Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 11 juin 2014

11 juin 2014

LA CULTURE DE VALS

Classé dans : Allergique hic ! — eructeuse @ 11 h 45 min

a barbarie4

PARTAGEONS SANS MODERATION !

L’ECOLE DE LA VIE

Classé dans : Certains de mes écrits 2014 — eructeuse @ 10 h 25 min

Abruti ignare inculte gros bœuf

Dégage ta race pd de négro, pousse toi blancos, nique ta race, souchien, mange ta banane guenon, tiens prends ma civilisation dans ta gueule de sous race, je nique ta face de blanche-neige sale blanc esclavagiste, suce ma bite sale pute, sans oublier l’éternel fils de pute… le cri des sirènes est toujours une mise en scène, il pleut des entrailles des petits d’hommes de drôles noms d’oiseaux, cris de haine, sortis directement des burnes de l’obscurantisme de leurs parents, de la société qui a libéré délibérément la parole fascisante…

La montée du fascisme ? Ah parce qu’il était descendu ?

A longueur de manipulation historique tu es pris pour une bourrique, à longueur d’antenne tu es malaxé imbibé dirigé commandé à longueur d’élection t’es pris pour un con, la seule chose que le capitalisme libère c’est ta frustration qu’il génère pour faire de toi une gentille marionnette consommatrice…-Le FN, l’idiot utile du capitalisme est le bien venu-…il arrive même à te faire détester une des portes les plus utiles : l’école et te faire cracher sur le savoir…Tout est en place la société in-égalitariste peut perdurer la descendance est muselée cadenassée dans les rails pré sélectionnés selon l’origine sociale non négociable, l’ascenseur social est un joli mirage aux alouettes !

Le savoir, vindiou quelle saleté quelle puanteur toi tu sais tout de ta bite de père en fils, tu bites donc tu sais, alors Descartes tu lui niques sa face, tu lui pisses à la raie…et toi fille, genre sous humain, c’est sûr que te faire te battre pour porter une jupe c’est plus important que de t’embêter avec un savoir qui te sortirait de ton futur devoir de bonniche à temps complet, à la niche ma biche !

Savoir, la connaissance de soi, ta gueule, bouffon, j’m'connais si tu me regardes dans les yeux je t’éclate !

De cagoules blanches en cagoules noires de cagoule en cagoule l’homme se fait le héros de ses turpitudes de ses névroses de sa tribu de sa famille de sa race et emmène avec lui ce qu’il considère comme son bien : l’enfant !

La connaissance de soi , ah pas de gros mots salope, garage à bites, chienne !

L’obscurantisme a la couleur de son ignorance !

C’est qu’elle est dangereuse cette salope de connaissance !

Avoir l’esprit critique, se poser des questions, faire l’analyse de ses acquisitions, tirer des leçons d’expériences heureuses ou malheureuses, quel dangereux terroriste voilà !

Penser par soi-même n’est pas convenable c’est pour cela que les possédants veulent sortir l’enfant de l’école à quatorze ans, faut surtout pas qu’il accède à la philosophie !

La connaissance de soi quel bel outil ?

Tu tires le fruit de ta réflexion tu es juge et partie, tu te questionnes, raisonnes, il habite en ton cœur une vérité tienne que tu ne confonds pas avec celle de ton voisin qui n’est pas un autre toi même c’est certain mais tu apprends qu’il est de ta famille humaine qu’il n’y a qu’une race que l’homme est son propre ennemi que oui des hommes t’ont menti que ta liberté est au fond de toi…qu’apprendre de soi c’est apprendre à vivre à coté des autres, avec les autres, que l’école est un outil à ne pas négliger, c’est de ton savoir que tu construis ta liberté !

L’école, l’école ouverte sur la vie..

L’école de la vie …

Dans sa campagne, sur le chemin de l’école, l’écolière suivait le papillon, s’arrêtait sur le pont, allait vite fait dans le lavoir, puis respirait l’herbe mouillée d’une belle rosée, attendait sa copine, écoutait le chant des oiseaux…

La bonne cire des parquets prenait le nez en arrivant, l’encrier se remplissait, la plume vibrait, la maîtresse parlait, les doigts se levaient… L’école est notre bien commun… votre bien !

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus