Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 juin 2014

9 juin 2014

PÂTE A MODELER

Fais ci fais ça achète ci achète ça vote ci vote ça visite ci visite ça porte ci porte ça aime ci aime ça 

Pense à toi mais fais comme je dis et tous les jours de la semaine

pense par toi mais après moi

cours vis jouis avec mes belles pompes mes beaux rêves mes belles plantes que tu trouveras dans mes médias ma presse à moi 

Que des bons conseilleurs toujours promptes à  dicter énoncer donner le fruit de leur vérité 

tout fonctionne comme ça et on se repasse le mot de télé en presse, de gourous en madame je sais tout, de politiciens en saints, c’est divin la certitude quelle plénitude !

La voie est tracée ta voie est comptée

tes petits sous engrainés dans le coffre des banquiers

Ah la belle floraison moissonnée…

Tant de  conseils dirigés vantés de ci de là en pensée en prose qui se dit diversifiée

un roi est chassé mais il règne une unique pensée

pense ci pense ça  oublie ci oublie ça pardonne ci pardonne ça 

et toi bonne pâte à modeler tu reprends le refrain

tu pries tu bosses tu te reproduis tu consommes tu consommes tu consommes tu fais ce qu’on te dit

tu te sens fort tu te sens fin

tu penses avoir accédé à l’auge de tes mentors, tu suces les miettes du pouvoir, tu penses exister tu parais être dans le train des possédants, on t’a tant dit que le bonheur siège là !

La boucle est bouclée la servitude peut perdurer.

Mais ce que tu ne sais pas ou refuse de savoir c’est que le pouvoir et ses possédants ne partagent pas ! En bonne pâte à modeler serais-tu manipulé ?

aa aEST FANATIKE ALBERT JACQUA

Monsieur Albert Jacquard se déplaçait dans les écoles, ce qui me valut le bonheur de l’entendre….

LE MOT FATAL

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 9 h 54 min

Papy claironne, il joue dans le petit espace, bien délimité  que sa descendance lui laisse encore utiliser. Il bougonne que le lion c’est lui les bases c’est lui le parti c’est lui, non non il ne pense pas que ça fille soit bouffonne mais c’est bien lui qui l’a défendue, bien obligé quand elle fut si lamentable face au socialo-communard Mélenchard !

Entre mémoire devoir savoir il est tout barbouillé, il est tout torturé, c’est insupportable ce refus de ces paroles, il est l’âme du fourreau, le fer de lance, il hait la rumeur qui court il est le mot brutal celui qui montre sa face il n’aime pas ce jeu de cache que sa fille lui impose, c’est insupportable ce déni, il est le bourreau qui plante le mot comme il faut, la petite oublie d’où elle vient sans lui elle n’est rien,  le parti c’est lui, elle est sa réplique, elle n’a guerre fait pas mieux qu’en 2002…

S’en est trop, il étouffe, il a besoin de son air, et de ses paroles ! « Comment qu’elle croit la petite que j’ai monté mon parti ? Mes mots  (comme la pointe de mon couteau SS, perdu un soir de torture), sont fascistes, moi j’aime me frotter à la chienlit !  Ce n’est point fauter que de jouer avec mes mots,  que de cibler mon ennemi intérieur. Oui bon c’est vrai que l’erreur c’est de le dire publiquement. Marine purifie le parti en surface et ne veut pas perdre la face qu’elle s’évertue à lisser avec ses amis des magazines, ah le bon parfum qu’ils distillent … mais comble de l’horreur, je dois me taire, ils veulent me virer moi, qui est tout fait, ça va pas se passer comme ça ! »

Oh Papy compterait-il faire de la résistance ?

Ah le mot fatal ! 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus