Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 octobre 2017

15 octobre 2017

PETITE MISE AU POINT

Classé dans : Ecrichienne — eructeuse @ 11 h 05 min

MDR ! Oui je suis morte de rire car si je dis que je n’ai pas changé c’est que je suis toujours du côté des opprimés, mais ciel ! Je suis bien humaine et heureusement que j’ai évolué toute ma vie !

Quitté la sphère « je crois donc je suis » imposée jusqu’à mes 12 ans, banni la mini période ado où le soi disant charmant n’a pas oublié de faire son bobo… lutté contre l’enfermement du formatage patriarcal de la presse à con-fesses et de son sentimentalisme exacerbé : si tu n’es pas amoureuse c’est que tu es morte et me dire face à un loup « j’avais mis mon féminisme dans le dernier tiroir de la commode !  »

Femme en mouvement toujours dans la recherche de la justice remettre en cause tout ce qui freine ma liberté ! se combattre pour échapper à son propre obscurantisme…

Petit passage de mon journal de bord :  » Irrévéren…chieuse ! C’est grave docteur ? » édité en 2008 !

AH QUE AH QUE DIRE…

TOUJOURS LE 26,

MAIS UN PEU PLUS À L’OUEST !

Je disais donc, notre complicité est inattaquable. A faire pâlir d’envie Sophie Marceau, oui, hier, je me suis un peu plongée, vieux réflexe de consommatrice, dans le magazine Marie-Claire de mars, le temple des bobo, des beautés…

J’aime bien Sophie Marceau.

C’est pas ma tasse de thé mais je l’aime bien, je la trouve mimi sans chichi et son Doudou a le même regard ravageur qu’un de mes ex. Ah Christophe « animaaaal ! » quel régal. Ils vont très bien ensemble ces deux-là.

Pour en revenir à une certaine presse dite féminine, luxuriante en pub de luxe; c’est fou comme elle peut paraître essentiellement fondamentale, mais l’apparence est parfois trompeuse : elle n’est que l’art de séduire poussé à son paroxysme, l’ère de se faire passer pour ce qu’on n’est pas ; fausse teinte de peau, faux seins, faux cils, fausses lèvres, faux cul maintenant et avec l’attirail qui sied, s’entend.

Se vouloir fausse pour paraître vrai : la femme ne peut-elle se concevoir qu’en courtisane ? L’air Barbie chic pour les Bourges, quelle Barbie pour les pauvres ? (appelée plèbe grasse par un internaute sur Marianne2.fr…) De la manipulation en toutes circonstances. C’est toujours le :

« Je suis belle et me plais, je veux que tu me désires et ah non, pas la première fois » La femme soumise au diktat de la mode « paillettes et artifices » devrait dépenser son fric de bourgeoise ou de prolotte en parade nuptiale comme si c’était pêché de baiser que pour le plaisir ! Pour nous les femmes évidemment, car nous ne le valons pas ! Oui, oui, nous devons aimer, nous, les femmes pour prendre notre pied, je déments évidemment !

J’en profite pour dire à tous ces créateurs qui font défiler des filles de quatorze-ans sur un podium, ça commence où la pédophilie ? Pas besoin de se déporter à l’est ou plus loin encore, pour voir les messieurs baver sur les gamines qui doivent mimer une femme fatale du haut de leur trente-quatre kilos et tous ces magazines dits féminins sic qui font l’apologie de l’anorexie et du porno chic. Ne me dites pas qu’à quatorze-ans on est une femme ! L’occident avec son hypocrisie bourgeoise patriarcale fait toujours de la femme une vassale ! Pitié ne leur laissons pas nos filles…

Je voudrais rajouter, que moi aussi, à vingt-cinq ans je me la jouais poupée maquillée, bien dans le moule de la vassale séduisante. La vie se charge de nous apprendre à regarder autre chose que notre nombril… De nous apprendre à faire exploser le carcan du futur prince bedonnant… Je n’ai jamais oublié cette phrase d’un chauffeur de bus :

 » Ça ne suffit pas d’être jolie «   Je suis décrépie aujourd’hui, mais suis-je pour autant aimable ??

Ne pas être et être… Paraître… Avoir été et être hiver…

OR DONC

« Je suis donc je baise » n’est pas inscrit au panthéon de nos éducations… il faudrait déjà avoir le droit d’atteindre la case « je pense donc je suis », ligaturée par le machisme ambiant, droit que nous devons prendre constamment sans concession ! Pour nous c’est plutôt « tais toi et essuie » que « libère toi et sois !! » vous avez déjà essayé d’essuyer la vaisselle en lisant la république de Platon ou le deuxième sexe de Beauvoir ? La position les genoux au sol a fait « engrosser » plus de servantes que composer de poésie…

Attention ! N’allez pas me faire dire que les femmes ne sont pas des penseuses, j’écris leur nom au fronton de mes libérations :

Beauvoir, Millett, Salomon, Dhanernos, Groult, Badinter, Belotti, Fouque, Weil, Davis, Halimi… et les copines des groupes Femmes et les copines tout simplement… et maman, participante de la liste des dix-sept femmes se présentant aux élections municipales de sa petite commune en 1971, huit femmes furent élues.

La liberté, les femmes l’ont acquise souvent au prix de leur vie tout au long de l’Histoire de l’Humanité. Demandez donc à la horde des femmes du monde quand est-ce qu’elles ont le temps de penser à autre chose qu’à la survie des mômes…

Elles pensent, elles pensent et pansent en silence, elles méditent forcément en silence sur le sens de leur existence…

Bretécher l’a si bien illustré dans « le Bolot occidental » quand la chienne fait des  » maths  » ! Ah Brétécher, vous ne nous faites pas de cadeau quel talent ! Pour en revenir à mon sujet, encore aujourd’hui combien de femmes ont accès à l’éducation ? D’autres c’est l’école interdite, d’autres sont tuées !

Entre-filet un peu court dans  » Marianne  » de ce mois page 73, allez-y voir : « Sauvez les filles ! » En Inde après avoir brûlé vives les veuves, après avoir tué les filles dans le ventre de leur mère :

« Oh ! ciel, il n’a plus assez de filles, tenez voilà de l’argent pour rectifier les meurtres »

Tuer des filles parce que fille !

Un sexe tuant un autre sexe !

Qui hurle dans ce monde pour dénoncer le crime de cette barbarie qui dure depuis la nuit des temps, qui qui à part les femmes ?

Où sont les manifs ? Où sont les discours ? Où ? Où êtes vous messieurs les chefs des états pour faire cesser ces crimes contre L’HUMANITE ?

En France les femmes gagnent moins que les hommes en bossant plus et les 35 heures de madame libèrent monsieur car elle, elle s’occupe des devoirs des gosses et de la contingence ! Quand monsieur s’adonne à son sport préféré qui garde la progéniture ?

Allons Femme de la Patrie ton jour de gloire n’est pas prêt d’arriver ! Je repense à Fabius disant qui garde les enfants ? Socialiste bourgeois et je suis polie !

Il est certain que ce n’est point en se voilant la face, que nous gagnerons notre émancipation, quant à vous messieurs, c’est pas gagné, enfin pour une majorité de messieurs, mais ne dit-on pas que l’exception confirme la règle… car ce n’est pas un voile que vous avez devant les yeux depuis la nuit des temps, mais le mur de vos abrutissements, épais mais épais… Si celui de Berlin est tombé, celui là, il y en a encore pour un moment à vous le voir porter.

Hélas trois fois hélas pour les femmes. Hélas trois fois hélas pour la Condition Humaine !

Mon féminisme est inscrit dans mes tripes, ma féminitude au cœur de mes ovules, pour certains hommes nous sommes des sous-hommes : changez de position !!!

Avant de vous quitter et pour chatouiller les misogynes, une petite lettre de derrière mes fagots, que j’ai envoyée à Politis et Libé, non publiée, c’était pour un avocat, un misogyne couillon, oui un avocat, chut ! Vous la trouverez en ân/ex II

 …

poing_leve-3e760

DROIT DANS SES BOTTES

Si tu froisses un con ça va faire un pli !

Corrida et sophisme

Classé dans : Allergique hic !,Art, vie et avis — eructeuse @ 7 h 53 min

et appel au meurtre ?

Je n’aime pas mais je n’aime pas du tout les corridas  ! Cette primitude affichée cette glorification du mec par la mise à mort de l’animal et je n’aime pas les sophistes ces apprentis sorciers de la pensée j’ai eu l’occasion maintes fois de le souligner ici et dans tous mes blogs dont notamment sur mon blog politique l’article sur les saillies de Mélenchon et Valls !

Voici après l’odieux tweet de Mélenchon d’un sophisme radieux( je l’ai mis dans l’article sur mon blog politique) un autre du même genre est sorti de Politis, là ce n’est pas un scoop, Politis a quitté le camp des républicains laïques !

les faits pina

 

Quelle tristesse de voir ce qu’est devenu Politis ! La fracture je l’avais sentie, quand Politis se mit à nous vanter L’Islam ! La cuti virant communautariste tiens comme le NPA ! mais la suite est immonde :

haine

La fracture est totale désolée mais en France il n’y a qu’un camp celui de la république laïque tout est dit !

Je n’ai voté ni  Mélenchon ni  Macron et certainement pas FN à la présidentielle car pour moi aucun d’eux ne représente la République Laïque et oui j’ai voté pour une camarade aux législatives au deuxième tour !

Chacun voit midi à sa porte ! Chacun doit prendre ses responsabilités ! Ras le bol de vos guerres de pouvoir les saigneurs de la république !

Je ne fais plus confiance à personne ! le vote blanc c’est pas pour des prunes ! Bon je mets la réponse de Céline Pina

POLITIS, DIGNE HÉRITIER DU JOURNAL MINUTE

Il paraît qu’être attaqué par des roquets version chihuahua du journalisme montre que vous vous imposez dans le paysage.

J’ai donc le grand plaisir de vous annoncer un des premiers articles ordurier à mon intention, publié dans un journal où les attaques volent bas, visent à côté de la plaque, le tout dans un style qui rappelle les torchons d’extrême-droite, à laquelle la gauche extrémiste n’a plus rien à envier depuis longtemps.

Affublé d’un titre vulgaire, racoleur et sexiste, l’article (que je ne partage pas pour ne pas vous salir ni me salir en facilitant sa lecture) est un sommet d’absence de professionnalisme et de déontologie.

Curieux quand même, au passage, que quand il s’agisse de femme, les journalistes d’extrême-droite et d’extrême-gauche communient dans le positionnement en-dessous de la ceinture.

Je suppose que le titre « Pina jouit » est une tentative de jeu de mots où sont alliés sophistication glacée et humour raffiné. En tout cas ce qui doit en tenir lieu pour un pétomane du style.

Alors pourquoi tant de haine ? Pourquoi l’annulation du colloque islamiste à Lyon 2 rend folle toute la sphère indigénisto-islamiste ? Pourquoi les porte-plumes des organisations liées à l’Islam politique et à la galaxie indigéniste se déchaînent-ils contre moi en ignorant au passage le travail de l’antenne de Vivre la République 69 (Sont aussi visés la Licra et le Comité Laïcité République et bien sûr la fachosphère est convoquée pour pouvoir couvrir des oripeaux d’une soi-disante lutte anti-fasciste ce qui ressemble de plus en plus à de la collaboration assumée avec une idéologie totalitaire) ? Pourquoi le « journaliste » accumule-t’il les faux en matière d’information, l’absence d’argumentation et l’interprétation pernicieuse, le contre-exemple absolu d’un travail d’information rigoureux et de qualité ?

Parce qu’il ne s’agit pas ici de débat intellectuel mais de luttes politiques.

Parce que l’annulation du colloque islamiste à Lyon 2 est le premier coup sévère porté aux islamistes et aux Indigènes de la République dans leur tentative d’instrumentaliser la reconnaissance académique pour légitimer leur propagande idéologique.

Parce que c’est leur stratégie d’entrisme à l’Université qui est dévoilée.

Parce que si l’Université renoue avec l’exigence académique et la rigueur scientifique au lieu d’être la cible et le terrain d’expérimentation des délires de l’intersectionnalité, cheval de Troie des indigénistes et islamistes, ils devront assumer leur combat prosélyte au lieu de se faire passer pour sociologues, doctorants, « masterisant ». Ils devront dire d’où ils parlent et ils savent que pour eux ce n’est pas bon…

Ce qui se joue autour de ce colloque est important et il serait temps que les grands universitaires se positionnent. On invoque beaucoup la liberté académique dans cette affaire. Mais ce n’est pourtant pas le sujet : la présidente de Lyon 2, malgré sa lâcheté et ses ambiguïtés, n’a pu faire autrement que de reconnaître que ce colloque n’avait aucun caractère scientifique. Pour autant une réunion politique peut être organisée au sein de l’université, je suis d’ailleurs prête à venir avec deux universitaires laïques débattre avec 3 salafistes ou frères musulmans ou indigénistes, quel que soit le dosage, mais au nom des mêmes libertés académiques, je combats le fait de faire passer de la propagande politique pour un discours scientifique.

Dans cette affaire se joue aussi une certaine idée de ce qu’est l’université, la rigueur intellectuelle, l’analyse scientifique et il me paraît indispensable que l’on entende sur ces questions quelques-unes de nos grandes consciences plutôt que les chevaux-légers du prosélytisme, de la désinformation et du chantage.

Tout ne se vaut pas et notre société perd tout ses repères en sombrant dans le relativisme. Il y a une différence entre rigueur du travail académique, exigence de construction d’un savoir et utilisation de celui-ci dans le cadre de luttes politiques. Nul n’empêche les islamistes de s’exprimer dans des cadres politiques ou médiatiques – et d’ailleurs ils ne s’en privent pas – mais accepter de faire passer des militants qui diffusent une idéologie, pour des chercheurs qui étudient un domaine particulier, c’est là pour le coup trahir les libertés académiques en les faisant esclaves de la défense d’une idéologie.

Solidarité

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 6 h 58 min

 13 biganos

Un an de passé déjà, j’espère être encore cette année à vos côtés !

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus