Victoryne Moqkeuz, mon anagramme

Caroline Bordczyk, mon pseudo d'auteure

22 septembre 2018

J’en ris encore !

péji

22 Septembre déjà six mois de passés

Classé dans : Hi ronde d'ailes — eructeuse @ 8 h 03 min

depuis mes 62 ans c’est drôle,  j’aime les 2 !  Quand j’étais jeune, j’achetais le parfum de la Femme d’Action ! En fait, je n’avais pas vu tout de suite, cette appellation, puisque le parfum, comme le melon, je le choisis au nez ! Là dessus j’aurais un texte à faire, mais là n’est point mon propos de ce jour, quoique on dit bien « je marche au feeling » ou « celui là je ne le sens pas » etc etc…

62 l’âge de ma retraite que j’aurais dû prendre à 55 ans puisque j’avais signé un contrat avec l’état ! Hou la vilaine fonctionnaire !

Ça aussi c’est  à mettre dans le cahier des charges ! Je passe !

Suite à une action citoyenne en juillet dans ma résidence sociale, puisque j’ai écrit au maire, à la communauté de communes et au bailleur, je me suis démenée pour que tous aient l’info,  action qui a presque totalement abouti…  la Feuille, journal local, genre Canard Enchaîné, a publié et fait un article sur cette action… Pas mise ici, le journal ne permettant pas le droit de reproduire ses articles… Ça fait chaud au cœur quand on vient sonner à votre porte pour vous remercier… D’ailleurs j’envoie ce jour, le journal à un ami ! Donc je me suis rapprochée d’une dame, qui hier m’a parlé d’elle et de son mari qui était un passionné de rugby à 13… Elle me raconte quand ils allaient au stade, mais pas celui d’aujourd’hui ! Waouh quel enthousiasme ! J’en étais baba ! Cela a fait tilt  dans ma tête et chaud à mon cœur ! Et cela m’a donné une idée ! Un projet s’est mis en place et cette idée de faire du lien, j’en avais déjà parlé à un ami du rugby, lors d’un repas au club house… J’en parle aux jeunes (mon deuxième fils et sa chérie) quand je reviens !

Ça bouillonne grave dans le bocal, c’est un signe chez moi, PTDR, je fouille dans mes papiers de rugby quand j’étais bénévole et au comité directeur, vole vers le téléphone puis l’appelle, ainsi qu’un autre ami…! Il est partant, je suis super contente !

C’est un gros projet, qui va demander beaucoup de déplacements, de temps, je vais me trouver du matériel approprié pour les interviews et des logiciels… et des tas de conseils…

Ciel quelle affaire, c’est fou comme je m’affaire vite quand le cœur et le carafon chantent ensemble !…

Il y a de nombreux contacts à prendre, le cerveau chauffe, bien sûr avec l’avis des présidents du club. Mon correspondant leur en parle ce mardi qui vient ! Etc etc…

Je me suis fixée deux ans… Mon plan de travail veut sortir de ma tête, « allez occupe-toi de moi ! ». Demain ! Je file à la dépêche pour contacter quelqu’un, bref, l’idée est lancée voilà !

Je m’étais dit que je ne pouvais pas finir d’écrire comme cela, moi qui rêvais de devenir journaliste à une époque où les rêves bouillonnent au fond de soi…

C’est ainsi que j’ai traversé la rue ! Pliée de rire, et suis allée parler à mon voisin, (qui était en fac de droit), pour lui demander des infos pour devenir journaliste ! Il sortait de sa voiture, je lui dis : « Tu pourrais passer à la maison, je sais que tu fais du droit, je voudrais te poser des questions sur le journalisme, il était éberlué… sourire ! Il est resté planté au milieu de la rue, comme s’il avait reçu une douche sur la tête !  Et devinez quoi, ce footballeur que j’ignorais quand il venait faire des tirs avec son frère, comme par hasard* quand moi je tournais autour du terrain de foot lors de mon échauffement, je suivais rigoureusement le programme de mes entrainements d’athlé. (Le sport c’est l’école de la discipline).  Or donc, quand j’arrivais devant la cage, je me disais pourvu que je ne prenne pas le ballon dans les jambes, ben oui quoi, c’était l’outil de ma passion ! Il peut pas venir un autre jour !

* le hasard résidait dans la maison de sa grand-mère jouxtant le stade !

Il était venu un jour, sonner à la maison, pour m’apporter des disques de jazz, (je n’avais rien demandé ! ) alors qu’il était en terminal avec ma sœur, ma mère était pliée de rire, (il n’y avait que moi la naïve pour ne pas voir qu’il en pinçait pour moi !) est, était, le père de mon fils aîné ! Paix à son âme !

Vive le sport !

21 septembre 2018

LE GOUROUGOUROU DE MYNOÛS

Classé dans : ça décoiffe !,Mes écrits 2018 — eructeuse @ 7 h 58 min

Le Gourougourou de Mynoûs cocoricotte savamment dans sa salle à manger où se tient sa conférence sur LA GUÉRISON INSTANTANÉE… Il annonce qu’il est allé partout dans le monde dont un petit village perdu dans une région de Chine, tirer des leçons pour renforcer son art qui lui vint d’une ancêtre en ligne directe, crucifiée, brûlée sur l’autel de l’intolérance… On entend : « Son tel ! Son tel ! » Un film est  projeté où on le voit en action dans ses œuvres… Il faut bien justifié le prix de l’entrée !

On entend des « oh des hi », des soupirs, des frissons circulent sur des êtres aux yeux éblouis ! « Mince j’ai chauffé grave la salle ! Super ce public : Fermez les yeux ! Sentez le pouvoir de mon don ! Il appuie sur un bouton, la climatisation envahit la salle, sentez ce vent de sagesse !

Maître Chiwahwah avait mis des prospectus dans les boîtes aux lettres de son quartier vantant ses illustres pouvoirs…

Il poursuit, il élève la voix, il lève les bras, la salle passe dans le noir, une musique engloutit les esprits et le plafond devient un ciel étoilé ! Une lumière bleutée envahit l’espace : « De part le pouvoir qui m’est conféré, moi Maître Chiwahwah, affirme qu’à toutes heures, je vous donne le suprême bonheur et je vous guérirais de tous vos maux ! »Vous pouvez aller voir ma secrétaire pour prendre un rendez-vous …

Des cris transpercent ces oreilles, des participantes et participants sautent sur lui !  » Moi moi ! », d’autres lâchent leur minou, leur chihuahua et autres compagnons de vie, foncent sur la secrétaire ! C’est une cohue indescriptible ! Quand la tempête est passée, le Maître  dit à sa chérie : « T’avais raison, c’était pas une bonne idée de parler de Mynoûs… »Jouer au messie c’est bien du soucis !

friends-1149841__340

Image Pixabay

20 septembre 2018

EXCELLENT

chaunu show

Bon, il est l’heure de soigner la bête

Hé hé j’ai un rancart !

grenouille frog2

Ben quoi, je vais bûcher avec une de mes correctrices !

Le chemin de travers

frizou2

Allez dans une logique économique : fais ce que je te dis ! Pas ce que je fais !

Selon le Conseil général de la Gironde, aujourd’hui sur les trajets domicile-travail, 9 véhicules 10 ne transportent qu’une seule personne ! C’est quoi cette inconscience ? Allez tous dans la même charrette ! C’est pas parce que le ministre dépense un fric de dingue en avion que vous, la populace, tu nous lasses, que vous devez oublier votre devoir de citoyen sauvant la planète ! M’enfin quoi ! Lire « le commerce des mots » où je montre commence on détourne l’écologie, mon roman d’anticipation… 

IMG_20170314_025918IMG_20170301_040602

L’angle d’opinion

Classé dans : Art, vie et avis — eructeuse @ 12 h 22 min
Image de prévisualisation YouTube

INFO-INTOX FRANCE 24…

EXCELLENT ! Un vrai travail de journalisme !

Très instructif ! Tu sais ce que tu dis quand tu parles ?

ASILE ASILE

Classé dans : Le mollard qui frappe ou la gueuse baveuse ! — eructeuse @ 12 h 01 min

Marine Le Pen va devoir subir une expertise psychiatrique ! Ah ah ah ! Ces bourrins qui n’ont jamais eu les coucougnettes d’interdire le FN, cherchent par tous les moyens à couler son bateau ! Chut ! Faut pas le dire qu’ils ont besoin d’elle pour faire peur et faire voter pour l’autre blaireau ! Pays de veau !

Asile asile crie la Jeanne les crocs en forme d’arc !

Les porclitiques ont laissé le peuple s’imprégner de son fascisme, en criant au loup et en faisant tout pour capter ses électeurs, bien quoi, la seule chose qui compte pour ces idéologues c’est qu’ils gardent le grisbi, quel que soit le moyen !

19 septembre 2018

La liberté de penser

Classé dans : Mais qu'est-ce qu'elle bafouille encore cette baveuse ! — eructeuse @ 8 h 01 min

Sur les chemins de mes luttes, j’ai vu ! J’ai vu des donneurs de leçons, être des gens de pouvoir comme les autres… J’aurais beaucoup à narrer…

Sur le chemin de mes combats, j’ai vu les ego chanter haut… Se croyant les beaux, les bons, leur sexisme en étendard… Un gars du PSU m’avait traitée de bourgeoise (en 1975, nous étions tous les deux en fac d’histoire) parce que je n’avais pas voulu forniquer avec sa belle personne révolutionnaire…

C’est fort de révolution…

J’aurais beaucoup d’anecdotes rigolotes à raconter, tous ces bons qui m’ont prise (sourire) pour une idiote, ben quoi t’es une femme, il faut dire que dans ce milieu dit de gôche, ça cocoricotte, le féminisme c’est juste une option électorale… Je me suis faite couper la parole, un écolo, lors d’une réunion dans un collectif, avant les élections présidentielles de 2007, je l’ai remis à sa place, le pauvre, il ne savait rien de ma Lala qui a aussi pour cause, ma liberté de penser…

Sur les chemins de mes actions, j’ai vu depuis très très longtemps des femmes et des hommes de pouvoir, de formatage, vouloir faire de moi une fourmis au service et vice de leur gourou… Parti ou mouvement même combat de coq… Sourire quand j’ai entendu dans un film : « Pourquoi tu milites à green peace ?

- Bien c’est parce qu’il y a beaucoup de nanas ! »

Les partis politiques sont des chapelles avec leurs fidèles. S’éloigner de l’idéologie politique hic, ne fut pas chose facile !

La liberté de penser n’est pas à vendre, ce n’est pas une marchandise ! C’est pourquoi dans mon journal de bord écrit en 2008 (je suis tombée malade en décembre 2007, non non je ne suis pas devenue en 2007, madame ecchymose, les coups viennent de plus loin !) J’emmerde la bien-pensance de droite comme de gauche…

La route de la construction de ma liberté de conscience, ma liberté de penser, fut longue et chaque jour, je travaille à faire en sorte de ne pas être formatée ! Dur combat !

12345...296
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus