Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 juin 2014

13 juin 2014

Question de vi…ce ?

Classé dans : Allergique hic !,Genre mauvais genre — eructeuse @ 11 h 03 min

VENDREDI 13

 

Questions existentialistes ou potins du bas des reins ?

M’enfin tout ça c’est très vilain !


Brum brum, tout de go go dans ta petite auto mon joli blaireau, est-ce que ton doigt qui fait la grève du clignotant clic clic, est le même doigt, brume brume, qui ne clique clique jamais sur le clitoris de ton amie ?

Quand ton bourrin carbure dans tes reins et qu’tu voudrais qu’il mette un frein à son entrain, est-ce que tu te chantes « rien n’est plus beau que les mains d’un homme dans le conduit ? »

Vous avez dit misère sexuelle ?

En bas

Si tu simules c’est pas que t’aime plus ton jules c’est qu’en bonne mule tu penses à ta liste de commission, ta lessive à étendre, et l’escalier à balayer, le temps t’est compté douce douce cendrillon qui ne veut pas passer pour une souillon aux yeux des bonnes copines, ces sœurs de misère à qui tu pourras raconter ta pauvre condition …

En haut

Si tu simules c’est pas que tu n’aimes pas ton jules mais Dior ferme à 17 heures et Bécassine, ta meilleure amie, rêve du même petit tailleur que toi…et il est déjà moins vingt  ! Ah vite ce cri qui tue et te libère… c’est la carte bleue qui va chauffer !

Tout en haut

Dans le village des coqs, personne n’a encore battu Chichi ou DSK ? Président ou présidentiable insatiable qui dégainait, dit-on, plus vite que l’ouverture-éclair. Si l’un gardait ses chaussettes, l’autre son pantalon, le canon haut, pauvre Banon, le petit dernier en date gardait-il sa pince à vélo, oh pardon à scooter, dans la passion du moment ? On ne nous dit pas tout ! Alors closeur ?

L’autre

Classé dans : Certains de mes écrits 2014,Chut ! — eructeuse @ 8 h 20 min

Elle enfila son manteau de fatigue

ferma le donjon de sa maison

pria le ciel en achetant Marie-Claire

 qu’elle but  pub incluse  en un éclair

dans le wagon de son R E R

pria oui que cette vilaine Jeannine la laisserait tranquille.

Elle posa sur le comptoir poudrier et mélancolique pensée

rehaussa  sa mise en pli  décoinça spleen et string…

Qu’il est lourd  le manteau de victime  quand l’autre cette voleuse de vie, affiche  sans fard ni duplicité sa souriante frimousse  et encore et encore expose, dans la lumière  du jour, explose sa rayonnante joie de vie, d’une simplicité  simplement naturellement aimante…

La victime cachée sous  des couches de tromperie, pommadée gommée engoncée fagotée dans son costume pré-fabriqué, ne peut que constater encore que la Jeannine avait encore et encore ce matin de bonne heure, beauté point fanée…Démangée de questionner, la femme super surbookée super modernisée, se dit « demain oui demain je lui demanderai qu’elle est la recette de son teint à cette prétentieuse ! »

L’enfer c’est les autres…Sartre

Tu cherchais le fardeau le plus lourd et tu t’es trouvé… Brecht

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus