, et les partisans n’arrêteront de toutes façons pas de prendre ce genre de traitement même quand les études sont négatives. Ces recherches ne servent qu’à ajouter de la légitimité à des pratiques douteuses ».

Ce qu’il faut, déclarent les auteurs de l’article, est une médecine qui repose sur de la science plutôt que de la médecine qui repose sur des preuves. Les traitements qui sont biologiquement plausibles ne devraient atteindre le stade des essais cliniques randomisés que quand il y a assez de preuves précliniques pour justifier l’effort, le temps et les dépenses d’argent, tout comme l’utilisation de sujets humains.

« D’une manière ou d’une autre l’idée qui a jailli est que pour être un médecin « holistique » il faut embrasser des pseudosciences comme l’homéopathie, le reiki, la médecine traditionnelle chinoise, etc. mais c’est une fausse dichotomie », dit Gorski. « Si le système médical est actuellement trop impersonnel et que les patients sont parfois expédiés parce que le médecin doit voir de plus en plus de patients pour pouvoir gagner sa vie, alors la réponse est de trouver un moyen de régler ce problème, mais pas d’adopter un charlatanisme. « Intégrer » la pseudoscience à la médecine basée sur la science ne rendra pas la médecine meilleure ni ne l’améliorera. Comme le dit fort justement l’un des rédacteurs de notre blog : « si vous mélangez de la bouse de vache à une tarte aux pommes, cela ne donnera pas meilleur goût à la tarte aux pommes, cela l’empirera ». C’est exactement ce que nous faisons avec les thérapies alternatives ou « intégratives », car ces essais cliniques de magie n’en sont que des exemples ».

Les auteurs de l’article lancent un appel aux patients pour qu’ils exercent leur esprit critique dès qu’il s’agit d’évaluer les preuves pour ou contre toute sorte de traitement, qu’il soit « alternatif » ou non. « L’esprit critique aidera les patients à apprendre à reconnaître quand un traitement n’est pas confirmé ni soutenu par les données, ou de dire quand une affirmation concernant la santé venant d’un praticien est trop belle pour être vraie » conclut Gorski.

Charlatans.info, Scepticisme et esprit critique

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus