Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 16 août 2016

16 août 2016

A POIL TOUT LE MONDE A POIL…

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 17 h 20 min

PRIS SUR CHARLIE HEBDO OFFICIEL FACEBOOK

Le potentiel érotique du Burkini mouillé

Le billet du jour, par Antonio Fischetti.

L’interdiction du burkini sur certaines plages fait bondir le Collectif contre l’islamophobie, la Ligue des droits de l’Homme, et certains magistrats, qui dénoncent une « police vestimentaire ». Certes, rien n’empêche de se baigner en smoking, pour peu qu’on assume d’avoir l’air con. Il en irait de même pour le burkini s’il n’était pas le symbole d’un intégrisme religieux qui a prouvé ses ambitions meurtrières.
Vu que les défenseurs du burkini brandissent le respect des lois religieuses, ils n’ont qu’à se dire que le port du burkini est un blasphème contre un culte tout aussi respectable que les autres: celui du corps et du soleil. Tout culte a ses règles. Il faut bien se déchausser pour entrer dans une mosquée. La Ligue des droits des l’Homme a-t-elle protesté contre cette discrimination des athées obligés de montrer leurs orteils ? Non. Eh bien, il est tout aussi légitime d’imposer le maillot sur une plage que les pieds nus dans une mosquée. À chacun ses rites. À moins de faire du burkini le même usage que ces tee-shirts qui deviennent transparents au contact de l’eau. On en reparlera quand les barbus organiseront des concours de burkini mouillés dans les campings. Mais ce n’est pas demain la veille.

1000-face-book

CAROLINE FOUREST

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 17 h 05 min

Essayiste, journaliste etc son article sur le HUFFINGTON POST :

À propos du burkini et du grotesque

Les arrêtés pris par la mairie de Cannes et d’autres mairies de droite du sud pour interdire le burkini, juste après l’attentat de Nice, ont fait sourire Outre-manche et Outre-Atlantique. En France aussi, beaucoup y ont vu une polémique dérisoire, preuve d’une focalisation aberrante sur l’Islam. Il est vrai que la démarche interroge quand elle vient de maires se souciant des droits des femmes l’été, à la plage, mais soutenant les mouvements intégristes ayant retiré les enfants des écoles en raison de programmes voulant les sensibiliser aux stéréotypes de genres le reste de l’année…

La plage n’est pas l’école. Les nageuses ne sont pas des élèves ni des mineures. Refuser qu’on se couvre la tête dans un lieu civique, d’éducation à la citoyenneté et à l’égalité, est une chose. Obliger quelqu’un à se dévoiler dans un lieu de plaisance est plus excessif, sauf bien sûr s’il s’agit d’une plage privée qui possède un règlement.

L’interdiction est plus justifiée dans les bassins de piscine où chacun est censé respecter une tenue réglementaire, relevant de la décence ou de l’hygiène. Les hommes, par exemple, n’ont pas le droit de se baigner en short long. Les femmes n’ont pas le droit de se baigner seins nus. Pourquoi ceux qui invoquent la religion seraient-ils les seuls à pouvoir obtenir des aménagements ?

En revanche, interdire le burkini à la plage, alors que d’autres s’y baignent habillés, n’est pas très cohérent, ni très efficace. Comme pour le voile à l’université, ceux qui croient pouvoir faire reculer la mode intégriste en l’interdisant partout se trompent. Ils obtiendront l’effet contraire à celui recherché : faciliter la propagande victimaire et donc la mode du burkini chez les plus jeunes ou les plus influençables.

Dans tous les cas, qu’on soit pour ou contre l’interdiction, rien ne justifie de sombrer dans l’excès consistant à faciliter cette propagande — en se solidarisant avec ces signes régressifs et sexistes, comme s’il s’agissait d’objets sacrés ou de piliers de l’Islam. Edwy Plénel a battu tous les records d’indécence en publiant sur Mediapart un article sur le Burkini intitulé « un vêtement comme les autres », et en tweetant une photos de nageuses en costume de petits baigneurs datant de la Belle époque, il y a plus d’un siècle, avec cette légende : « Bains de mer habillés en France (sans musulmanes). Liberté des corps = liberté des vêtures. » Ce qui revient à mettre un mouchoir sur un siècle de libération, Mai 68 et le MLF compris, pour défendre la réaction… Car il s’est passé un micro-détail depuis le début du vingtième siècle : la libération des femmes et des corps justement. Soutenir le fait de couvrir les corps des femmes comme s’il s’agissait d’une « liberté » et non d’un retour en arrière témoigne d’un esprit profondément réactionnaire, qu’aucun progressiste ne peut soutenir sans trahir son profond machisme orientaliste.

Toute personne un tantinet féministe ou simplement inquiet du radicalisme se sentirait mal à l’aise à l’idée de se baigner à côté d’une femme ou d’un groupe de femmes en burkini. Porter ce maillot intégriste sur la plage revient à dire aux autres qu’ils sont indécents ou que leur semi-nudité vous obsède. Fatigant. Quand on va à la mer, c’est pour se détendre, pas pour se prendre les problèmes psychologiques ou les convictions idéologiques des autres en pleine figure. Si quelqu’un est si mal à l’aise avec son corps et croit en la pudeur, il peut tout simplement éviter de se baigner en public et choisir des espaces plus pudiques… Comme une piscine privée ou sa baignoire.

Si ces nageuses persistent dans l’incohérence, sans vouloir l’interdire sur la plage, on a bien le droit de se lever pour aller se baigner ailleurs voire d’envoyer à son tour un message : en optant pour le nudisme.

À paraître:  »Génie de la laïcité » chez Grasset, le 1er octobre

UN PAR JOUR

Classé dans : Barbare rit, il suffit ! — eructeuse @ 9 h 59 min

ET TOUS LES JOURS 

JE SUIS CHARLIE

13903294_10209717399148877_8239781682517233952_n

j’te dis ce que j’écris tu me diras qui je suis hi ?

Classé dans : Art, vie et avis,Mes livres — eructeuse @ 7 h 58 min

 » La littérature vous semble être plutôt un moyen de se divertir c’est à dire de se détourner du monde réel ou un moyen particulier privilégié de rendre compte du monde réel, de la vie des hommes, de la nature humaine ? « 

 La littérature doit-elle embellir le monde réel ?

Le rôle d’un écrivain est il de rendre compte du monde qui nous entour ou de l’améliorer ?

Ce sont des sujets de dissertations donnés à nos jeunes à l’école ! vaste débat, ô combien passionnant  ! pour ma part je donne une réponse forcément personnelle dans mon roman qui va retourner encore à la correction puisque ma correctrice est revenue de vacances ! 

Mon roman : « Le commerce des mots » ! Bises et bonne journée à toutes et tous !

Peut-on changer l’homme ?

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 7 h 42 min

« Apprendre transforme mais au fond il existe quelque chose de rebelle. Le granit d’un fatum spirituel: ce qui tout au fond de nous résiste à l’instruction. » Nietzsche

http://www.philagora.net/dissert2/hom-changer.php

pour ceux que ça intéresse !

WALEED AL-HUSSEINI

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 7 h 02 min

Le burkini… 
me fait penser à ce qu’il se passe sur certaines plages du Maghreb, où depuis qu’il a fait son apparition, il a forcé les autres femmes musulmanes à s’y conformer, si elles ne voulaient pas être insultées de prostituées et harcelées. 
Il y a même des coins de plage qui sont devenus non-mixtes pour ne pas qu’hommes et femmes se côtoient. 
De la pure ségrégation. 
Cela me fait rire de voir certains insulter d’ »islamophobes » les personnes qui sont légitimement choqués ! 
Le burkini devrait même être anti-islamique pour les islamistes car il est assez seyant.
En tous cas, il permet aux islamistes de se placer en ce moment en situation de victimes suite à son interdiction sur quelques plages. Ils vont encore tenter de faire croire que la France est un pays « islamophobe », en tombant dans la même rhétorique que les djihadistes, sans comprendre que le burkini choque toute personne attachée à l’égalité homme-femme.
Tenter d’imposer le Burkini, c’est de la pure provocation d’un pays endeuillé suite à de multiples attentats islamistes sans aucun respect aux familles en deuil!
Le Burkini, sachez-le, est une invention frerosalafiste occidentale étrangère à l’islam!

Histoire

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 6 h 39 min
Image de prévisualisation YouTube

FERRAT

NUIT ET BROUILLARD

petite partie tirée de : Histoire des Arts

Jean Ferrat, sous son vrai nom : Jean Tenenbaum, est née le 26 décembre 1930 à Vaucresson et meurt le 13 mars 2010. Il est le fils d’un Juif russe naturalisé Français en 1928 et d’une Française née à Paris. Il a aussi trois frères et sœurs. Dans cette famille, la musique et le chant sont très appréciés. Jean témoigne : « Mon père et ma mère m’ont communiqué leur passion de la musique et du chant ». Durant l’été 1942, le père de Jean est séquestré au camp de Drancy, pour être ensuite déporté à Auschwitz le 30 septembre 1942, où il passera ses derniers jours. Jean est caché par des militants communistes, puis lui et sa famille vont se réfugiés en zone libre (il y reste 2ans). Jean commence la musique avec une troupe de comédiens au début des années 50’. Il aura un début difficile mais sa carrière de grand artiste se lancera finalement en 1961 grâce à la sortie de son premier 33 tours : « Deux enfants au soleil », qui reçoit le prix de la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique). Cette société est contrôlé par l’Etat et gère les droits d’auteurs).
Jean Ferrat écrit Nuit et Brouillard en mémoire pour son père et tous les autres déportés, mort lorsque Jean avait 12 ans.

 

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus