Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

23 juin 2017

Jouissance jouissance

Classé dans : Mes écrits 2017 — eructeuse @ 9 h 58 min

Pourquoi se faire du mal avec ce qui ne dépend pas de nous ? Franchement franchement je ne citerai ni Descartes ni d’autres illustres penseurs… sur ce sujet, je ne suis pas plus bref dans ce genre de délires, le mien c’est de me faire du bien avec mon nouveau roman ! Je travaille moins qu’avant c’est sûr, fini les douze heures de boulot entrecoupées de pauses mais je m’adapte à mes pesteuses de chieuses de maladies auto-immunes, mille sabords, et arrive à écrire quelques heures et là avec la canicule c’était pas coton ! Bon jouissance jouissance j’ai fait la première de couverture et elle m’enchante… Le titre fignolé est implanté olé ! Je baigne dans la dopamine… mon roman est clin d’œil… les voix les voies sont multiples… à plus c’était juste un coucou bisous !

61556_635360523156401_94246950_n

19 juin 2017

Je pose mes mots

Classé dans : Va chemine va trottine — eructeuse @ 10 h 24 min

à plus tard

IMG_20161025_093813

clin d'oeil

amour12

Blog en pause…

18 juin 2017

ET UN DOIGT DE PLAISIR

Classé dans : Mes écrits 2017,Mes livres — eructeuse @ 6 h 25 min

Sortie de mon lit de bonne heure je fais une pause après trois heures d’écriture ! Ainsi me voilà vraiment partie dans la réalisation d’un nouveau roman dont je ne vous livre que le titre : LE ROMAN DE SA VIE. Pour tous mes livres ce fut identique je trouve le titre dès la première page encrée ! Il me faut le titre pour écrire dès le départ; j’aime ce moment où les mots fusent, j’adore ce temps de construction d’organisation où se mêlent mon imagination  et ce que je souhaite délivrer à travers mon récit… en sachant que tout au long de mon cheminement il y a des ajustements etc etc etc excès terrienne…

Entre le stylo et le clavier l’imagination circule… c’est parti pour deux ans de travail et ce matin j’avais des idées pour l’image de ma première de couverture; en plus j’ai un soutien qui me motive, il me demande tous les jours si j’ai travaillé sur mon livre… ma roudoudoute d’amour…

Écrire c’est du plaisir…

Allez la pause est finie bon dimanche à tous et toutes

17 juin 2017

ALTERNATIVE

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 8 h 00 min

Va te masturber le gaufrier* avec cette alternative : voter pour la France d’ancien régime ou la France de Vichy ?

Aqueuse perspective ? T’inquiète bientôt même si tu bourres les urnes tu vas l’avoir sec dans le fond du fond de tes bourses  gentil pauvre et causette docilisés !

* le calfon le hublot la gérémieuse

Tiens en parlant de propre

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 7 h 40 min

Je réitère ma propre prose : avec ou sans savon de Marseille, le propre de l’Homme c’est chacun sa merde !

Ah c’est du propre

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 7 h 33 min

Quelle est la différence entre un (ou une) donneur de leçons et un (ou une) lanceur d’alertes ?

Le donneur offre sa leçon pour que tu adhères au parti de ses thèses.

Le lanceur transmet des infos pour que tu te fasses ta propre opinion.

Le propre de la saleté ce n’est pas d’éclairer !

16 juin 2017

L’alpiniste de raison

Troisième semaine sans ascenseur je reste dans mes hauteurs

la vie est un long fleuve perché !

SE DONNER EN SPECTACLE

Classé dans : Hi ronde d'ailes,Mes écrits 2017 — eructeuse @ 6 h 51 min

SE DONNER EN SPECTACLE

 « Au fond du fond de mon ton j’affirme qu’écrire c’est se donner en spectacle !

-Comment tu fais ton spectacle et tu fais mal ta promotion ! réplique tout sourire Idiotaime à son amie… »

Et voilà La Bougresse partie dans son épopée de babilleuse en ce temps précis : « Écrire n’est pas un métier comme être mère même si une pluie de poncifs s’abat journellement dans la presse à con fesses, par contre éditeur, libraire, c’est un métier, et si la France c’est le pays des diplômes, il s’avère qu’un marchand de jambon avec du fric peut créer sa maison d’édition «  Viandez viandez chez moué » et la casse sans compétence placée sous la caisse enregistreuse… Je ne veux pas dire qu’on n’est que dalle sans diplôme loin de moi cette affirmation mais c’est un fait que le fric a fait un bon nombre de bon à rien à la tête d’empire pas besoin de demander de dessiner un Dassault… Être formé est un luxe en France et bons nombres de formations doivent être réglées par celui qui s’inscrit… on est toujours bien dans un pays de privilégiés où la fortune est non seulement signe de pouvoir mais aussi signe de réussite ! Quand on pense qu’en 2017 un employé de la finance, attention diplômé -oui papa et maman et maîtresse l’ont bien entouré avec bon grain et bon livret d’acteur- se fait élire en prédisent avec malice que la France sous son bagou empirique déifié par des médias fantatisés, fera de nous des milliardaires… Au secours Lagardère ! Donc quittons ces moutons et revenons à un des points de mon récit ! Je finis sur ce constat d’une réalité criée : T’es pauvre pas de diplôme t’es précaire, t’es riche pas de diplôme le fric familial t’offre et la terre et le boulot qu’il te faut ! On est loin de la belle pensée qui voulait faire de tout citoyen un être cultivé savant lui ouvrant à la sortie des écoles la porte du travail… liberté égalité friquées… Mais un diplôme est-il vraiment signe de compétences…

« Ah là là où tu vas ma douce là ! Dis ma mie et si tu revenais sur le fond du fond de ton ton là ?

-Oui tu as raison mon ami !

-Écrire c’est faire son show avec les mots de sa salive encrée multicolorée c’est donner un concert avec la musique de sa vie, de moments magiques, c’est chanter les accords et désaccords de passions personnelles universelles c’est se lover entre deux couvertures pour offrir au lecteur du plaisir, écrire c’est un spectacle que tu livres dans le secret de tes tourmentes que tu domptes ou pas, écrire c’est monter un spectacle mettant ton cœur ta foi ta raison sur des mots en sons énoncés… !

-Hé bien que le spectacle commence, répond conquis Idiotaime, je vais lire Le commerce des mots, je t’embrasse ma mie… » Comme le dit ce visiteur d’un soir, un peintre sublime :  « Je vais lire ton roman le commerce des mots dont la couverture est d’un esthétisme absolu…et m’interpelle sur sa beauté et la dureté qui semble habiter ton livre… »

 Le spectacle est lancé et la babilleuse fredonne « Au gué vive la Rose… merci mes amis…

 

15 juin 2017

Est-ce que l’ostracisme littéraire existe ?

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 9 h 50 min

Mais bien sûr !

Poussée par des personnes chères j’ai fait une démarche qui en fait n’est pas du tout de mon goût (trahir ses fondamentaux c’est pas beau), je ne suis rendue un jour chez un « éditeur » ! Je lui avais donné l’adresse de mes blogs quand je suis arrivée il m’a dit : « Si vous étiez loin je vous aurais dit de ne pas venir… » Vindiou et il me dit qu’il va éditer un livre sur une religieuse pour sûr que c’est pô moi ! lol c’est clair vindiou je ne fus pas surprise et je me suis dit que j’étais encore en accord avec moi-même l’éditeur est un patron…Un patron et un comptable logique c’est lui qui finance et le livre doit être rentable… et répondre à une attente ou se faire plaisir comme publier un ami une cousine etc…

Je fus fort respectueuse car ça ne servait à rien de dire le fond de ma pensée face à quelqu’un qui vous fait comprendre que le talent ce n’est pas le problème… Le problème c’est vendre… et c’est logique… Respectueuse mais pas sans humour comme lorsque j’ai récupéré mes livres dans une librairie qui les avait mis derrière d’autres livres mes invisibles, en  remerciant ces chères dames de m’avoir offert un coin… Mais pourquoi prendre mes ouvrages si c’était pour les cacher et ne même plus savoir où ils étaient pour me les rendre quand je suis passée les reprendre, faisais-je tâche ? Logique de vente encore une fois… Brasser le vent de ce qui se vend dans l’air du temps… Il faut se rendre à l’évidence vendre ses livres relève du parcours du combattant, et il reste bien sûr internet… le but étant de s’autofinancer pour pouvoir sortir le roman suivant… Sans oublier qu’écrire c’est se faire plaisir et offrir ce plaisir…

Oui l’ostracisme littéraire existe mais cela n’empêche pas d’écrire et j’annonce tout de go que mon roman « Adouceline l’Ogresse Enchanteresse » mon roman de science-fiction, sortira foi d’animal ficelé à la sauce éructeuse avec encore beaucoup d’humour, vindiou une féministe irréductible en plus rigolote et reconnue en plume ah vilaine cocotte !

En attendant je remercie le centre culturel du Leclerc de Villeneuve sur Lot et le Tabac presse Le Vizir qui vendent mes livres !

FEMME DE SERVICE

Classé dans : Chut !,Ecrichienne,Féministe vindiou pour sûr ! — eructeuse @ 8 h 07 min

Cette appellation ça choque quelqu’un ?

Service et vice compris t’as compris !

Madame doit lustrer des sols aux plafonds ben quoi Dieu a dit « tu es au service de ton mari » et ton mari c’est ton patron idem dans notre belle société patriarcale, dîtes-moi pourquoi il n’y a pas d’homme-pipi ?

Ah oh eh hi !

Ben quoi le pipi c’est pour les pisseuses et comme me dit un mec, le jour où je faisais un exposé sur le livre de Simone Beauvoir « LE DEUXIÈME SEXE » (un jour de lutte dans mon lycée oui lors des grèves nous faisions des colloques) « Je ne me vois pas mettre les mains dans la merde » lors du débat qui suivit ! je lui ai répondu : « Ah parce que les miennes sont faites pour ça ? » Toute l’assemblée a éclaté de rire… Il y en a encore quelques uns pour penser que c’est le boulot des femmes de nettoyer la merde… ça ne vous rappelle pas dans l’ex URSS la promo des femmes éboueuses : t’es l’égale de l’homme enfin ! En parlant d’éboueur ceux qui ramassent la merde des autres mériteraient bien un gros salaire vu la prise de risques à respirer nos pollutions ! Merde à cette société ! 

12345...189
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus