Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 12 juin 2014

12 juin 2014

LE VIEUX LION

Classé dans : Certains de mes écrits 2014,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 9 h 10 min

 

Saizar et Vulverte de Krize

 

Tragédie sectaire d’un siècle douceux

en trois actes

 

Résumé de l’acte I

 

Vulverte de Krize se frottait ardemment les mains -déjà des tâches brunes apparaissaient- tout en regardant son joli front blond dans le miroir de sa grande salle de bain, quand, tout d’un coup elle entendit venant de la cuisine, la phrase de Dieu son père à la radio, posée sur le frigo ! Un cri perçant sorti de ses entrailles , brisa la glace ! Sept ans de malheur vociféra la verte fureur !

Le papé du parti frénétique se grattait les couilles en tirant sur sa cigarette ! Il avait encore joué de sa belle langue nationale, on a les érections qu’on peut sourit-il, mais sa fille prise d’une crise d’herpès vulvaire vint lui tenir ce langage : « Père je vous somme de vous taire, il n’est point l’heure à cette heure où sonne mon triomphe, de briser la purification du parti, il suffit ! ». Heureusement un ami sortit de l’ombre et en bon avocat ami, prit la parole en publique et se gaussa t’envoyer le nouvel ennemi hors du champ du parti…Faut rassurer pour empêcher le parti de chuter, les médias se plièrent au jeu !

La tension était extrême !

Drapée dans sa toge de victime consentante offensée, Vulverte de Krize, tient à calmer sa carie de père en publique afin que le bon peuple sache que la patronne c’est bien elle et donc comme tout bon parent, elle punit la dite infraction. Mais dans cette jungle bouillonnante, le vieux lion n’avait point dit son dernier mot…

L’acte I finit sur une envolée lyrique osée, le fier soldat rugit:

« Point de retraite, à la guerre comme à la guerre, ma mie, de boulangerie hi hi ! »

ACTE II

 

Scène I

 

Ô fille ingrate tu oublies d’où je t’ai sortie !

Te crois tu maligne à émasculer ton père

qui t’a tout appris de sa guerre

 

il y a un temps pour tout mon père

votre combat de naguère a eu son heure de gloire

vous savez bien combien je vous vénère

je n’ai point perdu la mémoire

 

sauf votre respect mon divin père

l’alliance européenne avec notre FN

demande un tantinet votre silence père cher père

ma victoire est votre gloire entière mon cher père

 

Suffit ma fille je ne suis pas de bois

tu ne me crucifiera pas sur ta pâle croix

le parti c’est moi

ça va se passer comme ça

 

Le vieux lion quitta la scène, si on ne peut plus être le maître chez soi, alla chez les médias, ces inconditionnels friands de ses oraisons gazeuses…justifier ces belles citations.

Il fit la tournée des Gazettes du Soir, l’homme aux envolées fumeuses…expliqua qu’il était puni pour trop de précipitation…

A suivre …

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus