Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 octobre 2017

8 octobre 2017

SI JE VOUS LE DIS

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 16 h 45 min

a dormeuse

La bête est très très fatiguée…

La goutte de trop !

Je cherche depuis hier un texte dans mes documents, j’ai retrouvé un brouillon dans mes archives où je range mes brouillons aussi, mais pas de date, donc je visite mes textes sur le PC, comme il m’arrive de ne pas mettre le même titre que celui sur le papier je suis bien embêtée, je n’ai rien trouvé avec le titre du brouillon et ce texte je voulais le ressortir ! Bref il fallait être mieux organisée ! Mais fort heureusement patience et longueur de temps m’habitent encore, j’en profite pour remettre quelques textes pour le plaisir… Rigolo le texte du brouillon s’intitule « La goutte de trop ».  Bon dimanche à tous et toutes !

clin d'oeil

Le ciel de la Terre

Classé dans : certains de mes écrits 2013 — eructeuse @ 7 h 08 min

Le ciel de la Terre

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il enfila son manteau de laine, posa son cabas sur la table, compta ses sous de pauvre hère et sans mot dire – il en avait même fini avec ses grognements – fila piocher quelques pièces dans un pot de porcelaine… Il sortit ses mitaines de son manteau de laine et partit faire ses courses comme quand on part livrer un combat contre un ennemi qu’on ne connait pas qui ne vous donne pas son nom, ne vous salue pas, mais qui a pour mission de vous tuer à petit feu et qu’on surnomme à la télévision, quelle vision : austérité !

Va te battre contre un tel ennemi qui se cache sous les prix ? Te voilà pris aux pièges de l’économie, toi qui toute ta vie a jonglé avec le « Je ne vis pas au dessus de mes moyens » quand le bout de ta vie te fatigue, quand ta carcasse te rit à la face, quand la famille te dit « c’est la vie ».

Ah la famille qui rêve de tes sous qu’elle croit sous ton matelas en te laissant tous les ans, seul le soir de la nouvelle année, mais envoie les jours suivant, la descendance pour toucher quelques billets qu’elle estime mériter de droit…

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il posa son cabas sur la table et sortit ses quelques achats en geste lents d’un homme patient.

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il appela sa belle, qui couina son appétit contre ses jambes titubantes, sourit à ses caresses. « Sabinette, viens manger ma filoutte » Il mit le mou dans son assiette et s’assit pour la contempler.

« Hein c’est bon ma belle, ce cher Kamel me le garde chaque matin pour toi ma douce, en voilà un qui t’aime aussi ! »…

Il finit de ranger ses maigres provisions et sortit un tract froissé pour le mettre à la poubelle. « C’est pas parce que je suis vieux que je suis con, je ne comprends peut-être pas tout à l’économie mais ce que je sais, c’est que la fraternité ne pousse pas dans un champ de haine…et si à chaque jour s’empile ma peine, je suis pas plus idiot qu’hier ! »

Ce matin comme tous les matins que Dieu fait, il mit ses mitaines dans son manteau de laine qu’il rangea sur le porte manteau du salon, prit ses lunettes dans le boitier posé sur le buffet et suivi de sa chatte, alla lire son journal sur la petite table installée devant la fenêtre, ouverte sur le seul monde qui lui appartient, le ciel de la terre !

 

Texte écrit en juillet 2013

ciel bleu

DOULEURS

Classé dans : Certains de mes écrits 2014 — eructeuse @ 5 h 59 min

Douleurs

fee_014

Tomber enceinte : l’enfant s’appellera ecchymose.

Tomber amoureux : prévoir mouchoir et pansement en quantité industrielle.

Tomber sur la tête : la bosse de la connerie (de l’autre ça va de soi).

Tomber de haut : tout d’un coup être assiégé par la réalité.

Tomber les filles : vœux pieux du bout de son étendard.

Tomber sous le charme : l’orage des émotions.

Tomber des nues : la fin du règne des illusions.

Tomber sur un bec : obstacle inopinée sur le chemin de ses rêves.

Le tombeur de ces dames : ensorceleur de cœur pour vidange de mœurs.

 Docteur, docteur, c’est grave docteur ?

a roman

24 juillet 2014

FRUITS DE LA PASSION

Classé dans : Suavement — eructeuse @ 5 h 39 min

Mon amant vagabonde et prend le chemin de mes jambes, remonte le long de mes cuisses gourmandes et tourbillonne en pressions pétillantes sur mes rondeurs rayonnantes. Palpitantes, émouvantes, ses mains arpentent la cambrure de mes reins, à la recherche du frissonnement suave qui me rendra folle de lui, puis dépose dans cette vallée, de tendres baisers. Un vent de douceur se lève et balaie d’un regard mes yeux mi-clos. Une vague de chaleur envahie mes joues rougies, mon vagabond d’amour, chemine dès lors sur les vallons de mes seins avec la délicatesse d’un musicien qui aime à porter mes soupirs sur sa feuille de route, composition magique…Ses lèvres effleurent mon cou et marquent son territoire d’un baiser goulu, chavirant mon cœur, enivrant mon corps, alors satisfait de son voyage, mon amant divin, vient boire, en ma bouche offerte, le fruit de nos passions…

ROSES

Texte caressé le 7 novembre 2013

CONTRE TOI

Classé dans : certains de mes écrits 2013,Suavement — eructeuse @ 5 h 30 min

CONTRE TOI

 

Le chemin de tes mains dessine mes reins

 contre toi mon frémissement pétille.

imagesCADLAMHI

Le pavillon de tes envies colorie mes entrains

 contre toi mon désir vacille.

 a lilas

La musique de ta peau enivre mes refrains

 contre toi le vent de mes désirs vocalise.

ROSES 

Contre toi la victoire de l’amour chante son plaisir

 contre contre tout contre toi la guerrière peux s’endormir.

14088659_999969363454144_7885510765001042595_n

Le 8 octobre 2013

QUESTIONNEMENTS

QUESTIONNEMENTS

 L’honnêteté intellectuelle est-elle une recherche de propreté psychique ?

Le ballonnement intestinale, le soufflet de nos prétentions ?

Le misanthrope un réaliste suicidaire aux longs cours ?

La rébellion est-elle une résistance à la connerie ?

La rumeur sachant humer doit rugir de bonne heure ?

 imagesCAG7V74IimagesCAG7V74IimagesCAG7V74I

J’ai lu des « on dit », j’y réponds

 

« Celui qui aime beaucoup ne pardonne pas facilement »

L’amour calculé au centime près

14597374frise

« Celui qui aime ne juge pas »

L’amour est aveugle

14597374frise

« Entre le oui et le non d’une femme, il n’existe guère de place pour une épingle »

L’hameçonnage ou l’art de donner du grain à son moulin

14597374frise

« J’aimerais être prison pour te garder l’éternité »

La dictature de la passion

14597374frise

« Toute vérité n’est pas bonne à dire »

Alors elle est serinée en mensonge

14597374frise

« Il a mouillé son pantalon »

Le pénis enfin éros

14597374frise

Au royaume des cons les niais sont rois

 Vaut mieux avoir des morpions aux culs que la police des meurs

 Le suppositoire libéral avec vaseline en vente libre bientôt dans toutes les bonnes républiques oligarchiques : le prout électoral !

 

Ainsi éructé le 5 septembre 2013

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus