Victoryne Moqkeuz alias La Bordczyk

pique et pique et décolle grave

6 décembre 2016

LES OUTILS INCONTOURNABLES

Chaque élection nous enseigne qu’il faut savoir se munir d’outils de confort pour affronter ce dur moment !

nous avons connu la

pince-a-linge

En cette période bio intensive tout a été prévu pour notre divin confort :

fleur d'anus

mais il reste d’irréductibles gaulois qui ne font pas dans la dentelle :

battoir2

Que la force de la raison soit avec vous !

 

battoir

L’oeil de la vérité

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 4 h 08 min

 » Regarder la vie avec l’oeil d’un pauvre, c’est avoir la sûreté de ne pas se tromper dans les choix que l’on fait. »

De qui est cette phrase ?

1) L’abbé Pierre

2) Un homme en campagne électorale

3) Jésus

5 décembre 2016

Vindiou mais c’est bien sûr ?

En pleine mode du « je sais ce qu’il y a dans ta tête mieux que toi», en fait un peu de vieux puisque c’était le mode de fonctionnement des freudiens, on a aussi une vague de psychologie à la petite semaine avec le grand savoir des spécialistes du silence, de la gestuelle, du bon côté de ta raie et de ta mèche, de ton choix d’être chauve et même de ta taille que tu as récolté par d’odieux gênes !  Je suis pliée de rire ? Pas vraiment !
Disséqué le rictus ?
Analysé le sourcil trop épais ?
Brûlé sur le bûcher de l’intolérance, le silence outrancier ? Le poète se tait quelle violence habite son âme ? Je sais je sais dit l’observateur de l’observation du silence :  il a le silence en coin qu’on lui coupe la tête !
Je rirais si je n’avais les lèvres gercées ah gercées peut-être ai-je trop sucé ?
Après les diseuses de bonnes aventures, les décortiqueurs de silence, le charlatanisme a de beaux jours devant lui.

Le poète a exposé son silence il sera exécuté !

Les sens des mots

Vieil article de 2014 toujours bien actuel ! C’est  un  texte que j’ai fait, suite à ce que j’ai découvert sur ce qui se passe dans des entreprises pour soit disant cerner le personnel et surtout le manipuler des gens qui analysent vos comportements et vos silences   : esclaves à table !

Allo allo la communication a été coupée…

Dans le fil de la communication quelle part tient de la projection, de l’attente, de l’émotion, de la peur du conflit, ai-je bien reçu le message et le mien est-il audible…

Dans mon échange mes débats je cherche à vaincre ou a convaincre ?

Se situer pour exister si je débats c’est donc que je suis ou est-ce que je me débats, le combat est-il toujours contre moi-même ?

Se lancer à corps perdu dans un échange sans arrière pensée fait que quelques fois dans un passé lointain, je ne m’étais pas rendu compte que mon interlocuteur me manipulait, c’est un autre écoutant qui me traduisit la chose… la naïveté ou la bêtise de ma spontanéité…écouter…

Écouter est-ce entendre entendre est-ce comprendre, y a-t-il un gagnant un perdant dans la communication ? Entendre mal entendre malentendus, supputer supposer , chercher des intentions cachées derrière les phrases, comme une caméra cachée qui veut entrer dans l’inconscient de l’autre, mais dans quel but ? Pour le connaitre le comprendre échanger discuter établir une relation ? N’est-ce pas une infraction?

Allo toc toc je veux entrer, je m’introduis de force, force devient raison… L’homme disséqué de son vivant pour mieux le manipuler ?

Quand le langage suspend ses mots, l’absence de langage peut-il être une communication ? Peut-on codifier les silences ?

Serge Tisseron rappelle que le secret permet à chacun de protéger son identité profonde des intrusions de l’environnement. Il est la première condition à la possibilité de penser par soi-même et pour soi-même.

Décoder l’autre dans cette société mercantile, est-ce une manipulation, pour mieux faire passer ses propres codes ? Convaincre te vaincre pour te faire consommer ? Ma vulnérabilité, ta puissance…Quel pouvoir est en jeu ? Et jouir du dernier mot, quelle toute puissance ?

« Tout est langage » nous dit Francoise dolto 2002, parler c’est bien se dévoiler ?

Extrait :  » Il me paraît qu’un travail comme celui-ci éclaire, mieux que les écrits théoriques, beaucoup de personnes engagées dans le travail social avec des jeunes en situations difficiles. J’espère faire comprendre ainsi le rôle du « parler vrai », le vrai tel que ces adultes le communiquent à des enfants qui, non seulement le désirent inconsciemment, mais ont besoin de la vérité et y ont droit, même si leur désir conscient lorsqu’ils s’expriment en paroles, à l’invitation des adultes, préfère le silence trompeur qui génère l’angoisse, à la vérité, souvent douloureuse à entendre mais qui, si elle est parlée et dite de part et d’autre, permet au sujet de s’en construire et de s’en humaniser. « 

L’éditeur :Françoise Dolto affirme ici la nécessité en toutes circonstances – le divorce, la mort, la circoncision, l’adolescence, l’adoption, etc. – du parler à l’enfant : c’est souvent jusque dans et par son corps que l’enfant exprime ce qu’il ne peut parfois signifier autrement.

Le parler vrai…

Vérité « aletheia » mot grec qui désigne «  le fait de ne pas se cacher », dévoilement…

Et quand les mots se cachent…

Dire ou ne pas dire, voilà ce que nous en dit ( partiellement) Jacques Salomé :

Tout d’abord il y a une distinction à faire entre le “ non-dit ” et le ne “ pas dire ”. Dans le non-dit, il n’y a pas de choix ; quelque chose s’impose ; le risque de dire reste trop lourd et enferme dans le silence. Dans le ne pas dire, il y a un choix délibéré, assumé, de garder dans l’intimité, dans son jardin secret, quelque chose qui nous appartient. Un des non-dits les plus perturbants, le secret des secrets, concerne surtout les secrets de famille. Il existe un secret de famille, à deux ou trois générations près, dans toutes les familles. Ils tournent autour de quatre ou cinq événements, à savoir : l’inceste et les abus sexuels (par un parent proche), le mystère des origines (par qui ai-je été conçu ?), l’argent (détournements, vols), la folie et, actuellement, la honte des difficultés liées au chômage (on peut cacher durant quelques mois qu’on ne travaille plus…).

 Cependant, entre le ne pas dire, qui est un choix délibéré de garder ou protéger une information, et le non-dit qui est une contrainte où se jouent, à la fois, le désir de dire ou de connaître, la peur de savoir et de révéler, il existe tout un champ d’expression possible pour partager l’essentiel avec les personnes les plus significatives de notre vie...

 le non dire signe de notre intimité de notre liberté…

« Entre secret et sous-entendu, le non-dit est par nature insaisissable, indéfinissable. Convention tacite, système de défense, mais aussi espace de liberté et dialogue intérieur, il est la réponse que chacun d’entre nous apporte aux mille situations de l’existence, l’expression de l’émotion dans ce qu’elle a de plus immédiat, bref, la vie même« . Énoncé de Claude Olievenstein dans le « non-dit des émotions ».

voici un article interpellant sur MEN SANA du docteur Jean Desclin :

SELON QUI LES DIT ET QUI LES ENTEND, LES MOTS CHANGENT DE SENS. Il en va de même des silences entre les mots, silences auxquels certains qui les écoutent substituent des mots qu’ils choisissent, inventions personnelles tirées de leur imagination.

« Je pensais à ces choses comme je lisais la psychanalyse de Freud; ce n’est qu’un art de deviner ce qui n’est point. »
Alain, Propos « Signes ambigus », 17 juillet 1922

Une locution qui leur est chère revient fort souvent dans la bouche et sous la plume de nos professionnels de la « santé mentale »: c’est le « non-dit« . Cette expression est passée dans le langage courant, elle est « à la mode ».

Par exemple, le psychothérapeute, écoutant les récits, fantasmes et délires de son patient, nous affirme assez souvent: « Ce n’est pas ce que le patient nous dit qui importe vraiment; en réalité, l’important est dans le non-dit« . D’autres parfois, qui se croient médecins parce qu’ils récitent, avec assurance mais ignorance et sans trop réfléchir, l’un ou l’autre lieu commun, ragot habillé de jargon de métier, nous assènent que: « parmi les caractéristiques de la schizophrénie, on trouve une extrême sensibilité à ce qui est dit, et surtout non-dit… ». Non seulement c’est faux, mais plus exactement c’est dépourvu de sens (ce n’est peut-être pas un hasard). Les textes et discours de « psys » fournissent assez d’exemples de cet abus de langage pour n’avoir pas à vous en infliger encore des exemples supplémentaires.

D’après le dictionnaire « Le Petit Robert » (édition de 1994), ces deux mots réunis en sont devenus un seul qui a acquis droit de cité dans la langue vers 1980. Ce couple de mots d’abord dépourvus tant d’existence que de substance réelles est désormais devenu un substantif à part entière et a trouvé place dans le dictionnaire. Ce dernier en donne la définition suivante: Ce qui n’est pas dit, [ce qui] reste caché dans le discours de quelqu’un. Voilà une définition qui est bien la fille de son siècle, elle sent à plein nez la méfiance systématique et morbide, la suspicion, elle mène à la délation, voire aux procès politiques de pays totalitaires, le MacCarthysme, etc., la liste de ces relents est loin d’être close.

En réalité, selon les circonstances et ceux qui en parlent, il y a une grande diversité de « non-dit(s)« . Par conséquent, sous une apparence souvent bénigne, l’expression de « non-dit » peut se révéler soit insipide, soit très perverse. Elle autorise et banalise toutes les méprises, mais aussi toutes les insinuations. Et le grand public profane d’une part, les « professionnels » d’autre part, s’ils ne prennent pas la précaution d’en préciser explicitement la signification avant de s’en servir, lui attribueront à coup sûr des sens fort divers qui seront à l’origine de malentendus inextricables.

D’un côté, on pourrait donner au « non-dit » une signification commune et générale, plutôt anodine: habituellement, pour vous et moi, pauvres naïfs et crédules de bonne foi que nous sommes, ce ne serait qu’un silence de signification neutre et banale, une absence de mots n’attirant pas spécialement notre attention, car il aurait fallu, pour y prêter attention, que, déjà, d’avance, nous guettions la présence de ces mots attendus, que leur absence nous surprenne et déçoive notre attente. Dans ce dernier cas cependant, posons-nous cette question: sur quoi notre attente serait-elle alors fondée, sinon sur une sorte de procès d’intention monté par notre propre imagination?

D’un autre côté, au contraire, en lui attribuant un contenu supposé, imaginaire (mais ne devant certainement rien au hasard) , on pourra faire du « non-dit » un outil interprétatif toujours dangereux parce que par nature irréfutable. Psychologiquement orienté, tendancieux, compatible avec toutes les interprétations, le « non-dit » ainsi inventé (tel un silence artistement peuplé de sous-entendus éloquents pour celui seul qui prétend savoir les entendre et les comprendre) permet d’échafauder tous les procès d’intention qu’on voudra. Le plus souvent l’interlocuteur du moment, faisant désormais figure d’accusé, ne pourra s’en défendre efficacement: en effet, on le condamnera sur la base de ce qu’il n’aura pas dit (implicitement: qu’il se refusait à dire, mais qu’il aurait dû reconnaître et avouer).

Comment pourrions-nous, très généralement décrire, en d’autres mots, les différentes variétés possibles de « non-dit« , pour en montrer, selon les cas, peut-être parfois l’innocence véritable, c’est-à-dire la vacuité, mais bien plus souvent encore, l’absurdité, voire le mensonge délibéré sous prétexte de subtilité et d’ingéniosité?

En première approximation, constatons qu’au sein d’un discours constitué d’une succession de mots distincts formant des phrases, elles-mêmes représentant des idées, des opinions, des sentiments, le « non-dit » est tout ce qui a, ou pourrait avoir, un rapport, plus ou moins direct, avec ces idées, opinions, sentiments, etc., mais que l’orateur n’a pas prononcé sous forme de mots audibles. C’est donc « tout ce qui n’est pas exprimé » très explicitement, mais dont la définition du dictionnaire postule, en prime, la dissimulation.

Pour une majorité des gens honnêtes et « sensés », dont j’ose espérer faire partie et à qui je m’adresse, le « non-dit » est tout simplement ce qui n’est pas dit, précisément parce que ce serait sans rapport avec ce dont on parle et que, justement à cause de cela, on n’a aucune raison valable d’en parler sur le moment ni, a fortiori, de même y penser. D’ailleurs, pourquoi et comment parlerait-on de ce à quoi on ne pense pas? Car penser, n’est-ce pas aussi une manière un peu particulière de se parler à soi-même (dans son « for intérieur »), même si ce n’est pas nécessairement en mots? Et si on ne pense pas à autre chose que ce qu’on dit (et se dit), pourquoi faudrait-il toujours et automatiquement en chercher la raison dans la dissimulation? Si j’entre dans une boulangerie pour y acheter de la farine, la boulangère imagine-t-elle nécessairement que je lui cache pourquoi je ne lui parle pas du pain ni de la levure qu’elle ne demanderait pas mieux que de me vendre, mais dont il se trouve que je n’y pense pas car je n’en ai pas besoin aujourd’hui ?

Un autre exemple de « non-dit » est plus plausible. C’est le discours que le politicien tient aujourd’hui devant nous, qui ne mentionne surtout pas le discours qu’il tenait hier, sur le même sujet, devant un autre auditoire, car ce qu’il disait alors contredit clairement ce qu’il prétend maintenant. Replacé dans le discours d’aujourd’hui, celui d’hier peut effectivement être appelé du « non-dit« .
Dans la même veine, le discours farci de circonlocutions que nous tient le psychiatre à qui nous demandons le diagnostic de l’affection pour laquelle nous lui avons adressé notre enfant, ce discours peut, lui aussi, recéler de multiples « non-dits« : ceux de son ignorance éventuelle, et ceux qu’ils ne veut pas dire mais qu’il confie au dossier médical écrit que la loi lui impose de tenir.
Dans ces deux exemples, l’existence et le contenu du « non-dit«  peuvent être prouvés, puisqu’il suffit, pour débusquer le « non-dit », de confronter deux discours accessibles, prétendument les mêmes, dans un cas celui du jour à celui de la veille, dans l’autre cas ce qui a été dit à ce qui est écrit, et constater les différences.

Mais si, dans une conversation, notre interlocuteur nous disait des choses évoquant pour nous des souvenirs personnels, dont nous saurions que lui-même ne pourrait avoir connaissance, nous viendrait-il à l’esprit d’appeler ces souvenirs le « non-dit » de notre interlocuteur, lui prêterions-nous nos propres souvenirs, simplement parce qu’il n’aurait pas prononcé (et comment l’aurait-il pu?) les mots que nous-mêmes aurions pu employer? Techniquement, pour nous, ces paroles non prononcées pourraient bien être du « non-dit« . Mais, puisque nous l’aurions nous-même fabriqué, ce serait notre  »non-dit« , pas celui de qui nous parle. Et, à la différence des deux exemples précédents, nous ne pourrions en trouver la preuve d’existence que dans notre imagination.

Et comment alors qualifierions-nous le fait d’attribuer d’autorité notre pensée, notre « non-dit » à la personne qui nous fait face, peut-être même en dépit de son incompréhension, de son étonnement, de ses dénégations, puis de son éventuelle indignation si nous lui en faisions part, si nous tentions de lui imposer notre version du « non-dit« ? Cela ne pourrait que ressembler fort à une démarche inquisitoriale produite par notre esprit morbide (et nous serions peut-être bien inspirés alors de prendre de longues vacances!)

Nous avons vu plus haut que, de toute évidence, une conversation – entre gens « sensés » et de bonne foi, s’entend – ne pouvait que rester muette sur l’infinité des sujets sans rapport avec l’objet de la conversation. Cette infinité de sujets passés sous silence, personne dans son bon sens ne devrait donc imaginer en faire du « non-dit » car, pour un seul mot prononcé, on devrait alors supposer tout un dictionnaire silencieux de « non-dits« , ce qui non seulement serait matériellement impossible (combien de temps devrait-on y passer?) mais serait aussi totalement absurde.
Eh! Bien, vous vous tromperiez si vous pensiez ainsi. En effet, là où vous ne voyez aucun rapport d’un sujet à un autre, de nombreux « psys » en ont imaginé, ils disent les avoir trouvés, certains sont même capables d’en trouver encore d’autres, impromptu, entre tout et n’importe quoi (depuis un certain Sigmund, tout est désormais permis dans ce domaine).
Par conséquent, ils sont capables de créer n’importe quel « non-dit » et, littéralement, de vous le « mettre sur le dos » (en avant pour les chasses aux sorcières et autres joyeusetés…).
Et une fois que vous l’avez « sur le dos » (sinon ailleurs…), il n’y a évidemment qu’eux pour vous en « décharger », c’est-à-dire vous « guérir ». Il paraît que ce serait « scientifique ». C’est en tous cas imparable car de l’ordre de la révélation et du dogme qui ne se discutent pas. Si ces procédés ne nous paraissent guère correspondre à une sincère volonté d’aider son prochain, ils sembleraient plutôt dénoter un profond mépris de la personne humaine et trahir l’indifférence à sa souffrance. Mais cela, bien sûr, c’est du « non-dit« .

4 décembre 2016

SE POSER

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 23 min

a ersen

Partir un jour sans retour

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 8 h 22 min

a  JAMES C CHRISTENSEN, US

Le repos c’est trop bon !

Classé dans : ça c'est ben vrai ! — eructeuse @ 8 h 17 min

a pandaa grenouille 6a noire

Aimer à trouver la raison

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 8 h 13 min

a dali

Partir dans ses pensées

Classé dans : Chut ! — eructeuse @ 8 h 10 min

1240391_731464246880269_1836781309_n

Prendre l’air du large

Classé dans : Art, vie et avis,Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 07 min

A BATEAU2

3 décembre 2016

Plus caca que le capitalisme : le marxisme !

Classé dans : Allergique hic ! — eructeuse @ 8 h 25 min

Ah je ris de de le voir si con connaisseur !

Fouillons les connaissances de Fillon : pour lui les universités Françaises sont des foyers de marxisme !

MDR PTDR il sort des fois de son château !

 

 

12345...145
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus